Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La dynastie Bush : l’Allemagne nazie, les ben Laden et les barons mexicains de la drogue

Est-ce une coïncidence ? La famille Bush avait des liens étroits avec l’Allemagne nazie, la famille ben Laden et le cartel de la drogue mexicain. Deux membres de la dynastie Bush ont accédé à la Maison-Blanche.
Si le public américain avait été pleinement informé par les médias, qui en Amérique aurait voté pour George W. Bush ?

 

PNG - 90.3 ko
Le sénateur Prescott Sheldon Bush et son fils

 

Liens de la famille Bush avec l’Allemagne nazie

Le grand-père Prescott Sheldon Bush « était directeur et actionnaire de sociétés qui profitaient de leur implication avec les bailleurs de fonds de l’Allemagne nazie ». (The Guardian, septembre 2004)

Le public américain n’était pas au courant des liens de la famille Bush avec l’Allemagne nazie, car le dossier historique avait été soigneusement dissimulé.

Les actifs de Prescott S. Bush ont été saisis en 1942 par l’administration Roosevelt en vertu de la loi sur les échanges avec l’ennemi (Trading with the Enemy Act), « [il était] associé et directeur de la société holding Brown Brothers Harriman et directeur de l’une de ses principales filiales financières, l’Union Banking Corporation (UBC). » (Bill van Auken, WSWS.org, 2003)

Une enquête menée en 1945 a révélé que la banque dirigée par Prescott Bush était liée au German Steel Trust dirigé par Thyssen et Flick, l’un des accusés à Nuremberg (Ibid).

Thyssen a joué un rôle central dans le développement de l’industrie de l’armement et de la machine de guerre nazie, notamment dans l’exploitation du travail des esclaves à Auschwitz.

[…] de nouveaux documents, dont beaucoup n’ont été déclassifiés qu’en 2003, montrent que même après l’entrée des États-Unis dans la [Seconde] Guerre mondiale et alors qu’il existait déjà des informations importantes sur les plans et la politique des nazis, il [Prescott S. Bush] travaillait pour des entreprises étroitement liées aux entreprises allemandes qui ont financé l’arrivée au pouvoir d’Hitler et en tirait profit. Il a également été suggéré que l’argent qu’il a gagné grâce à ces transactions a aidé à établir la fortune de la famille Bush et à mettre en place sa dynastie politique.

Remarquablement, peu de transactions de Bush avec l’Allemagne ont été examinées par le public… Mais maintenant, l’action en justice de plusieurs milliards de dollars pour dommages et intérêts intentée par deux survivants de l’Holocauste contre la famille Bush… menace de faire de l’histoire des affaires de Prescott Bush une question gênante pour son petit-fils, George W, […] (The Guardian, 25 septembre 2004)

 

L’ascension de Herbert Walker Bush

« Poppy », George Herbert Walker Bush (le fils de Prescott, et le père de GWB) est devenu directeur de la CIA en janvier 1976 (2 mois avant l’avènement de la « sale guerre » en Argentine), puis vice-président sous Reagan avant de devenir président des États-Unis (1989-1993).

 

Amis des ben Laden

La famille Bush était amie avec les ben Laden depuis les années 1970. Ils étaient partenaires d’affaires de la riche famille ben Laden, qui était liée à la famille royale saoudienne.

Salem ben Laden, demi-frère d’Oussama ben Laden, a été le fondateur du groupe saoudien Benladen, un conglomérat de construction de plusieurs milliards d’euros.

La relation entre ben Laden et Bush a commencé en 1978 lorsque George W. Bush et Salem ben Laden ont créé la société Arbusto Energy Company au Texas.

Pendant ce temps, Oussama ben Laden (frère de Salem ben Laden, partenaire de GWB) était employé par la CIA. Il a contribué à la gestion de Maktab al-Khidamat (MAK), également appelé Bureau des services afghans, fondé en 1984 « qui a acheminé de l’argent, des armes et des combattants » en Afghanistan (voir NBC). Le MAK était une initiative de la CIA supervisée et coordonnée par l’Inter-Service Intelligence (ISI) du Pakistan, qui était en liaison permanente avec la CIA. Le MAK a ensuite jeté les bases du lancement d’al-Qaïda (la Base) en 1988.

Au cours de l’administration Reagan (1980-1988), le vice-président George Herbert W. Bush (et ancien directeur de la CIA) a joué un rôle clé dans la création du MAK et d’al-Qaïda. Oussama ben Laden appartenait à la riche famille ben Laden qui avait une relation de longue date avec la famille Bush. Le recrutement des moudjahidin ainsi que l’achat d’armes étaient en partie financés par le trafic de drogue hors d’Afghanistan ainsi que par la dynastie royale Saoudienne.

 

Ennemi numéro un

Oussama a servi comme « combattant de la liberté » dans la guerre soviéto-afghane avant de devenir l’ « ennemi numéro un » (présumé) et le « cerveau de la terreur » des attaques du 11 Septembre.

 

JPEG - 32.7 ko
« Le combattant antisoviétique place son armée sur le chemin de la paix »

 

« Il a changé de camp, il s’est mis contre nous » (paraphrase). C’est ce qu’on appelle le « blowback » lorsqu’un « membre actif du renseignement » est dit « être allé contre ses commanditaires » ; « ce que nous avons créé nous a renvoyé le boomerang » (UPI, 15 septembre 2001).

Dans une logique déformée, le gouvernement américain et la CIA ont été présentés comme les malheureuses victimes :

Les méthodes sophistiquées enseignées aux moudjahidin, et les milliers de tonnes d’armes qui leur sont fournies par les États-Unis – et la Grande-Bretagne – tourmentent aujourd’hui l’Occident dans le phénomène connu sous le nom de « blowback », par lequel une stratégie politique rebondit sur ses propres concepteurs. (The Guardian, 15 septembre 2001)

 

Les attentats du 11 Septembre

Coïncidence ?

Le 11 septembre 2001, l’ancien président George H. W. Bush (« Poppy ») a rencontré Shafik ben Laden, frère d’Oussama, à l’hôtel Ritz Carlton de Washington. Il n’y a pas eu de problème. C’était une réunion d’affaires. Shafik était « un invité d’honneur à la conférence de Washington du groupe Carlyle ». Il se mêlait à des « collègues investisseurs », dont l’ancien secrétaire à la défense Frank Carlucci et l’ancien secrétaire d’État James Baker III.

Attention au timing : Shafik est l’un des sept membres de la famille Ben Laden qui ont été invités à quitter précipitamment les États-Unis le 19 septembre, un jour avant le discours historique du président Bush devant le Congrès américain : « Soit vous êtes avec nous, soit vous êtes avec les terroristes ».

Depuis 1979, la famille ben Laden et le Royaume d’Arabie saoudite ont fourni une aide financière à al-Qaïda, qui était parrainé par la CIA. Visiblement, Shafiq et les ben Laden n’ont pas été invités à assister au discours de Bush du 20 septembre qui consistait « officiellement » à lancer la « guerre mondiale contre le terrorisme » (Global War On Terrorism)

« Nous ne ferons aucune distinction entre les terroristes qui ont commis ces actes et ceux qui les abritent ».

Mais il y a toujours une « exception qui confirme la règle », et c’est George W. Bush lui-même.

 

PNG - 496 ko
Extrait d’un rapport du The Economist

 

PNG - 255.3 ko
Extrait du Washington Post, 16 mars 2003

 

JPEG - 32.3 ko
Shafik ben Laden et George H. Walker Bush, date inconnue (source Michael Moore)

 

(vidéo en anglais, non sous-titrée)

 

Liens vers les barons de la drogue du Mexique

Le frère de GWB, Jeb Bush, ancien gouverneur de l’État du Texas, était un ami de Raul Salinas de Gortari qui avait des liens avec le narcotrafiquant mexicain Juan Garcia Abrego.

Et « Poppy » Bush était un ami du père de Raul, Raul Salinas Lozano, qui était une figure de proue du trafic de stupéfiants.

George H. W. Bush, le père de Bush Junior, avait développé des liens personnels étroits avec Carlos Salinas de Gortari (ancien président du Mexique) et son père Raul Salinas Lozano qui, selon le Dallas Morning News (27 février 1997) était « une figure de proue dans le trafic de stupéfiants qui impliquait également son fils, Raul Salinas de Gortari »… Et Raul était un intimo amigo de Jeb Bush, (ancien gouverneur de Floride) et le frère de George W, Bush.

« Il y a également eu beaucoup de spéculations au Mexique sur la nature exacte de l’amitié étroite entre Raul Salinas et le fils de l’ancien président George Bush, Jeb. Il est bien connu ici que pendant de nombreuses années les deux familles ont passé des vacances ensemble – les Salinas chez Jeb Bush à Miami, les Bush au ranch de Raul, Las Mendocinas, sous le volcan à Puebla. Nombreux sont ceux qui, au Mexique, pensent que cette relation est devenue une voie détournée pour des négociations délicates et cruciales entre les deux gouvernements, qui ont abouti au parrainage de l’ALENA par le président Bush ». (Houston Chronicle, 9 mars 1995)

« Des témoins disent que l’ancien président mexicain Carlos Salinas de Gortiari, son frère emprisonné Raul et d’autres membres de l’élite dirigeante du pays ont rencontré le baron de la drogue Juan Garcia Abrego dans un ranch de la famille Salinas ; Jeb Bush admet avoir rencontré Raul Salinas à plusieurs reprises mais n’a jamais fait d’affaires avec lui » Andres Openheimer, (Miami Herald, 17 février 1997)

 

L’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA)

Lorsque George H. Walker Bush était président, il a signé l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) avec le président Carlos Salinas de Gortari, fils du baron de la drogue Salinas Lozana, ainsi qu’avec le Premier ministre canadien Brian Mulroney.

L’un des signataires de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) était directement lié au crime organisé. Les liens du président Salinas de Gortari avec le cartel de la drogue mexicain ont été dissimulés jusqu’à la signature de l’accord de l’ALENA.

George H. W. Bush Senior était pleinement conscient des liens de la présidence Salinas avec les barons de la drogue. L’opinion publique américaine et canadienne n’a jamais été informée afin de ne pas compromettre la signature de l’ALENA. La Drug Enforcement Administration (DEA) américaine a reçu l’instruction de « ne pas cracher le morceau » :

« D’autres anciens fonctionnaires disent que l’on a fait pression sur eux pour qu’ils gardent bouche cousue parce que Washington était obsédé par l’approbation de l’ALENA ».

« Les renseignements sur la corruption, en particulier celle des trafiquants de drogue, ont toujours été là« , a déclaré Phil Jordan, qui a dirigé le bureau de la DEA à Dallas de 1984 à 1994. Mais « nous avions pour instruction de ne rien dire de négatif sur le Mexique ». C’était un non-non puisque l’ALENA était un match de football politique très chaud« . (Dallas Morning News, 26 février 1997)

Demandez-vous si l’ALENA est un « accord juridique » lorsqu’un des signataires est lié à un syndicat du crime. Sans parler du fait que Carlos Salinas de Gortari était un « intimo amigo » de George H. W. Bush (qui était complice de la dissimulation).

Si cela avait été connu, l’accord de l’ALENA n’aurait pas vu le jour.

 

JPEG - 13.6 ko
Le président Carlos Salinas de Gortari, le président George H. W. Bush, le Premier Ministre canadien Brian Mulroney

 

Voilà qui résume l’histoire de la famille Bush.

Les nazis, les ben Laden et les barons de la drogue mexicains …

Deux présidents, un vice-président, un directeur de la CIA, un membre du Congrès, un sénateur et un gouverneur. Sans oublier des postes clés à Wall Street et dans l’industrie pétrolière du Texas.

Sans la falsification de l’histoire américaine soutenue par une désinformation médiatique importante, les Bush n’auraient jamais accédé à de hautes fonctions.

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Vous avez oublié la photo ou George BUSH senior se trouve pile à côté de Lee Harvey Oswald, au moment ou ce dernier est abattu, à sa sortie de garde à vue pour le meurtre de Kennedy.... Intéressant, n’est ce pas ?


  • Cette démocratie soit-disant transparente que sont les états-unis.... Bref.


  • Deux d’entre eux sont au fond du trou le troisième va pas tarder à les rejoindre. Puis l’éternité en Enfer, quelle réussite !!!


  • Je voudrais informer ici ceux qui ne savent pas d’où vient les mots "djihadiste" et "moudjahid" ("moudjahidine" au pluriel). Ces mots ont tous pour radical "djihad", qui devrait signifier "lutte pour cheminer avec Dieu", mais qui est vite devenu "guerre sainte". Les "djihadistes" sont ces musulmans partis combattre les athées communistes afghans ou encore ces syriens alaouites (chiites). Remarquez que dans les deux cas, les djihadistes sont les idiots utiles de ... l’Empire. La guerre d’Afghanistan est née comme celle de Corée ou du Vietnam : les bourgeois locaux ont appelé les Américains pour les débarrasser des communistes ! Les médias ont ensuite lavé les cerveaux et fait oublier la Vérité historique ...


  • De Hervé Ryssen.
    A l’heure d’internet, où tout le monde peut écrire tout et n’importe quoi, il est nécessaire de contrecarrer certaines analyses qui ne tendent qu’à brouiller les pistes et embrumer le cerveau des dissidents. Ainsi, peut-on apprendre ici et là, Hitler aurait été financé par de puissants industriels américains, voire par des financiers internationaux, et même des financiers juifs, peut-on lire sur certains sites “dissidents”.

    À l’appui de cette thèse, on trouve en premier lieu le livre d’Antony Sutton, “Wall Street and the Rise of Hitler” (Wall Street et l’ascension de Hitler). Antony Sutton montre que des relations d’affaires ont existé entre des compagnies américaines et allemandes après l’accession de Hitler au pouvoir en 1933. La belle affaire ! Ce n’est ni une révélation majeure ni un fait extraordinaire.

    Certains gros industriels américains qui travaillaient avec l’Allemagne depuis des décennies ont continué un temps à commercer avec l’Allemagne. Cela ne faisaient pas d’eux des sympathisants du régime nazi. Il y a certes le constructeur automobile Henry Ford, qui avait de la sympathie pour le régime hitlérien, mais cela ne signifie pas que “l’oligarchie” a financé les nazis.

    Surtout, Antony Sutton se base sur un livre intitulé “Hitler’s Secret Backers”, d’un banquier juif nommé Sydney Warburg. Or, ce “Sydney Warburg n’a vraisemblablement jamais existé, selon Michael Collins Piper, un auteur américain, journaliste, conférencier et animateur d’émission de radio (American Free Press, 28 janvier 2013).

    D’autres citent ce livre comme preuve que la famille Bush, de concert avec les intérêts bancaires Harriman, aurait financé Hitler. En fait, Sutton dit seulement que les Harriman — comme de nombreux groupes financiers américains — avaient des liens avec les intérêts des entreprises en Allemagne. Et il conclut que cela « ne suggère pas que les Harriman aient directement financé Hitler ». À aucun moment il ne fait mention des Bush. (voir l’excellent article du blog pascascher.blogspot.com en date du 19 septembre 2011).

     

    L’idée qu’Hitler aurait été poussé par la finance internationale a été réfutée par James Pool dans “Who Financed Hitler ?”, qui démontre que la majeure partie des fonds du parti nazi provenait de petites et moyennes contributions. Aucun Rothschild n’a jamais soutenu Hitler. C’est un mythe.

    De l’argent d’une banque juive a bien été versé à des nazis, c’est vrai, mais il s’agissait des frères Strasser, les principaux opp

     

  • Même les cadors du washington-post, qui ont été parmi les premiers à révéler certaines "bush-alliances" n’ont pas été aussi loin et aussi précis que E&R.
    Merci à vous et Respect à votre travail.


  • Attention : Après quelques années d’enquêtes sur Kennedy et le 11-Septembre, j’en suis arrivé à la conclusion qu’un très grand nombre d’accusations contre la famille Bush sont de la désinformation sioniste. Je n’avais pas encore compris cela en terminant mon livre JFK-11 Sept, mais que je le développe un peu ici https://www.egaliteetreconciliation...). Il faudrait tout un article, mais ce qu’il faut retenir à mon avis, c’est :
    1) Tous les industriels faisaient affaire avec l’Allemagne avant l’entrée en guerre des US, et bien sûr ces affaires ne se sont pas arrêtées brusquement. L’accusation d’affaire avec les nazis a été employées comme chantage contre un nombre incalculable d’hommes politiques américains, y compris Nixon. Ils on même tenté le coup avec James Forrestal.
    2) Si Georges H.W. Bush avait été impliqué dans le 11-Sept, il n’aurait évidemment pas programmé sa réunion avec les Ben Laden le jour même. Il faut donc raisonner autrement : on s’est arrangé pour avoir un moyen de faire chanter la famille Bush sur ses liens avec les Ben Laden. N’oubliez pas qu’Ousama Ben Laden n’a rien à voir avec les attentats, c’est son nom qui est utilisé. Son nom est utilisé pour tenir les Bush, mais aussi pour appliquer une pression massive sur l’Arabie saoudite, et l’on a bien vu comment cela a été efficace dans les années suivantes, les Saoud étant devenus de gentils amis d’Israël.
    3) George H. W. a été l’un des présidents qui a le plus résisté à Israël, c’est pourquoi il n’a fait qu’un mandat. Il a mené la guerre du golfe (pour venir en aide à ses amis saoudiens, oui), mais il a refusé d’envahir l’Irak.
    4) George W. a totalement échappé à l’influence de son père et du clan Bush, qui lui a fortement déconseillé d’envahir l’Irak. Il ne faut surtout pas les confondre. Bush père était ouvertement hostile aux néoconservateurs, Bush fils, l’idiot de la famille, a été totalement dominé par eux. C’est un coup de maître des sionistes d’avoir fait faire au fils ce que le père leur avait refusé.
    5) il y aurait encore à dire sur les théories liant les Bush à l’assassinat de JFK : contrairement à ce que j’ai dit dans mon livre, je suis maintenant persuadé qu’il n’y a rien dans ce dossier, monté de toute pièce par le crypto-sioniste John Hankey et ses films Dark Legacy.

     

    • Bush père était tout de même présent à Dallas lors de l’assassinat de JFK, en lien bien sûr avec la CIA, selon Michael Collins Piper, dans son oeuvre majeure "Final Judgment" (Jugment Final, le chaînon manquant dans le complot pour assassiner JFK). Les livres de l’avocat Mark Lane "Plausible Denial" et "Rush To Judgment" étoffent le dossier concernant l’implication de la CIA, et la conclusion de "Plausible Denial" mentionne les liens de Bush père avec la CIA au moment de l’assassinat. Son implication dans Iran-Contra (trafic de drogue et d’armes pour financer, soi-disant, la lutte au communisme international) mérite aussi d’être entendue, car dans cette affaire la connexion israélienne est claire (entraînement des Contras, trafic mondial de drogue et armes, etc.), même si elle est ignorée en raison du caractère secret des opérations secrètes menées par les États-Unis conjointement avec Israël.


  • D’ailleurs, le nom de l’auteur de l’article est en soi une confirmation de ce que je viens d’écrire : Michel Chossudovsky, fils d’immigré juif russe. Dans ce milieu, la haine des Bush est presque aussi grande que la haine des Kennedy.


  • Les Bush n’ont jamais "soutenu les nazis". Ils ont fait du bizness c’est tout.

    Si ils avaient soutenu les nazis je dirais qu’ils auraient au moins fait UNE chose de bien en 4 générations. Mais non. Même pas.


  • le camp du bien !
    d’aprés les anti complotistes et l’intellectuellerie mediatique, et l’experte madeleine albright .


  • Le must dans ce que la pourriture peut produire avec les sionistes bien sûr !
    Rien de plus à ajouter sinon c’est sans fin !!!!


  • Bush Sr, 13e lignée Illuminati (ordre supérieur de la FM), Skulls and Bones (lignage FM), pédophile avéré, parrain des parrains de la drogue et de la criminalité (a mis le pied à l’étrier a Gerald Ford, éditeur de contenu pornographique a caractères pédophile et zoophile avant de devenir gouverneur puis président, puis à Reagan et à Clinton, parrain de la Clinton connexion de la coke en Arkensas). Il a pris en main le marché mondial de la drogue en faisant éliminer la concurrence qui travaillait pour lui : Escobar, Noriega. A négocié avec le président mexicain de la Madrid et Trudeau père au Canada l’ouverture des frontières pour laisser sortir les enfants et femmes esclaves des USA et laisser entrer la drogue sur le continent américain. C’était le but originel du pacte de l’ALENA et du CETA. But poursuivi avec le traité TAFTA en voie de ratification avec l’UE (UE crée par la partie corrompue de la CIA comme étape dans la mise en place du NOM) mais comme le TAFTA bloque ils ont poussé en avant le CETA entre UE Canada pour les mêmes objectifs et le renforcement des transnationales dont lui et ses amis de la haute finance sont propriétaires. Bush était présent devant l’entrepôt de la librairie d ou a tiré Lee Harvey Oswald (vu sur photos), il ne faisait pas du tourisme. Membre de la Cabale des pétroliers et de la haute finance (Rockefeller, Rothschild, Payser, Warburg…) qui a pris le contrôle des USA avec son pion Reagan. Partisan du MK Ultra des réseaux satanistes de contrôle, de l’esclavage sexuel et du trafic international des enfants et de la drogue, membre de l’ordre de la Rose, ordre ultra secret des membres internationaux du NOM et des maitres esclaves, Son objectif la mise en place du Nouvel Ordre Mondial dictature totalitaire de l’élite financière sur une planète sans frontières et sur des peuples sans nations, sans cultures et sans identités.


  • Partie 2
    ...Un des acteurs du 11-9 avec Rumsfeld et Cheney a n’en pas douter. Raciste au dernier degré, a planifié la destruction des noirs (Sida et Ebola démarrent en Haïti d’abord puis en Afrique pendant son activité). Sa famille a financé l’avènement d’Hitler et s’est opposée au bombardement d IG Farben ou il avait des intérêts, IG Farben utilisant les esclaves des camps et produisant l’essence de synthèse pour les chars, la guerre a ainsi duré 2 années de plus. Tellement d’ouvrages dénoncent ses turpitudes : Mark Philips et Cathy OBrian L’Amérique en pleine transformation 2 tomes, Springmier les lignées illuminati, Sutton, Quingley, Paul Halyer Money mafia, Bainerman the crimes of a president… Je dispose de plus de 100 titres et témoignages d insiders concordants.


Commentaires suivants