Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’écrivain Sylvain Tesson sur les traces d’Ulysse, le héros de l’Odyssée

Un documentaire pour raconter l’épopée d’Homère à travers la Méditerranée, c’est le nouveau défi de Sylvain Tesson. Après le livre, Un été avec Homère, l’écrivain voyageur de 47 ans repart sur les routes d’Ulysse, le héros du poète grec.

 

 

 

« Homère a infusé dans son poème tous les blasons de la Méditerranée, les odeurs, le cri des oiseaux, les coups de vent, l’écume, la tempête... Tout ça, on va le retrouver. »

« Tous ces gens qui vivent dans des lieux mythologiques conservent la mémoire. »

Sylvain Tesson partira de Marseille à bord d’un voilier, pour rejoindre la Turquie, en passant entre la Corse et la Sardaigne, puis contournera la pointe de la botte italienne avant de se diriger vers le Sud de l’Albanie, Corfou, Ithaque, la Mer Egée et les îles grecques. Un voyage promis à de riches rencontres avec les habitants d’aujourd’hui qui portent en eux l’histoire de leur terre.

L’Odyssée est le poème du retour, de la reconstruction, mais pour Sylvain Tesson, c’est l’heure du départ. L’écrivain sait que tout n’est jamais vraiment écrit.

Lire l’intégralité de l’article sur francetvinfo.fr

 

Ne manquez pas l’exceptionnelle édition Kontre Kulture de l’Odyssée !

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

44 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Si vous trouviez le moyen de faire un coffret (ou juste un prix) des deux œuvres d’Homère... Je serais client. Peut-être pour Noël ?


  • Oui, il faut lire l’Iliade et l’Odyssée... ce récit nous plonge dans nos racines, elles remontent lentement au travers des chapitres dont le style - à peu près fidèle à l’esprit de l’écrivain par des traductions soignées - nous apparaît souvent comme la description d’une bande dessinée soigneuse, aventureuse, haute en couleur, précise en traits maîtrisés.

    L’homme, se rapprochant des grandes figures mythiques, essaie toujours de s’arracher à sa condition terrestre, à ses pensées primaires, pour tenter d’agir, et donc de penser, comme un héro. Les personnages féminins, dans ces récits antiques, ont toujours une puissance spectaculaires - en positif comme en négatif - et cela aussi invite les femmes qui lisent ces œuvres à dépasser, si possible, ses petites préoccupations de citadine consommatrice.

    S’élever par la conscience, le courage et l’esprit est probablement l’unique objectif que l’humain dénaturé de notre époque aurait de mieux à faire...

    PS : L’édition KK d’Homère est particulièrement jolie. Un autre petit plaisir non négligeable que d’avoir entre les mains un beau livre, contenu et couverture !

     

    • "Ce récit nous plonge dans nos racines" ?? Je ne savais pas que les anciens Grecs étaient les ancetres des Gaulois.La civilisation greque était complètement inconnue en Occident jusqu’au 18e siècle.


    • @ Observateur 2

      Ces deux récits (et leurs compléments apocryphes) sont le fondement de la culture gréco-romaine antique, donc, la Gaule, terre romanisée dès le Ier siècle av. J.-C. et hellénisée dans le Sud depuis bien plus longtemps encore, ne saurait s’en dissocier.


    • Nos racines ? Nos racines plongent dans Platon, certainement pas dans Homère, hélas.


    • @ Le Hutin

      C’est Platon qui posant la question de ce qui est juste, inaugure l’Occident et la manière proprement occidentale de comprendre " l’Homme ". Télémaque était fils d’Ulysse, désormais il est l’Homme en tant qu’il possède le logos. Lequel d’entre nous se comprendrait fondamentalement comme étant fils de Gérard ou de Jean-Luc ? Le grec vénère le singulier, le différent, quand la culture platonico-chrétienne vénère l’universel. La chose est simple, notre culture, comme Platon, est le contraire de la culture grecque. Les grecs l’avaient bien compris : Socrate fut condamné à mort. Le judaïsme est à sa manière plus proche des premiers grecs que nous le sommes nous.


    • Le Hutin
      La culture Gréco_romaine tirait intégralement sa substance dans celle du Proche Orient ( notamment l’Egypte) dont elle tenait sa mythologie, ses dieux et sa philosophie. De Platon à Pythagore, tous les anciens grecs (ceux qui comptent) ont fait leur voyage initiatique en Egypte et au moyen orient.


    • @ Rien

      Merci pour cette mise au point. Je parlais surtout de l’imaginaire collectif autour de l’Iliade et de l’Odyssée qui, comme les éléments de la mythologie gréco-romaine, marque la civilisation occidentale depuis l’Antiquité tant avant qu’après l’avènement du christianisme, et ce, par son autorité, sa notoriété et la localisation du récit dans le bassin méditerranéen, espace commun à nos ancêtres. Et la discussion est lancée quant à l’intérêt des Grecs de l’époque de Platon pour le seul singulier. En fait, la vie en cité, la thalassocratie athénienne, la guerre en phalanges ou le panhellénisme d’Alexandre tendent vers le collectif et l’universel plutôt que vers l’individu. C’est d’ailleurs le cas chez Homère, où certes l’époque est à la glorification des héros, mais sans que cela ne réduise l’importance du groupe. Si les Grecs de l’époque archaïque usent de patronymes (pratique omniprésente dans l’Antiquité), l’appartenance à une cité ou tribu reste essentielle à leur identité.


    • opposer Platon à l’esprit grec ou prétendre que la condamnation de Socrate est d’ordre philosophique (idéologique) et non purement politique est encore une vision "universitaire" et purement intellectuelle du problème. Les choses sont bien plus simples, l’histoire de la culture grecque est l’histoire du passage d’un peuple barbare à un peuple civilisé. il n’y a pas contradictions mais évolution et prise de conscience de cette évolution.
      Quant à l’apport de la culture grecque à occident, elle est intrinsèquement liée philosophiquement au christianisme qui intègrera parfaitement le neo platonisme, une spiritualité purement grecque, et politiquement au concept démocratique. le reste c’est pipeau et masturbation intellectuelle.
      l’Illiade n’a rien à voir avec la chanson de Roland pas plus que l’Odyssée avec la quête du Graal.
      C’est principalement la culture romaine qui a "fait" l’Europe, bien plus que l’esprit grec (hélas,d’ailleurs puisque du coup la force a supplanté le beau et l’état la cité ).
      Enfin, il n’a jamais eu d’universalisme grec (ni romain) puisque les deux cultures se définissaient et se justifiaient par rapport au monde barbare. l’universalisme est une invention purement chrétienne (l’amour étant le seul ciment "universel")


    • @ observateur 2

      Ben voilà, il en fallait un qui la ramène pour jouer son spécialiste... c’est vous !
      N’avez-vous pas compris ce que j’ai cherché à transmettre dans mon précédent commentaire ? Rappeler que notre époque s’inspire majoritairement des philosophes grecs, c’est une erreur ou faut-il que vous nous fassiez une leçon de maître d’école pour vous sentir bien ?

      Et le plus beau, c’est comme tous ceux qui postent pour corriger autrui, vous n’avez aucun crainte pour affirmer que vous avez raison.... tu m’étonnes qu’on passe pour des arrogants dans le monde !


    • @ observateur 2 : " Je ne savais pas que les anciens Grecs étaient les ancetres des Gaulois.La civilisation greque était complètement inconnue en Occident jusqu’au 18e siècle. "

      Les Doriens étaient un peuple de même souche que les Celtes.

      Les Gaulois utilisaient l’alphabet grec.

      La religion des Druides, en particulier leur croyance à l’immortalité des âmes, était très proche de celle des philosophes pythagoriciens.

      Les Gaulois frappaient une monnaie d’or sur le modèle du statère de Philippe de Macédoine qui avait demandé au roi gaulois Bituit si vraiment les Gaulois ne craignaient rien, et celui-ci lui avait répondu avec ironie et effronterie, qu’ils craignaient que le ciel leur tombe sur la tête, indiquant par là un évènement dont tout le monde savait qu’il n’avait aucune chance de se produire.

      Les peuples celtes avaient des rois, avec des sénats, ils formaient une confédération, leur société suivait le principe de séparation des pouvoir (religieux, politique et économique) de la tripartition indo-européenne, comme les Hellènes.

      La civilisation grecque était très bien connue au XVIIIe siècle, une des meilleures traductions de l’illiade et de l’Odyssée avec des commentaires érudits était celle d’une femme, Madame Dacier, née Anne Lefèvre (1647-1720), qui soutenait que Homère n’avait jamais existé, que l’Illiade et l’Odyssée étaient l’oeuvre de plusieurs rhapsodes :

      https://upload.wikimedia.org/wikipe...

      http://homere.iliadeodyssee.free.fr...

      Louis-Sébastien Mercier mentionne que les Parisiens étaient appelés les Athéniens des bords de Seine.

      La civilisation grecque était même très bien connue en France depuis le Moyen Âge puisque Thomas d’Aquin a fait une synthèse de l’oeuvre d’Aristote et du christianisme.


    • De quoi accuse-t-on très exactement Socrate ? :

      1)de ne pas respecter les dieux de la cité ce qui dans le langage de l’époque n’est pas une critique religieuse, mais politique : Athènes était une démocratie religieuse ne pas respecter les dieux de la cité c’est refuser la démocratie or Socrate était anti démocrate (fait amplement confirmé par Platon et Xénophon).
      2) de corrompre la jeunesse ce qui est exact si on se réfère à l’histoire de la démocratie athénienne : ce procès se situe juste après la branlée mémorable que s’est prise la démocratie athénienne à la fin des guerres du Péloponnèse. Or qui est responsable de cette catastrophe et qui en profite ? Alcibiade et Critias, tous deux considérés comme traitres à la cité lors du retour de la démocratie.
      Or Alcibiade et Critias sont les disciples parmi les plus doués de Socrate (CQFD).
      Le procès de Socrate est donc politique et à travers Socrate on cherche à éteindre toute volonté de dissidence anti démocratique. Il est drôle de remarquer que Socrate est condamné par un jury populaire d’environ 500 jurés et avec un verdict très "démocratique" soit à peine un peu plus que la moitié des votes.
      Croire à une quelconque motivation religieuse ou philosophique dans ce procès c’est épouser le contresens (volontaire ?) de Voltaire et des philosophes des lumières qui en font un représentant de la lutte contre l’intolérance religieuse alors que c’est simplement un anti démocrate carabiné, un élitiste conservateur totalement fermé à toute idée de révolution.


    • #2292167

      @ PL

      L’amalgame avec les Doriens est ridicule. Les Doriens sont effectivement des peuples de souches européenne, alors que les Grecs sont des amas de peuples, des métis venus du sud, et notamment d’Asie mineure. Sont définis comme Grecs des personnes dites " civilisées " donc domestiquées, sans rapport avec l’origine. C’est un troupeau de gueux a qui ont a bourré le mou (éduquer ) et qu’on a gratifié avec des flagorneries.

      Enfin voyons ... Les Byzantins donnent des descriptions précises des peuples d’Europe lors de leur processus de colonisation, du Caucase jusqu’à Gibraltar. Et d’après les écrits, les Européens de souche n’ont pas la tronche d’Enthoven ou de Taddeï, ils n’ont pas des nez de chèvre comme les satyres dont on été gavés les jardins des châteaux de la noblesse, ils ont tous les yeux clairs et les cheveux clairs, pas de frisés, pas de bruns ou de cheveux noirs en Europe.

      Quant à l’argument de l’écriture.... Alors ça ... Et après, on a écrit latin, donc on est romain ... Ça vole haut. Avec ce genre de raisonnement, tu finis par dire qu’un oiseau est un poisson. Bah oui, regarde, les canards, ça nage dans l’eau. Donc, ce sont des poissons.

      Non non, la vérité est plus douloureuse. Les Grecs ont trucidé les autochtones qui vivaient sur le rivage méditerranéen, à l’est de l’Europe. Et les Égyptiens ont fait de même à l’ouest. C’est toute cette partie de l’histoire qui est occultée. L’Europe prise en tenaille par les maîtres des loges pour la soumettre. Ce qui est amusant, c’est que les narrateurs de l’histoire officielle usent des mêmes méthodes que ceux d’aujourd’hui avec les musulmons : ils les attaquent chez eux, puis les décrivent comme des barbares, des envahisseurs, des terroristes.

      Les vrais Européens ont subi eux aussi ce sort avec les Romains et les Grecs. Il n’y a qu’à lire les latinistes, c’est flagrant.

      Dépeindre les véritables envahisseurs comme des sauveurs et des héros, c’est encore une méthode employées de nos jours. Quant à vos initiations, ça ne sont que des processus de conditionnement, rien de plus.

      Ulysse est un migrant qui va faire chier tout le monde chez eux. Si on avait voulu créer des générations d’abrutis pour aller conquérir et coloniser d’autres cieux, on ne s’y serait pas pris autrement. C’est du lavage de crane pour puceaux.

      Quant à votre démocratie ...Cette fraude, ce dol ... Ce piège à cons mortel. Je pensais qu’ici, nous étions sensés élever le niveau.


    • Aldéric, tu n’as pas tort sur ce cas précis, mais si tu remontes encore plus loin, tes fameux autochtones européens, les Peslages pour ce qui est des populations pré doriennes sont malgré tout issus de populations caucasiennes, tout comme la civilisation mégalithique qui a essaimé dans toute l’europe depuis l’Anatolie.
      De fait,les plus anciens autochtones européens étaient très certainement des néandertaliens dont l’espèce a disparu au moment de ces migrations. on en retrouve d’ailleurs quelques traces génétiques encore en Europe. Et même eux, leur origine n’est certainement pas européenne.


    • @ alderic-dit-le-microbe

      On parle ici de la Grèce antique à son apogée, au Ve et VIe siècle avant J-C, donc principalement des Hellènes, c’est-à-dire des peuples Achéens, Doriens (qui ont donné les Spartiates dont un roi fut Melenas de l’Iliade), Éoliens, Ioniens qui sont bien des peuples indo-européens cousins des Celtes et des Gaulois, pas des Grecs de l’époque tardive de Byzance entre le IVe - XVe siècle après J-C, encore moins des Grecs actuels.

      On parle de


  • IL me semble qu’il a omis d’y inclure Gibraltar.
    Si son père n’était pas à moitié fou, il m’enlèverai ce sentiment de gars contrefait.

     

  • #2290936
    le 04/10/2019 par L’aventure c’est l’aventure
    L’écrivain Sylvain Tesson sur les traces d’Ulysse, le héros de (...)

    Ce gars là est un sacré personnage.
    Écrivain de la Marine, il a réalisé un documentaire aux îles Eparses où il digresse façon Lucchini entre deux crabes.
    À garder précieusement !

     

  • Le voire executé par un peloton... À non-pardon dans ce sens on n’a pas le droit !

     

    • Vous confondez avec Philippe Tesson...


    • @karim...........très con ce que tu écris !...les défauts des individus seraient forcément transmissibles génétiquement, faisant des enfants les récipiendaires et les responsables des forfaits ou imbécilités de leurs parents...pas de transmission par le sang ici, on est sur E&R, pas chez les sionistes gavés de racialisme !!...tu voudrais l’exécuter ( même pour rire ) parce que c’est le fils de son père...Sylvain Tesson est discret, ne squatte pas les médias et sais rouler sa bosse autant que la bille de son stylo avec un talent unique...j’invite tous les " aventuriers " du web à s’intéresser à cet homme pudique qui au gré de ses pérégrinations, sait en apprendre sur lui autant qu’il nous donne à apprendre sur nous-mêmes, profondément .


    • cet intéressant garçon n’est pas responsable des aberrations de son paternel !


    • Ça va peut-être faire réfléchir son père ce commentaire !
      Et j’aimerais connaître son avis sur ce que son père a dit, car ils sont bien proches !

      C’est trop facile, car moi oui !...,et je suis sincère quand je le dis j’ais été heurté et très choqué par les mots sur le simple « Negre » Dieudo de son malade de père dit avec tant de passion !

      Je ne comprend pas que ER lui fasse de la Pub.
      À quand un article positif sur le fils de Benyamin Nétanyahou !


    • #2291530

      Oui, je l’affirme haut et fort, sans la moindre honte : " les chiens ne font pas des chats ! "

      S’il les dettes financières sont transmissibles d’une génération à l’autre, alors toutes les dettes le sont.

      Que je sache, ce type ne pourrait pas faire le bobo sur un bateau, sans les héritages du paternel.
      C’est une caste, et cette caste est une et indivisible. Nous ne ferons donc pas de différences en cherchant qui a dit quoi. Toute la caste s’en est arrangée sans sourciller, toute la caste est donc débitrice. Il n’y a pas d’innocents chez eux. Jamais.


  • une belle plume Sylvain Tesson, découvert cet été. Content de placer de nouveaux livres à coté de ceux de Nicolas Bouvier.


  • Il faut vraiment être un Français pour appeler cet écrivain "un écrivain-aventurier" quand on bénéficie sans doute d’un passeport diplomatique grâce à papa et qu’en cas de pépin on puisse tjs compter sur papa ou maman pour envoyer un petit billet. Lors de mes voyages à travers le monde, j’ai rencontré des vrais baroudeurs ; des vrais fous. Si y avait bien une chose qui semblait tous les caractérisés ce qu’ils semblaient ne pas être conscient de la vie extrême qu’ils menaient. L’intensité de leurs vies, les anecdotes l’une plus extrême que l’autre qu’ils avaient à raconter étaient devenues banales.

     

    • ce gars a une belle, parfois une très belle plume...alors je ne sais si il a été pistonné quand il s’est massacré la gueule dans ses aventures, par ailleurs connais-tu les relations qu’il entretient avec papa, dont il ne parle jamais ?...


    • Pouvez vous en dire plus sur ces anecdotes ? Ca m’intéresse vraiment..


    • Il faut vraiment être anti français de combat pour écrire ton commentaire.
      Il est effectivement aventurier. Il n’est pas dit kamikaze ou quoi que ce soit.
      Et il y a aussi beaucoup de français aventuriers et kamikases.
      Pas beaucoup dans les journalistes qui sont plutôt pantouflards mais bon dans le reste de sa population la France n’a rien à envier à aucun autre pays.

      Ceci dit là où tu touche quelque chose de sensible c’est la filiation. C’est le fils de Phillipe tesson . Le foldingo qui voulait faire exécuter dieudonné.

      Vu la paternité je ne suis pas sur que Sylvain T soit sur la ligne E&R. Il risque de la faire savoir vite.


    • Entierement d accord. J ai lu son bouquin sur la siberie paru en collection blanche de gallimard. C est plutot approximatif comme style... Si il est chez gallimard c est probablement/ evidemment grace a papa.
      Passer 6 mois en siberie billet de retour en poche et s eclipser quand l hiver arrive... quel aventurier !
      Enfin sa petite ballade en moto en russie, drapeau napoleonien au vent... quel mepris des locaux qui se sont defendus contre l invasion francaise...
      Bref les commentaire pro ce type la me font doucement rigoler...


    • "Sylvain Tesson est le fils de Marie-Claude Tesson-Millet (1942-2014), docteur en médecine, spécialisée en rhumatologie et en médecine tropicale, et du journaliste Philippe Tesson, qui ont notamment fondé ensemble Le Quotidien du médecin. Il a deux sœurs, la comédienne Stéphanie Tesson, née en 1969, et la journaliste d’art Daphné Tesson, née en 1978, Il a étudié au lycée Passy-Buzenval puis effectué une hypokhâgne et une khâgne"

      Ah ouaih ça sent les fins de mois difficiles et l’absence totale de réseau pour faire son trou, j’ai l’idée qu’ils ont pas du souvent mettre le bleu de travail chez les Tesson, tant mieux pour eux tant pis pour ceux qui croient même ici aux contes de fées..
      Sinon un commentaire demandait pourquoi il avait la tronche de biais, c’était une chute en 2014 en escaladant la façade d’une maison à Chamonix


  • Sous son habillage poétique, l’Odyssée d’Homère voile une profonde connaissance de la nature et de l’être humain.

    Elle reflète l’enseignement des anciennes écoles initiatiques de la Grèce antique appelées les « Mystères d’Éleusis ».

    Ce poème illustre, dans un langage allégorique, le trajet suivi par les Anciens initiés sur la voie de leur transmutation.

    Le voyage de retour d’Ulysse vers Ithaque évoque en images allégoriques, ces transformations intérieures accomplies sous l’effet de l’Initiation.

    Les termes "mythe, mystère, mystes, mutation" ont la même étymologie, évoquant l’idée de mort/re(naissance), « né de nouveau » que Jésus appelle.

    Le h[éros] "un Horus", impétrant parfait, possédant toutes les qualités nécessaires pour affronter les épreuves de son voyage, de l’Initiation aux mystères eux-mêmes.

    Les personnages importants dans le mythe ont leur rôle dans l’Initiation, puisqu’ils sont autant de « miroirs » de l’âme d’Ulysse (Pénélope), tentations et vices (les prétendants de Pénélope).

    Vue/ lue par les yeux de l’âme (3e ŒIL), le lecteur découvre dès lors par identification, une « autre dimension » des aventures décrites du h[éros] qu’il devient, a vécu ou re/vécu : lecture vivante, non scolaire/littéraire.

    Chaque élément du récit peut être transfiguré en ton âme, menant à la réflexion (miroir, retour sur Soi) comme toutes les étapes de son voyage de retour de la guerre de Troie, rempli de dangers, d’épreuves, en réalité, expérimentées par chacun dans son donné d’existence non perçues, comme épreuves pour l’âme mais pour « son seul ego » bien seul avec mille problèmes du coup !

    « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos [de l’âme] » Mt 11-28 (le « moi » de Jésus est un SOI menant au JESU†S

    L’ouvrage de Pascal Bancourt « Le Voyage d’Ulysse et la voie initiatique » afin que nos contemporains puissent retrouver le lien&liant manquant cruellement au grand Passage (nos Pâques) vers le retour à la Tradition Primordiale dont René Guénon a si souvent fait référence, sans jamais dire, ni expliquer de quoi il s’agit et pour cause ...

    Si Ulysse reste toujours d’actualité où le « règne de la quantité et signes des temps », le monde moderne : « une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure » Ulysse affirme et confirme : ne devenez pas des « Paul Tibbets, pilote de l’Enola Gay du bombardement d’Hiroshima, l’homme de la civilisation des machines, obéissant et irresponsable.

     

    • Ulysse c’est surtout le héros grec 2.0 en opposition avec Achille le héros archaïque, c’est le triomphe de la métis (la ruse) sur la force brute. l’efficacité opposée au panache. gamin je préférais Achille mais en vieillissant je me dis qu’Ulysse, lui, s’en est sorti (il a retrouvé Pénélope).


    • addendum à mon commentaire

      « La mythologie , pas une histoire à reconstruire , mais deux, l’une vue de l’extérieur, par les écrits des non-initiés ; l’autre vue de l’intérieur [vue, écoutée, accueillie par les yeux, les oreilles, les 5 sens réunis, au-delà&dedans de sa personnalité, c.à.d l’ÂME, là où l’ego n’a plus prise, apaisé, confiant] par la révélation ésotérique. »

      « Comprendre [mettre en Soi, les Vivre, tel un acteur vit le mystère du personnage interprété et se révèle] ces mythes de l’intérieur, par les écoles des mystères sur le fronton desquelles était gravée l’inscription-clé « Connais toi, toi même et tu connaîtras l’univers et les dieux » et à l’intérieur du Temple, on chuchotait cette autre formule à l’oreille du myste : « Voir, Entendre, se Taire ». Du temps d’Homère, la décadence était déjà commencée, si bien qu’il faut rechercher les racines des mythes dans les temps bien plus anciens. » Celles évoquées par René Guénon & Julius Evola : la Grande Tradition Primordiale.

      « On pourra toujours opposer Platon, bannissant Homère de sa République. La raison en est fort simple : les mythes d’Homère bien que respectant la ligne « ésotérique » des mystères, devenaient une proie facile aux railleries des sophistes et des athées, dont la vague menaçante risquait de perdre la pure religion des Ancêtres. »

      « Tous les Initiés qui lui succédèrent firent de même : Jésus en Christ, lui-même, ne parlait au Peuple qu’en paraboles, mais il instruisait ses disciples dans le secret. Les Conciles rognèrent de la religion chrétienne primitive, les mystères mineurs & majeurs célébrés encore trois siècles après Christ en Jésus : les nécessités de l’évolution exigent parfois l’usage du boisseau. »

      Ce temps de mise sous le boisseau est révolu.

      Ce ne sont pas des croisières sur le pourtour de la Méditerranée avec Sylvain Tesson, ni ses documentaires pour Arte, publicité pour des compagnies maritimes et retraités friqués, qui permettront de lever le(s) voile(s) des Mystères aux fins de Révélations, faire croître et embellir les vertus déposées en chaque être, autrement dit faire œuvre mâle, CULTIVER sa vie intérieure (celle de l’ÂME prisonnière de l’ego béat parti en croisière,ne comprenant rien au symbolisme Vivant de la Croix, son Souffle, son Feu, dont Ulysse tenait l’axe Vertical au mât de son embarcation, enchaîné.

      Extraits de R. Emmanuel "Plein feux sur la Grèce antique - La mythologie vue par ses Écoles des Mystères. p. 10 (1963).


    • @Enki

      J’aime beaucoup le fond, l’esprit de ces deux commentaires, cela me fait penser à du Aïvanhov... Ça me rappelle les choses importantes...
      Merci


    • Je plussoie Janus : merci Enki.


  • C’est financé par qui la ballade en bateau ? Lui ou une aide "culturelle d’état" ?...

     

    • Concernant le financement de l’affaire, j’ai justement eu la curiosité de vérifier combien pouvait couter ce voilier, l’Akhenaton. En fait, c’est un gros yacht de riches : 34 mètres de long , 7,20 mètres de large, 77 tonnes. Cinq cabines pour 10 invités, plus les quartiers du petit personnel (quatre personnes). Ce genre de bahut, trop gros, ça se parque à l’ancre dans une baie abritée assez grande, et sinon dans une marina... Pas l’idéal pour rencontrer les locaux

      Le voilier date de 2005, il doit encore valoir disons entre cinq à 10 millions, et ça se loue à la semaine pour au moins 20 000$.

      C’est un engin de croisière, pas de courses, donc juste pour la nav pure + escales techniques, faut compter trois semaines. Rajouter le temps passé à "humer" les traces d’Ulysse.

      Bref, pour ceux qui pensent que Sylvain Tesson a hérité de papa : Pas forcément. La production d’un reportage pour Arte et Ushaia TV. (productrice : françoise barra, Latosensu Productions) était déjà annoncée il y a 4 mois dans le Dauphiné Libéré. Donc il a peut être réussi a préfinancer son opération pour payer les dizaines de milliers de $ de location.

      Voici un Ulysse (presque) contemporain, plus authentique. Un tour du monde avec juste le nécessaire pour une sécurité correcte, et donc budget quotidien divisé par cent :
      http://amd.alio.free.fr/michelmartin.htm

      A l’exception de Moitessier et Tabarly qui étaient devenus des légendes vivantes, les vrais marins ne sont pas ceux qui passent dans les médias. Qui connait Colin Swale, par exemple ? (bon, son exploit - le cap Horn sur un cata de seulement 9 mètres - était une prise de risque tellement barge qu’il valait mieux ne pas trop l’ériger en exemple. Mais quand même ; son record tient depuis 50 ans)


  • J’ai quelques a priori sur Tesson en raison de sa filiation (son père qui souhaitait l’exécution publique de Dieudo) et certaines de ses positions politiques que j’avais lu sur sa fiche wikipédia il y a un an ou deux mais qui entre temps semble avoir été modifiée car je ne retrouve plus les points litigieux qui m’avaient rendu ce personnage antipathique. Tellement antipathique que j’avais refusé de lire un bouquin de lui que m’avait donné un pote ! Mais avec cet article j’entrevois un personnage qui me semble plus intéressant et digne d’intérêt que je ne le pensais ! Comme quoi il est plus sage de s’abstenir d’avoir des opinions arrêtées sur une personne et ceci est d’autant plus vrai quand ces opinions sont basées sur de vagues informations...


  • Sylvain
    Embarques ton père avec toi.. et déposes-le sur l’île la plus éloignée de toute civilisation.. Bon voyage.

    Lilirose


  • Cette tronche en biais, fils de son père, n’est pas sans cesse harcelé par les médias qui lui demandent : "Condamnez vous les propos de votre père qui souhaite la mort de Dieudonné par un peloton d’exécution ?".


  • #2292751

    Ce qui est passionnant dans l’Iliade et l’Odyssée c’est sa symbolique. C’est un conte initiatique (l’initiation étant une voie de purification de l’âme). Une merveille !.
    Tout y a un sens profond.
    Désolée, je ne lirai pas le livre de Sylvain Tesson dont je crains fort la platitude.


  • Ha, le bourgeois-voyageur... je me barre quelques mois en Sibérie, puis je reviens faire la promo chez Ruquier pour mon public : les bobos parisiens qui tripent sur "l’inconnu" où ils n’iront jamais. Et, comme je suis resté un grand enfant, j’escalade les maisons pour au final me casser la gueule.
    N’est pas Thoreau, Hesse ou Jünger qui veut.


Commentaires suivants