Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La chanson Chérie il fait froid dehors censurée à la radio US pour sexisme

 

 

Franchement pas mal la technique du mec pour retenir la gonzesse : il invoque le climat (à l’époque on n’en était pas encore au réchauffement oligarchique) pour lui demander expressément de rester chez lui et donc de faire des choses.

 

D’autres variantes sont possibles :

- « ne sors pas dehors, chérie, il y a le Rassemblement national qui rôde »
- ou alors (plus rusé) « fais très attention au sexisme, je viens de le voir passer »,
- plus près de nous « la police annonce que des Gilets jaunes sont en ville ».

Si vraiment rien de tout cela ne marche, convoquer la ruse ultime : « reste plutôt te faire sauter ici, il y a une flambée d’antisémitisme dehors ! »

Normalement le coup des Gilets jaunes devrait suffire à forcer la bourgeoise (elle porte un vison, comme Simone à son retour à Auschwitz) à rester puis à céder.

Quant au GHB, il n’existait pas encore à l’époque (Laborit synthétisera le gamma-OH en 1961, ce psychotrope déjà présent dans le cerveau sous le nom d’acide GABA) et était « remplacé » par les boissons alcoolisées.

Pas la peine de mettre du GHB dans le verre de certaines femmes pour qu’elles se laissent attraper : deux trois coupes de champ’ suffisent (prévoir du bon sinon une migraine peut surgir qui va servir de prétexte à la fermeture du magasin). Certaines garces sont même complices et réclament de l’alcool ! Ah la la, du temps de nos pères c’était pas comme ça, les femmes savaient se tenir.

Pour les curieux de nature, la migraine post-champanisée est due au procédé qui enveloppe les bulles dans des polymères synthétiques, ce qui donne un aspect parfaitement rond aux bullettes mais à force ça peut donner la nausée. Les femmes, qui ne peuvent pas s’arrêter (ces créatures du démon manquent cruellement de volonté) tombent souvent dans le piège.

La vidéo de la chanson a le mérite de montrer toute la ruse dont l’homme doit faire preuve pour emporter la volonté de la femme. Chez les animaux, on appelle ça une parade nuptiale. Le mâle fait le kéké et la femelle est toute engourdie. Et engourdinée ensuite.

 

 

Pour en revenir au sujet de Madame Figaro (qui a dû se retrouver pas mal de fois dans la situation du clip), on apprend que de nombreuses radios US ont déprogrammé la chanson Baby, It’s Cold Outside (« Chérie, on se les gèle dehors ») qui était traditionnellement diffusée sur les antennes en période de Noël.

La raison ? Les paroles seraient une incitation au harcèlement sexuel. Effectivement, le mec dans le clip est assez insistant et il ruse en permanence (il chipe à un moment donné le chapeau de la grosse alors qu’elle pense l’avoir sur la tête) et ce salaud finit par obtenir gain de cause : la nana, pétrifiée par la peur du froid, préfère rester au chaud malgré l’immense danger incarné par l’homme (blanc).

Madame Figaro précise que c’est à cause ou grâce à la plainte de nombreux auditeurs – on parierait plutôt sur des auditrices, voire des lesbiennes camion – qu’une radio de l’Ohio a inauguré le boycott.

Pire, on voit à un moment donné la gonzesse un verre à la main, et on sait tous que l’alcool est un anesthésiant qui peut réduire considérablement la volonté farouche de résistance des femelles. Quand elle sort « qu’est-ce qu’il y a dans ce verre ? », alors qu’elle est déjà à moitié pétée, c’est qu’elle redoute que le gars y a foutu un produit chimique qui peut la transformer en salope (une femme sans vertu, c’est-à-dire sans volonté).
Donc ça existait à l’époque, du moins à Hollywood, lieu de tous les rêves mais aussi des toutes les turpitudes.

Trois ouvrages fondamentaux sur la question, chez Kontre Kulture :

 

La tornade « Me Too » dans un verre d’eau, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

32 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Mais tuer les gens et réduire les rares survivants en esclavage n’est pas interdit, c’est de la bonne gouvernance.


  • C’est mignon ce jeu de séduction...apparemment trop long et trop subtil pour certaines... pour elles on sait aussi s’adapter...


  • De nos jours les hommes n’osent plus persister de peur de se faire passer pour un lourd. Merci le féminisme

     

    • ça dépend des hommes car certain surtout issue d une culture qui je pense t’est différente en font leurs choux gras !aux détriment des jeunes gaulois qui n osent plus pour pas passer pour des lourdeaux en attendant certain en profite !les femmes aiment malgré ce que l on prétend les hommes au sens viril du terme !


    • Faux.Ce n’est pas juste par peur de passer pour un lourd.C’est par peur d’un dépôt de plainte à la police ou d’une publication sur #balancetonporc.
      Les femmes menacent et insultent très rapidement à l’heure actuelle à l’image de celle en mini jupe qui a eu une remarque un peu salace dans la rue.Elle s’est arrêté(toujours en mini jupe)a insulté violemment et en provocant l’individu.Il l’a giflé,elle a porté plainte,il est en prison.
      Ce n’était pas possible il y a quelques années.

      Et il n’y a pas besoin de faire des remarques sexuelles à une femme pour être menacé,insulté par elle.Il suffit d’être maladroit,ou simplement d’insister.Cela était complètement différent il y a encore 10 ans.


    • Calx, tu soutiens un mec qui met une gifle à une femme ?

      Il mérite la prison.


    • Non on ne mérite pas la prison quand on met une gifle à quelqu’un.
      Pourquoi à une femme ?Je sais que aujourd’hui c’est la mode des "violences faites aux femmes".Elles disent que les hommes et les femmes sont exactement pareilles et en même temps elles considèrent les violences faites aux femmes plus graves que les violences faites aux hommes.Pourquoi c’est plus grave si on est pareil ?

      La "violence faites aux femmes" comme la "violence faites aux hommes" est déjà punie par la loi théoriquement.

      La prison c’est très grave.Une gifle c’est désagréable mais ce n’est pas grand chose.Aujourd’hui toi,belkacem,schiappa semblez vous réjouir dès qu’un homme est mis en prison.

      Aujourd’hui toi et d’autres vous mélangez toutes les violences.Tu as pris marie cantat comme pseudo,tu aurais du plutôt prendre marie Trintignant d’ailleurs.Cantat a tué en donnant des coups de poings.C’est un crime passionnel,il a fait plusieurs années de prison.C’est normal.
      Une gifle ca n’a rien à voir.Il y a des niveaux dans la violence.Et comme l’a dit l’abbé Pierre,la violence ce n’est pas que la violence physique.Il y a des femmes extrêmement violentes moralement.Et la violence morale peut faire beaucoup plus de dégat qu’une gifle.

      Je n’ai jamais écrit que je soutenais l’individu simplement une peine de prison pour ca est disproportionné.Qu’attends on pour enfermer post mortem lino Ventura et Pinoteau pour avoir joué et réalisé le film "la gifle".Une gifle qui a d’ailleurs été réellement donnée.

      Moi si une femme me gifle pour une bonne ou une mauvaise raison,la la femme avait insulté l’individu qui ne l’avait pas insulté,ca ne me viendrait pas une seconde à l’idée qu’elle doit être incarcérée pour ça.Je lui rendrais simplement sa gifle si je la juge injustifiée.Mais pour les post féministes et leur soumis masculin duo qu’on a pu voir dans le débat avec rochedy l’apprenti major qui sont de grandes hystériques,violentes,egoistes,haineuses,ca ne leur pose aucun problème d’envoyer quelqu’un en garde à vue voir en prison.

      La prison c’est très grave en particulier en France ou les racailles y font la loi.De nombreuses personnes qui y sont entrées pour avoir volé une orange en sont ressorties bousillées et/ou prêtent à faires des bracages.Et ensuite le système et ses magistrats donnent des leçons de morale ?Rendez les prisons décentes ensuite vous pourrez donner des leçons.Criminel aujourd’hui d’envoyer quelqu’un en prison vu leur état.


  • " Il est interdit aux Blancs d’aimer les femmes, ils doivent obligatoirement se faire enculer "


  • moi,j’aime pas les coincés et vive les latins !


  • Les femmes sont du superflu et une perte de temps (et d’argent). Le mieux est de les fuir et de les éviter en toute occasion

     

  • "It’s cold outside" les Gilets jaunes en savent quelque chose !

    On pourrait aussi le rétorquer à ceux qui nous reprochent notre "repli identitaire" : nous préférons rester dans notre maison France. Avec leur société ouverte, on se les caille, fermez la porte !


  • Aaaah ! Le doux jeu de la séduction. Ce sera bientôt criminalisé si on laisse les extrémistes de "l’égalité" continuer.
    Mais je suis optimiste. Chassez le naturel, il reviendra au galop.


  • Au fond, les américains sont des affreux bourgeois, et qui nous ont piqué nos bons tailleurs...


  • En regardant le clip en entier le jeu de séduction est symétrique, la deuxième partie renverse les rôles et la femme insiste pour que l’homme reste. Alors où est le problème ? Aucun homme ne se plaindrait d’une telle femme ? C’est caricatural dans les deux cas mais c’est ce qui fait l’intérêt et rend la mise en scène amusante. Une société malade muselée par une minorité et ça arrive droit sur nous...


  • Genial ces deux clips. C’est meme gracieux avec humour !
    Et puis faut pas s’en faire elles aiment se faire desirer, elles finissent toujours par rester. Surtout avec une ruse en chanson.. Bon ok ce que l’on doit retenir c’est qu’une bourgeoise c’est toujours galere. Trop de maniere !


  • Très charmante chanson, gracieuse, enlevée, bien jouée ! Bravo !
    Et au fait, où sont passés nos noëls ? On ne les entend plus, même dans les marchés de Noël.


  • La météo comme prétexte de drague se retrouve bien évidemment aussi dans les chansons de Brassens . "L’orage " ou il se trouve que c’est la femme qui trouve le prétexte de l’orage grondant pour aller cocufier son mari vendeur de paratonnerres . AinSi que "le parapluie " servant alors de nid à drague lors de la pluie. Merci à l’équipe pour cet article . Joyeuses natalité à tous


  • Mais les rappeurs entourés de pétasses, ou les "chanteuses" de r’n’b d’une vulgarité inouïe, c’est programmé et diffusé.


  • #2105109

    Et quand est-il pour Miley Cyrus, Nicki fait le Minaj , Ice Tea ,ice Cube², Lady Gaga, Rihanna, Beyoncé , Eminem ,Drake et autres putes à micro ??????


  • #2105140

    "Baby It’s Cold Outside"
    Je recomande fortement la version enregistrée par Brian Setzer et son orchestre (l’ancien des Stray Cats qui se sont reformés d’ailleur).


  • Vous négligez un truc : dans la nature animale, celle qui n’aurait pas conscience d’elle-même, si c’est le mâle (le mal ?) qui fait le kéké, en revanche et le plus souvent, la femelle ne ressemble à rien (comparativement au gaillard) : en cela doit-il faire le beau pour (*) une simple dinde...
    On le plaint (sortez le mur).
    Sinon, pour rire des moutons bellâtres à même de suivre le mouvement qui crie haro sur le baudet qui tente d’ébrouer une croupe, il y a ceci, inversement proportionnel :
    https://www.youtube.com/watch?v=WqF...
    Qu’est-ce que j’ai pu rire avec ce gonze : je ne sais pas si, l’esprit chevaleresque à sauver l’orphelin et (*) la veuve, je n’avais pas un soupçon, un succédané anticipatif de #metoo revanchard à l’esprit, au nom de chaque ami goffu qui aura dû galérer avec n’importe quelle bombinette se rendant inaccessible. Que ne faisaient pas leurs « soeurs » à l’écran pour un moment de gloire éphémère ! Merci pour mes potes Benny et tous ceux à venir ! Introvertis, pratiquez un sport de combat, lisez K.K., initiez-vous au Kinbaku (en tant que nawashi) et à la photo, les gars... Et personne ne viendra vous emmer... nuyer sur le choix de vos chants de Noël.
    Tiens, pour les plus crâneurs, crooners d’entre nous qui ne se laissent pas impressionner par la gente féministe, dans le même style que celle bannie : « Let it snow », par Dean Martin. Cherchez, vous trouverez...

    (*) Pour éviter que vous ne soyez marrons, la période de Noël vous laisse, comme cadeau, le choix du verbe contextuel. Let it snow, make it so


  • Soyez un peu honnête aussi... Le mec est carrément lourdingue, la nana lui dit non 15 fois et il insiste... C’est le gros lourdeau de fin de soirée :)

     

    • #2105230

      Ce n’est qu’une chanson et qui plus est dans le cadre d’une comedie musicale. C’est a dire un film avec une histoire et des acteurs qui chantent ect...
      Le plus lourdingue n’est pas celui que l’on croit.


    • L’on serait assez d’accord sur le lourdingue parce qu’il passe un temps infini en circonvolutions répétitives sur le temps qu’il fait : n’est pas poète qui veut ; cependant, au-delà de la romance qui en faisait partie, les codes sociaux de l’époque invitaient les demoiselles - si elles ne voulaient pas passer pour des trainées - à toutes ces réfutations que l’homme devait traiter. De la même manière qu’un commercial, avec un(e) client(e), s’occupe de S.O.N.C.A.S. en traitant les objections les unes après les autres, pour refourguer sa came.
      Rajoutez à cela que la pilule contraceptive n’apparaît qu’à l’aube des années 60 : d’où le risque (immense) à considérer pour la Miss. Sans négliger que, pour en arriver « là », il était de coutume d’aller demander la main au paternel.
      Aussi, 2 minutes 25 pour obtenir un dernier verre c’est déjà de très bonne augure pour l’époque.
      Et puis, dans l’absolu, pour considérer la valeur que vous lui accordez, toute femme digne de ce nom mettra votre détermination à la conquérir, à l’épreuve. (On néglige ici celle que vous allez - ou qui va vous - coucher pour un soir sur un coup de folie)

      Il n’y a, au gré de notre époque contemporaine, que sur les sites de rencontres rapides pour la féminité monnayable que l’on vous dit « oui » tout de suite, d’un clic : et encore, tout dépend du « sujet » : au moment du deal et de celui qui se présente lors de la transaction.

      Pour parfaire, faisons l’essai d’inviter à boire un coup, les nénéttes modernes de notre quartier, dans un temps limité de 2’25, en bouclant sur le temps qu’il fait, puis faisons une synthèse pour enregistrer le taux de réussite... J’ai peur que l’on reste en automne et que nous collectionnions les rateaux. :)


    • @ sedetiam
      C’est vrai, les filles du temps présent ne sont pas du tout faciles à "emballer", à moins d’être payées immédiatement, d’une façon ou d’une autre, ou espérer l’être en sortant avec le supérieur hiérarchique ou le macronien du coin. La peur de ces filles et femmes (non vénales) n’est plus la grossesse indésirée, mais plutôt l’abandon à retardement, une fois qu’est né le fruit des amours. Ce sont elles qui en prennent soin, et très longtemps, ce qui les coupe presque à coup sûr de la société des hommes.
      Par contre il est plus facile qu’avant pour les baratineurs de trouver des filles vénales, qui abondent, ou des filles fragiles sans père ni frère ni repère, sensibles à la virilité factice de type chaud lapin dont elles sont les proies. Elles s’y frottent et s’y blessent.
      Les autres savent profondément, en dépit du vacarme sociétal, qu’il vaut mieux être deux vraies personnes ensemble, et que le modèle ou idéal chrétien/européen de la fidélité conjugale réciproque à vie, même si presque impossible à respecter, est finalement le meilleur.


  • Francky Vincent a du souci à se faire..


  • Un question et une remarque,
    1) Il me semble que la chanson n’a rien à faire avec Noël ? En quoi est ce un classique ? Cela dit avec amusement, je la trouve très sympa.

    2) Pauvre usa, pays d’esclaves. Encore une liberté en moins


  • Je repense à cet article où il était dit que sur les tournages des séries Netflix il y’aurait une Superviseuse pour surveiller que dans les scènes un peu chaudes il n’y ait pas d’abus ... la peur du procès sans doute.


Commentaires suivants