Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Syrie au cœur des intérêts pétroliers

La stratégie américaine à la loupe

La guerre en Syrie est une guerre pour l’énergie. Avec, au cœur de la question, une compétition géopolitique vicieuse entre deux projets de gazoducs, il s’agit de la guerre ultime du Pipelinestan, le terme que j’ai forgé il y a longtemps pour désigner les champs de bataille impériaux de de l’énergie au XXIe siècle.

Tout a commencé en 2009, lorsque le Qatar a proposé à Damas la construction d’un pipeline à partir de ses gisements de pétrole du Nord – contigus au champ de South Pars, qui appartient à l’Iran – traversant l’Arabie saoudite, la Jordanie et la Syrie jusqu’en Turquie, pour desservir l’UE.

Damas, à la place, a choisi en 2010 de privilégier un projet concurrent, Iran-Irak-Syrie, aussi surnommé le gazoduc islamique, d’un coût de $10 Mds . L’accord a été officiellement annoncé en juillet 2011, lorsque la tragédie syrienne était déjà amorcée. En 2012, un protocole d’accord (MoU) a été signé avec l’Iran.

Jusque-là, la Syrie avait été géostratégiquement ignorée, pour ne pas avoir autant de pétrole et de gaz que le club des pétrodollars, les pays du Golfe (GCC). Mais les initiés connaissaient déjà son importance en tant que corridor régional pour le transit de l’énergie. Cela a été renforcé par la suite avec la découverte en mer Méditerranée d’un sérieux potentiel de pétrole et de gaz.

L’Iran pour sa part est une puissance pétrolière et gazière établie. Des grondements persistants à Bruxelles – encore incapable, après plus de dix ans, de se présenter avec une politique énergétique européenne unifiée – manifestaient l’excitation à peine contenue pour le pipeline islamique ; ce serait la stratégie idéale pour se passer de Gazprom. Mais l’Iran était sous sanctions américaines et européennes au sujet du nucléaire.

Cela a fini par fournir une raison stratégique majeure, au moins pour les Européens, en faveur d’une solution diplomatique au dossier nucléaire iranien ; un Iran absout de ses péchés par l’Ouest peut devenir une source importante d’énergie pour l’UE.

Pourtant, du point de vue de Washington, traînait encore un vieux problème géostratégique : comment rompre l’alliance Téhéran-Damas pour finalement rompre l’alliance Téhéran-Moscou ?

L’obsession de Washington « Assad doit partir » est une hydre à plusieurs têtes. Elle comprend la rupture d’une alliance Russie-Iran-Irak-Syrie (très effective maintenant avec l’alliance 4 + 1 avec le Hezbollah, dans sa lutte contre tous les avatars du jihadisme-salafiste en Syrie). Mais elle comprend aussi la rupture de la coordination de leur politique énergétique, à l’avantage des clients pétrodollars du Golfe, vassaux liés aux multinationales géantes américaines de l’énergie.

D’où la stratégie de Washington : celle, proverbiale, de la logique du chaos en Syrie ; alimenter les flammes du chaos interne avec des opérations concoctées par la CIA, l’Arabie saoudite et le Qatar, avec le but final d’un changement de régime à Damas.

Lire la suite de l’article sur lesakerfrancophone.net

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1343112

    Quand pourra-t-on voir cette description fort claire de la situation au 20h de france2 et de tf1...et le même soir tant qu’on y est !!
    A la réflexion, quand bien même cela arrivait, qu’en resterait-il ?
    Fin de la flagellation...

     

    • #1343438
      le 12/12/2015 par bourdieusien
      La Syrie au cœur des intérêts pétroliers

      Par du principe que jamais....
      maintenant que fais tu ??
      Tu continues à regarder la tele (en sachant que jamais tu n’y trouveras des propos raisonnés) ou tu la jettes ??


    • #1343545

      @bourdieusien ;

      Le bruit d’un poste de télé tombant du 4ème étage sur un trottoir est agréable aux oreilles de l’Eternel !


    • #1343547
      le 12/12/2015 par Rahan Abitbol
      La Syrie au cœur des intérêts pétroliers

      Télé ou pas, la plupart des gens s’en foutent...désespérément !
      Personne n’a jamais forcé à boire un cheval qui n’avait pas soif !

      Cet article fait un bien fou à notre compréhension du monde.
      On ne nous la fera pas, on sait !


  • #1343885

    Tout n’a pas commencé en 2009, mais bien avant. En plus, c’est bien plus complexe qu’une simple histoire énergétique. Les stratégies s’affinent aussi au fil des événements parfois prévus parfois non et des nouveaux acteurs qui s’invitent au fur et à mesure, d’où des réunions fréquentes entre prédateurs.