Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’armistice du 11 novembre 1918

Épilogue d’une tragédie européenne

AteliER
Article initialement publié dans l'atelier E&R

Note de la rédaction

Un article initialement publié le 11 novembre 2014.

La guerre la plus meurtrière de l’histoire de France prend fin le 11 novembre 1918. Mais l’Europe est vaincue. Supplantée économiquement par les États-Unis, divisée entre des vaincus et des faux vainqueurs, ébranlée dans ses convictions et dans le bien-fondé de sa civilisation, l’Europe est en crise.

 

La Première Guerre mondiale marque en effet l’avènement des États-Unis comme première puissance économique du monde. Épargnée sur son territoire, l’industrie américaine a pu pleinement profiter des débouchés créés par la guerre européenne. Par ailleurs, les multiples sanctions imposées par le président américain Wilson lors du traité de Versailles permettent de neutraliser la puissante industrie allemande.

Mais plus que sur le terrain économique, c’est idéologiquement que l’Amérique est gagnante. En effet depuis 1648 et le traité de Westphalie, les guerres européennes n’étaient jamais menées au nom du Bien. Chaque État servait ses intérêts mais reconnaissait également implicitement le bien-fondé des intérêts des autres. Au contraire, les conditions du traité de Versailles entérinent la vision américaine de la guerre manichéenne issue du messianisme calviniste. Malgré leurs récurrentes tentations isolationnistes, les États-Unis doivent accomplir leur manifest destiny (destinée manifeste) et répandre religieusement la démocratie libérale et l’économie de marché à travers le monde. S’ils ont gagné, c’est que leur cause est juste, tandis que l’Allemagne et ses alliés ne peuvent être que coupables et doivent être criminalisés et punis en tant que tels. Cette vision s’accorde également avec la volonté de détruire politiquement et de soumettre économiquement les grands empires européens (Allemagne, Empire austro-hongrois) ainsi que l’Empire ottoman, dont le démantèlement est effectué par le traité de Sèvres en 1920.

Face à cette volonté américaine d’exporter ses idéaux, l’Europe doute de son propre modèle. 1918 ouvre une période de plusieurs décennies de remise en question de la civilisation européenne, qui se clôturera en 1945 avec l’implantation définitive du modèle américain libéral et matérialiste par le plan Marshall et son corollaire, l’american way of life.

Mais l’armistice de 1918 marque également la fin d’une guerre aux conditions inédites. Aux soldats se battant fiers et debout ont succédé des hommes rampants et se terrant dans les tranchées. Ces conditions humiliantes, amplifiées par le nombre de mobilisés et la durée de la guerre, ont affaibli moralement les peuples européens. La démocratie égalitariste s’est retournée contre ses citoyens. Après avoir permis au peuple d’accéder à l’éducation, elle lui a ordonné tout aussi massivement d’aller combattre dans la boue un ennemi à peine visible. Cette condition morale aura ensuite deux conséquences opposées mais jumelles : les prémices de la remise en cause féministe d’un patriarcat descendu de son piédestal, et la réaction de partis autoritaires voire paramilitaires dans le cas du fascisme italien.

Difficile de comprendre aujourd’hui le 11 novembre 1918 et les sacrifices auxquels il met fin. Appréhender ce 11 novembre, c’est se replonger dans la mentalité européenne authentique avec ses qualités et ses défauts, son esprit de noblesse et ses passions bourgeoises. C’est appréhender une identité déjà plongée dans le bain dissolvant de la modernité mais pourtant encore pleinement européenne.

 

Message de Jean-Marie Le Pen du 11 novembre 2020 :

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

51 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2319847
    Le 11 novembre 2019 à 20:51 par bertin
    L’armistice du 11 novembre 1918

    Le 11 novembre,

    C’est une date qui n"a pas d’année .
    Nos cimetières gardent la mémoire de nos familles
    endeuillées,et des célébrations scolaires et officielles .
    On nous a tellement menti sur ce début de vingtième siècle ;
    où deux drames effroyables allaient plonger l"Europe et
    particulièrement la France dans la décadence .
    La première guerre dite mondiale,en réalité européenne ,
    et la révolution bolchévique ,possible grâce a la guerre ,
    sont les archétypes du Mensonge contemporain .
    Les peuples manipulés et envoyés à la mort ,pour les intérêts
    d’une finance internationale qui prend le pouvoir sur les états et
    les Nations .Le 11 novembre d’aujourd’hui se passe encore
    à l’ombre de ces crimes historiques qui ont été des génocides
    pour les peuples Français,Allemand et Russe .
    Un jour peut être ,un 11 novembre ,permettra à notre peuple
    d’honorer dans la vérité la mémoire de nos aïeux .
    Il faut d’abord nous libérer de nos colonisateurs .

     

    Répondre à ce message

  • #2319914
    Le 11 novembre 2019 à 22:18 par edelweiss
    L’armistice du 11 novembre 1918

    L’horreur d’une guerre qui ne réduit en rien l ’horreur des autres guerres, mais qui permet de relativiser le monopole que tente d’imposer une certaine catégorie au nom d’une idéologie politique sous le fallacieux prétexte religieux... voir l’ émission sur France 3 ce soir : après la guerre, l’impossible oubli 1919 - 1920 et pourtant il y a eu le pardon !

     

    Répondre à ce message

  • #2319943
    Le 11 novembre 2019 à 22:59 par Renardus
    L’armistice du 11 novembre 1918

    On pourrait même ajouter en parallèle à cette volonté d’imposer la religion de l’économie libérale la religion de la politique communiste inventée par les mêmes, dans le but de destroyer la vraie religion (KTO) encore forte à l’époque. Objectif très bien réussi.

     

    Répondre à ce message

  • #2320048
    Le 12 novembre 2019 à 03:42 par Enki
    L’armistice du 11 novembre 1918

    Et toujours cette gueuse de ripouxclique tirant du lbd sur les manifestants Gilets jaune. Au service des financiers et de la même communauté&FM. Merci E&R pour la diffusion de cette vidéo de rappel des faits afin de ne pas oublier nos soldats. Notre Mémoire à nous, pas celle imposée par cette dés-education républicaine anti-Nation au service des mêmes et leurs intérêts privés.

     

    Répondre à ce message

  • #2592410
    Le 11 novembre à 16:36 par O.
    L’armistice du 11 novembre 1918

    Fin de la guerre le 11/11 à 11 heure
    Cui bono ?
    Pauvres jeunesse de tout pays sacrifiée

     

    Répondre à ce message

  • #2592484
    Le 11 novembre à 17:49 par oui-oui dans le 93
    L’armistice du 11 novembre 1918

    le fils de clemenceau avait un poste important en angleterre chez vickers, le fabricant de mitrailleuses, de trains, de canon, de cuirassés ect...

    il avait dont interet a faire durer cette guerre.

    le marchand d’armes international basil zaharoff avait offert une Rolls-Royce Silver Ghost a clemenceau.le même modéle que celle du tzar nicoolas 2 ... et de lenine.



    Grâce à un ami de son père, Nicolas Pietri, il trouve une place d’agent dans la firme anglaise d’armement Vickers, alors contrôlée par le marchand d’armes millionnaire Basil Zaharoff, qui en 1917 offrit à son père, « ès-qualités » de président du Conseil, une Rolls-Royce… que le gouvernement français tient à récupérer lorsque celui-ci quitte le pouvoir en 1920 (mais Michel Clemenceau conserve cette voiture après la mort de son père).




    Nicolas Pietri paraît avoir été proche des services secrets français tout en étant le représentant en France du marchand d’armes Basil Zaharoff. Pietri,comme lui, s’interessait au pétrole, à la radio et aux câbles sous-marins (Compagnie Radio France) et aux armes lourdes (Vickers-France), société qui employa un temps Michel Clemenceau, le fils unique du « Tigre ».

    Il fut à partir de 1900 l’éminence grise et le meilleur ami de Georges Clemenceau qu’il accompagna dans son voyage aux Indes en 1920-1921 et dont il fut l’exécuteur testamentaire.



    "LEUR GUERRE, NOS MORTS" louis ferdinand celine.

     

    Répondre à ce message

  • #2592514
    Le 11 novembre à 18:14 par Juah
    L’armistice du 11 novembre 1918

    Et ça bien avant le terrorisme , le multiculturalisme, immigration et même... Israël (sûrement pas innocent quand on connaît l’entourage qu’avait W.Wilson à ce moment là)
    Les civilisations s’élèvent de manière differentes et commencent à décliner toujours de la même manière : Par l’intérieur ! (Féminisme + Affaiblissement morale)

     

    Répondre à ce message

  • #2592522
    Le 11 novembre à 18:20 par Yvo
    L’armistice du 11 novembre 1918

    La guerre 14-18 fut une horreur : 1,4 millions de soldats français sont mort, ce qui fait que 7% des hommes sont morts sur une population Française de 40 millions. 4,3 millions de soldats français ont été blessés, ce qui fait que 21,5% des hommes de la population Française ont été blessés. 28,5% de la population mâle Française a été blessés ou tués : un carnage !!!

     

    Répondre à ce message

  • #2593060
    Le 12 novembre à 10:04 par Identité effacée
    L’armistice du 11 novembre 1918

    Nos ancêtres ne se sont pas sacrifiés pour que nous nous fassions envahir par l’Afrique un siècle plus tard ! Ils doivent se retourner dans leurs tombeaux ! Toute cette souffrance, tous ces blessés, tant de luttes , tant de combats , tant de misère , tant de deuils : 1, 4 million de morts , 4 millions de blessés, pour ne pas devenir allemands ... Tout ça pour voter le regroupement familial des nord-africains et noirs 60 ans après ! Pour enfin aboutir à la perte de notre identité , de notre culture, et de notre civilisation toute entière ! Macron, Hollande et Sarko peuvent bien faire semblant de pleurnicher sur la tombe de nos soldats tous les 11 Novembre , ce sont bien des traîtres veules et cupides qui nous gouvernent depuis 50 ans !

    Le plus important c’est qu’on ne parle pas l’allemand qu’ils disent !

     

    Répondre à ce message

  • #2594013
    Le 13 novembre à 03:27 par FREDERIQUE
    L’armistice du 11 novembre 1918

    Une terrible épreuve effectivement, que fut celle vécue par mon tout jeune grand-père combattant de Verdun, qui ne mourut pas sur le champ de bataille, mais ne s’en remettra jamais vraiment, ni moralement ni physiquement, puisqu’il mourut à 48 ans, les poumons rongés par les gaz qu’il avait inhalés lors de cette atroce boucherie - inutile et désastreuse - que fut Verdun, et que je n’ai donc jamais pu connaître.

    Je recommande, à tous ceux que cette période tragiquement funeste intéresse, la lecture de la splendide trilogie de Pierre Lemaître "Les enfants du désastre", magnifiquement écrite, d’une plume qui mêle la tragédie et l’ironie grinçante, à l’image de cette phrase : "Ceux qui pensaient que cette guerre finirait bientôt étaient tous morts depuis longtemps. De la guerre, justement. Aussi, en octobre, Albert reçut-il avec pas mal de scepticisme les rumeurs annonçant un armistice. Il ne leur prêta pas plus de crédit qu’à la propagande du début qui soutenait, par exemple, que les balles boches étaient tellement molles qu’elles s’écrasaient comme des poires blettes sur les uniformes, faisant hurler de rire les régiments français. En quatre ans, Albert en avait vu un paquet, des types morts de rire en recevant une balle allemande."...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents