Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La "force frontalière" de Washington en Syrie, nouvelle épine dans le pied d’Erdogan

Les États-Unis n’entendent pas s’effacer en Syrie. Au contraire, comme semble le prouver l’annonce de la création d’une « force frontalière » par la coalition internationale sous commandement américain. Cette « Force de sécurité frontalière » devrait être constituée de 30 000 hommes, dont la moitié seraient des membres des Forces démocratiques syriennes (FDS). L’autre moitié serait composée de nouvelles recrues, dont quelques centaines sont déjà en formation.

 

D’après la coalition, cette force devrait être stationnée le long des frontières à l’est et au nord de la Syrie, soit à l’orée de l’Irak et de la Turquie, mais aussi sur les lignes de démarcation qui séparent les territoires dominés par les Kurdes du reste du pays. Son objectif affiché ? Empêcher une renaissance de l’État islamique, aujourd’hui en pleine déroute en Syrie et en Irak.

Alors qu’une politique américaine en Syrie était difficile à décrypter depuis l’arrivée de Donald Trump à la présidence il y a un an, l’annonce de la création de cette « force frontalière » fait l’effet d’une bombe. Il y a quelques jours déjà, le secrétaire d’État adjoint par intérim pour les Affaires du Proche-Orient David Satterfield avait révélé, lors d’une audience du Comité sénatorial des Affaires étrangères, un maintien « à durée indéterminée » d’une présence militaire américaine – quelque 2 000 soldats américains sont déjà déployés en Syrie et appuient les FDS, selon des chiffres avancés en décembre par le Pentagone – dans le Nord et l’Est syriens, une nouvelle politique qui a pris même les sénateurs par surprise.

Il avait donné plusieurs raisons à cette décision : stabiliser cette zone, protéger les FDS, « alliés vaillants » des États-Unis, créer un modèle politique alternatif en Syrie à celui de Bachar el-Assad et, surtout, contrer « l’Iran et sa capacité à renforcer sa présence en Syrie ». Washington n’a jamais caché son intention d’endiguer, par tous les moyens, l’influence de l’Iran dans la région. Le fameux croissant chiite, tant craint par les États-Unis, l’Arabie saoudite et Israël, et qui va de Téhéran à la Méditerranée en passant par Bagdad, Damas et Beyrouth, ne passerait justement pas par le Nord syrien. L’intérêt de cette nouvelle stratégie américaine reste donc opaque, puisque la présence militaire iranienne est plus au sud.

 

Objectifs US

« Quel peut donc être l’objectif de cette armée de terroristes, si ce n’est la Turquie ? » a par conséquent demandé hier le président turc Recep Tayyip Erdogan. « L’Amérique a avoué qu’elle était en train de constituer une armée terroriste à notre frontière. Ce qui nous revient, à nous autres, c’est de tuer dans l’œuf cette armée terroriste », a-t-il ajouté.

Lire l’article entier sur lorientlejour.com

L’Amérique est-elle au service d’Israël ?
Lire sur Kontre Kulture :

 

La guerre de Syrie n’est pas terminée, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • " L’épine dans le pied d’Erdogan " ce sont les 15 millions de Kurdes qui vivent dans le Sud Est de la Turquie et auxquels les alliés avaient promis l’indépendance par le traité de Sèvres de 1920 : ils l’attendent toujours .

     

    • Sèvres a uniquement découpé la Turquie en mille morceaux, alors que l’autre perdant, l’Allemagne, n’a pas été découpé ! Et puis les Kurdes sont de langue "indo-européenne" ; ils n’ont rien à faire en Syrie ou en Irak, par exemple, où la langue est "sémitique" ... Le berceau des Kurdes est certainement le nord de l’Iran et non la Turquie.


    • C’est la que vous vous trompez lourdement sous influence de la propagande anti turc !!!
      Les kurdes font partie des force turcs, la minoriter lgtb (pkk) ne sont que traitres sous ordres des puissances étrangères !!! De nombreux kurdes travaille pour l’AKP, la femme de Erdogan est kurde, bataillons exclusivement composer de kurdes qui combattent leur ’frère’ traitre, se ne sont que quelque exemple ....


    • @Haka
      Pour être précis sur le groupe ethnique d’origine d’Emine Erdoğan, l’épouse du président, elle est issue d’une famille arabe de la province de Siirt.
      La province de Siirt est ethniquement parlant arabo-kurde, tout comme celles de Batman, Mardin et Urfa (il y a entre 500,000 et 1,000,000 arabes ethnique dans le sud-est de la Turquie).


    • Les Turcs parlent une langue altaïque du nom du massif de l’Altaï entre l’Asie Centrale et la Mongolie. Ils n’ont rien à faire en Anatolie !
      Désolé j’ai pas pu me retenir... :)


    • Ils peuvent encore l’attendre...


    • Thinker
      Vous pouvez vous retenir en effet, l’Anatolie appartient aux turcs rentrez vous ça dans le crâne !!!
      Sainte Sophie est un monument sur une terre d’Islam. ( PERSONNE POURRA NOUS DÉLOGER ) Ne remettez pas l’histoire en question sans cesse comme le font très bien les israéliens.
      Y’a plusieurs langues turcs, je vais pas rentrer dans les détails mais on peut retrouver plus de 5000 mots Français et beaucoup d’Arabe également.


  • Le culot des judéos-US est inouï : ils installent une armée de 30 000 hommes dans un pays qui ne leur a rien demandé ! Il s’agit d’encercler la Syrie : au Nord les judéos-US, au Sud Israël - et d’intimider la Turquie . L’ONU va être surement saisie et comme Trump y est mal vu le projet sionisto-US va peut être capoter .


  • Ca prouve que les judéos-US ne renoncent pas à abattre Bachar . " Pourquoi n’occuperions nous pas le Nord de la Syrie puisque les Russes en occupent l’ouest ? "


  • Avant de nous mêler de tous ces conflits, occupons nous à récupérer la France, du moins qu’il en reste !

     

  • Ca me saoule tous ces articles sur le Proche-Orient qui ne prennent jamais en compte l’essentiel ("Le Grand Israël").

    Les USA n’ont AUCUN objectif en Syrie car ce ne sont que des exécutants. Ce sont les Israéliens qui ont un objectif : celui de créer "Le Grand Israël" et ce à n’importe quel prix. L’intervention Russe a contrecarré leur plan initial alors ils s’adaptent et c’est reparti pour un tour. Erdogan couine mais continuera de bouffer à tous les rateliers, donc rien de neuf sous le soleil.

    "l’annonce de la création de cette « force frontalière » fait l’effet d’une bombe" genre ce serait pas morale de faire ça ? Oh, c’est la guerre les gars, la moralité, les "droits de l’hommes" et tout le reste, tout le monde s’en cognent. On dirait des féministes en pleine crise d’hystérie, affligeant.

     

  • Erdogan,

    La Turquie est dans le piège de l’Empire .
    Allié de l’Empire contre la Russie,
    avec les Kurdes dans le dos,
    ou allié de Poutine contre l’Empire,
    avec les Kurdes dans le dos .
    Erdogan commence à comprendre
    le jeu de l’Empire .
    La Turquie ne peut survivre qu’allié
    de la Russie qui ne menace pas
    son indépendance.
    Quand aux Kurdes,une fraction a choisi
    l’Empire .Bon vent avec l’Empire qui n’a
    jamais respecté la souveraineté d’aucune
    nation ...sauf ...Une !
    Les Kurdes chair à canon de l’Empire ?
    L’Empire a des charmes,qui défient le bon sens l


  • Cette enflure d’Erdogane est entrain de chier mou en ce moment, surtout qu’il n’a pas d’autre choix que de s’allier à son ennemie Bachar El-assad pour contrer ce que les américains mijote à ses frontières, et aujourd’hui ces salopards ne se cachent même plus, car on a même les infos sur LCI, France24 etc

     

    • Erdogan a clairement le choix, tu verras il avancera il vaincra pour protéger ses frontières. La Turquie n’a besoin de personne,le nationalisme est très fort et il n’est comparable avec aucun pays au monde. On peut le voir et c’est d’ailleurs pour ça qu Erdogan réduit les armes étrangères et favorise le 100% TURK à l’heure que la France réduit petit à petit son armée la Turquie fait l’inverse. Erdogan représente l’opposition Syrienne en aucun cas il pourra être ami avec Bachar peut être de façade et encore. Bachar à fait des choix bonnes et mauvaises pour son pays tout comme Poutine et Erdogan. Le monde change faut l’accepter.


  • Toute cette guerre est amenée à durer encore longtemps puisque l’empire fait tout pour grâce à sa planche à billet et ses dirigeants aveugles et criminels pour le plus grand bénéfice d’israhell, dont on sait que c’est toujours au détriment du reste de l’humanité !