Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Eugénie Bastié à Léa Salamé, révoltée : "Une main aux fesses n’a jamais tué personne"

Le débat sur les violences sexuelles envers les femmes fait rage ces temps-ci. La jeune droitiste Eugénie Bastié a encore fait parler d’elle en jetant un pavé antiféministe dans la mare progressiste de France Inter. Pendant ce temps, un homme indélicat prenait 3 mois de prison pour outrage sexiste... Le schiappisme est en marche !

 

Léa Salamé  : Je crois qu’une main aux fesses n’a jamais tué personne, contrairement aux bonnes intentions qui pavent l’enfer des utopies écrivez-vous. Franchement est-ce que c’était vraiment nécessaire à votre démonstration que de dire...

Eugénie Bastié : Non je ne revendique pas la main aux fesses. Je m’érige contre la victimisation excessive, qui à mon avis est une régression puisqu’on considère dans une certaine frange du mouvement MeToo que la femme finalement doit être traitée comme un enfant, c’est-à-dire qu’elle est innocente a priori et finalement on veut appliquer les mêmes critères aux femmes qu’on applique aux enfants, et pour moi c’est une régression quasiment victorienne. Et je crois qu’il faut hiérarchiser les violences, hiérarchiser les souffrances. par exemple hier le JDD a fait sa une sur les femmes battues, il me semble en effet qu’il est urgent de combattre les violences faites aux femmes, notamment physiques, mais je trouve que dans ce mouvement qui charrie et qui met dans le même sac finalement de l’allusion sexuelle, de la remarque sexiste en passant par la main sur les fesses en allant jusqu’à l’agression et au viol, on finit par mettre toutes les violences dans le même sac et ne plus les hiérarchiser.

Salamé  : Oui mais en disant la main aux fesses n’a jamais tué personne...

Bastié  : La main aux fesses n’a jamais tué personne c’est vrai.

(L’émission entière est ici)

 

C’était le bon moment de lancer le sujet : pour la première fois, un homme a été condamné pour outrage sexiste, rapporte Le Parisien.

Le vilain monsieur, qui n’est pas un homme blanc de plus de 50 ans mais un type de banlieue de 30 ans, avait mis une tape sur les fesses d’une femme dans le bus de Draveil. La victime avait réagi et l’agresseur, au lieu de présenter ses excuses, en bon gentleman, avait surenchéri :

« T’as de gros seins, sale p... »

Ce qui est tout sauf correct. Quand on veut aborder une femme appétissante, on se doit de rester dans les limites du bon goût et de la loi, lui écrire un petit poème si possible romantique – essayer Le Lac, de Lamartine – pour vaincre ses défenses naturelles par de douces et lénifiantes paroles. Il faut la rassurer, quoi, endormir la proie. Là le couillon a fait l’inverse. Loi numéro 1 : on n’a aucune chance d’attraper une gazelle en lui mettant une main au cul et en faisant une remarque sur sa poitrine, fut-elle opulente.

 

JPEG - 363.8 ko
Ne surtout pas mettre une main au cul à la juge

 

Le vilain a pris 3 mois de prison et 300 euros d’amende au tribunal d’Evry, la ville de Manuel Valls, l’ancien Premier ministre des années de sang. Un Valls lui n’est pas violent avec les femmes mais avec les Français, c’est un harcèlement un peu différent. C’est grâce à la loi Schiappa qui est passée le 3 août à l’Assemblée devant trois députés et demi que cette condamnation a pu être possible. C’est la fin des mains au cul impunies. Pour l’instant, le regard concupiscent est encore autorisé.

À ne pas manquer, sur E&R :

 

Des ouvrages fondamentaux sur la question, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

82 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il ne nous reste plus qu’à réhabiliter le métier de barde pour approcher la demoiselle tant convoitée.

     

  • Une main aux fesses c est une agression sexuelle et elle doit etre punie . Mais amis serbes qui viennent sejourner touristiquement a Paris ont tous remarqué l’ incivilité qui y regnait , mais fort heureusement leurs petites amies ou femmes n’ ont pas ete embetees du fait de leu presence a leur cote. C est une pietre image pour Paris. Bien qu anti- feministe primaire, j estime que les femmes ne sont pas des fruits sur l etalage d’un marcher que l’on peut tater quand bon vous semble. Cependant, il ne faut pas tout melanger et exagerer. Le regard, meme si il est intensif ou bestial ne doit pas etre condamné car il n est aucunement une agression. Le comportement vulgaire de beauciup d homme contfibu a deteriorer la gente masculine malheuresement , et apporte du " pain" aux feministes !

     

    • « j estime que les femmes ne sont pas des fruits sur l etalage »

      On est bien d’accord. Mais c’est tout le problème dans nos sociétés consuméristes : on nous vend la femme-objet - l’objet à vendre qui se confond avec le "support" de vente.
      L’intelligence consiste à discerner les causes.
      Que des types réagissent maladroitement à cette propagande, montre qu’ils n’ont pas réfléchi à tout çà.
      Ce n’est pas parce que vous avez une pub sous un arrêt de bus avec une femme presque à poil pour vendre de la lingerie, que toutes les femmes ne rêvent que de se foutre à poil etc.
      Le fléau tout de même qui marque le plus les esprits mâles c’est encore la pornographie, mais je ne vous apprends rien.
      La réalité et l’idée qu’on s’en fait sont deux choses à bien... discerner, car elles son souvent contradictoire, puisque l’humanisme est la négation de l’humain... Et ainsi ne pas commettre des actes stupides et répréhensibles.

      Le but est quand même de trouver une femme, son âme soeur, on n’est pas chez le primeur comme vous dites, une foi consommée on la jette. Non.


    • Et si une femme vous pince les fesses ?
      Qu’est ce qu’on fait ?


    • Je tends l’autre fesse !


  • fallait réfléchir mesdames. Maintenant ne venez pas vous plaindre d’un manque de galanterie. Entre des immigrés qui ne foutent royalement des codes de bonne tenue à la Français, du nivellement culturel par le bas, de la suppression des transmissions de savoir-vivre et de la dénonciation systématique du méchant mâle blanc comme harceleur, vous (les femmes Françaises) prenez en pleine gueule le retour de bâton ^^ Vous avez voulu du migrant, du PD, des metrosexuels, du bobo et j’en passe. ASSUMEZ !!!

     

    • En effet une main au cul n’a jamais tué pas plus qu’un coup de bite consenti d’ailleurs j’ai le témoignage tout frais d’une sexagénaire qui s’est vue proposer ce marché par un migrant : "ma teub contre un pti billet !".
      Cette dame non désespérée et éduquée a bien entendu refusé mais elle n’en croyait pas ses yeux ni ses oreilles : “...en se croisant comme ça sur l’escalator !”
      Le migrant serait-il le gigolo à une jambe de Vrounze ?
      Aaaah ce progrès qui n’arrête pas d’embellir notre quotidien !


    • @Memo
      Les féministes, activées par des lobby aussi douteux que dissimulés, ne représentent pas plus les Françaises que Botulévi ne représentent les Français. Vous tombez facilement dans le panneau qui est dressé pour ceux qui ne réfléchissent pas plus qu’un journaliste de bfm vc.


    • @Pamfli
      Pour moi il ne s’agit pas de migrant, mais peut être d’un CLANDESTIN, un hors la loi. Ceci dit, je ne crois pas à votre histoire d’échange de bite contre un billet. Les clandestins savent qu’il ne faut pas attirer la foudre, autrement ils sont embarqués, les passeurs ainsi que les familles les conseillent. Honnêtement, vous auriez pu trouver autre chose comme argument, votre histoire à dormir sur une patte ne fait ni avancer le combat contre les clandestins et encore moins les femmes sexagénaires.


  • Vous faites de l’humour gentillet sur le type qui a mis une main au cul, sous couvert de ridiculiser le féminisme (qui est en effet ridiculisable)... Sauf qu’on n’est plus dans la société blanche et bien élevée de papa, et que ce type de comportement, on sait évidemment d’où il vient. Et c’est pour cette raison que votre analyse me paraît bien légère.

    Un même acte ne se vaut pas forcément, il y a toujours un contexte.
    Il y a une différence entre une main aux fesses dans une société morale et pleine de valeurs, avec des hommes qui se tiennent droits par ailleurs, si bien qu’on peut leur pardonner ce genre d’écart si cela n’est pas fait dans la vulgarité, et une main aux fesses dans notre société en perdition, faite par des individus déracinés, déséquilibrés, et par conséquent sans morale ni valeurs. Dans le deuxième cas, la main aux fesses n’est que le prémice dégoûtant à des actes bien pires, c’est un pied dans la porte du voleur qui s’installe chez vous, c’est le colonisateur qui essaie de soumettre une femme car il ne se reconnaît pas en elle, comme on essaie de nous soumettre de manière générale au grand remplacement.

    Est-ce qu’on rigolera de la même manière si je mets la main au cul de Fatima, dans la cité voisine ?

    On peut supposer que le féminisme dégénéré est le balai de l’allogène lubrique, et à ce moment on se demande pourquoi vous accompagnez le mouvement.

     

    • Donc si on te comprend bien il y a la bonne main aux fesses et la mauvaise main aux fesses ? C’est comme les chasseurs ? J’ai bon ?


    • Comment mettre une main aux fesses à une inconnue dans les transports en commun pourrait-il s’inscrire "dans une société morale et pleine de valeurs" ?

      Ça n’a aucun sens.
      Et le même acte envers une amie ou une collègue de travail me parait fort discutable aussi.

      Vous essayez juste de définir un double standard, ceux à qui on tolère ce type de comportements, et les autres...


    • Je ne suis personnellement pas adepte de ce genre de vulgarité qui me passe un peu par dessus la tête, mais effectivement vous ne semblez pas saisir qu’il y a un contexte à prendre en compte.
      Le double standard, ce n’est pas moi qui cherche à en établir un, mais d’abord l’article, qui semble prendre bien à la légère une énième agression d’un allogène envers les femmes de ce pays, sous prétexte qu’il est de bon ton de descendre les féministes dégénérées.
      La lubricité des migrants et de certains déracinés qui semblent adeptes de la soumission féminine n’est plus à démontrer.
      A l’inverse, oui, un mâle des années 30 à 50 qui s’égare en mettant une main aux fesses à une amie aura la morale de son époque pour prendre conscience des bienséances, suite à la claque qu’il ne manquera pas de se prendre, que la demoiselle soit intéressée ou pas. Mais comme je le disais, nous ne sommes plus à cette époque.
      Essayez de mettre une baffe en réaction à une "chance pour la France" qui vous colle, vous êtes bonne ensuite pour vous faire tabasser, taillader et pire encore...

      Dans le fond tout ça c’est encore une histoire pour culpabiliser l’homme blanc et ne pas voir la prédation sexuelle d’une catégorie de personnes.


    • Je suis d’accord avec vous. Le ton humoristique pris par l’article montre clairement un parti pris en faveur de l’agresseur et un déni de la gravité de l’acte et de la souffrance de la victime. Finalement si l’auteur de l’article avait vu la scène il aurait ri avec l’agresseur et lui aurait dit : "vous manquez de tact très cher" c’est purement et simplement une forme de lâcheté.


    • @hazizo
      A Cologne, Hambourg, Francfort...les mains aux fesses et ailleurs, c’était par dizaines et finissaient parfois par des viols.
      La drague verbale valorisante pour arriver à ses fins, c’est du passé, aujourd’hui c’est " t’es bonne sale pute". La vision des femmes par certains est inédite sous nos contrées, pas sûr qu’à la préhistoire le niveau est été aussi bas.


  • L’amalgame fait sur l’agression sexuelle avec l’incorrection, mise en scène par les féministes pour en rajouter un peu plus .
    L’agression sexuelle est un geste brutal et ignoble, touche directement la personne dans sa dignité physique par le viol .L’incorrection peut être un geste, un comportement envers une autre personne, un manque de respect stupide, mais certainement pas du même genre qu’une agression sexuelle .On ne peut considérer une main aux fesses, par un manque de respect , mais on ne peut le condamner au même titre qu’un viol .

     

  • Camarades de de E&R
    Imaginez un instant que ces fesses appartiennent à votre femme, fiancée ,soeur etc...
    Je ne suis pas sûr que ma réaction face à cela soit le sourire ou la blague et encore moins la minimisation de ce genre de fait.
    Je ne sais pas qu’elle serait votre réaction mais je pense que la mienne risque de ne pas plaire à ces gentilles bobos.
    Je me souviens étant adolescent un gamin avait essayé de toucher le popotin de ma soeur, j’ai été chercher ma soeur à la sortie et par la même j’ai remis de l’ordre dans la tête du petit débile.
    Si ces femmes avaient autour de vrais hommes ce genre de chose se réglerait très vite.
    Ne varietur
    Lavrov.

     

  • Pour l’exemple que vous donnez, la condamnation me parait complètement justifiée. Il va bien falloir mater les racailles.
    Ceci étant dit, quand est-ce qu’on s’attaque aux causes ?


  • Le féminisme rend laid(e) et le "masculinisme" consistant à se plaindre, à dire que l’on souffre, etc. ... C’est l’inverse de la virilité. C’est pour cette raison que les mouvements "masculinistes" ne fonctionneront jamais et ne provoqueront toujours que l’hilarité (au mieux) et que toutes les communautés de la pleurniche peuvent taper sans gêne sur "le mâle blanc de plus de 50 ans". C’est parce qu’il est le contraire de la pleurniche.

    De toute façon, la sélection naturelle est déjà à l’œuvre : les sociétés de "liberté de mœurs" font moins d’enfants que les populations du tiers-monde. Moralité, dans 50 ans, l’histoire sera écrite par les nigérians qui font des enfants de façon traditionnelle, pas par des européen(ne)s libéré(e)s dansant au centre d’un désert démographique.
    Mais personne n’en tirera les conclusions qui s’imposent car ceux d’aujourd’hui ne seront plus là et les rares de demain seront trop déconnectés du réel pour savoir même ce que signifie le mot "démographie".


  • Le gros goujat condamné se méritait quand même quelque chose. Je l’aurais mis en rééducation chez Clémentine Autain, avec discours féministes dans les oreilles huit heures par jour, et plaintes, et cris comme à la télé, en boucle. Il considère la femme comme une esclave, en la touchant où il veut, quand il veut, et même en la claquant, sans respecter les protocoles d’approche.
    Cette attitude est extrêmement rare chez les Français, du moins en public. En revanche les issus de pays où l’esclavage a longtemps sévi, voire sévit encore, sont volontiers abusifs, quoique en général sournoisement. On ne sait jamais s’ils traitent ainsi la femme en général ou la Française en particulier.
    Ce qui est insupportable.
    Schiappa n’a pas encore condamné pour un regard concupiscent. On ne s’attaque pas aux potos.


  • « Climat détestable », oui c’est le mot.

    Mais pour être plus exact, c’est toute la culture occidentale qui pue le cadavre en putréfaction.


  • Il y a aussi des hommes battus, tués ou subissant quotidiennement l’hystéries de leurs femmes.
    On ne parle plus de violence conjugale mais toujours de violences faites aux femmes.
    C’est fatiguant, et on sent que le but est très malsain. Les hommes s’éloignent de plus en plus des femmes occidentales.

    En tant qu’homme, j’ai à maintes fois subi le harcèlement des femmes , parfois violent, avec du chantage , des menaces, et je parle de femmes avec qui je n’ai jamais eu de relation, jamais rien promis. Certaines m’ont embrassé sur la bouche ou pratiqué des attouchements sans mon consentement. Et je ne trouve pas cela choquant, c’est le jeu et le risque des relations amoureuse entre l’homme et la femme, je n’ai jamais pensé à créer un hashtag #dénonce ta truie


  • En contre-partie un homme a pris 18 mois (avec sursis) pour avoir violé sa fille mineure six années durant. On diabolise, on sanctionne sévèrement les goujats. Mais pourquoi tant de mansuétude à l’égard des pédophiles ?


  • Cette « demoiselle » lance sans doute un appel aux tripoteurs potentiels pour signifier que son derrière est open aux délicates intentions ?

     

    • Cette demoiselle est ma fille, ma mère, ma femme, ma grand-mère : dans un pays dit de liberté, elle s’habille comme elle veut, tant qu’elle ne fait pas outrage à la loi. Si vous mettez votre main ou que ce soit sans leur consentement offert à "vos délicates attentions", que la loi s’applique ; et si ce n’est cette dernière, c’est moi qui vous désosse et vous regretterez cent fois de n’avoir pas eu à faire à un juge : voire même une juge, laquelle sera toujours plus amène qu’une visseuse arborant une mèche de 18, à bois.
      Comme vous j’ai envie de partager mes cinq (10, 11) doigts sur toute croupe qui me sied, mais je ne néglige jamais ce qu’il en coûte (devoir) : toute prise de contact avec quelque altérité que ce soit ayant "un prix"(droit).
      Le reste relevant du vol : selon vous, à l’étalage...


  • Effectivement je pratique le regard concupiscent à outrance, car on a beau dire dans cette société sexualisée à outrance, et malgré les risques, les femmes n’en restent pas moins sexy, à croire que le manque de mâle surpasse le climat d’insécurité.

    Mais jamais de la vie il me viendrait à l’idée de mettre une main au cul, ou alors en boîte vers la fin de soirée pour rigoler, et encore c’est stupide puisque le geste déplacé est encore plus mal perçu que la parole mal placée.
    Apparemment certains ne sentent pas cette évidence, ou alors ils ont vraiment très faim, ce qui confirme donc ce manque d’affection.

    La consommation consume... alors pourquoi consommer c’est stupide ! Ce n’est pas un palliatif, ni une issue, ce n’est pas un substitut : la main aux fesses n’est qu’une fuite en arrière, une régression civique, voire un alibi pour retourner vers... la consommation (l’homme seul picole, par exemple, ou bien se perd dans les jeux vidéos en réseaux etc.).

    Il faut donc réaffirmer avant tout nos bonnes manières, mais sans tomber dans le gnan-gnan, main tendue mais ferme : Elle n’est pas un objet bordel de merde !!!
    Mais elle ne respecte que la force (attribut masculin) donc faut jongler, insister, bref expérimenter.
    Sortir du mécanisme et des schémas consuméristes, le dialogue, le sourire, les bonnes intentions. Mais des fois çà suffit pas, les gens sont complètement tarés (surtout en métropole), çà vient pas que de nous !
    Si la fille est hystérique ou lunatique barrez-vous, y’en a pleins d’autres, la vie est longue.


  • Tout ceci me fatigue. Cela fait plus de 10 ans que je ne croise plus le regard des femmes et que je change de trottoir. J’ai définitivement coupé tout lien.

     

    • Elles ne veulent pas de clodos !!…


    • "Elles ne veulent pas de clodos !!…"
      Je rajouterai qui claquent leur rsa chez Amazon et en aliments "BIO" en se targant de ne jamais voter...
      Sinon, Pleinouest, vous en avez mis du temps a vous rendre compte que les femmes ne vous regardait plus depuis bien longtemps. La photo naturaliste et tout le blabla qui va avec, c’est surfait depuis... ben depuis toujours en fait sauf chez les bobos gogos .
      Continuez de chialer ici, si ça vous réconforte.


    • @ plein ouest 35
      Les femmes ne méritent pas tant d’amertume, je ne connais personnellement aucune femme qui nécessite de changer de trottoir et votre expérience semble singulièrement douloureuse sans que se pose la question d’une part de votre responsabilité...


    • Je cite : "Continuez de chialer ici, si ça vous réconforte"

      Même pas, en vérité l’un comme l’autre ; j’m’en fous maintenant, tout ceci n’a plus d’importance car il ne reste rien de la vie passée, juste de l’éphémère. Tout ceci n’est que le jeu de la tyrannie de l’espèce qui s’accroche à la vie avec notre peur existentielle. Pur néant métaphysique.


    • Je cite : "Elles ne veulent pas de clodos !!… Je rajouterai qui claquent leur rsa chez Amazon et en aliments "BIO" en se targuant de ne jamais voter".
      RSA devenu retraite à - 350 euros, Amazon qui a sensiblement augmenté mon niveau de vie grâce aux esclaves qui y travaillent, BIO qui probablement m’a maintenu en meilleur santé !

      Je rajouterai à ce juste bilan un rien acide : 1) moche, 2) vieux et 3) très grincheux !!!! Aussi : je lance des rats morts par la fenêtre quand on m’emmerde !


  • Avoir amené les femmes au travail a fait baisser les salaires, augmenté le chômage et mélangé les femmes avec les hommes dans l’espace public. Les attirances sexuelles sont donc désormais omniprésentes (à la maison, dans la rue, au travail, à la salle de sport ...)

    Les femmes ont rejeté le (soit-disant) patriarcat Catholique blanc pour embrasser le droit de vote et le melting-pot multiculturel qui va avec. Elles sont autonomes financièrement et prennent leur pied au pieu depuis mai 68, tous ces faits divers ne sont donc qu’ hypocrisie.

    Bienvenue dans l’enfer de la liberté obligatoire, de l’égalité homme-femme obligatoire et de la fraternité multiculturel obligatoire. Vive la république obligatoire.

    PS : Dans n’importe quelle jungle, c’est la loi du plus fort qui s’applique, continuez à faire les malignes mesdames mais ne venaient pas vous plaindre après. Et ne vous en déplaise, mais la civilisation, ça passe par l’église.

     

    • C’est pénible cette gue-guerre entre les deux sexes. Si les femmes ont rejeté le patriarcat catholique, les hommes ont accueili leur "libération" à bras ouverts. Ne serait ce donc qu’hypocrisie que de vouloir des femmes de bonnes moeurs ? Enfin, il est vrai qu’il est tout aussi incertain que la majorité des hommes blancs et français recherche une telle épouse, quand ils en recherchent une...


    • @ Mail

      Je suis bien d’accord avec vous, cette guerre est usante et on est tous fautifs. Les femmes c’est 50% de l’humanité donc 50% de la reponsabilité et les hommes, c’est l’autre moitié. Si on veut s’en sortir, que chacun et chacune d’entre nous retour à SA place. Dieu nous a fait complémentaires, pas égaux.

      Une femme en particulier est responsable de cette situation merdique. Il s’agit de cette sal*** de Marianne. Mort à la république.


  • La sanction qui ne sert à rien,ni à personne.

    Ils n’arrivent déjà pas à faire appliquer ou à suivre les peines infligées aux vrais délinquants,récidivistes et autres..., si il faut encore perdre du temps à s’occuper des problèmes comportementaux sans grandes conséquences...

    Et puis, est-ce bien raisonnable de vouloir traiter les problèmes de "savoir-vivre" en les judiciarisant ?


  • "Violences faites aux femmes" Il faut rappeler que cette expression ne figurera JAMAIS dans une loi. Car la loi est neutre et n’admet pas les privilèges. On parle de violences conjugales donc les hommes et les femmes sont traités à égalité . Point. Merde ! On ne peut admettre deux humanités, les hommes et les femmes. (mais comprennent -elles ces subtilités juridiques ? Je crois que non. En tant qu’hommes, on se sent un peu seuls)

    Les femmes au fond voudraient deux choses : un privilège exorbitants d’être considérées comme victimes de toutes les façons avant même l’examen des faits (et donc l’homme coupables a priori quelque soient les circonstances, et donc que les juges soient partiaux et favorables a priori et pour elles. Donc que les juges ne soient plus des juges mais des commissaires du peuple des foldingues.

    La fin de la civilisation, qui est une chose construite par les hommes..


  • Les Financiers vont nous refaire le coup du "pour draguer, allez sur Meetic", histoire de s’en foutre plein les poches.... le Business Plan est déjà prêt.


  • C’est bien. En fait, quel est le problème ? C’est l’imposition à autrui d’un acte non consenti.

    Ça s’appelle du viol, car la volonté d’autrui est violentée. C’est très bien que cela soit puni.

    La pénétration d’un lieu privé est aussi un viol aussi puisque l’acte se fait sans le consentement du propriétaire.

    On appelle cela un viol de propriété privée.

    Accepteriez vous qu’on viole votre propriété, et qu’en rentrant le soir chez vous, vous trouviez une bande de Mamadous fraîchement débarqués de l’Aquarius dans votre canapé, en train de siroter vos bières, de vider votre frigo et de violer votre femme et vos filles ?

    Et bien maintenant, il reste à comprendre que l’immigration, c’est la pénétration d’une propriété collective, sans le consentement de la collectivité, c.a.d., la nation.

    C’est un viol collectif, de propriétés collectives ( territoire national - institutions, nation, infrastructures, etc ;...).

    Il n’y a aucun consentent de la nation, seule détentrice de la volonté publique. Ce consentement, c’est sous la forme d’un référendum qu’il se matérialise, et c’est sous cette forme que De Gaulle l’a matérialisé lors de sa présidence.

    Comment ça la république ne reconnaît que des individus ?

    Alors pourquoi existe-t-il des délits concernant les lieux publics, les biens publics ? C’est bien parce qu’il existe effectivement un public qui est reconnu, de facto, par la république, et ce public porte le nom de "nation".

    Hé oui Henri. La république ment et se contredit tout le temps. Elle est schizophrène.

    Il est temps de reconnaître et de dénoncer haut et fort, ces viols collectifs, ces viols de la nation qui perdurent depuis trop longtemps avec l’immigration.

    Seule la remigration mettra fin à ces viols collectifs, ces violences éprouvantes, ignobles et intolérables.

    Il est temps de dénoncer la pénalisation du racisme, car on ne criminalise pas les réactions de légitime défense d’une femme qui se fait violer.

    Donc, de la même manière, pénaliser, criminaliser les actes et paroles de défense d’une nation qui se défend légitimement, c’est en soi criminel.

    Stop aux viols contre la nation - stop aux viols et aux vols par les institutions. Arrêt de l’imposition. #Mange-ton-beurre

    La justice est-elle criminelle quand elle pénalise, criminalise et punie, les réactions de légitime défense d’une victime ? Absolument, oui.

    #Free-Esteban #Me-Too-Kirikou #Rage-Against-Migration #Free-My-Nation #Judge-Dredd_We-See-U #Oligrak-Creuse-ton-trou

     

    • Intervention tout simplement excellente, toute cette politique antiraciste n’est rien de plus qu’un énorme viol des consciences dans une opération de guerre psychologique contre les blancs et accélérer ainsi la destruction de la civilisation occidentale pour la remplacer par une sorte de mélasse multiraciale, plus ou moins détraqué sexuellement et semitisée à outrance, le tout bien évidemment sous le contrôle de la banque et de la synagogue.

      Mais il ne s’agit pas du viol de la nation en tant que tel mais bel et bien celui du peuple, le viol du volk tout simplement, on pénètre l’esprit des gens pour détruire leurs psyché et une fois que l’on a anéanti leurs défense mentale et instinctives on les criminalisants et on les culpabilisants on passe à la destruction biologique, le viol du patrimoine génétique et le pourrissent du sang en le mélangeant à tout et n’importe quoi, ce qui mène bien évidemment à la batardisation complète et totale de la société et donc à sa chute et son enlaidissement permenanant.

      Ces gens veulent tout simplement nous souiller par tout les moyens, et profaner tout ce qui est sacré, juste, vrai et beau, ils ont commencé par la destruction de nos esprits en y insérant leurs virus idéologiques immondes, salis notre art et notre culture et maintenant on veut passer au pourrissent de notre être.


    • Il ne faut pas suivre les débats imposés. Ce sont toujours des pièges destinés à nous retourner le cerveau..

      Celui-ci ne fait pas exception.

      Le bon sens ordonne de passer au dessus, et de les retourner à notre avantage. On parle du viol ? Parlons de celui qui nous préoccupe. Nous, Français, nous sommes violés au quotidien. Des actes qui vont à l’encontre de notre volonté nous sont imposés constamment. Parlons-en . . . Ou n’en parlons pas. Mais ça ne sera pas sans conséquences. Il faut le savoir, hein ...


  • Je ne drague pas dans la rue, car je n’aimerai pas que l’on drague ma soeur tout simplement, faut se mettre à la place des filles aussi.
    il y a un célèbre adage qui dit :"Ne fait pas aux autres ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse

    Le pire ce sont les démons qui provoquent ta soeur en ta présence, ça pour moi c’est impardonnable

     

    • Beaucoup de femmes se font violer par les impôts. Le plus grand violeur reste quand même l’etat (Cohn bendit, Jack Lang, Frédéric Mitterand étant hors concours).
      Je pense que l’etat fait bien pire qu’une main au cul de la classe moyenne, il nous fiste (verbe du 1er groupe dans le dico de Jack ? ). Le fist financier de l’Etat est un vrai traumatisme psychologique. Très peu de gens osent en parler par peur de représailles de l’Etat ou par simple honte d’en parler à son entourage. Les victimes du fist financier de l’Etat, pourtant nombreuses, se sentent souillées, mais cette souffrance n’est pas encore reconnue.
      Tout ça pour dire qu’une main au cul, pour peu qu’elle soit enduite de crème apaysil, peut même agir comme un onguent sur un cul de classe moyenne française.


    • Pourquoi ne voudriez-vous pas que l’on drague votre frangine ?
      C’est sa vie. Peut être qu’elle aimerait bien que les garçons s’intéresse à elle, non ?
      C’est vous qui allez lui présenter la personne idéale ?

      Tout est dans la façon dont on la drague. Faire savoir à une fille qu’on est intéressé ce n’est pas lui manquer de respect quand même !


    • Je comprends votre propos Mohamed Khios.
      Il n’est pas facile de veiller sur ceux à qui l’on tient le plus et c’est une attitude noble que vous arborez.
      Néanmoins, tôt ou tard, votre sœur voudra peut-être se marier avec quelqu’un pour avoir des enfants et perpétuer la famille. Vous-mêmes, si vous n’avez pas d’enfants, ce seront peut-être vos neveux, ses enfants à elle, qui s’occuperont de vous lorsque vous serez vieux.
      Mais pour en arriver là, elle aura peut-être dû trouver comme mari un homme qui l’aura séduite, non ?

      Après, j’admets que ce n’est pas facile de voir sa sœur (ou pire, sa fille) devenir une femme et attirer d’autres hommes comme soit et c’est tout naturel de vouloir la protéger des autres.


  • Avant de se taper une pute l’homme d’esprit lui tâte toujours le cul pour savoir s’il n’est pas trop dur, pas trop mou, pas trop gros pas trop petit etc... Bref s’il le fait bander . Où est-on autorisé et encouragé à peloter les femmes ? Au bordel . Mettre la main au cul d’une femme dans la rue c’est la prendre pour une pute, elles ont raison de ne pas apprécier .

     

  • La caissière elle est assise on ne peut donc lui mettre la main au cul Salamé !


  • Où les femmes encouragent-elles les hommes à leur mettre la main au cul ? Au bordel . Mettre la main au cul d’une passante c’est la prendre pour une pute, on comprend qu’elle n’apprécie pas .



  • La main aux fesses n’a jamais tué personne c’est vrai.



    Contestation évidente de la Shoah par main aux fesses.

    Que la 17e Chambre acte.

    Oops désolé, je pensais qu’on était déjà en 2020.


  • Au nom de l’égalité, exit la galanterie qui n’était qu’une forme de respect des femmes par une sorte de sublimation du désir qui instaurait une distance. Laquelle permettait de faire comprendre éventuellement à l’intéressé que son comportement était inopportun.
    Retour à l’état sauvage. Merci les féministes.

     

  • Il y a 20 ans, je mettais beaucoup de mains aux fesses, avant de disparaître, mon ami qui restait avait l´air idiot, Ce jeu, pas bien intelligent, n´a jamais tué personne, était plutôt bon enfant. Serait-il possible aujourd´hui ?

     

  • Salut à tous les camarades,

    Depuis qu’on nous bassine avec toutes ces histoires, je me suis demandé un truc : est-ce que toutes ces mains aux fesses, ces insistances pour avoir le "06", ces envolées lyriques du genre " ouah t’es bonne...", " tu suces... ?", et autres joyeusetés, ne viendraient-elles pas d’un vrai problème de relations avec les femmes, manifestés par certains hommes ?

    Pour simplifier, ils ne savent plus parler et négocier avec les femmes, ce qu’ils veulent, et ils ne savent plus que l’exprimer directement, et donc, vulgairement.

    Personnellement, le coco qui met une main aux fesses d’une femme qu’il ne connaît pas, c’est avant tout quelqu’un de très mal élevé.

    Raisons possibles à avancer :

    1/ absence de maîtrise du langage.
    2/ absence de maîtrise des codes sociaux du pays.
    3/ absence d’éducation des deux ctés, EN et aussi parent.

    Il y en a sans doute beaucoup d’autres, aussi qu’en pensez-vous ?

    J’avoue que je ne comprends pas tout ça, sans doute suis-je dorénavant trop vieux..
    Il semble de nos jours, que beaucoup d’hommes ont de vraies difficultés à trouver une compagne de jeux, et pourtant, je pensais que c’était un truc de base, à la portée de tout le monde !

    Comment se fait-il qu’en grosso modo 30 ans, de telles lacunes soient apparues, alors que lorsque j’étais jeune, ça semblait poser beaucoup moins de problèmes ?

    Bon c’est vrai que pour ma part, c’était plutôt moi qui recevait les mains au cul, et assez souvent, par des femmes tout àfait charmantes et désirables, mais bon, d’autres potes ayant moins de chance, s’en sortaient quand même bien.

    Il serait vraiment intéressant que des camarades jeunes, qui lisent et écrivent ici parfois, livrent leurs témoignages, car il y a visiblement un vrai malaise envers les simples relations de communications entre hommes et femmes.

    En tout cas, les femmes jeunes de nos jours, n’ont pas froid aux yeux, quand elles ont envie d’une aventure, elles le font savoir (pas toujours très subtilement, mais il faut comprendre les évolutions).

    Mais il y a 30 ans aussi, c’était grosso modo pareil.....elles étaient sans doute moins nombreuses, mais bon....

    Adishatz

    H/

     

  • Draguer une fille de manière courtoise et lui mettre une main au cul et l’insulter sont deux choses différentes. Mettre une main au cul d’une inconnue sans son consentement, c’est une agression. ça n’a rien à voir avec la drague.
    D’ailleurs, ceux qui agressent les femmes dans la rue sont toujours les mêmes.


  • super bien Ecrit l article qui est à la fois drôle mais qui interroge quand même !
    merci


  • Lol.... Lea qui se la joue femme du peuple. La caissière, Lea, a l’esprit trop occupé par de vrais problèmes pour qu’une main au fesse une fois de temps en temps soit un problème tel qu’il l’est pour la jeune bourgeoise blanche en stage. La caissière, elle pense qu’elle aimerait bien ne pas faire 3 heures de transport par jour pour aller au boulot, qu’elle aimerait bien pouvoir se soigner ses dents, que si son mari ne retrouve pas un boulot, ils pourront pas remboursé le prêt de la maison, et qu’il faut trouver une solution pour s’occuper de sa maman de 85 ans qui vient de faire un avc..... voilà, pour savoir ce genre de choses, il suffit de parler avec des caissières dans les monoprix de Paris. Tu peux le faire Léa.


  • Les mecs n’ont qu’à retrouver le plaisir de la danse qui les mettent en valeur sur la piste.

    Comme ils ont abandonné les dancings et autres thés dansants où bien sapés, cravate vous invitez avec courtoisie, sourire et sans arrière-pensée de pelotage, vous parvenez à obtenir un consentement de contact physique.

    Encore faut-il se montrer bon danseur - donc apprendre, le tango, valse, cha-cha, rock, swing, java, marche, paso-doble, meringue, slow, rumba, boléro, reggae, sirtaki, country, jerk et j’en passe ...

    Ainsi, vous apportez de votre prestance, votre gestuelle et devinez les codes dont les femmes ont besoin pour passer déjà un moment partagé en votre compagnie et la leur.

    Comme toujours l’homme propose, la femme dispose. Mais en réalité, c’est elle qui s’est proposée bien avant que vous la regardiez. Soit qu’elle vous a détecté, soit qu’elle se rend disponible pour vous intérieurement et espère que vous l’invitiez.

    Pas pour la peloter, ni lui mettre la main aux fesses. C’est pas l’endroit.

    Tout ça c’est ringard, évidemment. Et puis, l’Église + FSSPX l’interdit, et chiepa aussi. Et puis on a mis dans la tête des mecs que danser ça fait tarlouze ....

    Alors ils restent dociles devant la télé à se morfondre devant Plus Belle la Vie (qui passe ailleurs), internés sur internet ou les jeux vidéo à s’boire une bière et caresser leur chien.

     

  • Cette jeune femme incarne pour moi un certain idéal féminin et d’une certaine manière aussi la féminité européenne. Elle est brillante, incisive, pertinente et porte en elle l’héritage helléno-chrétien qui associe la puissance du logos à celle du pardon. Autant d’atouts pour réconcilier une bonne part des hommes avec la gente féminine en ces temps de divisions. Elle prolonge finalement dans un autre registre, sur d’autres canaux et avec d’autres moyens le travail entrepris par A. SORAL. En tous cas chacune de ces interventions est un grand moment d’intelligence d’autant plus salutaire qu’il se déroule sur les ondes de France Inter.


  • Si on rouvrait les bordels les mâles que ça démange auraient un exutoire et on ne serait pas obligé d’aller en Espagne et en Belgique, Allemagne, Italie etc . Mais la France de 1946 était si vertueuse, après avoir assassiné 105 000 "collabos", qu’il fallait bien qu’elle ferme les boxons (200 à Paris !) .

     

  • Tiens, comme l’article parle de Manu la Tremblote, je me permets ; El Blanco a démissionné de son poste de député pour mener campagne à la Mairie de Barcelone, pour laquelle, aux dernières nouvelles, il est crédité de moins de 5%.

    Pour en revenir à l’essence de l’article :



    Loi numéro 1 : on n’a aucune chance d’attraper une gazelle en lui mettant une main au cul et en faisant une remarque sur sa poitrine, fut-elle opulente.



    Dans Confession d’un dragueur, de mémoire une réplique de Saïd Taghmaoui lorsqu’il aborde une inconnue : "je le savais, même de face je le savais, vous savez quoi..." il s’approche de son oreille et murmure : "...que vous aviez un superbe cµl".



    on se doit de rester dans les limites du bon goût



    Eh les gars !?

     

    • Manu est peut-être à Barcelone pour accentuer la régionalisation de l’UE : c’est un épouvantail qui va faire perdre le camp des anti-indépendantistes catalans.
      Manouel est mort politiquement, donc mort comme Hollande, le PS et bientôt la marque de lessive Macaron car ils ne savent rien faire d’autre que de parasiter les ressources d’un système.


  • Eugénie a raison : on doit hiérarchiser les offenses.
    Le vol à l’étalage n’est pas puni comme l’est le cambriolage. Toutefois, dans certains pays, on peut y laisser sa peau : essayez de voler une orange dans un marché d’Arabie, pour voir. Ou de tâter une inconnue dans la rue.
    Le problème en France, ce sont les hommes débarqués de pays où le petit vol est grave. Ici, ils ne se gênent plus du tout, d’autant plus que la riposte est affaiblie par les institutions, sous prétexte de "racisme" ou de "disproportion dans l’auto-défense" et par la pénalisation de la réaction virile. Et qu’ils (les débarqués) savent avoir très peu de chances d’obtenir ce qu’ils veulent dans les règles, qu’ils ne maîtrisent aucunement, du pays qu’ils prétendent occuper ou occupent déjà, et depuis longtemps.
    Voir Eugénie et Salamé côte à côte, les entendre s’exprimer... n’est pas à l’avantage de Salamé. Vive nos petites Françaises, trop souvent évincées ou abêties ou avilies. Les filles, dans de bonnes conditions, vous redeviendrez les petites Eugénie que vous êtes. Un peu de courage !
    Non, Salamé n’a pas de problème de "main aux fesses" ni de caisse enregistreuse. Papa et son cercle l’ont sauvée de justesse d’un métier parfaitement envisageable pour son grand talent, qui exige de l’organisation, du pragmatisme, de la rapidité de calcul, de la docilité, et un siège confortable. Il faut quand même, à la caisse, être aimable avec le client. Sinon, dehors !


  • Se faire mettre la main aux fesses n’a rien d’agréable et n’est pas "bon enfant" comme je l’ai lu plus haut, cependant je ne le met pas au niveau du viol et Eugénie Bastié a raison de le rappeler. Mais au final, le plus insupportable dans l’affaire, c’est que ce sont ceux-là même, depuis 50 ans, avec la "liberté sexuelle" et le "marxisme culturel" ont permis et banalisé des actes dont elles se plaignent aujourd’hui ! Etre poussé à pratiquer les pires déviances et en même temps, être envoyé au tribunal ou en prison pour des peccadilles, voilà la logique actuelle et qui risque de saper encore plus les possibilités aux hommes et aux femmes de se rencontrer.

    Car si la grossièreté et la mauvaise éducation de certains posent problème, le désir amoureux lui est dans l’ordre des choses, il faut s’opposer à la dépravation et au puritanisme mais force est de constater que l’un entraîne fatalement l’autre...

     

    • Vous avez raison, mais celles qui se plaignent aujourd’hui sont souvent des jeunes femmes qui n’ont rien demandé, il faut aussi l’admettre, ma fille de 15 ans qui devait parcourir une centaine de mètres à pieds pour revenir du lycée se faisait systématiquement apostropher, insulter, siffler etc.. .tous les jours, pourtant elle n’était en rien provocante et s’arrangeait pour tracer son chemin, et on ne peut pas dire que c’etaient des peccadilles pour elle, elle avait vraiment la boule au ventre !


  • Je suis d’accord avec votre ligne, mais il faut bien reconnaître qu’une main aux fesses et une grosse insulte, c’est pas très agréable personne ne le mérite, franchement messieurs, si c’était votre copine, votre femme, votre soeur ou votre mère pourquoi pas, comment réagiriez vous ? Après, je suis contre cette loi stupide et inefficace car la seule solution est l’éducation , la convivialité , le respect, la politesse et la décence apprises dans la société et évidemment on en est très loin, je voulais juste me faire un peul’avocat du diable !

     

    • N’importe quoi.En quoi est ce une insulte ?Une main aux fesses c’est une main aux fesses,ca exprime un désir sexuel et c’est une flatterie.Pas une insulte.
      Une femme met ses fesses en valeur dans un vetement moulant on a forcément envie de lui toucher les fesses,et c’est ce qu’elle veut profiter.Elle veut qu’on bande pour elle.

      Après toucher les fesses d’une femme qui ne les met pas en valeur,qui est trop jeune ou trop vieille,et qui a l’air de ne pas avoir envie qu’on l’approche est totalement déplacé.Mais ce n’est pas un crime.La seule réponse valable si une femme n’aime pas la main au cul parceque l’homme en question ne lui plait pas ou parcequ’elle est mal executée,est la gifle.Et l’homme ne doit pas la rendre.

      La justice ne devrait pas avoir le droit de se mêler de ça.


  • Surtout écrire un poème si possible romantique ! Ainsi le chasseur peut remercier sa proie de l’avoir encouragé à essayer de faire preuve d’un peu de générosité par la créativité, le mettant ainsi sur une fréquence douce et chaleureuse pour un temps, enfin c’est à espérer... Ce dernier gagnera, par cet effort de mise en forme, en discernement. Eh oui, car il y a une différence certaine entre vouloir posséder l’autre, la conquérir... et puis aller vers l’autre pour offrir de sa personne en faisant de l’autre une priorité par rapport à la relation, au lieu de ne chercher qu’à prendre en premier lieu pour combler ses petits manques... Tout cela s’explique très bien par rapport à l’Esprit.


  • Extrait d’Il était une fois dans l’ouest, du génial Sergio Leone.

    https://youtu.be/Gfh2NodFP5s


  • Faut il faire un sondage auprès des caissières pour savoir si vraiment c’est un métier a risque,puis en faire un autre dans les couloirs des grands médias genre Canal plus, enfin un dans les grands ministères et puis comparons les résultats, il risque fort d’y avoir des surprises
    Je ne crois pas contrairement à Léa Salamé que le pince-fesse serait plus une sale manie dans les classes dites populaires qu’ailleurs.


  • Homme ou femme, tous des pourris au final.
    La France a voulu mai 68 et son cortège de "liberté sexuelle",il faut en assumer toutes les conséquences.
    Je considère que les torts sont des 2 côtés mais la société a crée en 68,un monstre avec la femme et sa prétendue liberté.
    Les hommes sont de plus en plus frustrés et les femmes de plus en plus arrogantes et ça donne de très mauvais comportements des 2 côtés de l’échiquier.
    Quelle hypocrisie tout de même lorsque la femme et l’homme ne cesse de se croiser un peu partout et que paradoxalement ils n’ont jamais été aussi éloignés l’un de l’autre.
    Une solution simple qui pourrait tout régler au point où nous en sommes : Séparation des hommes et des femmes dans toutes les sphères de la société(travail,école,lieux publics...) et ainsi plus de mains aux fesses,plus de regards "blessants",plus de provocation,plus de charme,plus de tension.


Commentaires suivants