Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Emma, 20 ans, imagine "un monde où les femmes n’ont pas à porter de spray au poivre"

Pour comprendre la souffrance d’Emma, prière de regarder ce petit document qui explique le bon usage du spray au gaz poivré, dans lequel il suffit de remplacer l’ours, un prédateur du Canada, par l’homme, un prédateur universel dont les femmes sont les premières victimes. Parce que plus faibles, plus désirables aussi. C’est compliqué la life !

 

 

Courageusement, au mépris de toutes les lois patriarcales de tous les machos du monde, L’Obs donne la parole à Emma, jeune Américaine de 20 ans qui espère beaucoup dans le mouvement « me too », un truc qui veut dire que toutes les femmes ont un jour été victimes d’une insulte, d’un mot cru, d’un harcèlement ou d’un viol de la part d’un homme. Cela va dans le sens de la déclaration mondiale de la superbe Caroline de Haas selon laquelle un homme sur deux ou trois est un porc.

Ici un éleveur de cochongliers nous parlent de ces animaux qui ne sont pas forcément agressifs et qui sont en outre très bons à déguster :

 

 

On rappelle que Caroline a été présidente de l’UNEF, ce syndicat étudiant qui a toléré pendant de nombreuses années une chasse à la gonzesse parmi ses membres. Ou elle a été aveugle, ou elle a été complice. Pour une féministe avertie, ça la fout un peu mal. Mais disons que son « socialisme » passait avant son féminisme, son ambition avant ses convictions...

L’Obs donne donc la parole à une jeune féministe US dont on se demande comment elle pourra trouver un Jules avec tout ce que le mondialisme lui a fourré dans la tête. Pour elle, c’est clair, l’homme est l’ennemi et la femme la victime. Ça nous annonce une bonne guerre des sexes qui va encore servir les minorités dominantes, celle qui imposent à la majorité un « progressisme » qui sent la dictature...

 

 

- La Rédaction d’E&R -

 


 

Pancarte « Respect me » à la main, Emma Smith a été photographiée à Paris durant la manif #MeToo du 27 janvier, place de la République, au milieu de milliers d’autres femmes. Agée de 20 ans, cette Américaine originaire du Minnesota est jeune fille au pair dans une famille parisienne depuis l’été dernier. Militante féministe, elle fait cette semaine la une de l’Obs et nous explique pourquoi elle est spontanément descendue dans la rue pour dire « Moi aussi ». Interview.

 

 

Tout a commencé dans votre pays natal, à l’automne dernier, après les premières accusations visant le producteur Harvey Weinstein. Comment avez-vous vécu cela depuis Paris ?

J’ai emménagé à Paris en juillet dernier donc j’ai vu naître le mouvement #MeToo à distance. J’ai éprouvé beaucoup de fierté en le voyant émerger, et un peu de jalousie aussi à l’idée de ne pas y participer. Mais quand j’ai vu que le mouvement gagnait la France, je me suis dit que j’allais à mon tour pouvoir agir, aider... Il y avait quelque chose de très excitant : j’ai découvert non seulement comment la France appréhendait ce mouvement, mais aussi l’Amérique.

« J’ai parfois honte de dire que je viens des États-Unis, principalement à cause de notre président. »

C’est principalement à cause de lui que ce mouvement est si important maintenant. Il a montré jusqu’où les hommes riches peuvent aller, y compris s’il s’agit d’agresser ou de harceler de nombreuses femmes. Il ne devrait même pas être autorisé à tenir un restaurant… alors un pays…

 

Aller manifester aux côtés d’autres femmes dans les rues de Paris, ça allait de soi pour vous ? Quelles étaient vos motivations ?

Plusieurs raisons m’ont poussée à rejoindre #MeToo. Tout d’abord, notre message doit être le plus massif et le plus clair possible : nous devons être entendues, nous n’acceptons plus d’être réduites au silence. Ensuite, je ne connais aucune femme autour de moi qui n’a jamais été harcelée, agressée ou abusée. Troisièmement, il me semble que trop d’hommes puissants abusent de leurs pouvoirs et que cette vérité doit être révélée. En parlant, des empires s’effondrent et des dirigeants tombent : c’est ce dont nous avons besoin pour reconstruire un monde où les femmes n’ont pas à craindre pour leur vie si elles disent « non » à un homme, un monde où elles sont respectées...

« Un monde où les femmes n’ont pas à porter de spray au poivre sur elles en permanence... »

[...]

À titre personnel et en tant que jeune femme de 20 ans, qu’avez-vous ressenti face à ce déferlement de témoignages, #MeToo, #Balancetonporc ?

Lire toutes ces femmes qui partagent leurs histoires c’est à la fois effrayant et réconfortant. D’un coté, ça me brise le cœur de découvrir ce que ces femmes ont dû endurer. Mais toutes ces femmes sont fortes, incroyablement courageuses et elles m’emplissent d’espoir.

« Imaginer un monde plus safe pour les femmes, ce n’est pas utopique. »

Peut-être que le monde peut changer, si toutes les femmes se rebellent contre le patriarcat. Je crois vraiment que nous pouvons et que nous devons le faire.

Lire l’article entier sur nouvelobs.com

 

Sur le mouvement « Me Too » et ses opposant(e)s :

Sauvons les rapports hommes femmes !
En lisant sur Kontre Kulture

 

Porcs contre féministes, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

57 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Féminisme Abscon : https://www.youtube.com/watch?v=OCM...

    Soral là bien analysé jusque dans les moindres ombre que l’on nous leurre "par ce que sexisme/MACHO... blabla de pretexte novlangueste que ridicule.


  • #1905438
    le 22/02/2018 par Le féminisme est une maladie mentale
    Emma, 20 ans, imagine "un monde où les femmes n’ont pas à porter de spray au (...)

    La solution est un monde sans hommes.
    L’idée fait son chemin actuellement chez ces idi*tes de féministes.

     

    • Un monde sans humains même.

      Puisque la féministe est cette femme endoctrinée hystérique qui n’a plus rien de naturel.
      Ce qui rejoint la philosophie naturaliste des loges maçonniques (issues des Lumières) : inverser la nature humaine - pas seulement celle de l’homme.

      Des Lumières qui in fine n’éclairent pas, c’est plutôt dans l’autre sens : les Ténèbres.

      Ce qui facilite au passage, une fois que toutes les médiations socio-culturelles abolies entre homme et femme dans les espaces public et privé, à orienter ces deux-là vers le substitut mécanique, technologique, virtuel : le transhumanisme.
      Qui est pour moi cette soumission progressive et par défaut, de l’humain coupé de sa nature à la machine. Çà commence avec l’écran (le portable, YouTube, YouPorn etc.) et le « sextoy ».

      Réconciliation hommes-femmes avant de finir en légumes desséchés et rabougris !


    • Sans hommes blancs surtout...


  • Fatiguant toutes ces conneries. Elle n’a apparemment rien subi elle-même mais il faut qu’elle vienne nous les casser.


  • Ce qui est intéressant dans cette époque moderne c’est que nous avons d’un côté des "féministes" dans ce genre, qui demandent du "respect" (qu’elles ont en général), et de l’autre, des dizaines de milliers de filles qui se foutent à poil/se font troncher voire pire, devant caméra, et ce, sans aucun scrupule.
    Que les secondes disparaissent, et les premières n’auront plus de "respect" à demander. De toute façon tout est une question de fric : si je paye, les premières se mettent au niveau des deuxièmes sans état d’âme.

     

    • Oui, vous avez raison

      Et on peut aussi noter le clivage entre les féministes qui confondent tout (drague, harcellement, viol) et les femmes tolérantes envers leurs homologues masculins (qui se font traiter de "femmes qui veulent se faire emmerder) par ce chroniqueur de bas étage...
      Alimenter la division à tous les niveaux. Le fait que même Elizabeth Levi se mette à défendre la cause de la drague lourde en dit long sur le pilotage de cette diversion.

      Vivement que tous ces médias fassent faillite pour relayer autant de merdasse.


  • "J’ai parfois honte de dire que je viens des États-Unis, principalement à cause de notre président."Je suis chauffeur de bus à Toulouse,chaque fois que je croises des Americains je leur dit que j’adore Trump et qu’il on la chance de pas avoir Hillary ou le notre avec sa grand mère Brigitte.

     

  • Le patronat pourra invoquer le droit à l’erreur pour dégager un salarié comme une merde par contre ce même salarié, draguer dans la rue, gratuitement pour lui c’est verboten selon Emma ! Déportation, le bagne à Cayenne, après la sociale la castration létale !
    Sinon pour l’été prochain, Emma avec ton tee-shirt enlève le avant de piquer une tête dans la grande bleue sinon tu risques d’arriver à une belle place sur le podium du concours, en tout bien tout honneur hein Emma !
    Quoi qu’il en soit je trouve qu’Emma a bien du temps pour se préoccuper de choses essentielles, sûrement n’a-t-elle aucune difficulté pour trouver un job bien payé ?


  • Un monde sans ultra-libéralisme et sans immigration, donc

     

  • A propos des dames, si gentilles, si poétiques, si altruistes, on ne dit jamais que la plupart d’entre elles sont des "femme de Putiphar" : elles peuvent créer de gros ennuis aux hommes qui repoussent leurs avances, jusqu’à les accuser de les avoir violé ! Pas spécialement sexy cela m’est pourtant arrivé deux fois . C’est ce que laissait entendre Mitterrand quand il disait qu’il ne faut jamais dépendre d’une femme dans la vie .


  • Si cela continue, le seul et unique résultat qui ressortira de toutes ces histoires est que, pour 3000 ans, plus personne sur Terre et dans les 3 galaxies alentours ne prendra la femme occidentale (je parle au sens culturel du terme et non biologique) au sérieux ! C’est dommage car elles ne sont pas toutes aussi tarées mais une minorité est en train de "griller" la femme occidentale pour des siècles et même si je le dis avec humour, je suis très sérieux. Plus personne ne voudra écouter sérieusement une occidentale, jamais aucun mouvement quel qu’il soit n’a autant menacé la crédibilité de la femme en Occident, c’est assez ironique tout de même.


  • Elles rêvent pratiquement toutes d’êtres des hommes, et c’est plutôt d’être femme qui les enrage.

     

    • Ce qui nous intéresse chez la Femme c’est sa beauté, qui nous est indispensable . Le reste on s’en fout, elles peuvent bien déblatérer ce qu’elles veulent . Schopenhauer : " L’homme au fond ne demande à la femme qu’une seule chose " . C’est leur plumage qui nous fait bander, pas leur ramage .


  • « Me too » ? moi aussi j’aime çà ?...

    On atteint là les limites du féminisme, le naturel revient au galop...

    N’empêche que çà ne change pas le problème pour les jeunes hommes : ce sera toujours à eux de faire le premier pas !
    Donc supprimez les images salaces de vos représentations mentales, çà veut pas dire que la femme n’a pas d’envies, çà veut dire qu’elle a besoin de temps pour s’y mettre, question de timing - patients, mais pas trop.


  • est ce que tout ce baratin n’est pas fait pour convaincre des femmes "musulmanes de deuxieme voir 3eme generation" de voter macron voir de voter tout court ou differement de leur "mari,pere,compagnon" ? y a t il une specificite d’un vote musulman en france (si ils votent ps,il semble plus qu’il y a un danger de "remplacisme" en france ;)
    50% des electeurs sont des femmes : ont elles une facon specifique de decider pour qui elles votent plutot qu’une raison "d’appartenance de classe" ?


  • Mademoiselle Emma, si vous manquez de reconnaissance ou alors l’intention de devenir une vedette, franchement c’est raté, faudrait choisir un autre sujet, car pour cela, faut être quelqu’un d’exceptionnel, ce qui apparemment est loin d’être le cas Quand on a des idées tordues que vous, on ne peut que s’en écarter et songer à l’oublier .C’est bien d’avoir tenté le coup, mais ceci ne vous mènera guère loin, mis à part vous ridiculiser .Ça par contre vous avez réussi .


  • Faites les taire !
    Pathétique toutes ces pleurnichardes et ce féminisme auquel je n’ai JAMAIS adhéré.
    Balancetonporc metoo et cie toutes ces merdes ras le bol. Si une femme se fait "importuner" elle répond sur le moment si ça la dérange, j’imagine que si c’est le sosie de James Dean là elles s’en trouveront flatté et s’en venteront même.
    Quant au viol, si effectif il se déclare immédiatement pas 150 ans après.
    J’ai été harcelée sexuellement et harcèlement en tout genre au travail et c’était un milieu à 99,99% de femmes milieu hospitalier (de mal baisées ou pas baisées tout court), toutes les fois où j’ai travaillé dans des milieux masculins à 95% hyper bonne et excellente ambiance de travail (quelques blagues graveleuses au déjeuner mais rien d’offusquant ou de méchant).
    Ces féministes qui représentent la majorité sont des timbrées et ont un réel problème avec leur sexualité c’est une évidence pour en arriver à ces dérives.


  • Il y en a ras le bol des féministes mais il y en a encore plus ras le bol de prétendre que les femmes sont plus désirables ! C’est quoi ça ? Du point de vue masculin bien évidemment mais du point de vue féminin ? Heureusement que la plupart des femmes sont attirées par les hommes parce qu’ils sont désirables tout autant que nous vis-à-vis d’un homme. Sinon on serait toutes lesbiennes, chers mâles !


  • Cette "émancipation" ou prise de pouvoir des femmes c’est produite dans toutes les grandes civilisation passées, avec comme résultat la perte d’intérêt progressif des hommes dans le mariage et la reproduction et un effondrement de la civilisation quelques générations après.

    Il semblerait que lorsqu’une civilisation atteint un certain niveau de richesse et de confort, permettant au femmes de survivre sans hommes, ce phénomène est inévitable. Par contre des que les conditions de vie devienne difficiles et dangereuses le féminisme disparaît très rapidement et les femmes oublis leur désir de "liberté" pour le confort douillet des épaules des hommes, laissant ceux ci risquer leur vie et leur santé a construire une société performante qui donneras à nouveau la possibilité au femmes de ce passer d’eux etc etc.

    Une chose reste jamais vu, une civilisation construite et maintenue par des femmes.


  • La femmes ne seront en sécurité de nouveau qu’après la réémigration. Il ne faut pas s’interdire de le dire clairement sous prétexte qu’il y a Saïd Taghmaoui dans "Confession d’un dragueur".

    D’ailleurs le dragueur arabe de ce film n’a rien à voir avec les meutes de racailles ou clandos harceleurs qui trainent dans nos rues. Arrétons d’entretenir la confusion dans un sens comme dans l’autre.

     

    • Punaise, fallait oser celle là...
      Donc selon vous, les agresseurs des femmes sont absolument tous issus du continent africain ?
      Et c’est quoi le rapport avec l’acteur de "confessions d’un dragueur" ?
      J’ai le sentiment que vous vous êtes trompé de tribune...
      Et pitié, écrivez en français correct, ça pique les yeux...


    • Je vous réponds. Je pense que la plupart des harceleurs, insulteurs, agresseurs de femmes européennes dans la rue (le lieu de travail n’est pas le sujet ici) ont un point commun : ce sont les mêmes qui agressent les hommes aussi. On se comprend.

      Le rapport avec l’arabe de "Confessions d’un dragueur", c’est qu’il y a la tentation de s’opposer au discours des féministes en niant la gravité réelle du harcèlement des femmes, en le faisant passer pour de la simple drague. C’est une façon de nier le problème pour ne pas avoir à parler de l’origine ethnique de leurs auteurs (tabou suprême). Et c’est injuste pour les vrais dragueurs, très minoritaires.

      Quel est le problème avec mon français ?


    • Merci Jean Paul, je rebondis :
      Les premiers mots sont apparemment le fruit d’une non-relecture, en revanche, vous vouliez parler de remigration, pas de "réémigration".
      Revenons à nos moutons.
      Votre premier paragraphe est très révélateur : d’une part, vous associez "insulte" et "agression /harcèlement", qui sont des choses très différentes. Ne serait-ce que d’un point de vue juridique. Ensuite, selon vous, seules les femmes européennes sont concernées ? Pas les asiatiques, africaines, maghrébines.... ? Où on se comprend pas, peut-être... ?
      Et leur "point commun", à ces femmes blanches (puisqu’ "on se comprend") c’est d’être agressées, ainsi que les hommes selon vous, par "les mêmes"... On se comprend mais va falloir être plus explicite....
      Ensuite, la tentation que vous évoquez, elle n’existe que dans votre interprétation des choses, vous parlez de nier des réalités graves, pour en filigrane éviter un "tabou suprême", l’origine ethnique des malandrins, et cerise sur le gâteau, qui feraient du tort aux "vrais dragueurs"... Il n’y a pas quelque chose qui cloche dans votre analyse ?
      Je vous conseille "Misère du désir", d’Alain Soral, l’essentiel est dit sur le sujet.... Alain Soral, vous connaissez ?


    • Vous ne comprenez pas grand chose ou vous faites semblant. Déjà c’est bien réémigration en français, renseignez-vous.
      Quel est l’intérêt pour le débat de votre remarque visant à dissocier absolument insulte et harcèlement ? Je n’en vois aucun.
      Les femmes européennes sont celles qui m’importent (j’ai l’esprit large).
      Il n’y a rien qui cloche dans mon analyse a priori. Le roi est nu, c’est tout.
      J’ai lu "Misère du désir" récemment, et n’y ai pas trouvé de réponse entièrement satisfaisante au problème dont nous parlons. Il y manque en effet ce que je dis.

      Je persiste, après la réémigration, les femmes seront débarrassées de l’essentiel des harceleurs de rue (entre autres problèmes). Si vous avez vraiment du mal à le comprendre allez voir en Europe de l’est et comparez. D’ailleurs pour vous donner un exemple, mes amies hongroises qui visitent Paris en repartent en général éberluées et dégoutées.


    • Bonsoir Jean Paul,
      Tour d’abord, après m’être renseigné auprès du Larousse 2018, pas de "réémigration" recensé. Ceci dit, pas de "remigration" non plus, la définition du mot "migration" explique sûrement ces absences. Passons.
      L’intérêt de ma remarque, la précision d’une part, essentielle en ces temps de confusion organisée. D’autre part, l’aspect pénal, juridique, puisque agresser ou harceler c’est condamné, insulter, non. Heureusement, déjà que les prisons sont pleines...
      Question : "après la réémigration" dites-vous, mais qu’en savez-vous ? C’est prévu pour quand ?
      Vous dites que je ne comprends pas ou que je fais semblant. Cependant vous n’explicitez rien, vous vous exprimez par allusions (je ne vous ferai pas l’affront de vous citer), j’ignore si cest par honte, faiblesse ou bêtise, mais il me semble que vous êtes hors-sujet.
      Quant à vos amies hongroises, je les comprends, c’est devenu un dépotoir.
      Bien à vous.


  • Le féminisme est un des 7 outils du sionisme. Il va de pair avec le LGBTisme. Ses égéries sont dans la quasi-totalité des cas, des sionistes. Vérifiez !

     

  • Ne pas oublier le curcuma avec le poivre.
    La curcumine n’est efficace qu’avec le poivre.


  • Sur France-inter, entendu aujourd’hui jeudi 22 févr. 2018 (vers 11h00) : "Depuis l’affaire Weinstein-Ramadan"...
    Je ne porte pas particulièrement M. Ramadan dans mon cœur, mais lier ainsi les noms de Weinstein et de Ramadan montre clairement ce qu’est devenue l’information dans l’Occident libre, dans les pays de la liberté d’expression et des droits de l’homme.
    C’est sans commentaires. Diffusez ça largement autour de vous, c’est plus fort que toutes les "fake news".


  • Femmes féministes ! Votre vision du monde est tronquée. Si vous pensez qu’un homme sur deux est un porc c’est seulement parce que vous ne fréquentez que des gauchistes (cf les scandales). C’est le manque de virilité qui rend agressif. Permettez au "patriarcat blanc" de vous protéger (c’est d’ailleurs ce que vous faites naturellement quand vous êtes réellement en danger).

     

    • D autres n envisagent que le rapport de force et non l’alliance.(pas besoin de baigner dans un courant pétri de moraline libertaire)Ce faisant,elles attirent à elles les situations qui vont les conforter dans leur logiciel et générer l agressivité qu elles combattent et qu elles nient en elle.Cela dit,hélas,oui,des connards finis ça existe et ils ne font pas honneur à la gente masculine,la bienveillance n’étant pas sous le signe de l evidence chez l être humain.
      Le respect tout comme le mépris s apprennent au sein de la famille.
      C est au devoir des parents de montrer ce qu est une bonne et saine relation entre les humains.,qui plus est entre homme et femme où cette alliance potentialise l épanouissement de chacun.Cela demande plus d’effort que de se marteler la tête de reproches .Et puis il y a tout simplement des femmes ,heteros s entend,aussi,qui ne sont pas faites pour vivre avec un homme.Ces dernières gagnent tout simplement à leur lâcher la grappe .
      Salutations


  • Je le dirai jamais assez, voilà ce qui arrive lorsqu’on a trop plaisir à écouter leurs histoires de merde. Avant, leur caquètement avait lieu dans des endroits restreints, réservé pour ; maintenant, via le net et par le biais de leurs homosexuels (les bobos de gauche), cela a atteint un niveau inespéré, planétaire sanctionné à chaque fois comme parole d’évangile. Ces hystériques qui n’ont rien d’inventé de signifiant ( sans doute aussi à mettre sur le compte de l’homme, cet horrible oppresseur) ne font que se plaindre tout en faisant bien abstraction du fait qu’elles sont largement responsable du délabrement et destruction de la plupart des nations actuels.

    https://www.youtube.com/watch?v=kOM... (How women dismantle nations)


  • Venir à Paris pour y brandir une pancartounette gribouillée en anglais, elle aurait mieux fait de rester chez elle, sur le parking du Walmart.

    T’es allée voir les tableaux misogynes, au Louvre, à Orsay ?


  • ne croyant pas particulièrement au hasard, vous ne me ferez pas croire que cette américaine (comme par hasard) à été interwiewé par "hasard" ... ça pue le bidonnage ... on dirait une version améliorée des femens...

     

  • "Peut-être que le monde peut changer, si toutes les femmes se rebellent contre le patriarcat. Je crois vraiment que nous pouvons et que nous devons le faire".
    Ça fait des décennies que c’est le cas et le bordel est total. Nos sociétés ne s’en remettront jamais !


  • Je suis une ancienne victime de viol et je fais bien la différence entre un viol et un "frottage" dans le métro. L’un traumatise pour de nombreuses années et l’autre peut traumatiser aller une journée. Depuis le début, je suis contre le hastag balance ton porc, qui n’aident en rien les victimes de viol et d’agressions sexuelles mais ne fait qu’empirer les tensions entre les hommes et les femmes. C’est vraiment n’importe quoi cette gueguerre entre des soi disant féministes et les actrices comme Catherine Deneuve, ce n’est que du cinéma mais dans la vraie vie, les victimes de viols sont de plus en plus nombreuses, ne parlent pas, et les vrais agresseurs ne sont pas punis. Voici un article où je parle de difficulté des victimes à parler surtout à la campagne malgré toute cette mediatisation https://isisbaila.wixsite.com/monsi...

     

  • Il y a femme et femme : femme brillante et femme pétasse,femme féminine sans outrance et femme a la féminité agréssive et sur la défenssive :
    mais je ne jette pas vraiment la pierre aux femme : je les aimes, et surtout les femmes a partir de 45 ans : en dessous et au vu de la génération en dessous : elle me gonfle et plus elle sont jeune, et plus je les trouvent insuportable : j’ai 56 ans, j’ai bien vécu et je peux vous dire avec mon expérience : que la femme sera (tout de meme) moins con que nous les hommes(en général) mon général (poil au dard).


  • Il faut se détendre les bobos ! Avec des plaisirs simples et naturels, ça repose et ça fait du bien en ces temps maudits. À les entendre, on dirait qu’on est dans une guerre « détraqués vs dépressifs ».
    Rendez nous Jean-Marie Bigard !!!!

     

  • Stop les gars , vous êtes vache, moi je les comprends toutes ces connasses , elles ne demandent qu’un peu de reconnaissance, rien de plus, si elles sont casse-couilles , c’est pour nous , pour nous divertir, pour pas qu’on s’ennuie , merde un peu de respect , une valeur de gauche, rappelez vous DSK, Denis Baupin, Jean-Paul Dupré, Usul et prenez-en de la graines bandes de fachos !!
    C’est ça la vraie gauche des valeurs... hein... madame de Hass Hole


  • D’un coté il y a "jean claude duce" et de l’autre le harceleur, je crains que les deux ne soient mis dans le même sac
    le harcèlement, est a mes yeux ni plus ni moins que le préambule d un crime qui rappelons le peut être commis par ruse, par contrainte et sans violence
    Ces gens la , ne supportent pas la frustration, et bien apprenons leurs a la supporter

    Maintenant , Mesdames, concernant les Hommes, qui je tiens a vous le rappeler ne sont pas tous ( loin s’en faut ) des violeurs ou des violents, vers qui vous retournez vous lorsque vous êtes incommodées par ces connards ? Peut être vers des personnes qui conservent encore une part de virilité


  • Mais je suis sur qu’emma, 20 ans, est pour l’arrivé massive de tous ces migrants, véritable parasites nomade "d’en bas" et prédateur sexuel en puissance. C’est vrai que dans ce délire gauchiste, seul l’homme occidental serait dangereux (pour le marché oui).

     

  • Si le féminisme moderne ne vous plait pas alors ne faites pas de masculinisme tout aussi ridicule et arrêtez simplement de parler des tout ces trucs de bonne-femmes....


  • Doit on lui dire que le rouge a lèvre a été fait pour imiter les muqueuses des lèvres des femmes qui gonflent et rougissent lorsque la femme est en période d’Ovulation.
    C’est donc c’est un signe qui informe les mâles qu’il faut copuler avec la femelle.


  • Les femmes aussi ont beaucoup souffert, les heures les plus sombres depuis la nuit des temps..


  • Je suis un homme timide, qui a toujours eu des problèmes de confiances en soi, et qui au fond a toujours eu un peu peur de faire du mal à l’autre (la femme) de par un comportement dégénéré (adultère, etc. ...) d’où mes difficultés à trouver des femmes pour vivre avec. Trop gentil, trop naïf, j’ai compris que les filles nous disent devant qu’elle préfère les hommes gentils et au fond elles rêvent de se faire dominer par un homme viril ...... Voilà ou ça nous mené, les me*** féministe. Aujourd’hui je ne suis plus gentil, je ne suis plus à me prendre la tête, j’en ai plus rien à foutre, je ne recherche que le plaisir et je lâche l’affaire quand ça devient trop sérieux. Voilà madame merci à vous (je vise des personnes particulières, notamment les féministes, mais je ne vise pas toutes les femmes, loin de la). Comme dit mon sociologue préférer, demander à une femme (féministe plutôt) comment se fait-il que les hommes riches aient toujours plus de sucée avec les filles que les sans dents, et là elles buggent, elles ont les fils qui se touchent (lot).
    Ce que font le féministe c’est féminiser l’homme jusqu’à ce qu’il devienne un ersatz de "femme" (sois juste un cul des seins et une tète surmaquillé, alors qu’une Femme c’est tellement plus que cela !!!!!!!). Regardez chez les geek le nombre de Sissi, regardez les mecs qui porte des sous-vêtements féminins, regardez comment les hommes deviennent des "filles" et se dévirilisent en fait. Moi je dis une féministe ça ne mérite qu’une chose mais j’ose pas le dire ici, mais c’est facile c’est en 4 lettres/
    Parce qu’au fond c’est juste des mal b*****
    Vive les vrais Hommes et les vraies Femmes !!!


  • Tous les hommes aussi ont une histoire de souffrance à cause des femmes.
    Seulement ça on en parle jamais...... Faudra remettre ça sur le tapis un jour. Quand on aura baisé suffisamment de femmes pour faire le bilan en bout de course


  • Elle ne connait pas de femmes qui n aient pas été harcelées ou agressées...mais elle fréquente qui, cette jeune personne ?
    Il faudrait peut-être qu’elle s’interroge sur le choix de ses relations. Et qu’elle réfléchisse au danger de la généralisation.
    Des hommes seins...euh sains -pardon Marlene pour ce lapsus- et des femmes en paix avec les hommes, j’en côtoie plein. Comme quoi...

    Vive la puissance de la fonk !


  • Encore une fois il semblerait qu’il faille aller au fond des choses. Les récents travaux de Monsieur Durain aurait le mérite d’éclairer ces questions au lectorat de ER à qui l’on propose trop souvent les mêmes analyses. Son émission avec l’excellent Charles Robin vaut son pesant de cacahuètes ! https://www.youtube.com/watch?v=yjD...


  • Je suis une femme. Effectivement il m’arrive d’être draguée de façon plus ou moins "convenable" mais je n’appelle pas ça du harcèlement.
    Un homme a toujours abordé une femme ce n’est pas pourtant que c’est un violent ou un violeur.
    Je ne dis pas que le viol n’existe pas, non, loin de là, mais on n’appelle pas ça du harcèlement mais effectivement du viol et là c’est horrible.
    Lorsque le mec est trop lourd, il m’est arrivé de le gifler et je vous assure que ça calme.
    Les femmes ne sont pas toutes irréprochables et sont capables de faire beaucoup de mal.
    On parle un peu trop de harcèlement, le mot est un peu fort dans certains cas.
    Je ne plaindrai jamais les nanas victimes de leur producteur, trop facile de dénoncer après d’avoir décroché des contrats.


Commentaires suivants