Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’eurosceptique Andrzej Duda, nouveau président de la Pologne

Le conservateur Andrzej Duda a été élu dimanche président de la Pologne, avec 52% des suffrages, selon un sondage, battant le chef de l’État sortant de centre droit Bronislaw Komorowski (48%) qui a reconnu immédiatement sa défaite.

La victoire du juriste de 43 ans, qui devrait être confirmée officiellement lundi soir, pourrait ouvrir la voie au retour au pouvoir de son maître à penser Jaroslaw Kaczynski, chef du parti conservateur et populiste Droit et Justice (PiS), à l’occasion des législatives prévues en automne. La présidence en elle-même reste un poste avant tout honorifique.

Le premier sondage sortie des urnes de l’institut Ipsos a crédité Andrzej Duda de 53% de suffrages, mais une estimation plus précise, basée sur les résultats officiels d’un certain nombre de bureaux, a réduit ensuite son score à 52%.

« Chers amis, on n’a pas réussi cette fois-ci. Les citoyens d’une Pologne libre et démocratique en ont décidé ainsi », a-t-il dit à ses sympathisants, avant d’ajouter, « je lui souhaite un bon mandat présidentiel, car je souhaite du bien à la Pologne », a ajouté le président sortant qui achèvera son mandat le 6 août.

Le vainqueur a remercié Jaroslaw Komorowski pour ses paroles, ainsi que ceux qui ont voté pour lui, en souhaitant qu’ils « soient encore plus nombreux aux prochaines élections ».

« Ceux qui ont voté pour moi ont voté en effet pour le changement. Je suis profondément convaincu que nous sommes en mesure de reconstruire la communauté nationale dans notre pays, que nous pouvons être ensemble et redresser ensemble ce pays », a-t-il poursuivi.

Un parti quasiment inconnu à la veille de la campagne

Se disant « ouvert au dialogue », Andrzej Duda a dit espérer qu’au bout des cinq ans de sa présidence on pourra dire qu’il était le « président de tous les Polonais ».

Andrzej Duda, un député européen du PiS quasiment inconnu à la veille de la campagne, était candidat de son parti, tandis que Jaroslaw Komorowski, 62 ans, était soutenu par le parti libéral Plateforme civique (PO), au pouvoir depuis bientôt huit ans.

Les pouvoirs du chef de l’État sont relativement limités en Pologne, mais la cohabitation du jeune conservateur avec le gouvernement PO de Mme Ewa Kopacz pourrait s’avérer difficile, tellement les deux partis ont des politiques divergentes.

Andrzej Duda a fait, lors de la campagne, plusieurs promesses, s’engageant à ramener l’âge de la retraite de 67 à 65 ans – ce qui annulerait une réforme des libéraux – et à réduire les impôts, des projets coûteux qui relèvent cependant de la compétence du gouvernement et du parlement.

Il est resté relativement vague sur l’autre domaine où le chef de l’État a son mot à dire, la politique étrangère, promettant simplement de défendre les intérêts nationaux des Polonais. Son parti étant ouvertement eurosceptique, des experts prévoient de possibles tensions avec l’Union européenne, dont le Conseil est actuellement présidé par l’ancien Premier ministre libéral polonais Donald Tusk.

Jaroslaw Kaczynski invisible

Chef incontesté du parti Droit et Justice, Jaroslaw Kaczynski, frère jumeau de l’ancien président Lech Kaczynski mort dans un accident d’avion à Smolensk en Russie, ne cache pas son ambition de revenir au pouvoir, alors que depuis huit ans cet ancien Premier ministre n’a accumulé que des défaites électorales.

Il a tout misé sur son candidat, jeune et dynamique, restant pratiquement invisible lors de la campagne et se contentant d’interventions sur la station ultracatholique Radio Maryja et sa télévision Trwam.

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • "Poste uniquement honorifique".. Cette expression est bien caractéristique du néo-machiavélisme moderne. Le "pouvoir", c’est quoi après tout ? "Le Roi règne mais ne gouverne pas" etc.. etc.. Tenir les manettes de l’appareil voué en toute hypothèse à se crasher, c’est avoir le "pouvoir" ? Ou ne rien faire sur son trône sauf à compter les courbettes des courtisans et les rentes ? A tout prendre, je préfère être roi que ministre. Tout cela pour ne pas s’avouer que la reine d’Angleterre n’a pas un poste "uniquement honorifique" mais fait tout ce qu’elle veut. Et que le roi des Belges gouverne la Belgique. Naïfs que nous sommes.

     

    • Ah pardon ! La Quouine peut choisir la couleur de ses robes À CHAQUE FOIS ! Enfin, comme notre cher et vénéré président, le peuple s’enflamme pour des histoires à la con, que ce soit sexuel ou vestimentaire. Mais après tout, ils sont pas là pour diriger, ne va tout de même pas laisser les gueux choisir le chef. Soyons sérieux.


  • Cette élection tombe bien. Elle nous permettra de voir si les partis dissidents "Eurosceptiques" tiennent leurs promesses une fois au pouvoir, et restent cohérents. Ou bien si ils s’allignent sur les autres et sur l’agenda atlantiste, comme n’importe quelle formation politique.

    Et si jamais ils tiennent les promessent faitent durant leur campagne, nous verrons bien comment va reagir l’establishment militaro-atlantiste.

    Comme ça, si un jours un parti dissidents prend le pouvoir en France ou en Belgique, nous aurons une idée sur ce qui nous attends. Trahison ou écrasement.

     

    • Il fait partie d’un parti qui est, certes eurosceptique, mais également largement pro-atlantiste. Donc la question ne se pose pas. En Pologne, eurosceptique ne veut pas forcément dire "dissidence"


    • Etre eurosceptique et atlantiste c’est pas antinomique ?


    • La Pologne ne peut pas se retourner contre sont allié americain, sinon elle subirait le joug de la Russie.
      Il ne faut pas croire que Poutine ferait un cadeau à la Pologne, les deux pays sont en rivalité depuis toujours.
      Allez demander à un polonais ce qu’il pense des russes.
      Le massacre de Katyn par exemple est tres ancré dans la mémoire national.
      Sans parler de l’histoire d’après guerre.


    • Entièrement d’accord avec vous Mr. M, mais n’est-il pas dans le devoir des polonais de mettre un terme à cette compétition dépourvue de raison ? Et je ne comprend pas vraiment en quoi Poutine ne ferait pas de cadeaux aux polonais ? A mon sens, ce sont eux (le gouvernement tous clivages confondus, comme la majorité de la population) qui sont russophobes pour les raisons citées, mais sauf erreur de ma part, je ne perçoit pas cette xénophobie du côté russe. Votre commentaire est tout à fait juste, mais j’ai l’impression que vous essayez de justifier cette russophobie là où je m’arrêterais au stade d’en comprendre les origines. Le massacre de Katyn est effectivement une page noire dans l’histoire polonaise, tout comme la période de son annexion dans le bloc soviétique. Mais sérieusement, qui pourrait comparer l’URSS des années 50 à la Russie d’aujourd’hui ? Le régime politique en vigueur n’a plus rien en commun, l’économie idem, les relations internationales idem. Ca reviendrait à blâmer les allemands d’aujourd’hui pour des actes commis par une stricte minorité de gouvernants du temps de leurs ancêtres (cf. le culte interminable de la pleurnicherie). Last but not least, la Pologne a beaucoup souffert de son annexion... comme de nombreux autres pays (où les conditions étaient beaucoup plus rudes), mais aucun peuple n’a autant souffert du régime Stalinien que le peuple russe lui-même, ce serait bien de ne pas l’oublier.


  • Bonsoir !

    Vivant actuellement en Pologne, je suis rassuré que Duda ait été élu président.... c’est le moins pire ici (meme si il est à la droite du FN) Au moins je suis sur qu’il ne signera pas les projets de lois de cette psychopathe de première ministre Ewa Kopacz...


  • L’otan va corriger cette erreur, ce président ne fera pas long feu, soit discrédité par un dossier de meurs ou alors assassiné par des extrémistes russes.


  • #1192895
    le 26/05/2015 par Szczebrzerzyszczykowski
    L’eurosceptique Andrzej Duda, nouveau président de la Pologne

    C’est sans contestation aucune le moindre mal (par rapport à l’autre malfaisant), mais enfin les marges de manœuvre sont tellement minces dans les "démocraties" des médias et d’opinions…

    Un patriote c’est certain, mais pourra-t-il afficher ne serait-ce qu’un soupçon de radicalité sur des sujets délicats, vu que son épouse (visible sur la vidéo, ainsi que sa jolie fille de 19 ans) est de domo Mlle Kornhauser.

    C’est d’ailleurs surprenant le nombre de politiciens qui réussissent qui sont éternellement attachés pas leurs femmes (comme l’était l’ancien ministre et actuel président de la Diète R. Sikorski, marié à Mlle Anne Applebaum).


  • Par contre juste pour vous informer d une petite erreur de prenom : il ne s agit non pas de Jaroslaw Komorowski mais de Bronislaw Komorowski ;) ! Je suis heureuse pour la Pologne que Andrzej Duda ait remportė les presidentielles ! Tous les sondage de ces derniers mois le designaient perdant. Mais heureusement les electeurs ne se sont pas laissė influencė par ces manipulations.