Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Russie revendique 1,2 million de km² dans l’Arctique

La Russie a officiellement soumis mardi aux Nations unies une revendication sur plus d’un million de kilomètres carrés dans l’Arctique, affirmant que des années de recherche scientifique démontrent son droit sur les vastes ressources naturelles situées au fond de l’océan Arctique.

Dans sa demande déposée devant la Commission de l’ONU travaillant sur les limites du plateau continental, la Russie fait valoir qu’au vu des recherches scientifiques, elle devrait avoir la souveraineté sur 1,2 million de kilomètres carrés supplémentaires dans l’Arctique.

Pôle Nord inclus

L’ONU avait réclamé à Moscou en 2001, après une première requête des autorités russes, d’apporter davantage de preuves pour appuyer sa revendication. Cette demande comprend le pôle Nord et donnerait potentiellement à la Russie l’accès à des dépôts d’hydrocarbures d’un total de 4,9 milliards de tonnes, selon les estimations du gouvernement russe.

Eaux nationales et internationales

Le droit de la mer en vigueur fixe actuellement la zone économique exclusive d’un pays à 200 milles marins (environ 370 km) de ses côtes, lui donnant la souveraineté dans cette zone pour en exploiter les ressources. Au-delà, les eaux sont considérées juridiquement comme étant internationales. La Russie, les États-Unis, le Canada, le Danemark et la Norvège se disputent ainsi depuis des dizaines d’années le contrôle des riches dépôts de l’Arctique.

Expéditions polaires russes

Depuis sa demande de 2001, la Russie a procédé à plusieurs expéditions scientifiques polaires d’envergure pour collecter des preuves devant appuyer ses revendications. Parallèlement, le président Vladimir Poutine a accentué l’attention portée à la question de l’Arctique, établissant une commission spéciale chargée de développer les projets économiques dans la région, tandis que les manoeuvres militaires d’ampleur s’y sont multipliées.

"Priorité" de Moscou

Le ministère russe des Affaires étrangères a de son côté indiqué que la demande russe était une des "priorités" de sa diplomatie et qu’il attendait un examen de la requête à l’automne.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Sachant que la ZEE de l’arctique Russe, large de 370 km, s’étend sur 3000 km de côtes, on atteint bien les 1,2 millions de km2 . La Russie ne revendique rien du tout, le droit international lui donne déjà celui d’exploiter cette zone . On veut présenter les Russes - et l’odieux Poutine - comme d’infâmes accapareurs, de sales voleurs de richesses .

     

  • Mais de quel type de preuves parle-t-on exactement ?

     

  • Et pendant ce temps là france démentèle d elle même ses possessions dans le pacifique sans que personne ne lui demande...pas même une volonté populaire locale...

     

  • #1241554

    Le droit international prohibe jusqu’à nouvel ordre l’exploitation des ressources de l’Antarctique qu’elles soient marines ou terrestres et n’autorise que les activités de "recherches scientifiques".
    D’autre part, le Canada et le Danemark ne font pas partie des discussions sur le droit à la souveraineté, les USA ne revendiquent rien pour eux-même, ils restent en arrière plan, soutenant les revendications de l’Angleterre, de la Nouvelle Zélande et de l’Australie et pourrissant celle de la France. Il a également été convenu de laisser le partage des eaux territoriales de coté pour le moment. A croire l’article a été écrit par un stagiaire.
    En tout cas, on va bien rigoler, parce que les Russes revendiquent un morceaux du territoire réclamé par les Norvégiens et surtout par les Anglais. Et visiblement, il suffit de pas grand chose pour pouvoir réclamer : avoir mener des activités de recherche sur l’ile, autorisé pour le moment par le droit international pour tous les états du monde.
    Où l’ont voit que nos politicards ne sont pas des gens sérieux et qu’ils se sont totalement désintéressés du dossier après avoir réussi à obtenir le gel de toute activité économique. Si les Américains pourrissent la revendication Française, c’est bien parce qu’elle on ne peut plus légitime et qu’elle peut nous ouvrir la prétention à l’ensemble du continent : nous sommes les premiers à avoir débarqué là-bas.

     

  • #1241583

    Hey l’Empire ... regardes comment Poutine va te fumer ... et en toute légalité !


  • Et certains disent que le réchauffement de la planète c’est du pipeau. Les Russes comprennent les enjeux.

     

    • #1241843

      @ nom

      « Et certains disent que le réchauffement de la planète c’est du pipeau. Les Russes comprennent les enjeux. »

      Ce n’est pas le réchauffement climatique qui est contesté, c’est son origine !

      On nous présente ça comme étant la conséquence de la combustion des hydrocarbures nécessaire à l’activité humaine...
      ...alors qu’il y a déjà eu un réchauffement climatique en l’An Mil et pas la moindre trace massive d’hydrocarbures à l’époque... (des scientifiques ont fait des "carottes" dans le sol de Groenland pour le prouver !)
      En fait, ce serait l’activité du Soleil et son rayonnement qui régulièrement à travers les âges, produiraient cette élévation des températures...et l"effet de serre".
      La logique est inversée, ce n’est pas l’"effet de serre"qui serait à l’origine du réchauffement climatique mais bien au contraire, c’est le réchauffement de l’atmosphère qui produirait l’effet de serre.
      Mais Chut surtout !.. Ne le dites à personne car les scientifiques du GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernementaux sur l’évolution du Climat) ne savent plus comment se rattraper pour dire la vérité, vu les sommes considérables engagées (investies et placées !) dans la lutte contre ce réchauffement climatique...
      Toujours le même binôme de voyous : Pognon / Mensonges...


    • @abitbol
      "..alors qu’il y a déjà eu un réchauffement climatique en l’An Mil et pas la moindre trace massive d’hydrocarbures à l’époque... (des scientifiques ont fait des "carottes" dans le sol de Groenland pour le prouver !) "

      D’autant plus que groenland , si mes souvenirs linguistiques me font pas defaut , groen veut dire vert en langue germanique donc groenland veut dire terre verte , il y a bien un moment ou des gens l’on vu verdoyante cette terre non ?


  • Disgression :
    La présence d’ Hydrocarbures au pôle nord soulève pas mal de questionnements
    1-Soit on dit que les hydrocarbures proviennent de la décomposition de substances végétales et animales ( hypothèse de Lomonosov qui en son temps -fin du 18 ème siècle- fut contesté par de nombreux savants de l’époque) et auquel cas cela voudrait dire qu’il y eut au pôle nord des climats bien plus chauds qu’aujourd’hui et que l’actuel réchauffement de la planète n’a rien d’exceptionnel ( il faisait plus chaud au début du moyen -âge ) .
    2 -Soit on réfute la théorie précédente et on se dit que la présence d’hydrocarbures au pôle nord pourrait bien valider la théorie russo-ukrainienne mise en avant à la fin des années 50 sur le pétrole abiotique . Le pétrole proviendrait des immenses quantités de carbone contenues dans la partie supérieure du manteau terrestre et la partie inférieure de l’écorce terrestre : A cette profondeur le carbone serait transformé en raison des pressions et température en pétrole qui remonterait à la proximité de la surface terrestre par des failles .


  • #1241818

    L’arctique c’est de la banquise, autrement dit de l’eau, on parle de revendication d’eau territoriale