Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Caroline De Haas : "La drague lourde, ça n’existe pas, c’est du harcèlement sexuel"

On pensait naïvement que le coup de l’élargissement des trottoirs contre les agressions sexuelles de femmes par les migrants du quartier de la Chapelle avait définitivement réduit la Haas au silence. C’était méconnaître la furia anti-hommes et anti-drague.

 

 

Elle a mis a profit sa traversée du désert pour nous pondre un livre définitif contre les violences sexuelles, dont sa définition anti-« zones grises » est si sensible, si fine, qu’on a du mal à l’appréhender. On veut dire par là que la moindre approche d’une femelle désirable par un mâle désirant peut d’après son livre se transformer très vite en agression, si l’approche elle-même n’en est pas déjà une.

Vous dites que la zone grise n’existe pas. Mais un sociologue, Jean-Claude Kaufmann [Elle lève les yeux au ciel], qui travaille depuis des années sur le sujet, affirme que l’idée d’un consentement clair est une fable.

Alors il y a deux choses différentes. D’un côté, dans une société où il y a des inégalités aussi profondes, peut-on imaginer sincèrement que des relations soient à l’abri de toutes formes de pression, de stéréotypes, ou d’inégalités ? Je ne suis pas sûre. Mais de l’autre côté, je fais le choix politique de refuser le terme de « zone grise » qui est utilisé pour faire croire aux femmes et à la société que les femmes seraient consentantes à des rapports non consentis, et pour banaliser les violences.

Mais vous ne croyez pas que cela arrive, de ne pas percevoir que l’autre hésite ?

Si je vous propose une pizza, je vais voir assez vite si vous adorez la pizza, ou si vous n’êtes pas trop sûre. Pourquoi en matière de sexe, cela serait plus compliqué ? Comment se fait-il que les mecs n’aient pas les codes pour décoder quand on n’a pas envie ?

Si généralement l’homme propose et la femme dispose, avec la Haas, l’homme ne va plus pouvoir proposer beaucoup. Et puis la drague, on le sait, c’est le moyen par lequel les hommes pauvres peuvent encore sauter par-dessus la barrière sociale. Avec les lois Haas, les pauvres dragueront des pauvres, et les riches des riches ! Et les vaches seront bien gardées.

Depuis #MeToo, les définitions ont changé, et l’expression violences sexuelles ne recouvre pas les mêmes choses : elle s’est gonflée comme un poisson-lune, on peut y mettre tout ce qu’on veut, par exemple ce qui nous déplaît. Voici l’interview de la Haas par le site mobile du journal gratuit 20 Minutes, qui participe depuis un an à la propagande d’État pour abrutir les citoyens avec le Covid. C’est pour situer le journal.

Néanmoins, comme le souligne Caroline, la drague lourde existe, on en a déjà parlé ici. Mais utiliser les bourrins pour salir ou punir tous les hommes, ça devient un projet politique, c’est du féminisme à l’américaine, du puritanisme qui cache en plus des désirs forcément coupables. C’est le même principe que d’utiliser les racailles pour salir ou punir toute la communauté musulmane de France, le projet national-sioniste en cours.

 

 

Les filles draguent aussi. Le site des intellectuelles féministes madmoizelle.com a essayé de faire de l’humour sur le sujet (attention au bandeau suggestion « Que faire du sperme si j’avale pas » à 6’18) :

 

 

La drague lourde existe, on le répète, à cause des hommes qui n’ont pas la culture de la drague, de l’autre, du respect de la femme, de ses désirs cachés ou exhibés. Cela n’en fait pas des violeurs mais juste des cons, selon la définition d’Audiard : celui qui ose tout car il ne se rend compte de rien. Mais le féminisme lourd existe aussi !

 

 

Car ne pas admettre que les femmes oscillent entre le oui et le non, sur une échelle faite de zones grises, entre le oui-oui (le oui qui est un oui), le non-oui (le non qui cache un oui), oui-non (le oui qui est un non) et et le non-non, c’est être hypocrite. Chez les filles, malgré tout ce qu’elles montrent (l’exhibition des avantages sexuels est de rigueur aujourd’hui, et de plus en plus jeune), le consentement est chose cachée, et les hommes doivent s’adapter à cette complexité, à cette contradiction parfois, qui peut être un piège.

– La Rédaction d’E&R –

 


 

Le livre est ponctué de quiz et de fiches qui dressent un tableau chiffré des violences sexuelles et en décryptent les mécanismes. Avec à la fin, quelques pistes d’action pour répondre aux propos sexistes, détecter les violences, accompagner une victime ou aider une personne violente. 20 Minutes a rencontré son autrice, Caroline De Haas, co-fondatrice de #NousToutes, qui recevra les bénéfices du livre.

 

Pourquoi avez-vous voulu écrire ce manuel ?

Depuis quelques années, il ne se passe pas une semaine sans que je sois sollicitée par des amis et amies, des internautes, des professionnels et professionnelles, qui me demandent un coup de main. Et je me suis dit que cela pouvait être intéressant de réunir tous ces outils par écrit pour les rendre accessibles. Et puis la deuxième raison, c’est que si chacun ou chacune d’entre nous est capable d’identifier les violences, de donner les trois numéros de téléphone utiles, on a le pouvoir de faire reculer les violences dans les cinq ans qui viennent.

 

Vous dites qu’il faut commencer par « identifier le problème », donner les chiffres des violences sexuelles. Pourquoi ?

Tant que les gens ont l’impression que les violences sexuelles, c’est quelque chose qui ne les concerne pas, que c’est la joggeuse dans un bois, ou que ça se passe dans un autre pays du monde, il n’y a aucune raison qu’ils changent leur regard sur le sujet. Donc le premier frein auquel on se heurte quand on s’engage sur les violences, c’est le déni. Ce sentiment que globalement « ça va », que « y’a pas mort d’homme ». Et puis il faut accrocher les gens. Et pour les capter, le meilleur outil ce sont les chiffres. Répéter qu’il y a près de 100.000 viols ou tentatives de viols par an en France par exemple. Et plus de 500.000 agressions sexuelles.

 

 

Les gens confondent drague (dite parfois « lourde ») et harcèlement sexuel. Vous expliquez qu’il y a une vraie différence de nature. Est-ce que vous pouvez nous la résumer ?

Je crois que la drague lourde, ça n’existe pas. C’est du harcèlement sexuel. Il y a un mythe selon lequel le harcèlement sexuel serait de la drague appuyée. La réalité, c’est que soit on est dans un rapport de respect, soit on ne l’est pas. Dans un cas tu dragues la personne, et la personne est soit enthousiaste, soit pas très sûre et tu retentes, soit pas d’accord et tu te prends un râteau. Et quand tu prends un râteau c’est hyper désagréable, mais tu ne reviens pas à la charge. C’est la vie, c’est comme ça. Le harcèlement n’est pas un rapport de respect, c’est une violence dans laquelle on impose à une personne des actes qu’elle n’a pas souhaitée. La drague n’atteint pas la dignité.

Mais au sein des violences, il y a une déqualification permanente. Quand on parle de harcèlement sexuel, on a l’image de la main aux fesses, alors que c’est une agression sexuelle. Quand les gens voient du harcèlement sexuel, ils se disent « tiens c’est un propos sexiste ». Et quand ils entendent un propos sexiste, ils se disent « c’est une blaguounette ».

 

Vous expliquez dans votre livre que certains mots minimisent les violences. « Frotteur », « attouchements », « abus sexuels », par exemple. Pourquoi ?

« Frotteur », cela parle d’une agression sexuelle. Si vous dites « oh là là quelqu’un m’a frotté dans le métro », ou « oh là là quelqu’un m’a agressé dans le métro », ça n’a pas du tout le même sens. « Frotter », cela peut presque être mignon. Et quand on parle d’« attouchement », on parle généralement d’une main aux fesses ou sur les seins. Donc on parle aussi d’une agression sexuelle. Là encore le terme ne donne pas la réalité de ce qui est subi.

Ensuite, « abus sexuel », c’est un autre problème. Il sous-entend qu’on a abusé d’une chose autorisée. Quand on mange beaucoup de chocolat, on peut avoir abusé du chocolat, mais on a le droit. Quand on parle d’abus sexuel, cela donne la sensation qu’on peut violenter des enfants, jusqu’à un certain point. Ce n’est pas possible. On ne peut pas « abuser » d’un enfant. C’est « non » dès le départ.

Lire l’entretien entier sur m.20minutes.fr

La drague bientôt interdite ?

 






Alerter

100 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Brigitte Lahaie ministre du sex et des moeurs - Shiappa dégage -

     

    Répondre à ce message

  • Mesdames, pourquoi passer autant de temps devant une glace à vous faire belles ? Et vous voudriez qu’on baisse les yeux ? Ce serait contre nature.

    La beauté ça ne dure pas mesdames. Dites vous bien qu’à la fin, il ne restera de votre personne que votre caractère.

     

    Répondre à ce message

  • Caroline has been nous parle de "près de 100 000 viols par an", c’est bien plus vendeur que le traditionnel 70 000 viols par an et bien plus que les 12 000 ans qui sont les chiffres de la police...bon je me leurre pas, 12 000 c’est faible mais 70 000 selon qui ? Des associations parasites qui ont besoin de financements pour en vivre donc les informations ne sont pas du tout fiable et n’ont jamais été transparentes...Quelqu’un peut m’éclairer ?

    Sinon pour la drague "lourdingue" on sait comment ça fonctionne, tu plait à la demoiselle ça passe, t’es pas beau, tu bégayes, t’es un clochard c’est du harcèlement. Les autres clandos sont un supplice pour toute la population, combien de fatigués viennent me brancher pour x et y raisons ? Mais pour ça il faut un système de société qui fonctionne correctement...mais subventions obligent, il est préférable de balancer des chiffres, des petites anecdotes invérifiables et de faire passer l’homme pour un violeur en puissance.

     

    Répondre à ce message

  • A quand le retour au mariage dit "arrangé". Plus moyen de se caser maintenant et la drague était ce moyen. Donc, un retour à la tradition comme ça tout le monde aura son conjoint ou conjointe et on aura la paix sociale. Il n’y aura plus de râteaux.

     

    Répondre à ce message

    • J’étais pour jusqu’à ce que j’en découvre les dessous... Pour que deux familles soient d’accord il faut beaucoup, enfin largement suffisamment de sous de part et d’autre, enfin surtout du côté mâle français de l’arrangement... Sinon ça se termine en arrangement pour la déstruction du pauvre qui s’est très mal arrangé avec visées juridiques de destruction et lorgnage sur aides sociales.

      Pour qu’un mariage arrangé réussisse, il faut un rapport bénéfices /risques à l’avantage du mariage avant celui du divorce, autant dire que ça tient du miracle à l’heure actuelle, et comme je ne crois plus aux miracles, ça tient surtout au compte en banque bien garnis ou bien à l’apport socialo politiquo financier du plus arrangeant des deux.
      Ça marche plutôt bien avec ceux qui ont de bonnes bases familiales et financieres dans leurs propres traditions et plutôt très mal avec celui qui est venu à la tradition " de l’autre", lui pour lequel tout les pires mauvais coups sont permis en cas d’arrangement qui ne conviendra jamais assez à la famille "adverse".
      On a vite fait de se transformer en mugu, voir en cogneur macho mauvais traditionneliste pervers narcissique dans l’arrangement, l’air de rien...si femme et mère haineuses du père l’ont décidé.
      Pour pas dire en poupée veaudou. (veau doux)

      Mais à part ça, d’accord avec toi. Les arrangements sont le socle durable de l’amour enraciné et durable entre époux. Voir la signature d’un contrat en bon et due forme chez le notaire, avec nota benne des conditions de l’accord tacite, pour protéger l’un de l’imposture de l’autre. Et non des faux temoins de mariage, un faux prêtre ou faux imam, pour de vrai emmerdes à la clé.

       
  • Dans ce cas comme dirait Alain, il faut aller au bout du raisonnement et aussi condamner de grands chanteurs comme Joe Dassin ou Michel Sardou...
    Joe Dassin aux champs Elysées :
    "Je m’baladais sur l’avenue le cœur ouvert à l’inconnu
    J’avais envie de dire bonjour à n’importe qui
    N’importe qui et ce fut toi, je t’ai dit n’importe quoi
    Il suffisait de te parler, pour t’apprivoiser ."

    Ou Sardou, "en chantant" :
    "La première fille de ma vie,
    Dans la rue je l’ai suivie
    En chantant."

     

    Répondre à ce message

  • Pour Camille Cerf j’ai un déguisement de Claire O’petit assez efficace... Mais les très très mort de fin, y’a qu’un déguisement de Aymeric Caron qui les fait fuir et ça j’ai pas en magasin.... Désolé

     

    Répondre à ce message

  • Y’a une drague lourde qui fait fureur : "allez vous faire vacciner pour revenir à une vie normale". Vu la gueule des looseurs qui disent ça, je comprends pas tous ces candidats à la piquouze qui se laissent séduire !

     

    Répondre à ce message

  • Cela me rappelle cette intéressante expérience faite à New York sur le harcélement de rue d’une jeune femme en fonction de son habillement.

     

    Répondre à ce message

  • #2679204

    Je sais pas vous, mais selon moi, la diabolisation de la drague, ou séduction de rue, participe largement du mouvement de déshumanisation et d’aseptisation de la société, déshumanisation que la pseudo crise sanitaire vient d’ailleurs parachever à merveille !

     

    Répondre à ce message

  • #2679418

    Avec le printemps qui arrive, j’avoue avoir bien envie de me remettre à la "drague" de rue.

    Au vu de ce contexte "covidiste" merdique comment se remettre à cette pratique qui a déjà été bien diabolisee, alors qu’elle est pourtant foncièrement saine si elle est faite courtoisement et sans être relou.

    Dans mon esprit, je pense aborder que des non-masquées.

    Je suis preneur de vos avis et expériences en la matière !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents