Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’avocat de Charlie Hebdo Richard Malka plaide pour la liberté d’expression, sauf pour Alain Soral et Dieudonné

Interrogé par Eugénie Bastié dans Le Figaro du 8 octobre 2019, l’avocat Richard Malka, spécialisé dans le droit de la presse et grand défenseur de la fameuse loi de 1881 (qui devrait suffire), plaide pour une liberté d’expression quasi totale à l’exception de ceux qui prêchent « l’insupportable »... qui reste à définir.

 

Malka a été formé dans le cabinet de Georges Kiejman, qui fut un des grands lèche-bottes de François Mitterrand. Il s’agit donc d’un avocat de gauche, qui défend logiquement Charlie Hebdo et le droit au blasphème. Sauf que ce droit, selon Malka, ne peut s’appliquer à tout le monde. Là encore, nous nous trouvons devant un deux poids, deux mesures et ce, de la part d’un soi-disant grand défenseur de la liberté d’expression. Allez comprendre...

Au début de l’interview, Malka est parfait : il se montre un défenseur intraitable de la liberté d’expression, même s’il reconnaît que le champ des possibles ou du dicible s’est considérablement réduit depuis quelques années.

Bastié  : « Des voix réclament qu’on bannisse des médias des personnalités soit condamnées par la justice pour provocation à la haine, soit mises en cause après des déclarations publiques. Assiste-t-on à une judiciarisation du débat d’idées ? »

Malka  : « Ce n’est pas la judiciarisation qui est inquiétante, mais le triste renoncement à la culture du débat. La polémique est l’oxygène de nos sociétés. C’est un droit reconnu par les tribunaux et obtenu après des siècles de douloureuses luttes et de maturation démocratique. La libre expression des idées gênantes est une nécessité, parce que ces idées sont présentes dans l’esprit de chacun de nous. À défaut de pouvoir en débattre, nous les ruminons, elles métastasent, se répandent d’autant plus facilement qu’il n’existe plus de moyens techniques pour les endiguer, deviennent séduisantes par goût de la transgression et de l’interdit, alimentent le complotisme et créent des martyrs et des héros de la pensée « non officielle », là ou le débat démontrerait l’inanité et la pathologie de leurs thèses. Nos sociétés ne survivront pas si nous n’acceptons pas l’expression des idées qui nous blessent. C’est un impératif collectif qui nous dépasse. »

Malka admet que le juridique s’est immiscé dans le débat public et sert d’arme aux uns pour interdire la parole des autres. Le problème, et Malka ne le dit pas, ou pas encore, c’est que cette arme est toujours dans la main des mêmes. Les uns ont le droit de s’en servir contre les autres, mais les autres n’ont pas le droit de s’en servir contre les uns.

Au moins aux États-Unis ces armes sont-elles dans les mains de tous, même si le poids économique pèse lourd au final dans la balance. Mais c’est un autre débat, et dans un autre pays.

Pour ce qui concerne la France, nous dirons de manière grossière que dans le débat d’idées, la gauche brandit souvent l’arme judiciaire contre la droite, et encore plus souvent contre l’extrême droite. Quand il s’en est pris au CRIF, Mélenchon a dénoncé fort justement ceux qui « bloquent la pensée » et le « rayon paralysant » de l’antisémitisme.

Pourtant, Mélenchon est de gauche, et il n’a logiquement pas souffert de la censure qui vient de la gauche. C’est lorsqu’il a franchi la ligne rouge, celle établie par le pouvoir profond et ses représentants (jamais élus), qu’il a compris ce que les véritables opposants subissaient.

Bastié  : « N’y a-t-il pas une tendance à vouloir restreindre le champ des propos jugés légitimes et autorisés ? »

Malka  : « Jamais, dans notre histoire, la justice n’a été aussi protectrice de la liberté d’opinion des journalistes et des intellectuels, et, par un effet paradoxal, ce sont maintenant journalistes et intellectuels qui réclament des excommunications médiatiques. Mieux, on voudrait transformer des juges, qui n’ont pas le pouvoir de prononcer des interdictions professionnelles, en directeurs de publication des médias. Ainsi, certains voudraient qu’une condamnation pour des propos passés interdise de s’exprimer pour le futur, ce qui porte un nom : la censure.

Une telle règle, qui n’existe dans aucun code, ni même charte déontologique, entraînerait une multiplication exponentielle des poursuites de tous contre tous afin d’obtenir le Graal permettant d’écarter tel ou tel adversaire du débat public. Elle influerait sur les décisions des juges qui n’oseraient plus condamner et déresponsabiliserait les dirigeants de médias. Quand comprendrons-nous qu’interdire une personne d’expression, c’est laisser croire à un grand nombre qu’elle détient une vérité interdite ? »

Le propos de Malka est à saisir entre les lignes : en interdisant les pensées alternatives ou anti-Système, on donnerait une importance dangereuse à ceux qui les incarnent. On pense tout de suite à Alain Soral, qui incarne la pensée dissidente ou anti-Système. Et là, le grand défenseur de la liberté d’expression va subitement se faire le défenseur d’une liberté d’expression plus encadrée, beaucoup plus encadrée, mais il ne dira pas par qui : c’est implicite !

Bastié  : « En définitive, qu’est-ce qu’un délit d’opinion ? En existe-t-il aujourd’hui dans notre droit ? »

Malka : « Théoriquement, non, l’opinion et les jugements de valeur sont libres, protégés par la Cour européenne des droits de l’homme, nos lois et nos tribunaux, et cela s’étend expressément aux idées « qui heurtent ou qui choquent ». Aux États-Unis, cette liberté est quasi absolue, protégée par le premier amendement de la Constitution. On peut y défiler avec des croix gammées. Et une loi prohibant le négationnisme serait inimaginable. Ce choix consiste à parier sur le bon sens du peuple censé être effaré par la violence de propos extrêmes, alors qu’il pourrait être séduit par un discours délétère mais lissé sur la forme ou codifié pour éviter les foudres de la loi.

Sous nos latitudes, bien plus traumatisées par les crimes du nazisme, ce système juridique serait culturellement inacceptable et la liberté d’expression est plus encadrée. Le délit d’incitation à la haine et à la discrimination est un délit d’opinion. Dire que les juifs sont responsables de tous les malheurs du monde ou que les musulmans vont exterminer les “Français” relève de l’opinion, mais aussi des tribunaux, en raison du nécessaire maintien de la paix publique. »

Soudain, l’épée de Damoclès du « maintien de la paix publique » – pour ne pas dire du maintien de l’ordre, et surtout de quel ordre – surgit dans le discours de Malka, lui qui a soutenu l’action du dangereux Manuel Valls contre l’humoriste Dieudonné, un ministre qui créera de toutes pièces un trouble à l’ordre public (lors de ce fameux spectacle près de Nantes interdit par un Conseil d’État très complaisant en 2014), afin d’en accuser son adversaire idéologique.

Un Manuel Valls complètement soumis aux forces occultes et qui s’en brûlera les doigts après avoir bien servi. Depuis, à chaque fois que l’humoriste veut se produire quelque part, la force publique intervient et crée un trouble à l’ordre public qui n’aurait jamais eu lieu sans cela, sans des ordres du préfet, qui lui-même va chercher ses ordres au ministère de l’Intérieur, une des portes qui donnent sur le pouvoir profond.

Eugénie Bastié résume alors le raisonnement bancal de l’avocat, qui se pique de liberté d’’expression.

Bastié  : « Il y a donc des opinions interdites. N’est ce pas-là une boîte de Pandore pour la liberté d’expression ? »

Malka : « La jurisprudence de la Cour de cassation a évolué en 2017 dans un sens libéral. Pour que le délit d’incitation à la haine ou à la discrimination soit retenu, il est maintenant exigé une “exhortation” à la haine ou à la discrimination, ce qui explique qu’un groupe de rap qualifiant la France de “pays de nazillons puants et de petits Gaulois de souche, racistes et assassins” ait été relaxé. De même pour Alain Soral et un dessin représentant une caisse enregistreuse marquant 6 millions à côté du camp d’Auschwitz en ironisant sur la “Shoah business”. De même pour Christine Boutin dénonçant l’homosexualité comme “une abomination”.

Ces propos sont écœurants, mais on ne peut pas interdire tout ce qui nous choque si ce n’est en renonçant au débat. L’interdiction d’une opinion, la plus monstrueuse soit-elle, est toujours un aveu de faiblesse de la démocratie, elle dit que nous ne croyons pas en nos capacités de conviction et à la maturité du peuple. Plus nous interdisons, plus nous avouons avoir perdu la foi et être incapables de protéger nos valeurs autrement qu’en bannissant de la cité le point de vue adverse. Les délits d’opinion doivent rester exceptionnels, réservés à l’insupportable – d’où l’exigence d’une véritable exhortation – et à l’incontestable, car, sur nombre de sujets, ce que l’un estimera légitime sera nauséabond pour l’autre. Qui détient la vérité ? »

« L’insupportable », est-ce une nouvelle notion juridique ? Qu’entend-il par « l’insupportable », si ce n’est un jugement de valeur très personnel, ou très communautaire ?
Or, un jugement de valeur n’a pas valeur de jugement.

 

Le 19 avril 2019, Malka était l’invité des Grandes Gueules de RMC pour son livre coécrit avec Kiejman, Éloge de l’irrévérence...

 

Richard Malka, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La tradition du bouc émissaire se porte toujours bien...Emmanuel Goldstein (de 1984 d’Orwell) a juste changé de noms.....Cela s’appelle "la liberté d’expression" en France... !!

     

    • Liberté d’expression au Parlement européen : la sioniste Sylvie Goulard retoquée comme commissaire, on y a dénoncé le fait que pendant deux ans, elle a touché plus de 10 000 euros par mois pour avoir fait du lobbying en faveur d’un "fonds vautour" US … qui financera la campagne de Macrotte ! Les députés ont aussi été choqué par l’arrogance (congénitale) de la dame au regard noir .


    • Sur la "liberté d’expression" Malka nous dit :

      "La libre expression des idées gênantes est une nécessité, parce que ces idées sont présentes dans l’esprit de chacun de nous".

      Bon OK très bien alors je ne suis pas antisémite mais j’avoue être viscéralement judéophobe : je déteste cette religion et elle me fait peur. Je suis angoissé qu’elle ne prenne un jour le pouvoir total chez nous et je la rejette de tout mon être. Je parle bien de la religion juive et en aucun cas de la communauté juive, éminemment respectable. Je déteste le Judaïsme voilà tout.

      C’est là une idée dérangeante et d’ après M. Malka elle doit nécessairement circuler. Je ne me gêne donc pas.


  • Une belle tête de vainqueur ,celui la !

     

  • Mais non, mais c’est simple :

    Soral, c’est un un "antisémite"

    Dieudonné, c’est un "antisémite" et un négro

    - donc, dans la petite conception du monde
    suprémaciste juive de Richie,
    ce que maman lui a enseigné après lui avoir fait couper le bout de la bite,
    (et puis, tous les autres, c’est des nazis)

    ces 2 enfoirés, là, (Soral, Dieudonné)
    ferment leurs gueules et se soumettent
    (c’est ce qu’ils doivent faire, ça peut pas être autrement)

    et le mec croit à ça, parce que dans son logiciel, l’auto-critique, l’introspection, c’est péché
    niquer les autres, au nom de son suprémacisme, c’est pas péché, c’est encouragé

    parce que.
    Maman, elle l’a dit

     

    • Liberté d’ expression pour Israël et ses larbins, 17ème chambre pour l’ expression "antisémite" .


    • Pour quelles raisons l’islamophobie ou la christianophibie sont elles considérées comme une opinion en France, alors que l’antisémitisme relève du délit pénal passible du tribunal ? En quoi cette dernière "opinion" diffère-t-elle des 2 autres ?


    • Amis internautes bannissons à tout jamais ce satané terme "antisémite" qui nous est imposé pour tout embrouiller et nous conduire devant les tribunaux. Il existe les termes "islamophobie" et "christianophobie" alors le terme qui s’impose est "judéophobie".

      La judéophobie n’a rien à voir avec la shoah : il s’agit simplement du rejet d’une religion, ce qui est une opinion légale et respectable.

      Lorsque les auteurs auront compris cela, qu’ils retourneront la situation en imposant le terme judéophobie dans leurs écrits et bannissant ainsi le terme "piège" d’antisémitisme, alors la justice se cassera les dents sur leurs dossiers. Et les sionistes s’arracheront les cheveux de colère à chaque lecture ou audition du mot "judéophobie" : ils en sont terrifiés.


  • "Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois"
    Jésus fils de Marie (notre dame) a du pain sur la planche !


  • Ne lui manquent que la fourche et les cornes au Malka(dré) !
    Personnellement, je ne serais pas loin de le trouver physiquement "insupportable", voire "écœurant" et même "incontestable", si j’avais du temps à perdre à déchiffrer un discours qu’il pourrait tout aussi bien remplacer par un bâillon et un bâillement.


  • Avec un telle mentalité, le serment d’avocat est déjà rompu.. la liberté d’ expression serait fonction des ses opinions, de sa religion , de son appartenance communautaire ? quel sont les critères de Monsieur Malka , car je lui dénie son titre de Maitre qui est selon moi usurpé...


  • Traditionnellement, et j’en suis bien loin, la Liberté n’est pas dissociable de la Vérité.

    Or pour cette « liberté d’expression », terme sorti du cul des Loges lucifériennes de la Raie publique, c’est précisément l’inverse puisqu’elle tolère le mensonge, le deux-poids-deux-mesures, l’inversion... c’est une sorte de girouette qui dénie la Vérité, forcément absolue puisqu’elle ne tolère pas l’écart ni le pas chassé.

    Je n’ai pas besoin d’écouter le verbiage de Malka. Ce monde est truffé d’enculés comme toujours, mais cette fois ils sont aux commandes, c’est notre problème.
    Vous pouvez être sûr que M. Soral se trouve aux antipodes de ce Malka. L’un est solaire, l’autre est une salope, fidèle à ce monde lunaire de femelles.
    Celles-ci ne sont bien que sous les projos. Lumière artificielle pour étoiles filantes.
    Du frivole, pas d’impact.


  • Ah oui, chez nous on peut juste renommer des rues Stephan Bandera et dire que l’URSS est responsable a elle seule du déclenchement de la 2e guerre mondiale.

    La preuve, sous NOS latitudes, le parlement européen et la rada urkainienne semblent protégée par le.1er amendement us. CQFD


  • Ce pauvre Mourad Boudjellal (au passage parce qu’il intervient dans la vidéo), qui n’a encore rien compris mais qui se croit un subversif éclairé, qui se réclame de Gotlib, Hara-Kiri et Métal Hurlant, mais qui a fait fortune en éditant de la sous-BD de supermarché (Les Blondes...), avec une gestion ultra-libérale en contribuant à faire baisser le niveau - comme il l’a fait dans le rugby au détriment de l’équipe de France -, qui va parfois citer Coluche pour tenter de s’immuniser de ses contradictions. Un pur produit du libéralisme libertaire avec l’arrogance de la vacuité du parvenu. Un escroc.


  • notre pays est maintenant ancré dans 1 monopartisme politico-légal, au sein duquel les politiciens, les journalistes et les avocats assurent la mise en scène du suspense éditorial.
    c’ était ça aussi avant, mais entre 2 propositions concurrentes..alors qu’ aujourd’hui, la dictature sioniste a assujetti tout les intervenants accrédités par la Loi ! (position suicidaire de cette dernière, qui n’ aura su conserver sa légitimité morale...tant pis.)
    nous assistons donc à une situation de déséquilibre rare, dans lequel il n’ y a plus ni opposition, ni dualité admise par le progrès légal tel qu’ il se défini lui même :
    - progressisme légal...conservatisme illégal
    - féminisme légal...machisme illégal
    - LGBTisme légal...traditionalisme illégal
    - prosémitisme légal...antisémitisme illégal
    - mondialisme légal...souverainisme illégal
    - sionisme légal...anti sionisme illégal
    - intégrationniste légal...patriote illégal etc...


  • Malka plaide pour une liberté d’expression quasi totale à l’exception de ceux qui prêchent « l’insupportable ».

    Ok, on a compris ce que signifie" insupportable !". Cela me fait penser à un sketch de Dieudonné où un juif hystérique lui reproche de ne pas se prosterner devant la souffrance de lumière. Dieudo répond au juif survolté que ses grands-parents aussi ont beaucoup souffert avec la traite négrière et qu’il n’emmerde personne avec cette histoire. Le juif explose et balance à Dieudo : " Quoi, je te parle de la Shoah et toi tu me parles du Livre de la jungle !?". On retrouve le même esprit talmudique chez Malka.


  • La liberté d’expression est totale en france, on a le droit de dire et de penser tout ce qu’on souhaite dans le cadre définit par le crif... oui, totalement libre d’être d’accord avec la l’idéologie qu’ils décrètent.

    Le reste est abominable et ne relève plus ni de la pensée ni de l’opinion, et doit être sévèrement réprimé, pour préserver la liberté démocratique et la paix.

    Ouf ! elle est dure a avaler cette couleuvre là ^^


  • Et dire que cette phrase vient d’un soi-disant avocat.
    Apparement, aujourd’hui pour un certain type de personnes, le dîplome d’avocat se refile comme des carembars.
    Cette avocaillon, n’est pas du tout à ça place, il ne possede aucune éthique et déontologie de la profession.

     

  • J’ignorais qu’il y avait des vulcains en France. Sauf que sa logique est typiquement tribale.


  • C’est la liberté d’expression à la carte, à la arrange-toi comme tu veux .Le régime de dictature que vit la France doit bien lui convenir
    Moi je dirais, FERME TA GUEULE !


  • Malka est le protégé de Kiejman, c’est l’avocat qui défend Charlie des critiques de ses unes anti islam, tout en oubliant systématiquement que le pape en prenait également pour son grade dans Charlie.

    Pour en arriver à la conclusion qu’au nom de la lutte contre l’islamophobie, la société pratiquait une censure morale, donc entravait la liberté d’expression. (« Eloge de l’irrévérence »)

    Grand absent de son droit au blasphème : le judaïsme.
    Lorsque Malka loue le droit au blasphème pour tout ce qui n’est pas laïc, il faut comprendre tout sauf le judaïsme, à savoir l’Islam et le catholicisme.

    C’est comme si Malka excluait le judaïsme du champ laïc ou plutôt, c’est comme si le Judaïsme était au même niveau que la laïcité.

    Maitre Malka, systématiquement et avec habilité, il faut le reconnaitre, vient chercher le consensus autour du droit à l’irrévérence, mais à condition de ne pas franchir le Rubicon de l’Eglise Républicaine qu’est la laïcité.
    Sur ce dernier point, il se garde bien de la détailler (protestantisme Anglican, judaïsme), et pour cause, car relevant du caractère sacré des loges et donc, tout critique de ce dernier relèverait, pour le coup, du blasphème.

    La liberté d’expression de Malka est donc à géométrie variable.


  • Ce genre de personnes qui manquent de droiture et d’ouverture de cœur, ne sont que des courtisans. Il n’y a pas autre chose à ajouter.


  • Les dissidents harcelés tandis que ceux qui détruisent la France ont une liberté d’expression totale pour créer une guerre civile.
    Il y a une pétition à signer contre cet abruti, Hadama Traore,qui soutient la haine et qui est protégé par les antiracistes !!
    On vit une époque où toutes les valeurs ont été sciemment inversées...

    http://www.france-petitions.com/pet...


  • Malka n’a pas la tête d’un avocat mais d’un proxénète ou d’un harceleur


  • #2295758

    Richard les pouffiasses comme toi , jubilent a dire pour la Manif pour Tous que les chiffres sont tronqués, bon je vais donc pas faire ma pouffiasse, mais puisque tu dis il y a 4 million de français qui sont descendu dans la rue, très bien mais on est 67 millions , il y a donc 63 millions de français qui sont resté chez eux ,et qui n’étaient donc pas Charlie, va falloir construire des prisons, pour nous autres, les pas Charlie comme dirait « Nathalie Saint Cricq »
    4 millions (Ouai ..soit disant) ça fait pas bézef, pour une France de 67 millions , 4 millions c’est quoi Paris et ses alentours bobo, c’est ça ?
    La France c’est 34 968 communes dans les 101 départements, c’est 1 million 300 milles entreprises artisanale, 448 500 exploitation agricole, c’est 5 millions de chômeurs, plus d’1 millions de commerçants, c’est 68 253 détenus ,c’est 1 530 000 mères célibataires, c’est « Environ 25 % des ­jeunes usagers de cannabis dans l’année ont un usage problématique. Cela représente 60 000 personnes de 17 ans » , ça en fait du monde qui s’en bas les couilles de Charlie, de son Esprit, et de toi Richard ,non ??
    Moi je pense même, que ton chiffre de 4 millions, tu peux le diviser par 3, peut-être même plus
    Richard..... la France aujourd’hui, c’est les Gilets Jaunes, les Bonnets Rouges, c’est la Manif pour Tous, la France c’est l’arrivée petit a petit de ce que vous nommez le populisme, les Rouges/Bruns
    Et toi et les tiens vous le savez très bien, Charlie, SOS racisme, le MRAP, le CRAN, c’est la fin, certes reste le pire ,c’est a dire le CRIF, la DILCRAH et l’UEJF, mais ça va pas durer et tu le sais ,on le sait , tout le monde le sait
    Soyez bons joueurs et partez d’ici, c’est ce qui serait le mieux et le plus sage Richard !!!
    Allez un peu d’honneur et de sagesse pour une fois
    Merci


  • Je ne savais pas que Nosfératu avait un fils...


  • Sauf que le droit au blasphème n’existe pas M. Malka !
    C’est la condamnation du blasphème qui a été abolie...
    et ce n’est pas du tout la même chose.
    Ce que veut Malka, c’est créer de nouveaux blasphèmes et ressusciter leur condamnation !


Commentaires suivants