Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Marion Sigaut : "C’est le moment de se lever contre la sexualisation des enfants"

Illustration : défilé « We Are Hot As Hell »
à Miami en 2016

 

 

L’historienne et écrivain Marion Sigaut était invitée par l’association Valeurs et Vérités le mercredi 15 mars à Beauvoisin (Gard) pour une conférence sur le thème « révolution sexuelle et pédophilie ». L’auteur du livre Les Droits sexuels ou la destruction de l’enfance et de la famille revient pour Lengadoc Info sur le militantisme sexuel qui peut exister aujourd’hui.

 

Lengadoc Info : La révolution sexuelle n’est pas un fait nouveau, cela date des années 1950, est-ce qu’il y a encore aujourd’hui un militantisme sexuel ?

Marion Sigaut : Tout à fait, il y a, d’une part, la promotion à l’échelle planétaire de l’inversion sexuelle au titre de ce qu’on appelle la lutte contre l’homophobie qui est une escroquerie et une arnaque. En fait il y une entreprise gigantesque de corruption des mœurs et de promotion de l’homosexualité dès les petites classes. Cela rentre dans le système scolaire, j’ai fourni toutes les références nécessaires pour que l’on puisse vérifier que ce que j’ai dit est vrai et que des textes de l’ONU, émanant de l’OMS, de l’UNESCO, du Conseil économique et social, reconnaissent la validité d’un institut criminel qui s’appelle l’institut Kinsey. Tout cela est vérifiable, c’est une gigantesque campagne qui consiste à sexualiser les enfants, à promouvoir l’inversion sexuelle, à promouvoir la théorie du genre et à renverser complètement les valeurs.

 

Comment cela s’exprime t-il aujourd’hui au sein de l’Éducation Nationale ? Est-ce qu’il y a des textes officiels ?

Oui, tout à fait, il y a beaucoup de textes qui visent à promouvoir, non plus l’éducation sexuelle mais l’éducation à la sexualité. C’est à dire qu’à partir de maintenant il est chaudement recommandé dans les écoles de faire venir des associations extérieures parce qu’il est acté que les parents ne sont pas d’accord et que les enseignants ne sont pas compétents. On fait donc venir des personnes de l’extérieur, en l’occurrence beaucoup d’intervenants du lobby LGBT. Et surtout, il est maintenant dit que dans les programmes l’éducation à la sexualité doit commencer dès l’école primaire. Le syndicat SNUIPP, syndicat des instituteurs et professeurs des collèges, valide ce changement et promeut l’éducation à la sexualité dès les petites classes. Donc maintenant les parents sont devant le fait accompli, il faut absolument qu’ils aillent voir ce qu’il se passe dans leur dos.

 

Comment ces parents peuvent-ils se renseigner aujourd’hui ?

Il y a un site qui s’appelle École et Sexe et qui donne tous les renseignements sur tous les sites, tous les textes de lois, les décrets et les déclarations des uns et des autres. Je n’ai pas participé à l’élaboration de ce site mais comme j’ai lancé l’alerte au mois de septembre dernier et que ce site a été créé il y a quelques jours, je me rends compte qu’une vague est en train de se lever contre la sexualisation des enfants. C’est le moment d’y participer, de se renseigner, de se lever contre le porno pour tous, contre la sexualisation des enfants et surtout contre cette horreur qui s’appelle l’éducation à la sexualité. L’éducation à la sexualité cela veut dire que l’on va enseigner aux enfants comment faire l’amour, et puis quoi encore ?

 

Selon vous, quel serait aujourd’hui l’objectif de ces lobbys ?

C’est de promouvoir une sexualité désincarnée, c’est-à-dire une sexualité de loisir. La sexualité n’est plus la fonction qui permet la perpétuation de la vie, la reproduction par l’engagement d’une personne avec une autre personne. C’est devenue une autre activité de loisir qui donne tous les droits du moment qu’on arrive à jouir sans aucune morale et sans aucun frein. C’est la fin de la morale, de la civilisation mais également de la liberté. Des gens drogués au sexe et à la pornographie sont des gens qui deviennent fous, qui ne s’attachent plus à personne, c’est monstrueux. L’attachement, le lien, c’est ce qui fait l’humanité, la civilisation, la culture. Si les gens sont tous des consommateurs des uns et des autres on n’est plus humain. C’est une destruction de l’humanité.

Propos recueillis par Jordi Vives.

Le dernier livre de Marion Sigaut, chez Kontre Kulture :

Sur la sexualisation de l’enfance, chez Kontre Kulture :

Sur la sexualité, voir aussi :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Femme objet, homme objet, nouvelle étape, l’enfant objet...

    La logique est implacable !

     

  • Le lien du site cité par Marionhttp://ecoleetsexe.fr/
    Bravo pour votre combat !


  • Effectivement l’heure est grave, concrètement il faut barrer la route à ces dépravés, un enfant c’est sacré, pour eux c’est un met de choix. J’espère que MLP sera élu.
    Merci Marion pour toutes ces infos.

     

  • Bonjour ,
    Le déferlante décadence de l’idéologie anglo-saxonne quand je vois cette photographie !
    La France par rapport aux Usa protège largement contre l’exploitation et l’exposition de l’enfant :travail , concours .. mais pour combien de temps encore !Les concours de mini-miss n’ont jamais pris dans le pays mais fait fureur Outre-Atlantique !


  • J’ais retenu 2 choses dans ce qu’a dit Marion Sigaut :

    La première, c’est :

    "C’est de promouvoir une sexualité désincarnée, c’est-à-dire une sexualité de loisir. La sexualité n’est plus la fonction qui permet la perpétuation de la vie, la reproduction par l’engagement d’une personne avec une autre personne. C’est devenue une autre activité de loisir qui donne tous les droits du moment qu’on arrive à jouir sans aucune morale et sans aucun frein."

    L’immense majorité des gens ont des rapports sexuels pour avoir du plaisir.
    Le rapport sexuel ayant pour seul objectif de faire un enfant est très marginal.
    Le français moyen fait l’amour 2 fois par semaine, donc environ 8 fois par mois.
    Donc, il fait l’amour une centaine de fois par an, alors qu’il n’aura que 2 enfants dans sa vie.
    Donc, la sexualité est bien une activité de loisir. Elle a bien pour objectif de donner du plaisir à la personne qu’on aime.
    La seule limite à mes yeux, ce sont les déviations sexuelles de types : pédophilie, zoophilie, urologie, scatologie, etc... Enfin bref, les perversions.

    La deuxième chose, c’est la protection des mineurs.

    La sexualisation des enfants, c’est très choquant.
    Les photographes, qui prennent en photos des enfants avec des sous-vêtements, franchissent la limite à ne pas franchir.

    "On fait donc venir des personnes de l’extérieur, en l’occurrence beaucoup d’intervenants du lobby LGBT. Et surtout, il est maintenant dit que dans les programmes l’éducation à la sexualité doit commencer dès l’école primaire."

    Pour moi, les LGBT n’ont rien à faire dans des écoles, surtout dès l’école primaire.
    Une éducation à la sexualité pourrait se concevoir, mais bien plus tard.
    Par exemple, quand les jeunes ont atteint l’âge de 18 ans.

    Je tiens à remercier Marion Sigaut, car elle défend les enfants. C’est une très belle cause. J’ais moi-même subit des abus sexuels quand j’avais 8 ans et 12 ans, alors je remercie Marion Sigaut pour ce qu’elle fait. Merci !!!

     

    • Lutter contre la sexualisation des enfants est une juste cause mais réduire l activité sexuelle à un loisir comme un autre ignore et dénature la réalité de l acte sexuel dans ses multiples aspects. C est une position extrémiste qui relève de la pensée de ceux qui voient dans la recherche d une partenaire compatible pour un engagement durable, un simple "vagabondage".


    • Bobforrester.

      Pour moi, la sexualité est quelque chose qui se fait pour donner du plaisir à la "personne qu’on aime".
      Il s’agit bien de rapports avec des sentiments.
      On est pas obligé de choisir entre l’amour et le plaisir, quand on peut avoir les deux.


    • Nicolas Cuchet,

      L’acte de manger sert à nourrir le corps.
      Comme la nature est bien faite, il ne nous est pas nécessaire d’y penser constamment, la faim nous poussant à manger et le sentiment de satiété nous faisant arrêter. Il est cependant important d’un point de vue moral, d’en être conscient afin d’éviter les excès.

      Il en va de même pour la sexualité.
      Il est bien évident qu’un couple peut se contenter de prendre du plaisir sans penser explicitement à la procréation. Ce qui est immoral par contre, c’est d’empêcher volontairement la procréation tout en recherchant le plaisir, car alors on nie la raison d’être de l’acte.

      Le rappel de Mme Sigaut n’est donc pas inutile, tant la contraception est aujourd’hui rentrée dans les mœurs.
      Encore une fois, il ne s’agit pas de dire que tout rapport doit consciemment, explicitement concerner la procréation et rien qu’elle. Le plaisir est naturel et légitime. Mais pas au détriment de la procréation, car alors nous entrons dans le domaine de la perversion.


  • En fait ceux qui ont utilisés la femme pour détruire l’homme et sa capacité à stopper net ces délires sont aussi ceux qui utilisent l’homosexualité dans l’objectif d’aller vers ces déviances.

    Doit certainement y avoir aussi une haine de l’humain mais ça nous ramène peut être à autre chose...


  • Ils bafouent completement les enseignements bibliques commun aux trois religions monotheistes. Ils cherchent a banaliser la sexualite pour ne pas se sentir coupables d’avoir laisse abuse des enfants par des adultes. On devrait interdire la sexualite en dehors du mariage pour proteger les jeunes filles et les jeunes hommes de tout predateurs sexuels afin de favoriser les unions sentimentales.


  • Dans le médias, on entend régulièrement parler des accusations d’abus sexuels dans l’Eglise...
    Vous avez un commentaire à ce propos ?

     

    • Oui, j’ai un commentaire : l’Église a bon dos.
      Loin de moi l’envie de prétendre qu’il n’y a pas de crimes de ce type perpétrés par des ecclésiastiques. Il y a des criminels partout.
      Mais faire de la religion catholique la cause principale des abus sur enfants est une inversion accusatoire. Qui, de nos jours, tient de main ferme les institutions où l’on trouve des enfants sans défense ? Qui tient l’éducation ? Les services sociaux ? les loisirs des jeunes ? Cherchez qui prend en charge la jeunesse vous trouverez qui en abuse. Cela fait plus de deux siècles que l’Eglise a été chassée de ces institutions.


    • Ouais:dans les médias,les enquêtes de pédophilie ne sont jamais exposées jusqu’à leur terme.
      Surtout quand il s’agit de" notables"
      Et les encadrants d’enfants "laîcs" condamnés sont mutés.Etouffement de l’autorité administrative.
      Cela n’atténue en rien les crimes perpétrés au sein de l’Eglise,je vous le concède ,mais le principe est le même:quand on veut nettoyer une fosse à purin,on ne fait pas qu’un seul bord !
      Salutations


    • Quand un curé est impliqué dans une affaire de pédophilie, il est normal qu’il soit jugé et condamné.
      Il est normal aussi que l’affaire soit médiatisée.

      Maintenant, vous avez peut être remarqué qu’on ne dénonce la pédophilie que chez les catholiques.
      Les médias, qui sont contrôlés par la communauté des élus, ne parlent jamais de la pédophilie chez les rabbins, et les Imam.
      La pédophilie existe aussi chez eux.

      En conclusion, j’ais le sentiment qu’il y a une instrumentalisation de ces affaires de pédophilie pour nuire à l’église catholique.


    • C’est pourtant dans le titre "Hot as Hell".
      Petit chiffre à sortir de temps en temps : 3500 affaire de pédophilie chez les prêtres, 3000 chez les rabbins. Nul besoin de préciser que les juifs sont une petite minorité, une vrai, pas comme les Maghrébins qui pullulent dans la capitale. Un petit calcule malhonnête me donne qu’il y a 38.2 fois plus de chance de tomber sur un rabbins pédophile qu’un prêtre catholique.
      Combien de médiatisation pour les rabbins ? Zéro. Dans l’éducation maçonniquo-national ? Pas beaucoup. Combien de films et autres plaisanteries qui insinuent l’idée du prêtre pédo ? Tout les jours dans tout les médias, affaire ou pas. Il faut bien que les gens y croient.

      Pharisiens et satanistes. Jus


  • c’est "marrant", parce que tous ces gens qui poussent des cris de pucelle effarouchée vis-à-vis du mariage homo, soi-disant pour "protéger" les enfants, on ne les entend jamais, on ne les voit jamais défiler, quand il s’agirait de protester contre les maltraitances éducatives graves qui conduisent de plus en plus d’enfants aux urgences ou au cimetière, il n’y a qu’à lire les faits divers...