Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La chasteté ou le chaos des "droits sexuels" – Conférence de Marion Sigaut et Stéphanie Bignon à Paris

Stéphanie Bignon et Marion Sigaut donneront une conférence le mardi 18 avril 2017 à 19h30 à Paris sur le thème « La chasteté ou le chaos des "droits sexuels" ».

Stéphanie Bignon est présidente de l’association Terre & Famille et auteur du livre La Chasteté ou le chaos ?.
Marion Sigaut est historienne et auteur de nombreux ouvrages publiés aux éditions Kontre Kulture.

 

Adresse de la conférence :

Cercle de l’Aréopage
9 rue du Vieux-Colombier
75006 Paris

 

Bien préparer la conférence avec Kontre Kulture :

Le dernier livre de Marion Sigaut chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

60 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je conseil à tous de visiter la chaîne Youtube du Cercle de l’Aréopage, on y trouve de nombreuses discussions intéressantes.


  • Hum ! Il ne peut pas y avoir un juste milieu entre chasteté et chaos sexuel, dites ?

     

    • Attendons la conférence avant de juger.

      Bien sur qu’il y a un juste milieu, je pense que les conferencieres voudront surtout dire qu’il faut viser toujours haut, placer la barre tres haut dans l’ideal sociétal et religieux, pour avoir des gens equilibrés et au juste milieu.
      Car si on place la barre trop bas, juste dans l’equilibre, les gens n’iront pas vers cet equilibre, mais en-dessous, vers la pornocratie et l adultere, comme aujourd hui.
      C’est pour ca que toutes les civilisations ont ete créées sur une base spirituelle et religieuse, car il faut un idéal très élevé pour que l homme se bouge, car sans ideal transcendant, il sombre.
      C’est tres psychologique comme demarche, tres realiste du mental humain....


    • @ Badack

      Non, justement. Il ne peut pas y avoir de juste milieu ou de moyen terme. C’est comme le Bien et le Mal : les deux peuvent coexister chez un même individu, mais ce sont deux principes antagonistes.

      Rappelons que la chasteté n’est pas dans l’Eglise le refus de la sexualité, mais « l’intégration réussie de la sexualité dans la personne et par là l’unité intérieure de l’homme dans son être corporel et spirituel. » (cathéchisme de l’Eglise Catholique). Etre chaste, c’est donc d’abord refuser l’adultère, la masturbation, la pornographie ... et toute forme de sexualité "impure", qui serait un blasphème à Dieu. Mais elle implique également une certaine tempérance voire des périodes de continence. Elle se confond souvent avec la pureté.


    • @Badack : Je me suis posé la même question que vous. Posé comme ça, le titre de cette conférence apparait un peu raide (sans mauvais jeux de mots)... surtout pour des français, dont l’aspect bon vivant, qui ne rime pas avec débauche perverse (les nuances, toujours les nuances), est une partie intégrante de notre identité nationale !


    • Paysan breton,

      Votre définition de la chasteté catholique est tres juste. Bon rappel.
      Cependant, cela reste un idéal élevé à prôner, dans la mesure où aucune civilisation n’a réussi à appliquer de facon générale et globale, disons majoritaire, cette conception de la pureté. Et même dans les rangs nationalistes, les gens sont tordus et corrompus à l’endroit du sexe, et le catholicisme y est parfois défendu, oui, mais avec une certaine hypocrisie, et une grande distorsion entre théorie et pratique.
      C’est pour cela que les religions prônent un idéal trés élevé, en espérant qu’il en restera toujours quelque chose en pratique, car on sait bien que la majorité fera ce mélange bien/mal, et ne sera pas que dans le bien, les anges et les saints étant malheureusement assez rares...


    • Paysan Breton :

      Franchement, cette définition de la chasteté du nouveau catéchisme ... Est-ce que ça veut dire quelque chose ?? Personnellement je n’y comprends rien, comme à peu près tout ce qui sort de l’Eglise conciliaire.

      J’ai été élevé au catéchisme de Saint-Pie X, un caté simple et aux réponses claires et limpides... Là cette définition ça ne veut rien dire, c’est du Jean Paul 2...

      L’Eglise fait à peu près tout ce qu’il faut pour faire fuir tout le monde...


    • Etudiant normand,

      Pourtant, c’est tres clair, il y a 2 niveaux de chasteté :

      - l’absence totale de pensée, d’impulsion et de toute pratique sexuelle, ce dont sont seuls capables les ascètes chevronnés, les moines, ou les esprits purs. (conception tradi)

      - l’absence d’adultere, de masturbation, de pornographie, etc, mais avec acceptation d’une vie maritale, car il faut bien que l’humanité se reproduise ! Sinon, on fait comment, tout le monde meure et c’est fini ??
      Ainsi, la tres grande majorité des gens seront concernés par cette définition, en ce que presque 100% des gens ont des pulsions sexuelles, faute d’ascèse spirituelle poussée.

      Ainsi, ce n est pas du tout une question de vatican II ou d’avant Vatican II, c’est une question de simple réalisme. Vatican II a juste parlé de la majorité des gens, en gardant les règles plus strictes pour ceux qui en étaient capables, alors qu’avant Vatican II, on faisait comme si tout le monde allait etre un ascète, ce qui etait illusoire.
      Cessons de nous occuper des autres, en pretendant leur imposer des choses trop difficiles, et voyons plutot ce que nous, nous sommes capables de faire !
      Quand on sera aussi pur qu un ange, on pourra parler.



    • Hum ! Il ne peut pas y avoir un juste milieu entre chasteté et chaos sexuel, dites ?



      vous avez bien raison, le cul c’est comme la bouffe, tu bouffes pas tu crèves tu bouffes trop tu éclates.
      le cul comme la bouffe c’est ni bon ni mauvais,
      tout est question d’équilibre, et c’est ce que nous rappelent toutes les traditions/religions bien comprises.
      le sexe à haute dose repousse inexorablement les limites du plaisir, ne laissant place qu’à un désir jamais assouvi. c’est donc stérile et destructeur à long terme.
      une repression sexuelle excessive fait anormalement monter une tension naturelle qui se libère par substitution dans l’agressivité et/ou la castration psychique c’est le principe de la déviance
      ( voir les exces du puritanisme comme la diabolisation de la masturbation).
      la gestion de la sexualité et donc sa répression sociale est la pierre angulaire, la base de toute société humaine.En ce sens la morale n’est pas un outil répressif mais un système de valeurs apte à rendre humainement acceptable cette répression. c’est l’ingéniérie sociale de la tradition.
      Dis moi comment tu baises et je te dirai qui tu es


    • @ Paysan Breton



      Etre chaste, c’est donc d’abord refuser l’adultère, la masturbation, la pornographie ...



      Et la façon de dérober son corps du regard insatiable des autres, ou si tu veux le style de s’habiller « chaste » n’est pas inclus ?



    • Et la façon de dérober son corps du regard insatiable des autres, ou si tu veux le style de s’habiller « chaste » n’est pas inclus ?




      Non, ce n’est pas inclus, s’habiller "chaste" étant s’habiller normalement. Ceux qui se comportent des bêtes sexuellement frustrées incapables de contrôler leurs pulsions à la vu d’un genou ou d’une chevelure ont un sérieux problème.


    • D Kada oran,

      Cacher son corps pour corriger la tendance sexuelle de l’autre, ne fait pas complètement partie du pack "chasteté", si on exagère la chose, car c’est trop s’occuper de l’autre au lieu de s’occuper de se purifier soi-même. Je parle là du voile islamique étendu : Niqab, Burka, qui sont les excès dont je parle.

      En revanche, une tenue non-provocante fait partie de la chasteté, le simple voile, la décence de s’habiller sans trop montrer ses chairs, là, d’accord, c’est de la chasteté équilibrée, sérieuse.
      Mais couvrir tout son corps, et sa tête et ses yeux, c’est excessif, c’est comme empêcher la femme de sortir seule, car c’est trop s’occuper du corps et de l’autre afin de ne pas faire d’effort ascétique personnel, intérieur.

      Bien sûr, chaque religion a sa vision, mais les exagérations ne sont bonnes pour personne, à mon avis.


    • en même temps, on n’a qu’une vie, et probablement plus rien après ... Alors autant en profiter. A ceux qui ne manqueront pas de rétorquer Dieu , je répondrai : Dieu n’est probablement, pour les éternels enfants crédules que sont les peuples qui ont besoin de jolies images pour comprendre, que la métaphore de la société, de l’ordre social, de cette fameuse ingénierie sociale dénoncée plus haut, et rien de plus. On promet la vie éternelle aux gentils gens bien obéissants , à condition qu’ils baisent dans les clous, voire même pas du tout, ce qui est encore mieux. Le tout petit problème, c’est que cette soi-disant immortalité m’apparaît comme une fausse promesse en échange des sacrifices consentis , un peu comme les bijoux sans valeur que les colons offraient aux indiens d’Amérique en échange de leurs terres. Mais une fois qu’on a sacrifié sa vie sexuelle sur l’autel social, et qu’on s’aperçoit de son erreur, il est souvent trop tard



    • Dieu n’est probablement, pour les éternels enfants crédules que sont les peuples qui ont besoin de jolies images pour comprendre, que la métaphore de la société, de l’ordre social, de cette fameuse ingénierie sociale dénoncée plus haut, et rien de plus.




      L’existence de Dieu est une nécessité logique car les êtres vivants ne s’auto-fabriquent pas tout seuls à partir de matière inerte. De la même façon que lorsqu’on regarde une machine, l’existence d’un concepteur ne fait aucun doute, quand on contemple le concentré technologique hallucinant d’une simple cellule vivante, on ne peut douter de l’existence d’un créateur supérieurement intelligent.

      La théorie de la génération spontanée est, elle, une théorie pour grands enfants.


    • @Titus



      L’existence de Dieu est une nécessité logique



      Absolument pas mais même en admettant que ce soit le cas et qu’il y est donc un créateur, vous n’avez absolument aucune idée de ce qu’est sa nature. Vous n’avez absolument aucune idée de ce qu’il veut pour nous ou pas, à supposer qu’il veuille quelque chose.

      S’intéresse t’il seulement à sa création ? Vous n’en savez strictement rien donc cela ne change pas grand chose au propos très juste de notre ami plus haut.

      PS : il y a 5000 ans, on ignorait comment s’étaient créées les montagnes. Alors, on disait que c’était évidemment le dieu de la montagne qui avait fait le boulot. Quelle autre explication pourrait il y avoir ?! Certains en sont restés là visiblement...


    • Garistan,

      La droite raison, la logique, démontre l’existence de Dieu et permet d’en établir certains attributs (unité, simplicité, omnipotence, personnalité...)
      Dieu existe certainement et nous pouvons nous faire une idée approximative de sa nature. Lisez les philosophes réalistes à ce sujet.

      En ce qui concerne nos relations avec Lui, là effectivement la raison ne nous est d’aucun secours.
      D’où la nécessité d’une révélation : si l’homme ne peut monter à Dieu, Dieu descend à l’homme. Les monothéismes revendiquent cette révélation, à chacun d’en faire l’examen approfondi afin de trouver la vérité. Jugez la cohérence de la doctrine et ses fruits à travers l’histoire.

      Dieu ne demande pas l’impossible !


    • @Garistan

      Si, l’existence de Dieu est une nécessité logique. On peut croire que la matière inerte s’auto-assemble toute seule pour former des êtres vivants, mais cela relève de la pensée magique et pas de la science.



      PS : il y a 5000 ans, on ignorait comment s’étaient créées les montagnes. Alors, on disait que c’était évidemment le dieu de la montagne qui avait fait le boulot. Quelle autre explication pourrait il y avoir ?! Certains en sont restés là visiblement...




      Croire que des roches à l’état solide peuvent se plier sans casser, ce n’est pas plus évolué que de croire au dieu de la montagne... Les roches sédimentaires qui forment les plis des montagnes étaient nécessairement meubles (non encore cimentées) lors de leur plissement...


    • La "cohérence de la doctrine et ses fruits à travers l’histoire", comme vous dites, s’est surtout faite par le massacre des "hérétiques", hommes, femmes et enfants (un petit salut amical au Dieu d’Amour), notamment celui des cathares et des protestants. Et sur un autre plan, je ne vois vraiment pas pourquoi, si Dieu existait, avec tous les pouvoirs que vous lui prêtez, il se sentirez offensé, blasphémé, par les histoires de sexes des morpions infimes que nous sommes, perdus sur une coquille de noix qu’est notre planète, elle-même perdue dans l’immensité de l’univers. C’est comme si moi je me sentais offensé par l’activité sexuelle des cochenilles. Il me semble au contraire que si j’étais Dieu, tant qu’à me préoccuper des humains, je me sentirais plus inquiet de leur prolifération sur une planète manifestement inapte à les nourrir tous, du fait d’une sexualité presque exclusivement tournée vers la reproduction, par l’action du formatage social, culturel, religieux et éducatif



    • La "cohérence de la doctrine et ses fruits à travers l’histoire", comme vous dites, s’est surtout faite par le massacre des "hérétiques", hommes, femmes et enfants, notamment celui des cathares et des protestants.



      Avant de porter un tel jugement, il vous faudrait :

      - vous intéresser à l’histoire pour faire la part du factuel et de la propagande derrière le "massacre des hérétiques".

      - avoir une idée juste des doctrines catholique, cathare et protestante, pour pouvoir les confronter.


    • Pourquoi Dieu se désintéresserait-il de sa création ?

      Le morpion n’a pas de libre arbitre, il est donc nécessairement innocent.
      Ce n’est pas le cas de l’homme, être moral qui doit se poser la question du bien et du mal dans chacune de ses actions.

      Vous vous reléguez au statut de morpion quand ça vous arrange pour éluder vos responsabilités...


    • "Pourquoi Dieu se désintéresserait-il de sa création ?"
      -> Pourquoi s’y intéresserait-il ?

      "Le morpion n’a pas de libre arbitre" : qu’est-ce que vous en savez ?

      "Ce n’est pas le cas de l’homme, être moral qui doit se poser la question du bien et du mal dans chacune de ses actions"
      -> qu’est-ce qui vous dit que l’homme est un être moral ? Est-ce scientifiquement prouvé ?

      "Vous vous reléguez au statut de morpion quand ça vous arrange pour éluder vos responsabilités..."
      -> mes responsabilités morales sont de ne pas faire à autrui ce que je ne voudrais pas qu’autrui me fasse. Or je n’ai aucune envie qu’autrui me dise comment et avec qui baiser, donc je ne m’occupe pas de la vie sexuelle d’autrui


    • @anonyme
      " Or je n’ai aucune envie qu’autrui me dise comment et avec qui baiser, donc je ne m’occupe pas de la vie sexuelle d’autrui."
      La vie en société ne vous permet pas d’imposer vos envies à autrui. Par conséquent, votre argument ne tient pas. Il va falloir trouver autre chose pour justifier vos faiblesses et votre gout de la luxure. L’emploie de "baiser" pour parler de ce sujet montre à quel point vous êtes soumis à l’idéologie dominante.
      Maintenant, peut-être devriez-vous vous intéresser aux femmes qui ont eu des relations avec des soldats allemands durant la seconde guerre mondiale. Elles aussi pensaient que, après tout, si elles ont envie de "baiser" avec l’un de ces beaux hommes en uniforme, pourquoi pas ?
      Comment la république a-t-elle traité ces femmes ? Elle les as humilié en public, jeté en pâture à la vindicte populaire, rasé, battu.
      Aujourd’hui, votre pensée est dans le camp des dominants. Si pour des raisons de maintien au pouvoir, les dominants décident de changer d’alliance et d’idéologie sur ce sujet précis, pensez-vous que ceux qui font ce qu’ils veulent auront meilleur traitement que ces femmes ?
      L’acte sexuel n’a pas pour objet l’atteinte de l’orgasme ou le plaisir, c’est un moyen de conception.
      Sinon, moi je n’ai pas envie de vivre avec au milieu de primates et pourtant, j’y suis contraint. Que me proposez-vous ?


    • D’abord, il ne faut pas être dégoûté par la femme.
      Pour moi, c’est définitivement rédhibitoire.


    • "La vie en société ne vous permet pas d’imposer vos envies à autrui" -> Très bel exemple d’inversion accusatoire. Personne ne veut vous imposer ses envies, pour la simple raison que personne n’a probablement envie d’avoir des rapports sexuels avec vous


    • "La vie en société ne vous permet pas d’imposer vos envies à autrui" -> bel exemple d’inversion accusatoire. C’est vous qui voulez imposer aux autres votre chasteté, réelle ou fantasmée d’ailleurs, peu importe, et ce sont les autres qui se voient accusés par vous de vouloir vous imposer leur débauche. Mais pour cela, encore faudrait-il qu’ils cherchassent à vous entraîner dans leur luxure, ce que je pressens ne pas être le cas.
      Mais vous avez raison sur un point : imposer la chasteté est bien une affaire d’idéologie dominante et de rapports de force. C’est ce qu’a fait le christianisme pendant de trop nombreux siècles, du temps où la force brutale était de son côté. La luxure, elle, n’est jamais imposée par la force, pour la simple raison qu’on peut obliger quelqu’un à faire telle ou telle chose, mais on ne peut obliger personne à prendre du plaisir.
      Votre argument consistant à dire que les débauchés "imposent" leurs envies aux autres est du même tonneau que celui consistant à dire que l’athéisme est une religion. Comme l’a dit je ne sais plus qui, si l’athéisme est une religion, alors le fait de ne pas faire de ski est un sport d’hiver !


    • @ anonyme
      Ça, c’est de la pensée "Star Wars", basique, superficielle. Une envie concrétisée par un acte produit assurément des conséquences. Conséquences qui impactent la vie des autres, quand bien même ces derniers ne seraient pas acteurs des ébats. En société, on ne fait pas ce qu’on a envie, y compris au lit, ou alors pas de sécurité sociale et pas d’école gratos, parce que moi, je ne suis pas une vache à lait, et je refuse de me faire tondre pour payer les conséquences des actes d’autrui, ces esclaves de leurs pulsions et de leurs envies égoïstes. Tu fais des enfants, tu payes l’accouchement, l’école et tout le reste. Et s’ils vont en prison, tu payes la justice, l’hébergement et les salaires des geôliers. Je refuse de faire société avec des estomacs sur pattes guidés avant tout par leurs envies de baiser et de consommer.


  • Autrement dit, le libre-arbitre et la liberté, ou la soumission et l’esclavage.


  • Bonjour, faut-il réserver sa place ?


  • La chasteté...En France...

    Soyons sérieux.

     

    • Il y avait cette blague qui disait que Dracula est mort de faim au siecle passé. Il n’avait de vierges a se mettre sous la dent.


    • "La chasteté...En France...

      Soyons sérieux."

      C’est vrai que même si l’objectif est noble, il faut quand même rester lucide : Les français sont tout sauf des ascètes. Il adorent la bouffe et le cul... C’est comme ça...

      On peut les encourager à faire preuve de retenue et à tempérer un minimum leurs passions, mais espérer les voir se complaire un jour dans l’abstinence, il ne faut pas rêver.

      Si on pouvait les inciter à se remettre à pratiquer le carême et à ne baiser que les jours ou c’est licite, ce serait déjà très bien... Pour le reste, bon courage !


    • et dans un film ( dont j’ai oublié le nom, c’était sur la drogue) avec brad pitt :

      - pourquoi Jesus n’était pas né au mexique ?

      — -

      - > parce qu’u mexique on trouve ni 12 gars honnêtes ni une seule vierge.


    • C’est un peu un truc de protestant anglo-saxon coincé du cul ces questions de chasteté, non ?

      Il ne faut pas oublier que nous habitons un pays où un moine a découvert (bon en fait importé de Limoux si on veut pinailler) une méthode pour créer un vin blanc pétillant (le champagne), le gusse s’appelait Dom Pérignon. Ils avaient d’ailleurs la réputation d’être de bons vivants les moines, enfin du moins les français.

      Si aimer bien bouffer, boire du bon vin et la compagnie des femmes (charmantes si possible) passe pour de la perversion, on va pas être copain.



    • C’est un peu un truc de protestant anglo-saxon coincé du cul ces questions de chasteté, non ?



      Non, ce qui est d’origine protestante, c’est le puritanisme : l’idée que tout plaisir sensible est suspect et donc à éviter.

      Or le plaisir est légitime si l’acte est bon.

      La chasteté, c’est tout simplement le bon usage de la sexualité.
      Et comme la sexualité a pour fin la génération, elle est l’apanage des époux, qui forment une alliance explicite (le mariage) dans le but de mettre au monde et d’éduquer des enfants (la famille).

      Un célibataire ne peut faire bon usage de la sexualité : la masturbation est une sexualité tronquée puisqu’il y manque le conjoint, donc perverse et à éviter.

      Deux personnes non-mariées ne peuvent faire bon usage de la sexualité : la fornication est le refus de l’engagement du mariage destiné à accueillir les fruits de la sexualité que sont les enfants, donc là aussi c’est un mauvais usage de la sexualité.

      La contraception est également à proscrire puisqu’elle frustre volontairement la fin de l’acte sexuel (la génération) pour n’en retenir que le plaisir : c’est prendre le moyen pour la fin, comme quelqu’un qui mangerait par pur plaisir et se ferait ensuite vomir pour ne rien digérer.

      La chasteté est donc parfaitement raisonnable.
      Si la plupart des hommes ne veulent pas se laisser conduire par la raison, ne nous étonnons pas de l’état de la société.


    • @ole : ouais c’est bien ce que je disais, on va pas être copain.

      Déjà mettre bout à bout perpétuation de l’espèce, raison, chasteté et plaisir... vous enlevez le dernier et vous avez l’eugénisme assisté par ordinateur.

      Comme dis ailleurs, quand la police (de la braguette) commence à s’insérer dans l’intimité des individus, le vrai totalitarisme pointe sa truffe, comme c’est le cas actuellement, d’ailleurs vous ne remettez pas en cause cette manière de faire, juste les modalités "morales".

      Enfin tout ça c’est du flan en barre...


    • Stormhorse,

      Personne n’a parlé de retirer le plaisir.
      On vous explique la différence entre puritanisme et chasteté, et vous persistez à tout confondre.
      S’il y a une incohérence, pointez-la donc au lieu de dire que c’est du flan.


    • Ole : Je vais essayer de préciser ma pensée.

      Déjà sur ma phrase, un peu provoc, sur l’eugénisme j’aurais du préciser "on" enlève plutôt que "vous" enlevez, c’était une interprétation de vos propos.

      Sinon pour moi, et je ne fais que me placer dans la droite ligne du père Soral, la sexualité doit se cantonner à la sphère privée (pour le paraphraser "s’enculer est un loisir et n’a pas à surgir dans le débat politique", bon là il parlait des homosexuels), et la critique vaux aussi bien aux mouvements LGBT qu’à ceux qui veulent régimenter les pratiques sexuelles (ou s’insérer dans l’intimité des familles, cf. l’histoire de la gifle) et pour moi, au déplaisir de vous contredire, imposer ou fortement contraindre les individus à la chasteté entre deux coïts pour perpétuer l’espèce relève de l’insertion totalitaire dans la sphère de l’intimité. Que l’Etat règlemente les (véritables) perversions (pédophilie, esclavage sexuel...) je n’y vois aucun problème, toutes les sociétés se doivent de fixer des limites, frustrer certaines pulsions comme disent les psychanalystes. Idem pour une politique familiale nataliste.

      Tous ces commentaires sont là pour réagir à l’énoncé du débat "La chasteté ou le chaos des droits sexuels" qui est, à mon avis à coté de la plaque et des plus extrêmes.

      Mon histoire de "flan" pour dire qu’il faut peut-être raison garder dans nos réactions (là elle peut intervenir la raison), nous sommes, quand même, le pays de la bonne bouffe, du bon vin et de l’amour courtois et moi ça me va. Remettre un peu de pudeur et de décence est déjà un grand pas selon moi.


    • Merci pour votre réponse courtoise !

      Je pense que nous sommes d’accord sur l’essentiel, à savoir que :
      - La police n’a pas sa place dans nos chambres à coucher.
      - On n’est pas pour autant libre de faire n’importe quoi de sa sexualité.

      Que la vie sexuelle des personnes ne regarde pas l’état, ne prive pas celle-ci d’implications morales.
      Tout homme se doit d’agir en bien, sans qu’il y ait nécessairement un texte de loi ou un représentant de l’ordre qui nous y contraigne (cf. la distinction entre le droit naturel et le droit positif).

      La vraie question reste donc de déterminer ce "bien agir" dans le domaine sexuel.

      Et là, notre différence c’est que vous placez le curseur de la perversion ailleurs, en excluant l’homosexualité, la masturbation, la contraception et la fornication.

      Il y a peu, l’homosexualité figurait encore sur la liste des pathologies. A présent elle n’y est plus, le curseur s’est déplacé.
      Mais s’est-il déplacé parce qu’on a découvert que ce n’était réellement pas une pathologie ? Ou pour des raisons idéologiques qui ont peu à voir avec la médecine et la morale ?

      Nous pouvons d’ores et déjà nous attendre à voir le curseur glisser en-deçà de la pédophilie, les travaux de Marion Sigaut en attestent. Les gens peuvent trouver ça farfelu, mais le cas de l’homosexualité en atteste : dans deux ou trois générations, avec le matraquage médiatique adéquat, on traitera de pédophobes les récalcitrants.

      Donc la question est : selon quels critères jugez-vous que telle ou telle pratique est une perversion, un "mal agir" ?


    • Ole : Sur les pratiques perverses, je sais très bien que l’homosexualité était jugée comme une perversion jusqu’au début des années 80, non seulement pénalement mais aussi par la communauté des psychanalystes, dans la droite ligne des théories freudiennes.

      Personnellement, l’homosexualité ne me gène pas, elle doit seulement se considérer comme une marginalité sexuelle, stérile de surcroit et ne pas la ramener à tout bout de champ avec ses "droits sexuels". Je n’ai pas assez de connaissances sur le sujet pour dire si c’est réellement une pathologie ou autre chose, personnellement je pense qu’il faudrait chercher du coté de la féminisation de la société, de la multiplication des familles monoparentales (je connais beaucoup de cas d’homo où l’absence d’homme dans l’éducation était patente), la disparition de l’autorité, voire même la présence d’œstrogènes dans l’eau.
      Sur la masturbation, la contraception (je suis nettement plus réservé sur l’IVG qui n’est pas une méthode de contraception mais est utilisée comme telle, je le dis en connaissance de cause pour avoir travaillé dans un bloc opératoire) ou ce que vous appelez la fornication (précisez votre pensée pour ce dernier mot), je n’ai pas d’apriori négatif mais je suis prêt à entendre des arguments contraire.

      Après sur ces questions je suis plutôt "open" comme on dit mais déteste les curés féministes/LGBT et je suis d’accord avec vous sur la future "pédophobie" en germe.


    • Oui, chasteté totale !


    • Stormhorse,

      l’essentiel des arguments contraires (et la définition de la fornication) se trouvent dans mon message du 13 avril auquel vous aviez répondu "on va pas être copain".


  • En général, ce que l’on doit savoir, c’est qu’il est fondamental pour votre famille d’écouter et de lire Marion Sigaut et Stéphanie Bignon.
    Les droits sexuels pour les enfants va transformer notre peuple en esclaves, je n’exagère pas même si cette affirmation parait exagérée et digne d’un roman de science fiction.
    Trois livres obligatoires à lire pour n’importe quel politicien, quelqu’un qui s’intéresse à la politique, ou encore à sa famille :
    Kinsey, la face obscure de la révolution sexuelle
    Les Droits sexuels ou la destruction programmée de l’enfance et de la famille
    Le livre "La chasteté ou le chaos" est sur la compréhension que l’être humain doit connaitre ses limites sans pour autant être dans la "moraline". C’est un livre écrit par une vraie chrétienne qui parle du sexe d’une façon spirituelle et qui peut être lue par des athées ou non chrétiens.


  • La vie sexuelle fait part de la vie privée et normalement ne devrait pas envahir la vie publique. Il s’agit du choix personnel de chacun et nous devons respecter cette sphère.
    Malheureusement des gens, comme dans le rapport Kinsey, ont manipulé et déformé ce que la nature (ou Dieu) à bien voulue nous donner et s’attaque actuellement à l’école à la vie sexuelle des enfants pour en faire des esclaves.
    D’un autre côté, la chasteté n’est pas équivalent de l’absence de sexe. La vie sexuelle comme un tout, est plus désirable : amour, corps, âme, émotion, sensibilité.
    Tout ça pour dire qu’entre les gens normaux, il y a des redresseur de torts des deux côtés (politiquement correct et politiquement incorrect).
    En ce qui concerne le sexe et la spiritualité, c’est très simple, ou on respecte la notion spirituelle (et on est conscient que l’on ne comprend pas tout...). Ou bien, cela ne n’intéresse pas, et il est très clair que chacun à sa libre conscience...
    ...et donc ne venez pas aussi nous imposer publiquement votre "moraline" (dans le sens contraire) qui prétend que "se vider les couilles" est une sorte d’horizon sexuel automatiquement attractif pour tout le monde.
    À chacun ses goûts !
    Pour parler franchement, ici je ne suis pas du tout intéressé à la polémique, du moment que l’on respecte un peu plus notre liberté, comme je serais attentif à ceux qui ne pensent pas comme moi.

     


    • La vie sexuelle fait part de la vie privée et normalement ne devrait pas envahir la vie publique. Il s’agit du choix personnel de chacun et nous devons respecter cette sphère.



      Dans la mesure où la sexualité est l’acte par lequel les nouvelles générations d’hommes viennent au monde, elle concerne au contraire directement la société.
      C’est donc un sujet éminemment politique.

      Le scandale, c’est d’avoir installé dans l’esprit du plus grand nombre l’idée que la sexualité est d’abord un divertissement (la légalisation des contraceptifs y est pour beaucoup).

      Le fait que l’acte sexuel soit source de plaisir ne doit pas nous faire oublier que sa fin est la procréation, donc la perpétuation du genre humain. C’est une responsabilité immense.


    • @ ole

      « Divertissement »... vous voulez dire activité de loisir(s) ?


    • @pivert
      La vie sexuelle fait part de la vie privée et normalement ne devrait pas envahir la vie publique. Il s’agit du choix personnel de chacun et nous devons respecter cette sphère.
      @ole
      Dans la mesure où la sexualité est l’acte par lequel les nouvelles générations d’hommes viennent au monde, elle concerne au contraire directement la société.
      C’est donc un sujet éminemment politique.
      @pivert
      Je suis d’accord avec vous sur la vision politique qu’une sexualité bien posé entraine normalement une meilleure natalité. Et c’est très important, fondamental.
      Mais ceci n’était pas exactement ce que j’ai voulu dire, je parlais de la vie privée. La sphère privée est une sorte de frontière de l’intimité qui ne permet pas à ce que quelqu’un vienne vous dire comment vous allez procéder ou pire, comment vous devez procéder.
      PS : Mais la liberté entraine aussi notre responsabilité. Il faut remettre rigoureusement en application le code pénal concernant les choses très sérieuses, comme tous les abus sexuels (viols, pédophilie, etc).
      PS1 : Il faut aussi que l’école cesse de se mêler de la vie des familles, les parents ayant l’autorité sur leurs enfants devant la loi. L’éducation sexuelle est sous la responsabilité des parents. L’état ne doit pas se mêler de tout ça, sauf s’il y a un crime.


    • @ pivert
      La "vie privée" n’existe plus depuis les dernières lois singeant le patriote acte à la française. Réveillez-vous !
      D’ailleurs, elle n’a jamais existé. C’est une vue de l’esprit, une tromperie. En société, tous nos actes ont des conséquences sur le reste de la société, y compris ce qui se passe au lit.
      C’est comme ça. Et dès lors qu’on me ponctionne de la tune pour aller ausculter le vagin de madame michu, et la rembourser par la sécu, le vagin de madame michu me concerne.
      Dès lors qu’on me ponctionne de la tune pour rembourser les avortements, ce que font les gens avec leur sexe me concerne. Dès lors qu’on rembourse les maladies sexuellement transmissibles, ça me concerne. Dès lors que les homos sont atteint prioritairement de pathologies due à leur pratiques sexuelles, et qu’ils sont remboursés par la sécu, ça me concerne. Dès lors que la sécu rembourse les nichons en silicone de Bérénice parce qu’elle était complexée, les nichons de Bérénice me concerne puisque j’en ai payé un bout.
      Faut choisir. La liberté ou la vie en société.


    • La vie privée existe, parce que l’intimité peut être plus profonde que l’aspect psychologique de votre personnalité, mais cette affirmation ne prétend pas être obligatoire pour tous de la même façon.
      Quand tout ce casse la figure, "Être" c’est la seule chose qui nous reste. Vous allez me dire que ce n’est pas grand chose, mais on ne peut pas toujours se mettre à la place des autres


    • @ pivert
      La vie privée n’existe pas ou alors, merci de la définir pour lui donner corps. Parlez-en à la famille de cet homme chinois qui s’est fait descendre chez lui, pendant qu’il préparait son repas. Je pense qu’ils sont plus pragmatiques sur ce sujet. Si tu crois que la vie privée existe, c’est parce que tu es inconscient des conséquences de tes actes. Les actes dans l’espace privé produisent aussi des conséquences sur le public ( ex : les enfants pour qui nous payons tous l’éducation et la sécu ) . Et si tu crois que la liberté existe, c’est parce que tu ne vois pas les fils qui te manipulent, et parce que tu es inconscient des déterminismes.


  • actuellement le débat se porte sur cela dans notre merveilleuse modernitée :
    http://www.20minutes.fr/societe/204...

    je sens qu’il va bientot se mettre en place un "argus officiel" .

     

  • « Elle vend sa virginité pour 2,3 millions d’euros : Pourquoi les hommes veulent-ils coucher avec des vierges ?
    SEXUALITE Un homme d’affaires de Hongkong vient de débourser 2,3 millions d’euros pour s’offrir la virginité d’une jeune Roumaine de 18 ans… »

    http://www.20minutes.fr/societe/204...

    Lire le commentaire éclairé : https://www.20minutes.fr/article/20...
    Stripe14
    Rien qu’en voyant le pentagramme inversé sur son décolté, on devine tout de suite qui est aux commandes. Son plan est aussi parfaitement clair : légaliser tout ça, le faire accepter par tout le monde à l’aide de ses gobelins de la presse dont les "experts" commencent à dire : "Ho, finalement c’est pas si terrible, et c’est pratiquement légal quand on regarde de près". Les gens vont finir par être collectivement d’accord. Comme d’habitude, ils vont laisser les élites diaboliques voter ces lois pour légaliser leur propre consommation. Mais individuellement, personne n’acceptera que sa propre fille soit concernée, évidemment. Mais il sera trop tard. En pensant devenir riche tout en prenant du plaisir, elle aura choisi comme "métier" celui qui consiste à satisfaire des pires perversions des vieux milliardaires.

    MK Ultra, Eyes Wide Shut


  • En ce qui concerne l’homosexualité, ce qu’il faut retenir c’est que deux hommes ou deux femmes ne font pas d’enfants. Donc, promouvoir l’homosexualité (ou tout autre sexualité déviante) en public devrait être interdit et spécialement devant les enfants. La raison est que l’espèce humaine ne doit pas rentrer dans une phase d’auto destruction.
    Nous sommes "Homo Sapiens", et quand nous descendons du septième étage, il faut le faire par l’escalier, et non pas par la fenêtre. Nous ne sommes pas des puces.
    Maintenant je me fous éperdument si vous êtes hétérosexuel ou homosexuel ou tout autre chose (mais ne venez pas toucher ma cuisse droite ou gauche...).
    J’ai des amis hétérosexuels et homosexuels et il ne me viendrait pas à l’esprit avoir même une pensée discriminatoire à leur sujet.
    Donc il faut arrêter de délirer et de se laisser manipuler pour nous mettre les uns contre les autres.
    Du moment que l’essentiel est préservé, l’Harmonie est le plus important. On ne peut jamais avoir tout ce que l’on veut, tout le temps ; ainsi la priorité est d’avoir présent à l’esprit la préservation notre espèce en recherchant la paix et la sagesse.
    Et en ce qui concerne les religieux (s’il y en a encore), ils doivent s’unir (sans mélanger leur croyance) contre les vrais criminels (ceux qui tuent et volent par milliers ou millions) et contre les pédophiles.
    S’il y a un incendie à la maison, on ne va pas commencer par nettoyer la poussière, et si ceci à un relatif impact sur vos croyances, vos règles ou vos habitudes, alors prenez patience, Dieu n’est pas seulement grand pour les seuls musulmans, il l’est aussi pour tout autre être qui pratiquent le Bien. Il est omniscient.
    L’important est d’être ferme, sans avoir peur.


  • C’est en lisant plusieurs commentaires que l’on se rend compte que même ici, beaucoup ne sont pas prêts à s’imposer des limites (quitte à assimiler de manière fautive la chasteté à l’absence de sexualité, soit par inculture, soit par mauvaise foi) et refusent de voir que l’égoïsme hédoniste est l’un des leviers fondamentaux du totalitarisme républicain. C’est donc un point Bossuet de gagné (déplorer des conséquences dont on chérit les causes) !

    Personnellement, j’ai la ferme intention de rester vierge avant le mariage (alors que je suis agnostique, c’est dire ! Mais j’ai de la sympathie pour les valeurs catholiques) ; il y a un moment où il faut mener sa vie de manière cohérente avec ses idées. Le fait que ce comportement pourtant considéré comme moralement standard il y a seulement quelques décennies soit maintenant taxé d’« extrémisme », y compris ici, est significatif et devrait faire s’interroger chacun voire se remettre en question.
    « La révolution commence par soi-même. »

    Oui, je fais de la morale ; il en faut.

     

    • Bravo "Godwin" !

      Je pense la même chose, mais ne disais plus rien, tant les hypocrites dépravés sont nombreux aussi dans la dissidence. Et vas y que j’aille te chercher le vieux cliché débile du "gaulois bouffeur de sexe", quand ca arrange, pour justifier tous les comportements tordus et la dégénerescence du monde moderne. Et apres, ca vient chialer auprès des dissidents et de l’extreme droite, que "le monde est pourri, les femmes sont mechantes, que le feminisme envahit tout, que les hommes sont effeminés, que les familles sont detruites, qu il y a trop d IVG et de divorces, de pedophiles, etc etc "
      Bah ouais, les mecs, le monde est pourri a cause des devergondés et des pervers infideles, que vous défendez, le pourrissement n’arrive pas par hasard !
      Il n’y a pas de gaulois vicieux, c est un cliché du systeme !
      Toute la planete est vicieuse, les muzzuls sont réputés pour la chose, les blacks aussi, les europeens du sud, les allemands, les suedois, les americains, les chinois, les indiens, etc !
      Tout le monde aime la bagatelle, il n y a pas que le gaulois, donc ce cliché est juste une excuse pour s octroyer le droit de faire le con et de tirer une civilisation vers sa fin.


    • Rosseur... : ce n’est pas la nuance qui vous étouffe ! Ce débat était piégé d’avance de toute façon.


    • Stormhouse,

      En effet, j’y ai ete un peu durement, c’est un peu caricatural (pas toujours !), mais je reagissais, énervé, a tous les commentaires ci dessus qui prônent le dévergondage écervelé sans rien comprendre du propos de M Sigaud.

      Si les gens etaient de bonne foi, ils n’auraient pas ete cherché ces histoires stupides de "gaulois chauds" pour justifier leurs travers.
      La France, il faut le savoir, est aussi un grand pays d’ascèse, il y a une grande Tradition monastique ici, et romantique aussi, sentimentale, serieuse, alors balayer tout d’un revers de main en ne parlant que de sexe débridé et de B. Bardot, est completement mensonger et aberrant, surtout venant de la part de gens se disant traditionnalistes.
      Quand les etrangers parlent de Paris, et en rêvent, ils pensent au vrai romantisme, pas aux coureurs de jupons infidèles !


    • @Rosseur... : Oui il y a de magnifiques exemples d’ascèses (et l’alliance entre ascétisme et débordement de saine énergie chez Jeanne d’Arc n’est pas le moindre des exemples) mais en France il n’y a pas que ça, il y a aussi cette tradition rabelaisienne, paysanne et truculente (qui était encore présente dans les années 50/60), il y aussi l’amour courtois et tout ça n’a strictement rien à voir avec la perversion de gens comme le Marquis de Sade ou les mœurs dissolues de Louis XV, si on y voit la même chose, le puritanisme n’est pas loin.


    • Stormhorse,

      Je ne mélange rien du tout et ne suis pas puritain, et ne fais pas référence à Louis XV, ni à Sade, car toutes les débilités de notre époque hyper perverse et obsédée sexuelle suffisent amplement à ma démonstration.
      Si notre epoque est aussi dépravée, c est parce que tous s’entendent comme larrons en foire à défendre cette perversion, comme ci dessus, dans certains commentaires.
      Ca n arrive pas par hasard !
      Et cette perversion, pire que puritaine, est tout a fait pathologique.


Commentaires suivants