Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Mort de George H.W. Bush, figure de l’État profond américain

George H.W. Bush (41e président des États-Unis), qui avait géré la fin de la Guerre froide et gagné la guerre du Golfe, est mort à 94 ans le 30 novembre, quelques mois seulement après son épouse Barbara.

 

Il rejoint donc David Rockefeller, Zbigniew Brzezinski et John McCain.

 

George H.W. Bush était le premier à citer publiquement le « Nouvel Ordre mondial » :

 

Alors que l’establishment célèbre la vie de l’ancien président et que les Américains font la queue pour pleurer le décès de leur dirigeant, les faits rapportés dans les médias grand public sont très différents de l’héritage qu’il laisse derrière lui.

 

Les premières années :

George Herbert Walker Bush est né le 12 juin 1924 au Massachusetts à Prescott Sheldon Bush et Dorothy (Walker) Bush. Peu de temps après sa naissance, la famille a déménagé dans le Connecticut où il a commencé son éducation formelle à Greenwich Country Day School. À l’âge de dix-huit ans, Bush a rejoint l’U.S. Navy.

Au cours de son mandat dans la marine, Bush était stationné avec l’escadron de torpilles 51 à bord de l’USS San Jacinto. Le 1er août 1944, son unité lance une opération contre les Japonais dans les îles Bonin. Le 2 septembre 1944, l’avion de Bush a été abattu, entraînant la mort de huit aviateurs de la Marine, laissant Bush comme seul survivant. Cet épisode, connu plus tard sous le nom d’incident de Chichijima, a fait que le futur président a été salué comme un héros de guerre.

 

Carrière politique :

Après avoir obtenu son diplôme de Yale, Bush a commencé sa carrière en politique et a été élu président du Harris County, Texas Republican Party en 1963. Trois ans plus tard, Bush est élu à la Chambre des représentants des États-Unis, marquant le début d’une ascension fulgurante qui le conduira à être nommé directeur de la Central Intelligence Agency en 1976.

En tant que directeur de la CIA, M. Bush était chargé de superviser le paiement de centaines de milliers de dollars au dirigeant panaméen et trafiquant présumé de cocaïne, Manuel Noriega. Bien que Bush ait prétendu qu’il n’était pas au courant des activités illicites de Noriega avant 1988, l’implication de la CIA en Amérique latine allait finir par donner lieu à une controverse nationale sous l’administration Reagan, dans ce qu’on a appelé le scandale Iran-Contra.

Alors que Bush a servi moins d’un an à la tête de la CIA, il a également été pris en train de détruire des preuves de crimes de guerre américains. Tel que rapporté par MuckRock : « Des dossiers déclarés secrets récemment découverts au CREST montrent que la CIA n’a pas tenu sa promesse d’obéir à la loi en détruisant les dossiers des activités illégales et des méfaits de l’Agence. »

Quatre ans après avoir été directeur de la CIA, George H.W. Bush a été élu vice-président des États-Unis. Siégeant sous l’ancien président Ronald Reagan, M. Bush a fait profil bas et a évité de prendre des décisions politiques ou de critiquer l’administration Reagan, mais il a assisté à un grand nombre de cérémonies et de manifestations publiques.

En 1988, Bush a été élu président en battant Michael Dukakis du Massachusetts. Au cours de sa première année au pouvoir, l’approbation de Bush a commencé à baisser en raison de son incapacité à traiter avec Manuel Noriega, le dirigeant panaméen qu’il avait aidé alors qu’il était à la tête de la CIA. Bush réagit en décidant d’envahir le Panama et, le 20 décembre 1989, il déploya 25 000 soldats dans ce petit pays. Bush a justifié l’invasion – code nommé opération juste cause – pour des raisons de sécurité nationale. Le président a induit le pays en erreur en affirmant que Noriega avait menacé les États-Unis, une affirmation qui s’est révélée fausse. Au bout de deux semaines, le conflit a pris fin, entraînant la mort de vingt soldats américains et de 2 000 Panaméens.

Moins d’un an après l’invasion du Panama, Bush s’est de nouveau retrouvé face à une autre débâcle de la politique étrangère. Le 2 août 1990, le dirigeant irakien Saddam Hussein a commencé une invasion du Koweït voisin. En réponse, le président Bush et les médias américains ont utilisé le « témoignage » d’une jeune Koweïtienne de 15 ans, connue uniquement sous son prénom de Nayirah, pour justifier l’intervention américaine au Koweït. Cependant, Nayirah a été découverte plus tard comme étant la fille d’un ambassadeur des États-Unis, qui était persuadé par des spécialistes des opérations psychologiques militaires.

 

La vie après la politique :

Après avoir quitté ses fonctions en 1993, George H.W. Bush a pris sa retraite avec sa femme Barbara et a construit une maison dans une communauté près de Houston, au Texas. Bien qu’il ait pris sa retraite, l’ancien président fera toujours l’objet d’une controverse.

En 1999, l’ancien général de brigade Russell S Bowen a publié un livre intitulé The Immaculate Deception – The Bush Crime Family Exposed. Dans le livre, le général Bowen détaille le rôle présumé du gouvernement dans la dissimulation du rôle de Bush dans l’assassinat de John F. Kennedy.

L’année dernière, au plus fort du mouvement #MeToo, au moins cinq femmes ont affirmé avoir été maltraitées par l’ancien président. Dans une interview accordée à Time Magazine, une femme nommée Roslyn Corrigan a affirmé que Bush l’avait agressée sexuellement en 2003 alors qu’elle n’avait que 16 ans. Au moins cinq autres femmes ont accusé Bush d’agression sexuelle, y compris une femme sans nom du Michigan qui a affirmé que l’ancien président l’avait pelotée en 1992 lors d’une campagne électorale. L’actrice Heather Lind a également déclaré, dans un post instagram maintenant supprimé, que Bush l’avait pelotée lors d’une séance photo en 2014.

Peut-être qu’au lieu de louer aveuglément un criminel reconnu, les Américains devraient envisager de se demander quels autres crimes le gouvernement américain et les médias couvrent de l’ancien président.

Lire l’intégralité de l’article sur exoportail.com

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 






Alerter

35 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents