Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’avocat Juan Branco visé par une enquête pour viol

Une parmi les nombreuses réactions à cette nouvelle et ténébreuse affaire, à ranger dans le tiroir MeToo...

 

 

Les hommes publics doivent comprendre que la moindre relation sexuelle sera exploitable par leurs adversaires politiques ou médiatiques et pourra se retourner contre eux. C’est la rançon de la gloire. Mais les femmes qui s’y prêtent, lorsqu’il n’y a pas viol mais manipulation féminine, sont les complices d’un affaiblissement du mouvement MeToo, qui est censé, au départ, protéger les femmes des prédateurs sexuels. Or, on le voit, la dérive est déjà là.

Juan Branco a publié un texte en ligne, dont voici un extrait (on dirait un scénario de film romantique de la Nouvelle Vague) :

Il faisait froid, nous sommes rentrés. Nous parlions, riions, nous regardions. Elle n’avait plus de batterie, j’avais un vieux cable qui ne fonctionnait plus trop, nous essayions de le recharger. Je ne sais pas qui a eu l’idée, mais nous nous sommes décidés à voir un film. Elle voulait une comédie, moi un film sérieux. Nous avons installé le projecteur sur le lit. Elle m’a proposé les Tuches, m’a montré des bandes-annonces sur un site de streaming, je l’ai regardé sévère, on a rit. On a tenté la cité de la peur, elle m’a regardé sévère, on a fini par lancer Snake Eyes, puis Le Mépris.

Nous étions côte à côte, elle m’a donné sa main, je l’ai longtemps tenue. Nous avons commencé à nous embrasser. Cela allait et venait. On ne savait pas trop, on se provoquait, on se refusait puis recommençait.

Nous avons beaucoup hésité, j’avais envie d’elle, elle aussi, on se l’est dit, plusieurs fois, et à un moment, je lui ai demandé si elle voulait, et elle m’a dit oui, et nous avons fait ce que deux personnes en ces circonstances feraient.

Il était tard dans la nuit, nous nous regardions et nous recherchions, nous demandions ce que nous en pensions. Lorsque cela s’est fini, nous avons laissé le film, et nous nous sommes endormis.

Nous avons passé la nuit collés, collés comme deux enfants, et le matin, alors que je devais assister à une réunion, je me suis levé. Elle l’a fait peu après, et juste avant que mon appel commence, elle m’a embrassé, sur le visage, sur les lèvres, m’a sourit, et est partie.

Elle avait oublié ses lunettes, son chargeur qui ne marchait pas. Elle m’a écrit et je lui ai dit qu’elle pouvait les chercher quand elle le voudrait.

Le soir, elle est repassée me voir, elle était froide et troublée. Elle m’a dit que c’était allé trop vite, que ça ne lui était jamais arrivé, que d’habitude c’était elle qui était entreprenante, et que moi je l’avais pas été. Elle a commencé à dessiner des comparaisons qui m’ont blessé.

Je ne comprenais pas, je lui ai dit ma blessure de l’entendre me dire ces mots, lui ai rappelé tout ce que je viens de vous écrire, que nous nous désirions, que nous n’avions cessé de parler, qu’il n’y avait eu nulle contrainte, que si elle s’était sentie mal, nous aurions immédiatement tout arrêté. Elle acquiesçait, elle se disait rassurée que je lui dise cela. Elle m’a dit alors, alors que je lui demandais, qu’elle n’avait couché qu’avec deux garçons. J’ai été désemparé, et j’ai compris que la chose avait été peut-être, pour elle, plus important que je ne le croyais. Elle s’est excusé, m’a dit qu’elle comprenait que je ne l’ai pas compris.

Elle m’a alors dit qu’elle était allée à la police le lendemain. Qu’elle avait déposé une main courante, car deux amies à qui elle avait parlé le lui avaient suggéré.

– La Rédaction d’E&R –

 


 

À 31 ans, l’avocat Juan Branco est habitué à ferrailler sur des sujets et des dossiers très sulfureux. Mais depuis quelques heures, c’est lui qui est visé directement. Jeudi 29 avril, une jeune femme de 20 ans a poussé la porte du commissariat du XIVe arrondissement de Paris pour déposer une main courante au lendemain d’une rencontre avec Juan Branco.

 

Ses déclarations ont incité le parquet de Paris à confier une enquête pour des faits de « viol » à la 1ère DPJ. Faits que Juan Branco, que nous avons contacté ce vendredi matin, nie en bloc, nous dévoilant une conversation avec son accusatrice dans laquelle elle dit vouloir finalement retirer sa main courante.

D’après les premiers éléments de l’enquête et les déclarations de la victime, la jeune femme et l’avocat auraient d’abord échangé sur la messagerie Instagram avant de convenir d’un rendez-vous. Une version confirmée par Juan Branco. Il évoque une première rencontre physique dans les allées du jardin du Luxembourg après des messages sur Instagram.

Il décrit ensuite une balade plutôt romantique, des baisers. Le couple se serait ensuite rendu au domicile de l’avocat dans le quartier Montparnasse où ils auraient regardé un film avant d’avoir une relation sexuelle. La jeune femme aurait ensuite passé la nuit sur place avant de repartir le lendemain matin. Juan Branco nous précisant qu’elle l’a alors « embrassé » avant de partir.

 

Une « relation respectueuse »

Quelques heures plus tard, la jeune femme et l’avocat auraient échangé de nouveaux messages avant qu’elle l’avertisse elle-même de sa démarche de dépôt d’une main courante au commissariat. Juan Branco nous a confié être « catastrophé », repoussant toute idée de contrainte et évoquant une « relation respectueuse », qu’il raconte également dans un post Facebook.

Fait important, la jeune femme a donc assuré ce vendredi à Juan Branco son intention de retirer sa main courante lundi, dans une conversation en ligne que nous avons pu consulter.

Lire l’article entier sur leparisien.fr

Les conséquences de MeToo

 






Alerter

71 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2716862
    Le 1er mai à 19:26 par Palm Beach Post : "Cult !"
    L’avocat Juan Branco visé par une enquête pour viol

    "Juan Branco a publié un texte en ligne, dont voici un extrait (on dirait un scénario de film romantique de la Nouvelle Vague)"

    ça a l’air hyper chiant, la vie de bobo...

    ’tain, leur vision du monde, elle est toute claquée ! lol

    et parmi mes devises favorites :
    - mieux vaut être seul que mal accompagné
    - comme on fait son lit, on se couche

     

    Répondre à ce message

    • #2717016

      ça a l’air hyper chiant, la vie de bobo...




      N’importe quoi : donner rendez-vous à une fille au jardin du Luxembourg, au printemps et la ramener à pied chez soi en remontant par Vavin, parce qu’on n’habite pas loin, à quelques rues, à Montparnasse, passer la nuit avec elle et la baiser, il n’y a rien de meilleur.

      Ce qui est mignon, c’est que la fille a voulu regarder Les Tuches et que Branco insisté pour Snake Eyes d’Abel Ferrara et Le Mépris de Jean-Luc Godard, il a voulu faire son éducation en accéléré, l’upgrader en deux films... Ça rappelle, de loin, certains milieux élitistes russes où les mères désapprouvent les prétendants de leurs filles qui n’ont pas au moins lu La Guerre et la Paix...

       
    • #2717515

      Mouais il a voulu faire son education ? Education bobo dis donc...
      Dangerous games ou le mepris ? Alors que pour elle cetait les tuches ou la cité de la peur ?
      Je ne sais pas lequel des 2 fait le plus pitié.

      Si c’est cela l’élite francaise ya plus qu’à ouvrir le gaz et a se laisser aller...ya plus rien a sauver...

      Et l’autre qui écrit comme un pied , et nous raconte ses aventures d’un soir avec une pouffe, et qui se prend pour barabara cartland pour nous faire son rapport...

      "Je ne comprenais pas, je lui ai dit ma blessure de l’entendre me dire ces mots"...oulala...on soufre avec toi branco...comme qui dirait une overdose de testosterone...Napoleon et charles martel doivent se retourner dans leurs tombes...

       
  • #2716894

    Vous remarquerez que jamais les dealers,migrants, voyoux de cités ou mafieux ne tombent pour viol ou agression sexuelle, à croire que c’est eux les vrais féministes qui respectent les femmes au plus profond d’eux mêmes.

    J’espère que tout le monde a compris qu’il était désormais interdit aux mecs blancs intègres d’avoir des relations sexuelles, nous devons uniquement bosser comme des chiens dans les emplois les plus durs pendant que mesdames sont dans la mode, la com ou le marketing payées à rien foutre hormis montrer leurs culs sur les réseaux ou entrain de nous racketter au tribunal. Nous devons encore plus calmer nos pulsions vu que toute la journée sur les réseaux sociaux et dans la rue on a droit à des lolita entre 15 et 30 ans, dans des tenues hyper aguicheuses, provocatrices, faux cils, seins bien mis en avant. Je ne parle mm pas des plages l’été, avec des défilés de culs en string avec interdiction de les aborder si on est un mâle blanc sinon nous sommes des harceleurs. Même les mecs en couple avec des filles bonnes doivent maintenant accepter le candaulisme, pour que madame s’envoie en l’air avec le max de mecs pendant que Mr est soit présent soit absent soit doit filmer et le mettre sur Onlyfans ou Mym, bien sûr interdiction à Mr d’aller voir la moindre femme, seule elle est habilitée à enchaîner les conquêtes.
    Enfin même si tout se passe bien, comme pour Branco, il y aura toujours les fameuses copines qui vont monter la tête de votre femme et la pousser au divorce ou à la plainte pour agression sexuelle. Nous sommes dans l’ère du sadisme pur à l’encontre des hommes.
    Conclusion messieurs, oublier le mariage, arrêter de jouer les dom juan, de claquer votre argent pour les femmes, de les aider dans leur moindre caprice, laissez tomber, ne leur venez jamais en aide. Il n’ y a rien au bout hormis l’humiliation.

     

    Répondre à ce message

    • #2717146

      Pourquoi toujours utiliser le repoussoir "gars de banlieue" pour argumenter par défaut et ainsi enfourcher le discours café du commerce ?
      Pour invalider la thèse : ils ne sont jamais punis, il suffit de faire un tour dans les prétoires, c’est ouvert à tous et gratuit. Instructif....

       
    • #2717231
      Le 2 mai à 11:47 par Ex con verti
      L’avocat Juan Branco visé par une enquête pour viol

      Les dealers et les migrants c’est pas dleur faute si ils ont le droit de baiser tout ce qui bouge et de te piquer ta femme et de te remplacer.

      Y’a pas longtemps j’ai entendu de la part d’un tunisien qui m’a interpellé dans la rue en me reconnaissant, voyant que je n’avait plus le prototype du bon con verti que j’avais quand il me connaissait il m’a demandé 5 fois si j’allais bien, c’est à dire en gros que je portais pas le masque. Il a quand même réussi à me dire une vérité fondamental pour lui et tout les maghrébins et émmigrés, "La France c’est le paradis, pour en profiter il faut faire de l’argent", jugeant par la ma non capacité à en faire autant que lui, et aussi que selon ce que je lui avait répondu à ces 5 fois ça va, la France pour moi c’était surtout l’enfer.
      Les émmigrés en France, ils ont tous une femme, et si ils ne l’ont pas encore car pas assez thunés à leur goût et qu’ils visent haut c’est à dire une blanche, ils ’n’ ont aucun doute qu’ils pourront finir par trouver ce qu’ils cherchent au Paradis France, avec ou sans papiers, les assistantes sociales voir les femmes du spip, qu’elles soient blanches ou maghrébines, toutes sont de leurs côté pour remplacer les types comme moi, ces sales blancs pauvres car sans taf malgrès leurs compétences. Quand j’étais con verti, jamais un seul de mes coreligionnaires ne m’a proposé du boulot, par contre pas un ne m’a pas demandé si je travaillais.

      La France c’est le paradis de l’immigration, et pour eux aucun problème de foutre un masque sur la gueule et d’aller toujours dans le sens du vent pour y vivre heureux, avec autant de culs qu’ils le désirent à leur disposition, même les plus ldégueulasses d’entre eux, ils ont toujours une boniche à la maison.
      Et pour les rares qui n’en ont pas, car il en existe quand même vu tout le vaudou que pratique leurs ex femmes pour ne jamais qu’ils puissent se remarier , ils ont suffisamment d’aide de toute leur communauté pour supporter leur sort, que ça soit au pmu ou à la mosquée ou au boulot si c’est pas dans un de ces deux lieux que se résument leur vie, ils bossent tous, honnêtement ou pas, voir honnêtement et malhonnêtement pour se blinder toujours plus et faire fantasmer nos putes, pardon, les femmes françaises.

      Toi le blanc, si t’es pas riche de naissance ou bien suffisamment gaucho caudauliste, tu peux, pardon, tu dois crever, et c’est la mère de tes gamins qui fera le taf avec délectation, accompagnée par toutes ces copines, racisées ou pas.

       
    • #2717342

      Je ne comprends pas que ta conversion ne t’ai pas permis de te marier, sachant que cela représente la moitié de la religion musulmane.

       
    • #2717476
      Le 2 mai à 18:31 par ex con verti
      L’avocat Juan Branco visé par une enquête pour viol

      La moitié de la religion musulmane c’est le pognon de l Afrance et de l’Arabie c’est où dites.

      Là tu parles d’un hadith du sunnisme mal compris donc.
      En France ça veut dire trouve un blanc et prend tout son pognon, si il en a pas marie toi uniquement pour te faire engrosser et divorcer ensuite, ça sera mieux que rien, si l’homme que Dieu t’as donné comme mari est un pauvre con.
      En France, l’homme con verti, il est autorisé de le détruire, l’Etat est de ton côté ainsi que toute la oumma française.
      La moitié de la foi de la musulmane sûrement.

       
    • #2717480
      Le 2 mai à 18:37 par Ex con verti
      L’avocat Juan Branco visé par une enquête pour viol

      Notez bien que je n’est pas parlé en mal que des musulmans sunnites français.
      Je sais c’est facile.
      L’Islam bien compris c’est faciliter à ses frères et préserver leur honneur.
      Je leur facilite et je préserve leur honneur.
      Je donne jamais les noms.

       
    • #2717498
      Le 2 mai à 19:08 par Ex con verti
      L’avocat Juan Branco visé par une enquête pour viol

      Faute de frappe, je n’ai parlé en mal que des sunnites de France je voulais dire.

      Sûrement une faute de frappe divine en ce mois de Ramadan, qui voudrait qu’il n’y ai aucun musulman laissé pour compte à cette période.
      Je leur facilite, je n’en suis plus.
      La vie de l’ex con verti sincère, c’est pas celle des racisés qui lui chercheront toujours la petite bête, majnoun ce converti là il pète les plombs pour une moitié de sa foi c’est rien ça, il croyait pouvoir sauver son âme et celle de sa mère avec l’Islam, il a eu le droit qu’au cachot et à la mise au rebus, on m’a dé converti bien avant que je ne le décide par moi même.
      Quand il n’a plus rien d’un musulman, il se cache pas derrière le Ramadan pour se sentir bien en famille vu qu’il en a plus de famille, d’où inutil de se faire croire à lui même et aux autres que c’est un bon pratiquant, le converti.
      J’ai une mère mourante du musulmanisme de France qui connait pas sa petite fille, c’est pas grave, vu que c’est que ma mère. Et qu’il paraît que les lois françaises sont du côté des français.
      Donc j’espère que j’y reviendrai plus comme ça on m’accusera plus du mal de toute cette communauté, et je prendrais plus pour la lâcheté de tout les autres surtout.
      Vivez votre compréhension de votre religion en paix, c’est tout ce que je vous souhaite.

       
    • #2717780
      Le 3 mai à 10:36 par Ex con gentil
      L’avocat Juan Branco visé par une enquête pour viol

      Le Ramadan c’est censé être un mois convivial le soir pour les musulmans, en France ils devraient inviter tout le monde, musulmans ou non. Ils m’ont jamais invité, sauf quelques convertis, perso je l’ai souvent fait, même si la cuisine c’est pas mon truc.

      Mon grand père il invitait des gens à manger chez lui toute l’année, quelque soit leur religion, et souvent des arabes et des africains. Il était juif mon grand père et tout le monde le respectait pour son franc parlé et sa gentillesse, ainsi que pour son sens de l’hôpitalité, et le fait qu’il a aidé énormément de gens à trouver du taf qui leur ont permit de vivre une vie honorable quand il travaillait à l’ANPE, et même à la retraite il continuait d’aider son prochain, sans préférence ethnique.

      Aujourd’hui son petit fils personne l’aide â trouver du taf, et les descendants de tout ceux qu’il a sorti de la merde lui chient sur la gueule.
      Fier de mon grand père, et si c’est à cause de sa religion qu’ on se permet aujourd’hui de me chier sur la gueule dans mon pays, aucun soucis.
      J’ai ma conscience pour moi. Il était résistant mon grand père, pas collabo. Et il aimait la France, même si il n’avait pas pu faire d’études, obligé de s’arreter après le certificat d’étude pour cause de nazisme.
      Il me défendait toujours quand le reste de la famille me faisait chier, en disant que j’étais le plus gentil, il me présentait à tout le monde avec fierté, une fierté sincère d’un grand père aimant son petit fils. Il ne parlait jamais de la guerre, les autres parlaient de ses hauts faits à sa place, mais jamais en sa présence. Quand il est mort il y avait du monde en état de choc à son enterrement, sa dépouille était celle d’un vieil homme en paix, une vie passée au service des pauvres gens, apprécié et respecté de tous.

      Donc les jugements sur mes origines d’ancien converti...
      Mes ailleux ils ont tous servit la France, et ils sont tous morts en honnêtes hommes et honnêtes femmes, en France.
      Donc converti, pas converti, mes raisons d’en parler, je sais qu’elles sont bonnes.
      Pour le bien de mon pays, et pour l’honneur de mes ailleux.

       
  • #2717022

    Dans son propre milieu, de la culture progréssiste qu’il défend, il est un prédateur, voir violeur. Pourquois le défendre ?...laissez-le dans le climat qu’il a soutenu.

     

    Répondre à ce message

  • #2717030
    Le 1er mai à 23:41 par ceci n’est pas une gifle
    L’avocat Juan Branco visé par une enquête pour viol

    Elle font chier ces conasses. Non seulement elles passent les meilleurs moments de leur vie avec toi, mais en prime elle te font passer les pires ensuite pour t’en remercier.

    Soignez votre haine de votre géniteur comme vous voulez mais arrêtez de vous venger sur les hommes n’ont pas les capacités de le remplacer à tout les niveaux. Ça serait pas votre mère et sa jalousie envers vous la cause de tout vos problèmes existenciels refoulés sur les hommes par hasard ?
    Les mères célibataires et les femmes sans enfants entre 35 et 40 ans, les pire fléaux de notre époque.

     

    Répondre à ce message

    • #2717235

      C’est vrai que c’est la pire tranche d’âge 35/40 sans enfants, les filles ont enchaîné un nombre incalculable de relations (les coups d’un soir ne sont jamais répertoriés dans leur base de donnée), elles sont incroyablement exigeantes alors même qu’elles n’ont absolument rien à offrir.
      Elles ne savent pas cuisiner, ou très mal, ne savent pas tenir un intérieur, incapable de faire ou d’élever une progéniture. Elles sont majoritairements atroces, faut avouer.

       
  • #2717111

    Quelle que soit la Vérité, le pire est fait : Branco est sali à jamais. La présomption d’innocence est morte : les médias ont remplacé la justice. Comme ils ont sorti Trump de la Maison Blanche. Le "quatrième pouvoir" de la pseudo-démocratie que l’on nous vend depuis les "mud rakers" est devenu le meilleur supplétif des mondialistes occidentaux. Adieu Branco, personne ne t’aimait bien ...

     

    Répondre à ce message

    • #2718592
      Le 4 mai à 17:13 par JEAN MARIE
      L’avocat Juan Branco visé par une enquête pour viol

      ben si, moi je l’aime bien. Sans plus mais il y a pire ! Et puis il est plutôt beau gosse ce qui me faire dire qu’il doit avoir des occases à la pelle et qu’il n’a pas du tout besoin de forcer une fille pour l’allonger. La justice dans son délire partisan (femmes magistrats) ne tient même plus compte de la vraisemblance.

       
  • #2717129

    "Elle m’a proposé les Tuches" j’en rigole encore mdr.
    Il s’est fait avoir comme un bleu ,sérieusement on connait la méthode des soldats du diable. La stratégie est tellement limpide que ça en devient une perte de temps.
    Il aurait du se douter ce con lol...
    Le temp que l’on perd à se justifier fait gagner du terrain à l’ennemi.

     

    Répondre à ce message

  • #2717225

    Ceux qui ne voient pas le piège tendu n’y connaissent rien en politique...
    Il a maintenant une épée de Damoclès au dessus de la tête si il va trop loin ! Tout simplement.
    Il sait maintenant a quoi s’en tenir.
    Le cul pour tenir les hommes a distance ou les faire tomber ca marche toujours.

     

    Répondre à ce message

  • #2717352
    Le 2 mai à 14:50 par Travis Visart
    L’avocat Juan Branco visé par une enquête pour viol

    Je suis très étonné d’apprendre que mr Juan Branco....est hétéro.

     

    Répondre à ce message

  • #2717946

    Quand même extrêmement étonné qu’on médiatise une main courante...
    La main courante c’est par définition une absence de plainte qui peut éventuellement être ressortie si il y a une plainte ultérieurement...
    Donc commenter une absence d’événement c’est ça l’avenir du journalisme ?

     

    Répondre à ce message

  • #2718644

    Le piégeur piégé.
    Malgré tout en tant que jeune homme, il mérite d’être soutenu, il est brillant, bien que politiquement il se présente comme de gauche, il agit souvent avec courage, et personnellement je lui attribue un certain panache en gestation, je lui souhaite de dépasser cette crise, qui sentimentalement risque de lui laisser des séquelles, on est très loin de l’habitat Griveaux.

    Il y des jeunes filles qui a 20 ans, dans la réalité pourrie dans laquelle vivent les jeunes, déclarent n’avoir couché que deux fois, je trouve ça touchant si c’est vrai, et réconfortant.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents