Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le projet français de reconnaissance du "Rojava"

Exemple d’un faux débat, animé par une télévision et un journaliste qui masquent leurs liens à leurs auditeurs, la question du lieu du jugement des jihadistes français vise en réalité à préparer l’effacement des témoignages du rôle militaire de la France contre la Syrie. Sous réserve d’acceptation par ses alliés, elle prépare la reconnaissance d’un État de pacotille, le « Rojava », sur le modèle du « Kosovo ».

 

 

Le président français, Emmanuel Macron, a reçu le 5 janvier 2018 à l’Élysée, son homologue turc, Recep Tayyip Erdoğan.

Du point de vue d’Ankara, cette rencontre devait permettre à la Turquie de resserrer ses liens avec l’Union européenne en évitant de passer par son partenaire traditionnel, l’Allemagne, avec qui ses relations se sont tendues.

Surtout, Ankara souhaitait s’accorder avec Paris sur ses futurs projets. Le Royaume-Uni a confié à la Turquie la gestion du dispositif des jihadistes, qui sont désormais financés par le Qatar. Le président Erdoğan mène deux objectifs de politique extérieurs :
- D’abord obtenir le soutien des nationalistes kémalistes en réalisant le serment national du Parlement ottoman ; raison pour laquelle l’armée turque occupe illégalement le Nord de Chypre, le Nord de la Syrie et le Nord de l’Irak [1].
- D’autre part, poursuivre les guerres par jihadistes interposés, en déplaçant le centre du combat de la Syrie vers la Corne de l’Afrique et la péninsule arabique ; c’est pourquoi il a discrètement acheminé au cours des six derniers mois 1 500 soldats en Somalie et 35 000 au Qatar. Il en déplace d’autres au Soudan et s’apprête à faire de même à Djibouti.

Du point de vue de Paris, il s’agissait de renouer les engagements mutuels, secrètement pris en 2011 par MM. Juppé et Davutoğlu avec l’accord de Londres, pour notamment créer un nouvel État au Nord de la Syrie où la Turquie puisse expulser ses Kurdes [2]. Cet accord avait été unilatéralement rompu par le président Hollande après la bataille d’Aïn al-Arab (dit « Kobané » selon la terminologie de l’OTAN), provoquant une vive réaction turque : les attentats perpétrés par Daech, le 13 novembre 2015 [3]. Il n’est pas nécessairement contradictoire avec les options actuelles du Royaume-Uni et de la Turquie.

Connaissant les réticences du Parlement à une telle aventure, le président Macron a choisi de rendre les choses inévitables en ouvrant à l’avance un dossier secondaire.

 

Le retour des jihadistes

Interviewé par Jean-Jacques Bourdin, sur RMC et BFM TV, le 4 janvier 2018, le secrétaire d’État et porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a déclaré que les jihadistes faits prisonniers en Syrie par la Coalition internationale contre Daech (c’est-à-dire par les troupes commandées par le Pentagone) pourront être jugés au Nord de la Syrie « si les institutions judiciaires sont en capacité d’assurer un procès équitable » avec « des droits de la défense respectés ».

Lire la suite de l’article sur voltairenet.org

Notes

[1] « La stratégie militaire de la nouvelle Turquie », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 11 octobre 2017.

[2] « L’inavouable projet d’un pseudo-Kurdistan », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 7 décembre 2015.

[3] « Le mobile des attentats de Paris et de Bruxelles », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 28 mars 2016.

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1877243

    C’est donc cela le but de la visite du rigolo turc ... Dépecer la Syrie, avec l’aide de la France et de l’ONU ? Bachar et les Syriens ne vont pas laisser faire. La guerre a déjà repris dans Idlib ! Une zone tampon sunnite que veut Erdogan, dans un pays tiers ... Si la France a dit oui, franchement, que dire demain à l’Espagne si elle demande une zone tampon en Catalogne ?!!!


  • #1877254

    Ce n’est pas aux Kurdes à juger les jihadistes, c’est aux Syriens . Les jihadistes téléguidés par Israël luttaient contre Bachar, que je sache, pas contre les Kurdes .

     

    • #1877568
      le 11/01/2018 par Nothin’ Toulouse
      Le projet français de reconnaissance du "Rojava"

      @Agésilas
      N’importe quoi, le "Rojava" c’est pas le pays des kurdes, le "Rojava" c’est le pays des antifas !
      Ils ont le droit de faire leur hijra ou leur alya trotskiste en terre promise (par l’ONU et Israël)


  • #1877432

    Je ne crois pas qu’un état dirigé selon des valeurs anarchistes soit viable.
    Forcément ce ne sera qu’une vaste base militaire sous le contrôle US et les premiers perdants seront les kurdes.


  • La guerre en Syrie fait malheureusement office de "manoeuvres" avant la 3ème guerre mondiale.


  • #1877484

    Les frontieres actuelles des pays du M-O sont vouées a disparaitre. Elle n’ont aucune legitimité. Les accords syce-picot et tout le reste sont des vestiges coloniales qui tot ou tard disparaitront.
    Donc Monsieur Meyssan, ce n’est pas si choquant qu’Erdogan joue la carte de l’expansion sachant que l’empire Ottoman a était démambrer par le colon d’hier. Chacun regarde ce qui l’arrange.


  • #1877511

    Au nom du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes nous devons soutenir tout ce qui permettra aux Kurdes d’obtenir leur Etat unitaire, quitte à rectifier les frontières artificielles et illégitimes imposées par les vainqueurs de 1918, Anglais et Français .

     

    • #1878163
      le 11/01/2018 par social donc national
      Le projet français de reconnaissance du "Rojava"

      "Le droit des peuples à disposer d’eux mêmes" est un très beau principe dans un monde idéal, mais tout comme la démocratie cela n’a jamais été appliqué et ne le sera jamais.
      Tout au plus, ce principe aura été utilisé par le pouvoir bancaire en 1918 pour réaliser ses objectifs géopolitiques et démembrer les Etats qui ne leurs plaisaient pas. Vous l’aurez compris, dans les faits, ce n’est rien d’autre qu’un instrument de domination oligarchique.
      Pour ce qui est des Kurdes, c’est un peuple à l’origine nomade qui n’a jamais construit d’Etat de toute son histoire. Le faire maintenant serait aussi absurde que de demander la création d’un état pour d’autres minorités nomades comme les Tsiganes ou les Roms...


  • #1878167

    Quand on sait que ce sont les russes qui ont sauver Erdogan du coup d’état organisé par les U.S. et qu’il était prévu qu’il devait y laisser sa peau, mais que les russes ont fait échouer cet assassinat donc maintenant ce sont les russes et les turcs qui ont la main. Je les vois mal accepter ce découpage.


  • #1878184
    le 11/01/2018 par social donc national
    Le projet français de reconnaissance du "Rojava"

    C’est une violation caractérisée du droit international, de la souveraineté d’un Etat membre de l’ONU et internationalement reconnu ; ce territoire doit être restitué à son légitime propriétaire, la République Arabe Syrienne (avec tous les prisonniers terroristes qu’y trouvent, dont le sort doit être tranché par la justice Syrienne ; après tout ces gens combattaient l’Etat Syrien !).
    Contrairement à la présence illégales des troupes US, les Russes sont dans leur droit pour aider l’armée syrienne à en finir avec cette zone de non-droit restant sur le territoire Syrien. Le plus tôt sera le mieux, nous n’avons effectivement pas besoin d’un nouveau Kosovo...


  • #1878305
    le 12/01/2018 par Le_Duche_de _Paname
    Le projet français de reconnaissance du "Rojava"

    Rojava ? On veut vraiment nous faire passer des vessies pour des lanternes...


  • #1878452

    Thierry Meyssan affirmait que les turcs exterminaient les chrétiens, il y a de cela moins de deux ans. J’aimerai connaître ses sources. Ses analyses sont de plus en plus délirantes. http://www.voltairenet.org/article1...