Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La militarisation de l’espace en prévision de la prochaine guerre

Bouclez vos ceintures de Van Allen

Le 20 juillet 2019 a marqué le cinquantième anniversaire de l’alunissage des astronautes américains. En juillet 1969, Neil Armstrong et Buzz Aldrin, deux astronautes de la NASA, auraient séjourné sur la Lune pendant quelques jours, fait des galipettes devant les caméras, puis seraient revenus sur Terre à bord d’un coucou spatial bancal appelé « Module lunaire », disposant de fort peu puissance et de bien peu d’énergie !…

 

Ce voyage extraterrestre fut technologiquement si avancé que jamais aucune agence spatiale, y compris l’Administration nationale de l’espace et de l’aéronautique (NASA), ne put rééditer cet exploit fantasmagorique. Pire, les bobines vidéo VHS, enregistrées au cours de ce premier voyage lunaire habité, furent effacées nous privant de l’opportunité de revisiter l’événement unique et incroyable où les techniciens américains auraient vaincu les mortelles radiations de Van Allen, ce qu’ils ne savent plus faire aujourd’hui, malgré les immenses progrès scientifiques des cinquante dernières années !

Heureusement, l’agence spatiale russe, qui ne savait pas alunir en 1969, et ne sait toujours pas alunir en 2019, assure le cheminement régulier des astronautes américains vers la station spatiale internationale, à mi-chemin entre les deux astres. La filière spatiale américaine est le seul et unique programme de régression scientifique et technologique, ayant englouti des centaines de milliards de dollars sur cinqante ans, et visant à apprendre à désapprendre !

Les ingénieurs de la NASA eux-mêmes nous disent que cet alunissage était impossible, pour la simple et bonne raison que les astronautes auraient dû voyager à travers les létales ceintures de radiations de Van Allen qui commencent à partir de 1600 km au-dessus de la Terre et qui vont jusqu’à 42 000 km. Même au-delà de ces ceintures de radiations, les astronautes continueraient à être bombardés par toutes sortes de radiations mortelles. Le 24 juin 2005, la NASA fit cette déclaration étonnante :

La vision de la NASA pour l’exploration spatiale appelle à un retour sur la Lune comme préparation à de plus longs voyages vers Mars et au-delà. Mais il y a un rabat-joie potentiel : les radiations. L’espace, au-delà de l’orbite basse terrestre, est noyé dans une intense radiation en provenance du Soleil et de sources profondes galactiques les supernovas. […] La façon la plus commune de gérer les radiations est de simplement les bloquer physiquement, tout comme la très épaisse paroi de béton armé le fait autour d’un réacteur nucléaire. Mais fabriquer des vaisseaux spatiaux en béton armé n’est pas une option[…]. Les radiations dans l’espace sont bien plus dangereuses que les radiations rencontrées sur Terre. Même si la Station internationale se situe juste dans le champ magnétique protecteur de la planète, les astronautes y reçoivent plus de dix fois les radiations que celles qu’ils recevraient naturellement sur Terre. Hors du champ magnétique terrestre, c’est le domaine des rayons cosmiques galactiques (RCG).

 

À la conquête de l’espace militaire

Pourquoi les médias à la solde du grand capital international commémorent-ils cette « infox » lunaire, cinquante ans après sa diffusion, au risque d’être contredits ? C’est que la NASA a été fondée par le président Eisenhower en 1958 et sa création fut un pas de géant pour le complexe militaro-industriel américain. Il ne fait aucun doute que le programme de la NASA de soi-disant « programme aérospatial civil » était en fait « une couverture élaborée pour la recherche, le développement et le déploiement d’armements et de systèmes de satellites d’espionnage depuis l’espace ».

Depuis lors, chaque puissance militaire nucléaire a développé son propre programme de militarisation spatial qui sera le « terrain » de la prochaine guerre mondiale. Il n’est pas une guerre locale ou régionale, pas même celle menée par Israël pour l’extermination des Palestiniens, ou celle menée par l’Occident via DAESH contre les peuples syrien, yéménite, libyen et soudanais qui se soit orchestrés depuis l’espace par les réseaux de satellites-espions.

Tandis que le désarmement nucléaire demeure un leurre, la possibilité de prolifération spatiale d’armes létales augmente et la course aux armements se joue de plus en plus sur le plan qualitatif. Comme le confirme l’annonce faite, à la veille du défilé du 14 juillet, par le président français : la France créera en septembre un nouveau commandement national de la Force militaire spatiale, avec un premier financement de 3,6 milliards d’euros : « La nouvelle doctrine spatiale et militaire qui m’a été proposée par la ministre et que j’ai approuvée, permettra d’assurer notre défense de l’espace et par l’espace », a déclaré le président Macron. Les États-Unis et la Russie ne sont pas en reste et le 18 août dernier : « Le ministre de la Défense Mark Esper annonçait que les États-Unis allaient désormais accélérer le développement de nouveaux missiles sol-air, en réponse au missile russe 9M729 qui selon les Occidentaux viole le traité INF, ce que Moscou dément (…) ».

Ainsi s’intensifie la militarisation de l’Espace, aire d’importance stratégique croissante étant donné que les principaux systèmes d’armes, à commencer par les missiles nucléaires, dépendent des systèmes de guidage satellitaires. Le Comité sénatorial pour les services armés, en attribuant à l’Aéronautique le commandement de la nouvelle Force, a défini l’espace comme « aire de conduite de la guerre ».

Avec son nouveau commandement spatial, la France se place dans le sillage des États-Unis, mais pas sous sa coupe. Le président Trump a signé en février une directive qui institue la US Space Force, force spécifique pour les opérations militaires dans l’espace, dirigée notamment contre la Russie et la Chine qui ont elles-mêmes leurs programmes de militarisation de l’espace, tout comme l’Inde, comptant 300 millions d’affamés, et qui vient de provoquer son voisin le Pakistan pour la maîtrise du Cachemire.

Voilà pourquoi, les médias à la solde ont reçu l’ordre de relancer la polémique à propos de la balade lunaire de trois touristes astronautiques. Il importe peu que ces larbins aient mis le pied sur la Lune, ce qui importe, c’est que la populace mondiale consente aux sacrifices budgétaires qu’implique la coûteuse et dangereuse militarisation de l’espace en ces temps d’austérité sociale planétaire.

 

Retrouvez la conquête spatiale avec la grande enquête de la Rédaction d’E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

45 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Une guerre dans l’espace ne me dérangerait nullement car il y a assez de vide pour que quelques crétins y aillent là-bas s’entre-tuer et laissent les terriens tranquilles. Vœux pieux évidemment.

     

    • ce qui serait bien avec une guerre spatiale, c’est que dès que ca commence, tous les satellites pètent par effet domino exponentiel des débris en orbite, un vrai feu d’artifice, avec le double effet kiss cool de rendre impossible ensuite la possibilité même de satellites.
      Au moins, comme ça, ça les calmeraient avec leur délires de surveillance et contrôle total
      Sinon, sur le moon hoax, au dela des ceintures de Van Allen, il y a la radioactivité de la lune elle même, qui n’étant pas protégée par un bouclier comme la terre, accumule ces radiations et les ré-emette. un lien (tout à fait officiel) a ce sujet : https://www.cidehom.com/science_at_nasa.php?_a_id=220


    • Guerre dans l’espace ça signifie s’approprier l’espace stratosphérique pour être sûr de l’emporter sur terre...
      Sans doute une réponse au super armement russe, lequel n’est là que pour dissuader.

      Alors que les autres continuent leur mise à jour...

      Y’en a bien un à un moment qui va appuyer sur le bouton.

      Comme Audiard je crois que c’est à peu près foutu.


    • @fadge
      ce qui serait bien avec une guerre spatiale, c’est que dès que ca commence, tous les satellites pètent par effet domino exponentiel des débris en orbite, un vrai feu d’artifice,
      Figurez-vous que votre souhait sera réalisé, c’est exactement ce qui se passera

      avec le double effet kiss cool de rendre impossible ensuite la possibilité même de satellites.
      Au moins, comme ça, ça les calmeraient avec leur délires de surveillance et contrôle total

      Figurez-vous que votre second souhait ne sera pas réalisé, parce que la réalisation de votre premier souhait, c’est un scenario qui est très prévisible. Cela fait donc une dizaine d’années que l’on travaille, aux US, sur les solutions à la disparition subite des satellites.


    • La France aussi s’est posée cette question de la disparition soudaine des satellites ou de tout ses moyens de communications traditionnels.
      Elle dispose, ce n’est pas un secret national, de ballons gonflables reliés par un fil(antenne) au sol qui une fois lancés vont à plusieurs kilomètres de haut et permettent de donner l’ordre de feu nucléaire aux sous marins(via très basse fréquences).
      C’est tout con mais ça fonctionne ;)


    • @hippo

      J’ignorais que cette bidouille du ballon captif marchait suffisamment bien.
      Mais au fond, est-ce qu’elle pallie à la destruction des satellites, ou juste à celle des très grandes antennes terrestres (comme celle qui est/était vers Houilles ou Chatou) qui sont justement spécialisées pour communiquer avec nos SNLE ?
      La très basse fréquence de l’onde radio est nécessaire pour pénétrer l’eau, mais le débit d’information est alors très très limité. Donc c’est suffisant pour transmettre un ordre au SNLE, Mais ca ne remplace pas un satellite, qui, lui, saura recueillir et transmettre trouze millions de fois plus d’informations.

      Alors quand je vois ça ;
      - https://www.zerohedge.com/news/2018...
      - et quand je sais que c’est beaucoup plus difficile à développer qu’on ne le croirait ,
      - et quand je me dis qu’on ne fait donc pas cet investissement juste pour protéger les gentils arbres des vilains incendies
      - et que par contre c’est le meilleur remplacement imaginable pour un satellite dans un contexte de conflit
      - alors, je me dis Coccorico, et bien plus ...

      Or donc ; lorsqu’on a une vision un peu plus réaliste que les "moonhoaxers" des questions de faisabilité/couts technique, et des bénéfices, ont s’aperçoit d’une infox en cours sous nos yeux : un certain nombre de projet spatiaux civils n’ont pas une grande justification économique civile. Par contre ils fourniraient très bien le remplacement des satellites abattus.

      Et les Amerloques paraissent préférer une tactique inspirée des Liberty Ships : "On en lancera une plus grande quantité que ce qu’ils parviendront à détruire".


    • @ JP

      Ces ballons, déjà utilisés depuis longtemps, ne sont pas captifs, vous le savez sûrement très bien... pensez plutôt dirigeable. Certains sont même conçu pour être geo-stationaire en haute atmosphère.

      Vous etes démasqué


    • Vous etes démasqué

      Bigre !

      Le Malicieux, le récidiviste de l’intervention complétement à coté de la plaque, dont il est pourtant si fier qu’il croit tantôt être un éducateur, tantôt être un super-détective.
      Sans jamais comprendre que son rêve éveillé ne mérite pas vraiment de réponse.
      Il insiste donc, et il est juste inintéressant et ennuyeux.,


    • @JP

      Oui, effectivement, ces ballons ne sont faits que dans le but de transmettre l’ordre de feux nucléaire au cas où tous les autres moyens d’émissions seraient inutilisables.
      Impossible qu’ils remplacent les satellites en termes de débits et de qualités de signal, ils ne sont de toutes façons pas conçus dans ce but..

      Cependant, ceux la ne sont pas dirigeables ni en géo stationnaire car cela impliquerais qu’ils ne soient pas reliés par un fil, et c’est le fil qui joue le rôle d’antenne ultra basse fréquence. (plus vous émettez bas en fréquence plus l’antenne doit être "longue", de l’ordre du kilomètre ou bien plus même). Pour passer l’horizon et possiblement traverser l’eau à minima, il faut émettre très très bas en fréquence.

      Par contre, il existe des solutions plus abordables pour remplacer une constellation de satellites détruite, qui permettent de transmettre sur des débits hauts. Des réseaux en mesh de Wifi améliorés types wifimax ferait l’affaire pour couvrir un pays comme le notre, à condition d’installer préalablement des CENTAINES de points au quatre coins du pays. C’est peut être déjà en place, en prévision du pire, sans que les gens ne le sachent :) ...


    • @ l’hippo

      Merci pour vos utiles confirmations.

      Le Wimax ne couvre qu’une partie des besoins puisque observer d’en haut, communiquer avec un drone (gros ou petit) deviennent de plus en plus une nécessité vitale... C’est pour cela que le projet d’airbus me parait avoir encore du sens. D’ailleurs, ils ne se cachent pas tant, puisque ils parlent de "pseudo-satellite"

      D’autre part, les US, prévoyant d’être réellement impliqués dans le conflit, avec la Chine pour être clair, voudront conserver le maximum de capacité en terrain contesté. C’est pour cela que j’interprète leurs multiples projets pour lancer des petits satellites par centaine, avec des lanceurs à moindre cout, comme étant une stratégie "à la manière des Liberty Ships"

      Par exemple en mai SpaceX d’Elon Musk annoncait lancement test d’une fusée Falcon 9 contenant 60 satellites StarLink. Une fois dispersés en orbite, il faudra peut-être employer plus de ressources pour les abattre un à un, que celles consommées pour les lancer....


  • Tout ça me donne l’impression qu’on nous balade dans un espace où il est impossible d’aller, en mars 1983 Reagan parlait déjà du programme Star wars, en 1993 richard Brandson, annonçait le 1er touriste dans l’espace dans 10ans...depuis rien ne s’est passé, je bosse dans les avions depuis 26 ans et même dans ce domaine on a pas progressé,si ce n’est sur l’économie de carburant,mais on vole toujours a Mach 0,84 et on met 8 h pour aller a New York...comme en 1972 avec le 1 er jumbo. Peut-être que je me trompe mais tout ça pu le mensonge universel

     

    • Vous comparez :

      - d’une part les conséquences du fait que les lois de la physique sont parfaitement stables ; Selon elles, au delà de environ mach 0.84 la puissance nécessaire, et donc le cout, va exploser. C’était vrai il y a 50 ans, ça l’est toujours. Donc les avions ne peuvent pas aller significativement plus vite qu’avant, sauf à exploser le prix du billet.
      - et d’autres part des annonces de politicien ou de businessman très médiatiques (pas vraiment un gage de sérieux). Sachant qu’en plus ni eux-mêmes, ni leur auditoire, n’ont de compétence technique, les conditions étaient réunies pour pouvoir espérer une belle récolte de bullshit

      Et constatant la différence entre le bullshit et le réel, ça vous parait anormal.

      Moi ça ne m’étonne pas.


    • #2266687

      Les lois de la physique ne sont pas stables. Vous dites encore n’importe quoi.

      Et pour des raisons évidentes : elles sont le fruit d’observations et d’expériences dans des conditions à un instant "t", or à l’instant "t+X millions d’années", les conditions de l’expérience ne seront plus les mêmes.

      Les places de notre planète, de notre astre, et des autres objets célestes les uns / aux autres sont différentes, ainsi que leurs caractéristiques. Ils emmagasinent des rayonnements ( du soleil et d’autres astres plus éloignés, ainsi que du centre galactique ). Ça doit probablement aussi influencer notre champ magnétique et d’autres paramètres qui entrent en ligne de compte dans un grand nombre de lois de la physique et de la chimie.

      La science est vrai à l’époque à laquelle les lois sont énoncées, dans les conditions auxquelles elles sont énoncées.


    • @alderic

      Les mots ont un sens.

      Les lois de la physique sont stables.
      Par définition.
      Sinon, il s’agit alors d’autre chose, par exemple une observation, qui est valable juste pour l’instant t. Donc, comme ce n’est pas stable, ce n’est pas une loi.

      Vu cette confusion sur la signification basique des mots, votre "vous dites encore n’importe quoi" était, comment dire... la marque d’un sentiment de certitude....

      Comment savez-vous que vous savez ?


  • La conquête spatial à toujours servit de prétexte pour détourné du pognon
    l’argent des programmes Apollo et la guerre du Vietnam ont en parle ?


  • Je n’arrive pas à retrouver les références d’une émission de ARTE à laquelle participaient des intervenants de très haut ni niveau (ministres, scientifiques ...) qui nous expliquaient que la scène de l"alunissage et la marche sur la lune avaient été filmés à Londres en studio. Un scientifique russe confirmait que l’état de la technique ne permettait ces prises de vue sur la lune. Qui peut m’aider ? Merci.

     

    • #2265622

      Oui, c’était un faux documentaire diffusé le 1er avril 2004 et nommé Opération Lune.
      Un très bon canular ; trop bon d’ailleurs, puisque des gens y croient toujours. Il est vrai que, sur le moment, cela troublait bien les repères...


  • "Voilà pourquoi, les médias à la solde ont reçu l’ordre de relancer la polémique à propos de la balade lunaire de trois touristes astronautiques. Il importe peu que ces larbins aient mis le pied sur la Lune, ce qui importe, c’est que la populace mondiale consente aux sacrifices budgétaires qu’implique la coûteuse et dangereuse militarisation de l’espace en ces temps d’austérité sociale planétaire."

    Un commentateur sur un autre fil se posait la question du pourquoi on nous rabâche les oreilles avec la Lune (dans un sens ou dans l’autre). Eh bien on a la réponse maintenant.
    Ah ce vieux rêve de controler les points de Lagrange, et donc l’orbite basse....

     

    • Vous trouvez que "on a la réponse maintenant" ?

      Pour ma part, je trouve sa réponse assez bizarre.
      Je ne vois pas comment relancer la polémique Appolo pourrait faciliter l’acception par "la populace" de sacrifices budgétaires pour la militarisation de l’espace.


  • Je me suis toujours posé la question où l’on cherche autant d’énergie pour vouloir tant détruire et si peu pour protéger notre lieu de vie. Il n’y a pas que les guerres telles qu’on l’etends mais il y a aussi cette guerre de destruction massive permanente de la nature...


  • Quoi ?!! La NASA admet en 2005 qu’un type qui passe la barrière de Van Halen revient forcement en mode steak haché... ?!!

    Je deviens subitement soupçonneux : N’ y aurait il qu’en matière spatiale qu’on nous la mets dans la lune... ?

     

    • La nasa a juste déclaré en 2005 que séjourner longtemps sur la Lune, s’était s’exposer à un niveau cumulé de radiation franchement cancérigène, à la longue.
      Le problème pouvait être ignoré pour des séjours brefs comme Appolo (entre 1 à 3 jours), mais pas dans le cadre d’une colonie permanente) https://science.nasa.gov/science-ne...

      Les histoires de Van Allen sont un hoax, propagé par des fumistes. Voici, tel qu’il se présente lui-même, le CV du specimen du jour, l’auteur de l’article que nous commentons :

      Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans.

      Dès l’introduction, lorsqu’il la termine par " Module lunaire, disposant de fort peu puissance et de bien peu d’énergie !…" tu sens tout de suite l’expert futé qui a levé un lièvre, la trop faible puissance du LEM. La preuve de son expertise, c’est qu’il a même pas besoin d’un seul chiffre. Il sait, point barre. C’est d’ailleurs prodigieux. Aucun physicien n’est jamais parvenu à se passer de chiffres, mais lui, si. Un Nobel de pataphysique, l’exploit mérite.

      Et le Colombo marxisto prolétarien ne se repose pas sur ses lauriers, attention !
      Dès le paragraphe suivant, il révèle, l’air de rien, que l’on avait caché au public pendant 6 ans l’invention de l’enregistrement video VHS. On apprend ainsi que s’ils avaient pas triché les astronautes auraient pu ramener les bandes de leurs camescopes au lieu de les "effacer" car l’invention existait déjà en 69, mais juste pour la nasa ; Il le sait, parce que, point barre. Un Nobel d’Histoire des Technologies dans les Mondes Parallèles, il mérite.


    • La NASA n’a rien admis sur ce groupe de rock pourtant...
      Pour ce qui est des ceintures de Van Allen, qui ne sont pas une "barrière", la NASA sait déjà comment les contourner, protéger ses astronautes exposés aux radiations avec des combinaisons et des trajectoires qui permettent de minimiser l’exposition.


    • @JP t’est payé combien pour maintenir le mensonge à flots ??? t’as même pas fait gaffe que tu es en train de couler avec...


    • @Un passant

      Quoi que vu ce que David Lee Roth ( chanteur de Van Halen ) s’est mis dans le cornet...m’étonnerait pas qu’il soit resté coincé dans la ceinture de Van Allen...


    • @Craz
      N’as-tu jamais remarqué que presque à chaque fois que quelqu’un se sent impuissant et humilié par l’obligation de battre en retraite, il essaie de réparer son honneur par des mots, des incantations, dont le fond est assez souvent
      - d’une part des paroles insultantes. On veut rabaisser l’autre au même niveau que soi.
      - d’autre part la promesse de sa revanche finale ; On veut minimiser la gravité de la défaite du moment.
      - et rien d’autre...


  • Il ne fait aucun doute que le programme de la NASA de soi-disant « programme aérospatial civil » était en fait « une couverture élaborée pour la recherche, le développement et le déploiement d’armements et de systèmes de satellites d’espionnage depuis l’espace ».

    En 1957 les soviétiques avaient réussi à développer un missile intercontinental balistique, tellement puissant qu’il pouvait lancer un satellite, sputnik.
    Deux mois plus tard, les US avaient également leur missile fonctionnel, mais pas suffisant pour un satellite, ce qui semblait trahir leur infériorité technique dans les ICBM.
    Dépassés par les bolcheviques ! Effroi, Humiliation, et Scandale !

    Le public américain était parfaitement au courant de cette situation. Les bipbip de sputnik étaient recevables par tout radio-amateur, et les scientifiques avaient les moyens de confirmer.
    Cela a déclenché la "crise du sputnik"
    https://en.wikipedia.org/wiki/Sputn... qui a questionné la performance des programmes spaciaux civil NACA et militaire Vanguard
    La DARPA fut donc créée pour le coté militaire de la recherche, et la NASA fut créée pour reprendre le secteur spatial de la NACA.
    Ainsi, Il y avait une branche civile et une militaire, bien avant cette création de la NASA, qui n’a donc rien changé à cette division civil/militaire.

    L’existence du programme militaire n’avait donc aucun besoin de couverture civile. Bien au contraire ! Juste après Sputnik, le public réclamait que les efforts de recherche militaire rattrapent et dépassent les Russes.

    Naturellement les travaux des civils profitent partiellement aux militaires. Et vice-versa. Et cette division civil/militaire crée une compétition et une redondance utiles.

    Donc, ces histoires de "NASA, couverture élaborée pour la recherche militaire" sont pure invention. Ce qui ne fait aucun doute, pour parler comme l’auteur, c’est qu’il est un bavard qui ne vérifie pas avant d’affirmer. Et tout le reste est donc à l’avenant, concernant Appolo... c’est du roman.
    Tant qu’à faire, une analyse faite par le king aurait été plus souhaitable. D’abord, ce serait là un produit d’origine E&R, et puis le roman du king aurait surement montré plus de créativité et originalité.

    Et naturellement, l’auteur n’a par contre pas vu les recherches actuelles à but militaire, camouflées sous du spatial civil. Il lui aurait fallu travailler pour de vrai le sujet dont il parlait.

     

    • #2266444

      @ JP



      Et naturellement, l’auteur n’a par contre pas vu les recherches actuelles à but militaire, camouflées sous du spatial civil. Il lui aurait fallu travailler pour de vrai le sujet dont il parlait.



      Tu es qui pour demander que les autres travaillent mieux ?
      Je te rappelle que tu n’es toujours pas très clair sur la question de l’anti-Trumpisme fanatique (pléonasme).


    • @tsm

      Tu es qui pour demander que les autres travaillent mieux ?

      Je n’ai pas besoin d’être.

      Rappel en passant, juste pour éclairer votre lanterne.
      Dans le monde réel :
      1) l’eau ça mouille
      2) il est impossible de pondre un texte sérieux sans travailler.
      3) le feu ça brûle

      Quant à vous, qui êtes-vous ?
      Vous pourriez bien être la Reine Mère, ce titre n’a jamais donné à quiconque le pouvoir de questionner le droit des gens à parler. Donc votre question n’existe pas.
      Si vous ne le croyez pas, apprenez que "Le soleil luit pour moi comme pour les autres et je voudrais bien voir l’article du testament d’Adam qui m’exclut du partage de la parole"


  • https://www.bitchute.com/video/Ciu9...

    a voir Les programmes spatiaux


  • Quand bien même les américains arriveraient à se rendre maître de l’espace , je ne vois pas ce que ca changerait en cas de confrontation avec la Russie et la Chine.Les russes n’ont même pas besoin d’atteindre le territoire américain .Ils ont suffisamment d’ogives pour créer un hiver nucléaire qui rendra la terre inhabitable.


  • Selon plusieurs personnes qui disent être rescapées de l’ICC, il existe des programmes spatiaux secrets (SSP) afin de protéger les élites mondiales. Selon le témoignage d’Ileana, la série "Altered Carbon" décrit non pas le futur lointain, mais le présent.
    Extrait d’un pdf issu d’une traduction :
    "Les laboratoires cybernétiques sur les bases de l’ICC (Interplanetary Corporate Conglomerate) de Mars créent des soldats et des éclaireurs cyborgs semi-humains augmentés afin de les vendre à d’autres espèces ET avancées dans le cadre de l’organisation esclavagiste qui acquiert des sérums médicaux pour arrêter les maladies ou mettre fin au processus de vieillissement, recevant une technologie qui est des centaines d’années plus avancée qu’ils peuvent mettre en œuvre pour construire de meilleurs navires, des installations de colonies, diverses stations spatiales d’armement, des nacelles médicales de guérison, etc. ainsi que l’obtention de droits sur un plus grand nombre de routes commerciales dans l’espace et l’accès à des planètes où ils peuvent construire leurs colonies."

    L’intelligence artificielle est apparemment connectée à ce genre de programmes secrets.

     

    • Oui, c’est ce qui se passe depuis pas mal d’années. La seule désinformation ici, c’est que ça ne se fait pas si loin que ça. Ca se passe sur terre et dans son espace proche. Ce qui appelle mars c’est vraiment le ICC qui se trouve proche dans l’espace mais proche de la terre. C’est leur manière de ne pas effrayer les humains. "Ça ne se passe pas chez nous, c’est dans une autre galxie, ouf, on est sauf"


  • Juste une question anodine : s’il faut un mur de béton d’un mètre pour stopper les radiations une fois sorti de la ceinture de chaste.. pardon de Van Allen cela voudrait dire qu’aucun système électronique récent ne pourrait y fonctionner correctement plus que quelques secondes vu l’extrême sensibilité des puces à ces radiations. Donc si je comprend bien, absolument toutes les missions spatiales comportant de l’électronique à plus de 160 milles kilomètres de la terre sont des gros canulars ? Je vous demande bien pardon mais là, c’est du délire total !

     

    • Bonjour, pour un satellite, seulement le coeur des puces électroniques doit être bien protégé (quelques millimètres carré) Donc c’est possible. Les systèmes électriques et électroniques sont plus robustes que le corps humain. Cordialement


    • @manu
      C’est totalement faux. Tout simplement car le corps humain comme tout système biologique complexe comporte son système de réparation interne. Il s’agit du système immunitaire dont les puces électroniques sont dépourvues. La preuve est que tout un chacun sur terre, malgré la fameuse ceinture, est constamment soumis à une certaine quantité de radiation sans dommages apparents hormis quelques cancers minoritaires. Il suffit d’une seule particule à haute énergie au mauvais endroit pour faire dérailler complètement les processeurs, mémoires et capteurs de tout genre équipant les sondes spatiales. Donc les protections dont on parle sont beaucoup moins complexes et plus légères que ce qui est évoqué. De plus il n’est pas raisonnable de comparer les flux de radiation d’un réacteur nucléaire avec le rayonnement spatiale qui n’en représente qu’une partie infinitésimale.


    • @ JooL_321
      tout système biologique complexe comporte son système de réparation interne.
      Il s’agit du système immunitaire

      Non, absolument pas.
      Le système immunitaire est vraiment autre chose qu’un système de réparation


    • Pour JP, en effet. pour être précis le système immunitaire est un système de protection éliminant les cellules altérées qui sont remplacées par auto-réplication réparatrice des cellules saines adjacentes (division cellulaire). La nature est magique. On a hélas pas encore inventé la puce à auto-réplication. La seule possibilité pour l’instant est le remplacement automatique par une des puces surnuméraires identiques à la détection du défaut. C’est cette redondance qui permet d’augmenter la fiabilité des systèmes électroniques en milieu hostile.


    • #2266450

      @ JP

      Tu as des preuves de ce que tu affirmes, docteur JP ?


    • @ tsm

      Il attend la réponse de defekator... ;-)


  • Pendant que les humains passent leur temps a savoir si le voyage sur la lune a bien existe, l’humain passe a côté de la vérité que nos maîtres ne veulent surtout pas qu’on découvre.

    Nous faire croire a l’existence de l’espace tel qu’on nous l’a formaté est le plus gros mensonge, encore plus gros que cet alumissage.

    Des astrophysiciens depuis quelques années déjà ont repéré des anomalies dans la version officielle des étoiles et de l’espace. Certains avec des hauts postes d’enseignants dans des grandes universités ont démontré scientifiquement ces anomalies. Ils ont été gentiment congédiés de leurs postes.

    Giulliana Conforto est une de ces astrolophysiciens mise hors circuit après avoir enseigner des années a l’université de Rome. Elle a démontré scientifiquement que le ciel tel qu’on le voit la nuit est en fait un hologramme, une projection plasmique. Ses résultats ont été confirmés par plusieurs autres scientifiques de différents pays mais sa découverte n’a jamais eu d’écho dans aucune revues scientifiques.

    Selon elle, c’est le plus grand secret qu’ils ne veulent surtoot pas que l’homme decouvre donc on le distrait avec d’autres choses comme ces histoires d’allunissage, d’extraterrestres etc..

    Ce qui est important c’est qu’ils croient a l’espace tel qu’on leur a présenté. Et les films renforcent cette vision que l’on ne questionne même plus tellement qu’on en est imprégné.

     

  • Et si cette guerre de l’espace n’etait qu’un vaste mensonge. Ils nous ont menti sur beaucoup de sujet, alunissage, evenements de la 2eme guerre mondiale, Ben Laden et bien d’autres. Pourquoi devrait on les croire sur un sujet qui est totalement inverifiable.
    Mais il faut occuper les gens, relancer la croissance qui est atone, donc depenser des milliards dans des projets pharaoniques, qui ont quand meme des retombees, internet, telephones ….
    Avant on faisait construire une cathedrale quand on avait retrouver un morceau de la vraie croix, ca occuper les gens pendant un moment. aujourd’hui on leur promet la lune.


  • Ridicule de douter. Ce voyage spatial fut techniquement possible puisqu’il a eu lieu.

     

    • Bien, il y en a qui ont de bonnes références...
      D’autre part, l’ISS ne se trouve pas à mi-distance entre les deux astres (Terre et Lune, distance près de 400 000 km) mais à, seulement, 400 km et "ils" n’arrivent encore pas à maîtriser l’arrimage d’un "vaisseau" spatial de ravitaillement à cette distance...Fumisterie et inutilité de ces conneries alors qu’ici des centaines millions d’humains crèvent de faim (et bientôt de soif) ...


Commentaires suivants