Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Chine envisage de protéger ses navires contre…la piraterie américaine

La Chine rejoindra-t-elle la « coalition » dirigée par les États-Unis pour escorter des navires dans le détroit d’Ormuz ? Cela semble peu probable, mais cette publication de Reuters affirme que la Chine y réfléchit :

 

« La Chine pourrait escorter des navires de commerce chinois dans les eaux du Golfe dans le cadre d’une proposition américaine visant à former une coalition maritime pour sécuriser les couloirs maritimes après des attaques de pétroliers, a annoncé mardi son émissaire aux Émirats arabes unis.

"S’il se trouvait une situation très dangereuse, nous envisagerions de faire escorter nos navires de commerce par notre marine", a déclaré l’ambassadeur Ni Jian à Reuters à Abou Dhabi.

"Nous étudions la proposition américaine sur les arrangements d’escorte dans le Golfe", a déclaré l’ambassade de Chine dans un message texto...

Le président Donald Trump a déclaré dans un tweet du 24 juin que la Chine, le Japon et d’autres pays "devraient protéger leurs propres navires" dans la région du Golfe, où la cinquième flotte de la marine américaine est basée à Bahreïn.

La question de savoir si Washington avait adressé une demande officielle à Pékin n’était pas claire. Ce dernier doit marcher sur des œufs au Moyen-Orient en raison de ses liens énergétiques étroits avec l’Iran et l’Arabie saoudite. »

À ce jour, seule la Grande-Bretagne s’associe aux plans américains. La France, l’Allemagne et d’autres « alliés » ont rejeté la demande des États-Unis de se joindre à la mission.

Reuters semble avoir mal compris ce que l’ambassadeur de Chine a vraiment dit.

Le message est en deux parties : « Nous envisagerons de faire escorter nos navires de commerce par notre marine » et « Nous étudions la proposition américaine relative aux arrangements d’escorte dans le Golfe ». L’ambassade de Chine n’a établi aucun lien entre les deux déclarations.

Il n’est pas dans l’intérêt de la Chine de rejoindre la « coalition » anti-iranienne que les États-Unis veulent diriger. Il est, par contre, dans l’intérêt de la Chine de protéger ses navires commerciaux. Mais ce n’est pas l’Iran qui pourrait les mettre en danger. Il est également dans l’intérêt de la Chine d’étudier les plans des États-Unis. Ne serait-ce que pour les contrer si nécessaire.

La Chine continue d’acheter du pétrole iranien. Le New York Times vient juste de jeter un gros pavé hostile dans la mare, ce week-end :

« La Chine et d’autres pays reçoivent plus de cargaisons de pétroliers iraniens que ce que l’on en savait auparavant, en dépit des sanctions imposées par les États-Unis pour étouffer la principale source de revenus de Téhéran, a révélé une enquête du New York Times...

L’administration Trump commence à intensifier l’application des sanctions pour tenter de mettre fin aux exportations vers la Chine, qui reste le principal acheteur de pétrole iranien. Le 22 juillet, le secrétaire d’État Mike Pompeo a annoncé des sanctions contre Zhuhai Zhenrong, une entreprise publique chinoise, et son dirigeant, Li Youmin, pour "violation des restrictions américaines sur le secteur pétrolier iranien". […]

"Bien que je sois heureux que l’administration ait sanctionné une première série d’acteurs chinois, elle doit renforcer l’application de la loi pour dissuader les acteurs chinois et étrangers de violer les sanctions américaines contre l’Iran", a déclaré le sénateur républicain de Floride, Marco Rubio. "Le régime iranien a expédié de manière flagrante des millions de barils de pétrole en Chine."

Pour vraiment serrer la vis à la Chine, l’administration Trump devrait punir la Banque populaire de Chine ou d’autres banques chinoises qui négocient des transactions avec la Banque centrale d’Iran, a déclaré M. Nephew. Les États-Unis pourraient également pénaliser le géant de l’énergie Sinopec, qui, comme Zhuhai Zhenrong, importe également du pétrole iranien. »

Il est peu probable que la Chine arrête d’acheter à l’Iran du pétrole à prix préférentiels, du moins tant que la guerre commerciale en cours avec les États-Unis continue de s’intensifier. Il est également peu probable qu’elle rejoigne la « coalition » américaine. Mais elle protégera ses intérêts commerciaux – c’est-à-dire ses navires qui transportent des marchandises entre l’Iran et la Chine.

La Chine craint que la « coalition » américaine ne s’en prenne à ses navires pour avoir enfreint les sanctions unilatérales des États-Unis. C’est ce que les Britanniques ont fait avec le pétrolier iranien qu’ils ont piraté à Gibraltar. Il existe également un précédent historique qui démontre la nécessité de protéger les navires chinois contre de tels actions américaines :

« On se souvient beaucoup mieux en Chine qu’aux États-Unis, que, en 1993, la RPC était la victime la plus flagrante de la piraterie fondée sur des principes américains en ce qui concerne le navire de transport Yinhe.

La marine américaine a détourné le Yinhe en le forçant à interrompre son voyage et à rester en mer pendant 20 jours, jusqu’à ce que la Chine accepte de se rendre dans un port saoudien pour que ses 628 conteneurs soient fouillés à la recherche d’armes chimiques prétendument destinées à l’Iran. Heureusement pour la Chine – et au grand embarras des États-Unis –, il a été constaté que les conteneurs ne transportaient que de la peinture.

Les États-Unis ont refusé de s’excuser, ayant agi de "bonne foi", ce qui est apparemment un autre nom pour "mauvais renseignement" – même si certains responsables américains, penauds, ont accusé en privé la RPC d’avoir "monté un coup" dans le seul but de prendre en défaut les États-Unis. Pour sa part, la République populaire de Chine avait accusé les États-Unis d’agir comme un "gendarme autoproclamé du monde" et le Yinhe est devenu un symbole pour le double standard américain chaque fois que le sujet de la "liberté de navigation" se pose. »

Pour plus de détails intéressants sur l’histoire du Yinhe, voir ici.

La Chine n’autorisera pas la répétition d’une telle action. Elle sait que les États-Unis sont de plus en plus hostiles à son égard et qu’ils doivent se préparer à un conflit plus vaste. Elle suppose que la guerre commerciale actuelle n’est que le début d’un plan de lutte militaro-industrielle beaucoup plus vaste. Comme décrit par Peter Lee :

« Découpler la Chine de l’économie américaine, décourager les attentes des chinois sur les marchés, et passer à une guerre contre la Chine protègent l’armée américaine des pressions économiques et politiques pour poursuivre un cours plus modéré en Asie de l’Est.

Je m’attends à ce que le commandement US dans la région, IndoPACOM agisse avec un programme agressif - via ses alliés dans l’armée philippine - pour confronter la RPC sur ses îles artificielles, notamment le récif de Mischief, dans la mer de Chine méridionale.

Ces installations constituent un affront majeur à la virilité d’IndoPACOM et doivent être supprimées. Et cela signifie la guerre ou quelque chose de ce genre.

Rappelez-vous, comme l’a dit l’amiral Davidson, IndoPACOM : "La Chine contrôle la mer de Chine méridionale dans tous les scénarios, sauf en temps de guerre."

Eh ! les gars, il ne fait pas ces déclarations pour signaler la capitulation des Américains. L’IndoPACOM est le quartier général des faucons contre la Chine. ...

Entre le ralentissement économique mondial et la montée en puissance militaire régionale, j’estime le coût de l’affrontement avec la République populaire de Chine à 1 000 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie.

Mais comme ils disent, une guerre avec la Chine, c’est 1 000 milliards de dollars, et anticiper la perte de l’hégémonie américaine dans le Pacifique n’a pas de prix. »

Cette confrontation américano-chinoise sera avec nous au moins pour la prochaine décennie. Dans un tel scénario, il est insensé que la Chine fasse plaisir en rejoignant une « coalition » américaine hostile à ses amis iraniens. Ce qu’elle peut et devrait être prête à faire, c’est protéger ses navires contre le piratage américain.

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2254464
    Le 8 août à 18:54 par alderic-dit-le-microbe
    La Chine envisage de protéger ses navires contre…la piraterie (...)

    Nous allons offrir à la Chine les moyens de se passer des hydrocarbures.

    Ce sera bien plus simple.

     

    Répondre à ce message

  • Une autre nouvelle importante. Après Taïwan, les américains irritent les Chinois sur leur enclave de Hong Kong. Ils dénoncent les faits et entendent riposter sévèrement aux tentatives de déstabilisation de ces fausses révolutions colorées.

    La Chine a demandé jeudi 8 aux diplomates américains basés à Hong Kong "d’arrêter de s’immiscer" dans les affaires de la ville, après la révélation par la presse d’une rencontre avec des militants pro-démocratie.

    Le ministère chinois des Affaires étrangères a exprimé un "profond mécontentement" vis-à-vis des autorités américaines, mentionnant le reportage d’un média local relatant l’entretien d’un responsable du Consulat général américain à Hong Kong avec un groupe local qui réclamerait "l’indépendance". Dans un communiqué publié jeudi à Pékin, le ministère a exhorté ce consulat à "couper immédiatement tout lien avec des émeutiers anti-Chine" et à "cesser immédiatement toute interférence dans les affaires de Hong Kong".

    Un reportage publié dans le journal hongkongais Takungpao a fait état d’une rencontre entre des membres du parti Demosisto - parmi lesquels un célèbre militant prodémocratie, Joshua Wong - et Julie Eadeh, chef de la section politique du consulat général américain. Contacté par l’AFP, un porte-parole du Département d’Etat a souligné que les représentants du gouvernement américain "rencontraient régulièrement tout type de personnes à Hong Kong et Macao".

    "Par exemple, le jour de cette réunion, nos diplomates ont aussi rencontré des législateurs pro-Pékin et prodémocrates, ainsi que des membres de la communauté d’affaires américaine et du corps consulaire", a déclaré le porte-parole. Pékin présente de plus en plus les manifestations anti-gouvernement dans le territoire semi-autonome comme soutenues par l’Occident. Le parti Demosisto affirme faire campagne pour davantage d’autodétermination, mais pas pour l’indépendance.

    L’an dernier, le Parti national (HKNP), minuscule formation indépendantiste, avait été interdit pour des raisons de "sécurité nationale". C’était la première fois depuis la rétrocession de Hong Kong en 1997 qu’un parti politique était ainsi interdit. Mardi, Pékin a adressé son plus ferme avertissement en date aux manifestants hongkongais en affirmant que "ceux qui jouent avec le feu périront par le feu".

     

    Répondre à ce message

  • #2254530
    Le 8 août à 21:44 par le vengeur masqué
    La Chine envisage de protéger ses navires contre…la piraterie (...)

    Nous ne pouvons pas lutter contre des pays qui font du "dumping",qui n’ont pas 5 S de congés payés,pas de protection sociale,qui cassent les prix etc...Ce n’est pas à nous de perdre des valeurs chèrement acquises,mais à ces pays de nous imiter pour que leur population puisse avoir des avantages honorables.Sinon,on délocalise,on baisse le froc,et arrive ce qui arrive...Pour ne pas avoir su défendre nos pays-européens-nos dirigeants ont ouvert la porte à une concurrence contre laquelle nous ne pouvons plus lutter.La Chine est un exemple,mais en Europe,c’est pareil,"dumping des travailleurs polonais,italiens,tchèques qui fabriquent au 5ème du prix,finissent par tuer le pays qui n’a plus d’autre ressources que de faire venir des travailleurs étrangers pour les payer au lance-pierre.Syndicats,patronats,Etats sont responsables de ne pas avoir défendu nos pays convenablement en instaurant des taxes contre tous ces pays prédateurs.Aussi la politique de Trump n’est-elle pas forcément si bête qu’on veuille le dire...
    Je ne prétends à rien,ne suis spécialiste économique en rien,mais c’est le sentiment qui me vient.D’aucuns éclaireront ma lanterne peut-être...

     

    Répondre à ce message

    • #2254714

      Ce n’est pas au chinois de devenir comme nous, mais à nous de prendre exemple sur les chinois. Si les prix sont élevés en France c’est à cause de l’État qui taxe au maximum et aux français qui veulent tous bien bouffer, partir en vacances été comme hiver, changer de bagnole, acheter la télé dernière génération, le mobile dernier cri, les dernières merdes technologiques, 4G, 5G, haut débit, SUV connecté, etc... La France vit à crédit. A ce petit jeu c’est les chinois qui gagneront.
      La solution ? Arrêter de consommer, acheter d’occasion, moins bouffer de viande, éviter la bagnole, rester chez soi et fuir les temples de la consommation !

       
  • La Chine fait comme tout le monde. Ils protègent leurs intérêts. Si cela passe par une alliance, ainsi soit-il. Quant à la qualité des infos Reuters...

     

    Répondre à ce message

  • " les sanctions américaines contre l’Iran " sont d’origine israéliennes et parfaitement illégales . Les enc… de l’ONU n’en disent mot . Si les US parviennent à interdire à leurs partenaires GB, Français , Allemands etc d’acheter des produits chinois, ça entraînera une crise en Chine mais aussi chez les "partenaires" dont les prix à la consommation vont exploser - et donc le pouvoir d’achat s’effondrer .

     

    Répondre à ce message

    • #2254647

      Ça sera surtout la mort des accords commerciaux et exportations européennes en Chine : vins, voiture de luxe, etc, mais aussi l’Europe qui se couperait du plus grand pays de consommateur de demain ! Trump avec sa stupide guerre commerciale est en train de tuer son pays à petit. Autant à l’intérieur les consommateurs ainsi que les fermiers morflent qu’en Chine les Yankees y sont de moins en moins bien vu. L’Europe à une partie à jouer : combler le vide que laisse les Yankees et se découpler d eux, l’avenir est à l’est.

       
    • Vous imaginez Trump interdire à Bernard Arnault de vendre ses sacs Vuitton en Chine ? à Mercedes d’y vendre ses berlines ? La Chine est devenue le premier marché mondial de la voiture .

       
  • ANSES nous parlent d invasion de tiques geantes mortelles.
    ces tiques ne seraient pas savament introduit dans nos regions de France par les epandages d avions ?

    https://www.lindependant.fr/2019/08...

     

    Répondre à ce message