Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La limite d’âge des médecins hospitaliers portée à 72 ans

Un amendement gouvernemental à la loi Santé reporte de quatre ans la limite d’âge pour faire face au manque de praticiens.

Tout sauf des intérimaires. Même des médecins âgés. C’est en pointillé ce que l’on peut lire dans l’un des amendements gouvernementaux au projet de loi Santé. Celui-ci fixe à 72 ans la nouvelle limite d’âge des praticiens pour exercer à l’hôpital. L’objectif affiché est d’affronter «  le choc démographique dans les établissements publics de santé afin de garantir le maintien d’une prise en charge de qualité  ».

C’est que l’on manque de médecins hospitaliers, notamment dans les spécialités où de nombreux actes techniques permettent d’être bien mieux rémunéré en libéral  : anesthésie-réanimation, radiologie, chirurgie...

Et la pénurie va encore se faire sentir pendant une dizaine d’années, jusqu’à ce que l’élargissement du numerus clausus produise ses effets sur le terrain. Le texte prévoit donc de déroger jusqu’en 2022 à la règle actuelle, qui permet à un praticien hospitalier de rester en poste jusqu’à 68 ans.

Ce recul de l’âge limite à 72 ans est rattaché à l’article 34, qui encadre le recours aux intérimaires. La rémunération journalière de ces derniers sera plafonnée, ainsi que les frais de recrutement. C’était l’une des pistes évoquées par le député PS Olivier Véran, dans un rapport parlementaire de décembre 2013, pour mettre fin aux dérives financières de l’intérim médical.

Ces intérimaires sont payés entre 600 et 800 euros net la journée. Soit une facture totale de 1 370 euros pour l’établissement, en ajoutant les charges sociales, la TVA, les frais de recrutement. En comparaison, la rémunération nette d’un praticien hospitalier n’est «  que  » de 260 euros par jour. En 2012, les hôpitaux ont payé 76 millions d’euros de charges d’intérim, en hausse de 50 % (!) sur trois ans. Car les directeurs d’établissement n’ont souvent pas d’autre moyen que d’accepter le prix qu’on leur propose quand il faut pourvoir un poste vacant. Le projet de loi prévoit une autre parade à l’inflation des coûts d’intérim  : la création d’une position de praticien remplaçant titulaire – un hospitalier volant, en quelque sorte.

Lire l’intégralité de l’article sur lesechos.fr

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • ce serait moi leur limite d’Age serait portée à 93 ans, quels fainéants ! merde quand même !!


  • #1142980

    C’est terrible ce pays se tiers-mondise.
    Pas assez de médecins, pas assez d’ophtalmos, pas assez de dentistes, des hôpitaux qui manquent de moyens...
    Et là je parle que de la santé, que dire de l’école ? de l’emploi ? etc...
    Pauvre France

     

    • C’est surtout qu’il serait facile d’augmenter le numerus-clausus sans changer la qualité des médecins. Ça fait un bail qu’on fait venir des médecins de l’étranger soit-disant par ce qu’on en a pas assez, mais de l’autre côté on en forme que très peut.


    • @ peuddonyme
      Faire venir des médecins étrangers...J’ai vécu deux cas intéressants : un roumain qui avait été médecin militaire dans son pays ...Quand on sait que les toubibs mili ont affaire à des patients jeunes et normalement plutôt en bonne santé ....L’autre cas est celui d’un médecin congolais , pratiquant en France , et qui avait fait ses études de médecine en URSS....Ce qui m’a surpris , c’est qu’il ne parlait pas russe , et semblait ne pas connaitre Moscou ou se trouvait son université .


  • Ben en fait on pronloge encore de quelques années et ce seront eux qui seront pris direct en charge par leurs cadets.... Plus de case retraite, direct l hosto et le cimetière, tiens mais c’est Attali qui va etre content, lui qui veux eliminer tous les vieux qui ne bossent plus....


  • Comme çà si par hasard un client de l’hôpital (bah oui) mourrait subitement, on pourrait en reporter la faute sur une erreur de diagnostic à cause du médecin qui se fait un peu vieux ?
    C’est fou comme tout s’imbrique à merveille dans ce monde inversé !


  • le plus marrant ce sont les patrons chefs de service nommes a vie. Jusqu’alors leur successeur noyait son chagrin jusqu’a ce que le vieux degage a 69 ans et finissait a prendre sa place vers la cinquantaine. Maintenant il devra attendre 4-5 ans de plus. LOL. L’ambiance dans le service ou des vieux couples de gens qui se detestent faont semblant de travailler en forcant les plus jeunes, ceux de 40 ans a prendre toutes les gardes.
    Le grand n’importe quoi continue.


  • pourtant attali dit qu’il faut piquer les vieux de plus de 65 ans !!??