Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Petite Histoire – Pour en finir avec l’Inquisition

Qu’est-ce que l’Inquisition ? Quels ont été ses moyens d’action, ses procédures et ses conséquences ? Comment était-elle perçue ? Tant de questions qu’il convient de poser à nouveau aujourd’hui, à l’heure où l’on fait rimer Inquisition avec torture et Église avec intolérance.

 

Face aux hérétiques cathares, c’est bien toute la société qui était concernée. Ce corps, dont la tête était le Christ, approuvait majoritairement que l’on traite ce membre malade. Aussi, la mission première de l’Église ne fut pas seulement d’allumer des bûchers, mais surtout de convertir. Au final, les condamnations au bûcher furent minoritaires, et le rôle qu’on prête à l’inquisition largement fantasmé.

Une vidéo qui s’appuie sur les travaux de Marion Sigaut et particulièrement sur son ouvrage La Chasse aux sorcières et l’Inquisition.

 

 

La Chasse aux sorcières et l’Inquisition, de Marion Sigaut,
à ne pas manquer chez Kontre Kulture :

Redécouvrir l’histoire de France avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1695355
    le 05/04/2017 par inference.deductive
    La Petite Histoire – Pour en finir avec l’Inquisition

    La petite histoire, de Christopher Lannes est une série des plus intéressantes.

    Un grand Bravo à lui et merci à E&R de relayer ses travaux !


  • L’inquisition c’est 10 000 morts en 4 SIÈCLES.
    En sachant que l’avortement de la république tue en France plus de 250 000 enfants à naitre par an, je vous laisse faire le calcul...

     

    • La terreur de la révolution française, c’est un tiers de la population de la Vendée militaire (4 départements) qui a "disparu".
      Pour le reste de la France, de 1 personne par jour dans Chaque ville ... Pour Paris : 10 par jours, sans compter les "villes rebelles" comme Lyon (rasée/exterminée) ou Toulon (rasée aussi).

      On est dans un rapport de 100 (sur la durée) ou de 10.000 (sur l’année).
      Mais d’un coté c’est le bien, qui justifie tout (y compris le mensonge), et de l’autre, c’est le mal, à qui on ne passera rien.


    • #1695515
      le 05/04/2017 par Patriote syndiqué
      La Petite Histoire – Pour en finir avec l’Inquisition

      @Nine

      Et donc comme il y a moins de morts vous trouvez que l’Inquisition est acceptable ?


    • vous n’avez pas bien écouté ? de quelle inquisition parlez-vous ?
      gare au quiproquo ...


    • C’est vrai que le bûcher posait un petit problème de rendement, c’était de l’artisanat.
      La Révolution, elle... a révolutionné la mort.
      C’était par batteries entières. Le début de l’ère industriel de l’extermination de masse.


  • #1695427

    Face aux hérétiques cathares, c’est bien toute la société qui était concernée. Ce corps, dont la tête était le Christ, approuvait majoritairement que l’on traite ce membre malade.



    Rappelons que les hérésiologues catholiques ont tendance à attribuer « l’hérésie » à quiconque ne se soumet pas à leurs dogmes théologiques, lesquels n’étant pas forcément validés par les écritures prophétiques... Dans le cas des Cathares ils représentaient surtout une menace pour une institution et un pouvoir en place. Le problème de la question cathare c’est que les témoignages concernant leurs pratiques et conceptions religieuses ne viennent que de leur adversaires (ou d’aveux formulés dans un cadre pour le moins coercitif), l’histoire étant écrite par les vainqueurs...

     

    • #1695563

      Si l’héresie cathare avait engendré des Saints on le saurait...comme l’auraient su des Saint Dominique et des Saint Bernard grand pourfendeur de l’héresie...
      Ces Saints là étaient bien conscients du danger réel de la dislocation de l’unité Chrétienne par la propagation d’une funeste doctrine.. Et les lumières d’un Saint Bernard sont d’un bien autre éclat que celles des Philosophes du XVIIIe..Mais le monde devant arrivé à l’état de pitoyable dégénérescence qui est le sien aujourd’hui, le diable reviendra à la charge plus tard avec Luther et Calvin...et une fois que l’église sera bien affaiblie , la révolution française n’aura qu’à finir le boulot.....


    • #1695586

      C’est parce que la vérité ne peut pas être à égalité avec l’erreur. C’est pour cette finalité que la révolution dite française a eu lieu et continue depuis 230 ans. Pour mettre l’erreur à égalité avec la vérité, pour qu’elle soit même au-dessus depuis le concile Vatican II. Du surnaturel au naturalisme pour arriver aujourd’hui au contre-naturel.
      La Sainte église étant l’épouse mystique du Christ, c’est la seule institution a pouvoir chasser le démon et la multitude de sectes et de fausses religions que ce dernier a suscité pour le combattre et nous perdre. Très tôt, il a fallu combattre contre l’arianisme, le nestorianisme, le pélagianisme etc... Les conciles de Nicée, d’éphèse ont été organisé pour cela. Elle sera toujours persécutée, aujourd’hui nous assistons au martyr de son église c’est pour cela que les temps n’ont jamais été aussi sataniques et que bientôt, les vivants envieront les morts.

      En réalité, en Italie, les Cathares réussirent à prendre le pouvoir dans certaines villes. A Brescia, en 1225, ils incendièrent quelques églises et lancèrent des torches sur les maisons des fidèles. Les bandes albigeoises dévastaient périodiquement le midi de la France, par la prostitution, le suicide par "l’endura", les terres n’étaient plus cultivées, les pillages étaient fréquents. Avant d’en venir aux armes, le Pape Innocent III se dévoua, comme ses prédécesseurs, à la conversion des hérétiques, mais sans grand succès.
      Pensez que ces gens étaient particulièrement dégénérés et semaient le chaos, comme leurs descendants protestants plus tard. Si vous avez l’occasion de visiter la France et ses églises, vous constaterez que très souvent, à chaque pillage ou incendie de leur histoire, les cathares, les protestants puis les républicains en étaient les auteurs.
      Satan s’est toujours déchaîné sur le Royaume de France et notre protection était jusqu’à aujourd’hui indescriptible. Mais jusqu’à quand ? Avec nos vies ? Dieu est patient, doux et humble de coeur mais à ces yeux nous sommes devenus des bêtes, des abominations, comme les juifs de l’ancien testament ou l’homme avait droit de vie ou de mort sur sa femme et ses enfants, tellement durs de coeur qu’ils ne pouvaient plus aller à Dieu. Après le déluge et la Sainte rédemption, le salut passera par la dévotion à son Sacré-Coeur. Il continue de souffrir par notre faute et c’est un soldat gaulois qui tenait la lance. Vous l’avez en main aussi.


    • Oui ces gentils chrétiens progressistes et spirituels qu’étaient les Cathares... une vieille marotte des guides touristiques et des sectes new age.

      La religion est politique par essence, et la politique est par définition religieuse. Il n’y a rien d’étonnant à voir combattre durement l’hérésie religieuse, quant on voit où les erreurs théologiques peuvent mener. (meurtre de masse, haine du corps, puritanisme, ...)


    • #1695616

      @ Iskansaar :

      "Rappelons..."

      Oui, tiens, rappelons :

      1. Les dogmes catholiques ne sont pas tous "validés" par les "écritures prophétiques". Je traduis : ils ne se fondent pas tous sur la Bible. Et vous avez raison : le Bible n’est pas l’alpha et l’oméga de la foi. Il y a aussi : la Tradition, l’oeuvre des Saints, les apparitions, les oeuvres de l’Esprit... car Dieu est vivant, si, si !
      2. "Une menace pour le pouvoir en place". D’abord, tout pouvoir ne peut être qu’"en place". Ensuite, et cela a été rappelé dans la vidéo, la société de l’époque était un corps organique, conception qui impliquait la nécessité de soigner tout organe malade. Enfin, cela s’est fait avec l’assentiment de cette population pré-droit-de-l’homiste, attachée à la Vérité plus qu’à la liberté d’opinion.
      3. Le Catharisme est un dualisme radical considérant que l’univers est la création d’un démiurge mauvais, et notre corps une sorte de cage emprisonnant notre âme. Le Catholicisme en revanche est la religion de l’Incarnation et ton corps comme le mien est le temple de l’Esprit. Pour un Cathare, aucune chance d’être touché par la grâce. Deux solutions s’offrent à toi : soit vivre comme un parfait en mortifiant ta chair jusqu’à l’extrême, soit faire ce que tu veux de ton corps puis demander à la fin de ta vie le consolamentum, seul sacrement qui te permette de toucher au divin. Et comme il exigeait une vie parfaite, on ne le demandait pas à 15 ans...
      Et je te mets au défi de m’apporter un témoignage contraire à ce que je viens de décrire. Tout en histoire n’est pas qu’affaire de point de vue : il est aussi question de vérité. Douter du danger du catharisme pour le Salut, ce n’est pas comme douter des 6 millions !



    • Rappelons que les hérésiologues catholiques ont tendance à attribuer « l’hérésie » à quiconque ne se soumet pas à leurs dogmes théologiques




      Hérésie = Doctrine, opinion qui diffère des croyances établies, condamnée par l’Église catholique comme contraire aux dogmes. Donc ton reproche est absurde.
      Heresis, ça veut dire "choix" en grec. Les hérétiques sont ceux qui choisissent ce qui leur plaît dans la religion catholique et rejettent ce qui ne leur plaît pas : ils font leur marché spirituel comme des consommateurs individualistes.


    • #1695777

      Les hérétiques sont ceux qui choisissent ce qui leur plaît dans la religion catholique et rejettent ce qui ne leur plaît pas : ils font leur marché spirituel comme des consommateurs individualistes.

      La vie elle-même est un peu une auberge espagnole et il est dans la nature de l’homme moderne de rejeter ce qui l’encombre ou encombrerait son confort qu’il soit matériel, intellectuel ou spirituel.
      Aujourd’hui le monde civilisé en est là et se se comporte en hérétique du bien commun et personnel : en définitive rien de contraignant (travail, patrie, religion, solidiarité...) n’est suffisamment partagé par le nombre pour demeurer solide.
      Heureusement que la nature a les ressources nécessaires pour réparer ce que l’humain fragilise au quotidien (c’est à dire à peu près tout ce qu’il touche, sans vouloir généraliser bien-sûr).


    • #1696125

      Paysan Breton, vous dites :



      Le Catharisme est un dualisme radical considérant que l’univers est la création d’un démiurge mauvais, et notre corps une sorte de cage emprisonnant notre âme.



      Justement la question n’est pas aussi simple du point de vue de l’historiographie, et c’est ce point que je voulais rappeler. Ce sont les hérésiologues et les théologiens qui ont construit cette accusation doctrinale autour d’un dualisme manichéen au sujet des cathares. Dès qu’une « hérésie », c’est à dire une divergence en dehors du dogme officiel faisait son apparition, les théologiens de la période médiévale l’identifiaient par automatisme à une hérésie historique déjà cataloguée par leur prédécesseurs, l’associant le plus souvent au manichéisme antique, quand bien même il n’y aurait rien de significatif entre les deux doctrines. J’avais étudié ce sujet et j’avais constaté que cela était récurrent, me méfiant par la suite des accusations abusives de « gnosticisme » (même si ce dernier existe bel et bien par ailleurs). Ce que l’on retient du catharisme est surtout que le peu de chose que l’on en sait nous parvient surtout de ses principaux opposants doctrinaux ; que ce dernier n’est pas juste une « doctrine » comme le cantonne la représentation que s’en font les hérésiologues, mais est attaché à une dynamique d’ordre sociétale qui aura concerné le sud de la France en ce 12éme siècle (sur fond de recherche d’un idéal de vie relatif aux temps apostoliques). Il apparait donc plutôt comme un mouvement composite (en terme de dogmes, de classes sociales..) possédant ses propres divergences internes, et représentant une menace pour le système ecclésiastique et féodal (velléité d’indépendance) refusant notamment de « jouer le jeu » des règles vassaliques : c’est d’ailleurs pour ces seules raisons qu’ils est d’abord dénoncé par les autorités, les prétextes doctrinaux n’apparaissant que par la suite.

      En dehors des éléments historiographiques, il suffit de se poser une question de bon-sens, comment auraient réagi les autorités religieuses et seigneuriales de l’époque face à des communautés chrétiennes se soustrayant à leur emprise (doctrinale, juridique) .. ? Pourquoi cela n’aurait-il pas existé ? pour qu’en lieu et place de cela l’on parle de « cathares » ...


  • En gros, dans une inversion accusatoire classique, les protestants ont accusé les catholiques de leurs propres crimes pour faire disparaître la tache de leur histoire ...

    Tactique qui a marché en France mieux que prévu du fait de l’éducation nationale tenue par les bouffeurs de religion depuis ... l’origine (1880).


  • Si la justice était aussi impartiale et indulgente que l’Inquisition le fut en France, nous aurions une justice assez enviable...

     

  • D’où Christopher Lannes tire-t-il ses chiffres sur les condamnations décrétées par Bernard Gui ?

     

    • un travail a déjà peut être été fait ... et il a parlé de registres tenus pour chaque accusation qui donnait lieu un une certaine forme de procès = défense de l’accusé d’hérésie


  • 286 "services militaires en terre sainte". Pas mal quand même.


  • #1695910
    le 06/04/2017 par Patriote syndiqué
    La Petite Histoire – Pour en finir avec l’Inquisition

    Vidéo étrange, Christopher Lannes nous expliquant que cette vidéo concernera l’Inquisition en France entre le XI et XIII ème siècles… pour sortir ensuite en point d’orgue de sa démonstration un extrait de Marion Sigaut rappelant le rôle souvent oublié des protestants… qui bien sûr n’existent pas à l’époque considérée… passons.
    Passons aussi sur « Michelet, oh qu’il est beau ! »… surtout quand on reproche à ce dernier de faire de la fiction et non de l’histoire.
    Passons aussi sur « le corps c’est pas beau, c’est méchant, c’est à mépriser » (4’50) reproché aux cathares… j’ai du louper un épisode parcequ’il me semble que l’Eglise ne dit pas autre chose depuis sa création.

    Enfin, sur les morts. Oui il y en a eu des milliers et pas suite à une guerre civile ou non mais dans le cadre d’une société globalement en paix ! Le mesuré Pierre de Meuse parle de 5000 morts en 2 siècles dans le Midi (un tous les 15 jours, merde quand même !) et attribue même l’anticléricalisme dans cette région au souvenir de l’Inquisition (et non à la Révolution). Alors oui une certaine université a noirci le tableau dans un but idéologique mais il n’en reste pas moins que l’Inquisition est un crime.

     

    • #1695923

      Christopher Lannes nous expliquant que cette vidéo concernera l’Inquisition en France entre le XI et XIII ème siècles… pour sortir ensuite en point d’orgue de sa démonstration un extrait de Marion Sigaut rappelant le rôle souvent oublié des protestants… qui bien sûr n’existent pas à l’époque considérée… passons.




      Le livre de Marion Sigaut, dont parle Lannes, parle de l’Inquisition et de la chasse aux sorcières, qui fut le fait des Protestants à la Renaissance.




      Passons aussi sur « le corps c’est pas beau, c’est méchant, c’est à mépriser » (4’50) reproché aux cathares… j’ai du louper un épisode parcequ’il me semble que l’Eglise ne dit pas autre chose depuis sa création.




      Oui, tu as loupé des épisodes. Ou plutôt tu as été à l’école de la propagande anti-catholique. En effet, la religion catholique est la religion du corps par excellence. Dieu s’est incarné et c’est sa chair et son sang qu’il a offerts en sacrifice expiatoire pour ceux qui choisissent de se repentir de leurs péchés.




      l’Inquisition est un crime.




      L’inquisition a objectivement éradiqué l’hérésie cathare, et je trouve étonnant que des athées défendent ces fous de Dieu extrémistes qu’étaient les Cathares. Dans l’anti-catholicisme primaire, c’est comme dans le cochon, tout est bon... même les contradictions.


    • #1696097
      le 06/04/2017 par Patriote syndiqué
      La Petite Histoire – Pour en finir avec l’Inquisition

      @ Le Pen vite

      "Le livre de Marion Sigaut, dont parle Lannes, parle de l’Inquisition et de la chasse aux sorcières, qui fut le fait des Protestants à la Renaissance."
      C’est un peu simplifié mais grosso modo oui. Vous a-t-il échappé que c’est exactement ce que je souligne ?

      "Oui, tu as loupé des épisodes. Ou plutôt tu as été à l’école de la propagande anti-catholique. En effet, la religion catholique est la religion du corps par excellence. Dieu s’est incarné et c’est sa chair et son sang qu’il a offerts en sacrifice expiatoire pour ceux qui choisissent de se repentir de leurs péchés."
      Oulala ! Pour le coup c’est vous l’hérétique. Je vous rappelle que la sexualité (ce qu’on entend communément par corps dans ce contexte) se limite au seul mariage pour l’Eglise.

      "L’inquisition a objectivement éradiqué l’hérésie cathare, et je trouve étonnant que des athées défendent ces fous de Dieu extrémistes qu’étaient les Cathares. Dans l’anti-catholicisme primaire, c’est comme dans le cochon, tout est bon... même les contradictions."
      Pour ce qui me concerne je ne suis pas athée mais effectivement je mets catholiques et cathares sur un pied d’égalité et vous confirme que l’Inquisition demeure un crime au nom de la foi.


  • Lien entre le catharisme et la Kabbale :

    http://www.sfa-auvillar.com/JETE/20...