Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’armée française met fin à treize années de présence en Afghanistan

Si leur mission de combat a pris fin en 2012, les forces françaises de l’opération Pamir ont cependant continué à être présentes en Afghanistan en assurant notamment le commandement de l’hôpital médico-chirurgical et de l’aéroport international de Kaboul ainsi que celui du laboratoire contre-IED européen. En outre, elles ont poursuivi la formation des forces de sécurité afghanes (opération Epidote).

Progressivement, et à mesure du désengagement de la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF), déployée en Afghanistan sous l’autorité de l’OTAN, la France a continué à réduire ses effectifs militaires. Et, ce 31 décembre, le général Philippe Lavigne, l’actuel commandant de l’aéroport de Kaboul passera le relai au Major General Cahit Bakir, des forces aériennes turques. Cela marquera la fin de l’engagement français en Afghanistan et donc de l’opération PAMIR, lancée voilà maintenant 13 ans.

D’abord situé à Kaboul, le centre de gravité des forces françaises s’est ensuite déplacé, à compter de 2006, vers l’est de l’Afghanistan, plus précisément dans le district de Surobi et la stratégique province de Kapisa. Au plus fort de cet engagement, l’opération Pamir a compté jusqu’à 4 000 hommes, notamment au sein de la Task Force (ou brigade) La Fayette.

Les aviateurs et les marins ont joué un rôle important. Les premiers appareils non américains à intervenir en Afghanistan furent ceux du porte-avions Charles de Gaulle ainsi que les Mirage IV de l’armée de l’Air.

Au total, les avions de combat français (Rafale, Mirage 2000D, Mirage F1 et Super Étendard), mis en oeuvre depuis Douchambé (Tadjikistan) et Kandahar, ou encore par le porte-avions Charles de Gaulle, ont effectué 50 000 heures de vol, 500 tirs et 1 800 « show of force ». Le groupe aéronaval a été déployé à 5 reprises (2001, 2004, 2006, 2007 et 2010).

S’agissant de l’hôpital médico-chirurgical de Kaboul, ce dernier a assuré, quand il était sous responsabilité française, 55 000 consultations (dont 70% au profit des civils afghans), 5 000 interventions chirurgicales et 900 évacuations. Au moins 2 000 militaires français (dont 600 médecins) s’y sont relayés.

Les forces françaises ont également joué un rôle important dans la formation des forces de sécurité afghanes. La mission Epidote a ainsi permis de former 21.600 soldats afghans eet de contribuer à la formation de 7 bataillons – ou Kandak – dits de mêlée (infanterie et blindés). En outre, les militaires français ont constitué des équipes « OMLT » (Operational Mentoring and Liaison Team), détachées auprès des unités afghanes.

La Gendarmerie nationale a également pris part à cette mission de formation, en déployant des équipes POMLT (Police Operational Mentoring and Liaison Team), notamment en Surobi et en Kapisa, des instructeurs dans les centres de formation de la police afghane de Mazar-e-Sharif et du Wardak et des membres du GIGN.

En outre, l’engagement militaire français a permis de mener à bien de nombreux projets de développement au profit de la population afghane, dont la construction ou la rénovation d’une vingtaine de postes de sécurité, d’autant d’écoles, d’une quinzaine de cliniques ou encore le forage d’une centaine de puits afin d’améliorer l’accès à l’eau.

L’opération Pamir aura donc marqué l’armée française, notamment pour ce qui concerne son expérience opérationnelle, avec le déploiement de nouveaux matériels (hélicoptère Tigre, Caesar, VBCI, drones). Depuis 2001, 70 000 militaires français ont été engagés en Afghanistan. Et 89 d’entre eux l’ont payé de leur vie tandis que 700 y ont été blessés.

L’un des faits marquants aura été l’embuscade d’Uzbeen (18 et 19 août 2008), au cours de laquelle 10 soldats français furent tués (ainsi que deux soldats et un interprète afghans).

« Cette embuscade a occasionné pour les armées françaises la plus grande perte de soldats, en une seule action de combat, sur l’ensemble de la période d’intervention française en Afghanistan », rappelle l’État-major des armées. « Face à cette embuscade, le comportement des soldats français a été exemplaire sous le feu et les actes d’héroïsme individuels et collectifs ont été nombreux. L’adversaire a été repoussé et une quarantaine d’insurgés a été mise hors de combat », souligne-t-il.

Récemment, un général américain a confié au New York Times qu’il ne savait pas s’il fallait être optimiste ou pessimiste au sujet de l’avenir de l’Afghanistan. Par rapport à la situation d’il y a 13 ans, le pays va mieux mais ses progrès sont fragiles… Et le sacrifice de ces 89 militaires français dans tout ça ? Qu’en penser ?

Une réponse a été donnée par la mère du capitaine Camille Levrel, mort pour la France le 14 août 2011 au cours d’une mission d’appui dans le sud de la Kapisa. « Il n’y a pas de mort pour rien dès l’instant que l’on donne sa vie pour les autres », avait-elle répondu, il y a 3 ans, à une question posée par le quotidien L’Alsace. « Même si l’on pense que la trêve, avant une possible nouvelle guerre civile, se terminera (…), depuis 2001, il y a eu beaucoup d’améliorations (…) ; certains villages, débarrassés des talibans, ont retrouvé la paix. Même (…) on prédit le chaos, ces gens là auront vécu un épisode de paix et de tranquillité et Camille aura contribué à cet effort pour soulager les populations. Sa mort n’a pas été inutile tout comme celles des autres soldats », avait-elle ajouté.

  • 31/08/2004 – caporal Murat YAGCI – 1er RPIMa
  • 21/10/2004 – 1ère classe Thierry JEAN BAPTISTE – 3e RH
  • 21/10/2004 – maréchal des logis Simah KINGUE EITHEL ABRAHAM – 3e RH
  • 11/02/2005 – caporal Alan KARSANOV – 2e REI
  • 17/09/2005 – caporal-chef Cédric CRUPEL – 1er RPIMa
  • 04/03/2006 – premier maître Loïc LEPAGE – FORFUSCO (commando Trépel)
  • 15/05/2006 – 1ère classe Kamel ELWARD – 17e RGP
  • 20/05/2006 – adjudant-chef Joël GAZEAU – 1er RPIMa
  • 20/05/2006 – caporal-chef David POULAIN – 1er RPIMa
  • 25/08/2006 – premier maître Frédéric PARE – FORFUSCO
  • 25/08/2006 – caporal-chef Sébastien PLANELLES – CPA 10
  • 25/07/2007 – adjudant-chef Pascal CORREIA – 1er RCP
  • 23/08/2007 – maréchal des logis Stéphane RIEU – 1er RHP
  • 21/09/2007 – adjudant-chef Laurent PICAN – 13e BCA
  • 18/08/2008 – sergent Damien BUIL – 8e RPIMa
  • 18/08/2008 – caporal Kévin CHASSAING – 8e RPIMa
  • 18/08/2008 – adjudant Sébastien DEVEZ – 8e RPIMa
  • 18/08/2008 – caporal Damien GAILLET – 8e RPIMa
  • 18/08/2008 – sergent Nicolas GREGOIRE – 8e RPIMa
  • 18/08/2008 – caporal Julien LE PAHUN – 8e RPIMa
  • 18/08/2008 – sergent Rodolphe PENON – 2e REP
  • 18/08/2008 – caporal Anthony RIVIERE – 8e RPIMa
  • 18/08/2008 – caporal Alexis TAANI – 8e RPIMa
  • 18/08/2008 – caporal Melam BAOUMA – RMT
  • 22/11/2008 – adjudant-chef Nicolas REY – 3e RG
  • 11/02/2009 – chef d’escadron Patrice SONZOGNI – 35e RAP
  • 14/03/2009 – caporal-chef Nicolas BELDA – 27e BCA
  • 24/05/2009 – caporal-chef Guillaume BARATEAU – 9e CCT / 9e BLBMa
  • 01/08/2009 – caporal-chef Anthony BODIN – 3e RIMa
  • 04/09/2009 – caporal-chef Johan NAGUIN – 3e RIMa
  • 06/09/2009 – sergent Thomas ROUSSELLE – 3e RIMa
  • 27/09/2009 – caporal Kévin LEMOINE – 3e RIMa
  • 27/09/2009 – adjudant-chef Yann HERTACH – 13e RDP
  • 27/09/2009 – brigadier-chef Gabriel POIRIER – 13e RDP
  • 27/09/2009 – caporal-chef Ihor CHECHULIN – 2e REI
  • 08/10/2009 – sergent-chef Johann HIVIN-GERARD – 3e RIMa
  • 11/01/2010 – infirmier de classe supérieure Mathieu TOINETTE - 402e RA
  • 12/01/2010 – lieutenant-colonel Fabrice ROULLIER – 1e BM
  • 13/01/2010 – maréchal des logis-chef Harouna DIOP – 517e RT
  • 09/02/2010 – caporal Enguerrand LIBAERT – 13e BCA
  • 08/04/2010 – caporal Robert HUTNIK – 2e REP
  • 22/05/2010 – chef de bataillon Christophe BAREK-DELIGNY – 3e RG
  • 07/06/2010 – sergent-chef Konrad RYGIEL – 2e REP
  • 18/06/2010 – brigadier-chef Steeve COCOL – 1er RHP
  • 06/07/2010 – adjudant Laurent MOSIC – 13e RG
  • 10/08/2010 – 1ère classe Antoine MAURY – 1er RMed
  • 23/08/2010 – capitaine Lorenzo MEZZASALMA – 21e RIMa
  • 23/08/2010 – caporal-chef Jean-Nicolas PANEZYCK – 21e RIMa
  • 30/08/2010 – adjudant-chef Hervé ENAUX – 35e RI
  • 15/10/2010 – infirmier de classe supérieure Thibault MILOCHE - 126e RI
  • 17/12/2010 – chef de bataillon Benoît DUPIN – 2e REG
  • 18/12/2010 – maître Jonathan LEFORT – FORFUSCO (commando Trepel)
  • 08/01/2011 – sergent Hervé GUINAUD – RICM
  • 19/02/2011 – caporal-chef Clément CHAMARIER – 7e BCA
  • 24/02/2011 – adjudant-chef Bruno FAUQUEMBERGUE – CFT
  • 20/04/2011 – caporal-chef Alexandre RIVIERE – 2e RIMa
  • 10/05/2011 – caporal Loïc ROPERH – 13e RG
  • 18/05/2011 – 1ère classe Cyril LOUAISIL – 2e RIMa
  • 01/06/2011 – sergent Guillaume NUNES-PATEGO – 17e RGP
  • 10/06/2011 – caporal-chef Lionel CHEVALIER – 35e RI
  • 10/06/2011 – lieutenant Matthieu GAUDIN – 3e RHC
  • 18/06/2011 – caporal Florian MORILLON – 1er RCP
  • 25/06/2011 – caporal-chef Cyrille HUGODOT – 1er RCP
  • 11/07/2011 – brigadier-chef Clément KOVAC – 1er RCh
  • 13/07/2011 – capitaine Thomas GAUVIN- 1er RCP
  • 13/07/2011 – adjudant-chef Laurent MARSOL- 1er RCP
  • 13/07/2011 – adjudant-chef Emmanuel TECHER -17e RGP
  • 13/07/2011 – adjudant-chef Jean-Marc GUENIAT – 17e RGP
  • 13/07/2011 – sergent Sébastien VERMEILLE – SIRPA Terre de Lyon
  • 14/07/2011 – maître Benjamin BOURDET – commando Jaubert
  • 07/08/2011 – caporal-chef Kisan Bahadur THAPA – 2e REP
  • 07/08/2011 – caporal Gerardus JANSEN – 2e REP
  • 11/08/2011 – sergent Facrou HOUSSEINI ALI – 19e RG
  • 14/08/2011 – capitaine Camille LEVREL – 152e RI
  • 07/09/2011 – capitaine Valéry THOLY – 17e RGP
  • 14/11/2011 – 1re classe Goran FRANJKOVIC – 2e REG
  • 29/12/2011 – adjudant-chef Mohammed EL GHARRAFI – 2e REG
  • 29/12/2011 – sergent Damien ZINGARELLI – 2e REG
  • 20/01/2012 – adjudant-chef Fabien WILLM – 93e RAM
  • 20/01/2012 – adjudant-chef Denis ESTIN – 93e RAM
  • 20/01/2012 – sergent-chef Svilen SIMEONOV – 2e REG
  • 20/01/2012 – brigadier-chef Geoffrey BAUMELA – 93e RAM
  • 27/03/2012 – chef d’escadron Christophe SCHNETTERLE – 93e RAM
  • 09/06/2012 – major Thierry SERRAT – GIACM
  • 09/06/2012 – adjudant Stéphane PRUDHOM – 40e RA
  • 09/06/2012 – maréchal des logis chef Pierre-Olivier LUMINEAU – 40e RA
  • 09/06/2012 – brigadier-chef Yoann MARCILLAN – 40e RA
  • 07/08/2012 – adjudant-chef Franck BOUZET – 13e BCA
  • 05/08/2013 – adjudant Gwénaël THOMAS – BA 123

« Pensez donc à tous ceux dont il ne reste qu’un seul nom gravé dans la pierre. Ils possédaient dans leur coeur les mêmes sentiments : l’amour de la patrie, la foi dans la vocation et l’humanité. Dites bien ça à ceux qui raillent de tels exemples, parlant de sacrifices inutiles, de gâchis, de folie ou d’insouciance. Ils sont morts par amour et par dévouement. Parlez de droiture, de courage, d’honneur, de don de soi et de désintéressement [1] »

Notes

[1] Message lors d’un baptême de promotion de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr Coëtquidan.

Voir aussi, sur E&R :

Découvrir le parcours de nos soldats avec Prenons le maquis :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • pour aller où sur le front est de l’Ukraine ??? c’est pas mieux bref on a besoin de vous ici ... !!!!

     

    • En Ukraine ? Je crois que tu rêves trop. Le jour où la France ou autre nation de lâche qui compose l’OTAN aura le courage d’affronter la Russie on en reparlera. Lorsqu’ils s’agit de pays faible qui n’ont aucune capacité de réaction, ces salopes font tout de suite les gros dur on gonflant les muscles, mais quand c’est la Russie ou la Chine, pchitt tout se dégonfle.


  • Selon l’expression consacrée l’armée Française s’est "couverte de gloire " en Afghanistan - et elle a aussi contribué à relancer et développer la culture du Pavot et du Haschisch dont l’Afghanistan est devenu le premier producteur mondial . Les trafiquants israélites lui disent un grand Merci, elle a contribué à leur faire gagner des dizaines de milliards .

     

    • Souhaitons en effet qu’enfin les Talibans aient dans ce pays un pouvoir total afin de supprimer la culture de ces drogues, comme ils avaient commencé à le faire lorsqu’ils en eurent l’occasion.
      Que l’Afghanistan devienne enfin ce pays merveilleux où seul Allah le tout puissant et miséricordieux règne en maître !


    • @Paul Très juste,pour certains soldats,ce grand-écart est insupportable à vivre au retour...on en a un par chez-moi qui s’est pendu il y a quelques temps (le type s’était engagé pour justement fuir la drogue et mettre de l’ordre dans sa vie,il se retrouve à contribuer à l’import de l’héroine en Europe...sous l’égide de l’onu et la paix dans le monde,certes,mais lui c’était pas un imbécile,le manège,il l’a compris...il a certainement dû avoir droit aussi à quelques échantillons gratuits pour revenir déprimé comme-ça...bref,j’espère que je verrai de mes yeux le changement de direction de la roue,au-moins pour les copains comme lui qui se sont foutus en l’air(on commence à avoir une sacrée liste nous autres,tu passes 35 ans et il y n’y a plus personne autour de toi,tous morts !)...et surveillez bien vos gosses les gens,c’est l’invasion de cassonade en ce moment,à un prix défiant tellement toute concurrence que c’est extrèmement louche(faut être "sponsorisé" de toute façon pour la sortir aux prix que j’ai vus récemment,sinon c’est pas rentable et impossible à faire tourner)...ne me censurez pas svp camarades modérateurs,c’est juste la réalité,certes un peu fade,mais on va voir ce qu’on peut faire...Féthi


  • La quasi totalité des morts sont des sous-officiers. Il n’y a pas de simple soldats ou d’officiers en première ligne en Afghanistan ?

     

    • Pour donner un éclaircissement non-partisan : non, la majorité des morts sont des militaires du rangs gradés (caporal/caporal-chef) ET des sous-officiers subalternes (sergent/sergent-chef).

      Ceci pour plusieurs raisons, certaines étant logiques et saines, d’autres un peu moins :

      - L’unité de base de l’armée régulière est le trinôme, il y a donc un caporal pour deux soldats
      - Les sous-officiers sont également nombreux dans les troupes de terrain (un pour deux trinômes)
      - Les soldats aguerris prennent plus de risque que les autres (et dans les régiments de mêlée, ce sont les caporaux et les sous-officiers, souvent issus du semi-direct donc ayant une longue expérience initiale en tant que soldat)
      - Il existe malheureusement une tendance à "l’armée mexicaine" avec un taux de gradé très élevé (bien plus que pendant le service)

      Et pour finir : dans la liste des morts, les forces spéciales sont sur-représentées et les régiments "para-spéciaux" aussi (pas totalement FS, pas totalement réguliers, comme le génie parachutiste). Ces régiments étant ultra-techniques, la recrue de base doit être au minimum caporal avant de postuler, et les sous-officiers forment le gros des troupes.

      Signé : un ex para.


    • Merci cherif pour les infos. Par sous-officier, je voulais juste signifier tous les grades qui vont du soldat de première classe au premier grade d’officier. Bon dans la liste il y a quelque adjudant , je crois qu’à l’armée un adjudant à autant de "pouvoir" qu’un lieutenant.


    • Techniquement, un adjudant est plusieurs grades en dessous du lieutenant, et est dans le corps inférieur (sous-officier).

      Mais dans les faits, effectivement, un adjudant peut avoir autant sinon plus de "pouvoir" qu’un lieutenant : à l’armée, ce qui est primordial est la fonction, pas la grade. Par cette logique, il est donc fréquent qu’un adjudant ait plus de pouvoir qu’un lieutenant, ce qui est facilité par la proximité du grade.

      Par exemple, beaucoup de chefs de section (la fonction de la majorité des jeunes lieutenants) sont des adjudants expérimentés. C’est d’ailleurs pour ça que dans la liste des hommes tombés en Afghanistan, il y a un grand nombre d’adjudants : ils avaient certainement en majorité la fonction de chef de section, soit le premier rôle de commandement en autonomie sur le terrain.

      Petite anecdote : vous ne voyez aucun 2ème classe dans cette liste pour une raison simple : ils n’existent plus. Avant, la distinction de 1ère classe était accordée aux vieux briscards qui n’avaient pas le niveau intellectuel pour encadrer, pour les remercier de leur valeur physique et technique comme soldat. Aujourd’hui, elle est donnée quasi automatiquement après X mois de service, le X étant une valeur inférieure au nombre de mois de formation minimum (classe + formation de spécialité et autre aguerrissement) avant l’engagement au combat.


    • Merci pour ces infos. Ouais c’est à peu près comme en Suisse. Je suis de nationalité suisse et lorsque j’ai dû faire mon école de recrue, j’ai eu un accident à peine quelques temps après mon début du service militaire qui m’a rendu inapte. Mais j’ai pu constater avec le peu de temps que j’ai passé là-bas que les adjudants avaient beaucoup d’importance. Un sergent m’a dit que les adjudants en Suisse ont une fonction spéciale car ils sont des militaires de carrière dans une armée de milice, et possèdent des connaissances que les lieutenants n’ont pas . Je me souvient que lorsque l’adjudant donnait des explications les lieutenants restaient à l’écart et n’avaient pas leur mot à dire. De plus, il m’a dit que les adjudants avaient exactement les mêmes test à passer que les lieutenants. Pour les grades inférieur en Suisse la première distinction c’est "appointé". Suivi jusqu’à il n’y a pas si longtemps du grade de caporal. Grade qui est maintenant réservé qu’a des fonctions spéciale. Actuellement ceux qui partent à l’école de sous-officier après sept semaines d’école de recrue reçoivent directement le grade de sergent.


  • Toutes ces victimes, tout cet argent et tout ce temps perdu .... C’était pourquoi au fait ?