Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

URSS et Seconde Guerre mondiale : l’inquiétante amnésie occidentale

L’amnésie occidentale à propos du rôle soviétique dans la victoire de la Seconde Guerre mondiale présente des aspects inquiétants…

À l’automne 1944, il y a 75 ans, l’Armée rouge atteignait les frontières du Reich allemand. des villes telles que Minsk, Vilnius et Brest [anciennement Brest-Litovsk, NdlR] avaient été libérées en juillet lorsque les forces soviétiques ont balayé l’Ouest. Aujourd’hui, la Fédération de Russie célèbre ces victoires avec la même émotion et la même fierté que les alliés occidentaux célèbrent le débarquement en Normandie et la bataille qui s’ensuivit pour la France, qui se déroula au même moment.

 

Des habitants de Sofia libérés accueillant des soldats de l’Armée rouge (09/09/1944).

 

Pourtant, certains pays de l’Union européenne, notamment les États baltes, ont qualifié ces célébrations russes de « provocation ». Ils ont même convoqué des ambassadeurs russes pour protester, affirmant que l’Armée rouge n’avait pas apporté la libération, mais simplement une autre occupation. Leur attitude contraste fortement avec celle des gouvernements allemands successifs dont les plus hauts représentants ont été heureux d’être associés aux célébrations des Alliés pendant des années, alors même que leur pays était non seulement occupé après 1945, mais aussi divisé en deux États hostiles.

L’attitude aigrie des Baltes fait partie d’un problème beaucoup plus important, à savoir une amnésie occidentale qui s’autocongratule, ignorant le rôle de l’Union soviétique dans la Seconde Guerre mondiale. Il est juste de dire que la guerre germano-russe de 1941-1945 fut de loin le conflit le plus sanglant de l’histoire de l’humanité ; et de plus que les combats à l’Est étaient gigantesques par rapport à tout ce qui s’est passé à l’Ouest.

L’occupation de l’Europe occidentale par Hitler n’était qu’un prélude à son objectif réel : soumettre l’Europe orientale et certaines parties de l’Union soviétique à la domination allemande dans le cadre du projet nazi de créer un « espace vital » – Lebensraum – pour les Allemands de souche. Pourtant, le rôle décisif de l’URSS dans la défaite de l’Allemagne nazie a été éradiqué de la mémoire collective de l’Occident, le président Poutine n’a même pas été invité aux célébrations normandes de cette année. Pire encore, la guerre est seulement présentée comme une victoire des démocraties libérales contre deux totalitarismes aussi mauvais l’un que l’autre.

Cette amnésie n’est pas réciproque du côté russe. Bien que les efforts militaires soviétiques et, surtout, les terribles souffrances infligées à la population civile – plus de 26 millions de citoyens soviétiques sont morts dans la guerre, contre 400 000 Anglais et autant d’Américains – sont négligés en Occident, les Russes chérissent aujourd’hui avec tendresse le souvenir de l’alliance Est-Ouest qui a mis l’Allemagne à genoux.

Ils se souviennent, y compris lors de cérémonies et de célébrations, de la rencontre fraternelle entre les troupes américaines et soviétiques sur l’Elbe le 25 avril 1945. Dans leurs déclarations publiques, ils ont déclaré que la guerre n’avait été gagnée que grâce à un effort commun, seul, aucun n’aurait pu l’emporter contre Hitler. Il s’agit d’une déclaration de fait géopolitique aussi évidente que possible. Hélas, les esprits occidentaux, pollués par leur obsession d’incarner des valeurs universelles, qui doivent nécessairement gagner, parce qu’ils sont du bon côté de l’histoire, l’oublient.

 

Les troupes du 2e Front biélorusse ont libéré la ville de Bialystok. Les habitants accueillent les libérateurs soviétiques.

 

Il existe un autre aspect de l’amnésie occidentale qui est inquiétant. L’obsession nazie d’éradiquer les juifs, qui a été mise en œuvre par des exécutions massives à la mitrailleuse dès l’invasion de la Pologne, et donc bien avant la construction des fameuses chambres à gaz, n’était qu’une partie, même si elle est la plus choquante, d’un plus grand plan d’extermination raciale qui incluait les Slaves.

En juin 1942, un universitaire allemand expérimenté et spécialiste de l’agriculture envoya à Himmler un projet d’installation des Allemands dans les territoires de l’Est, prévoyant l’élimination par déportation, famine ou assassinat de dizaines de millions de Slaves – Polonais, Ukrainiens, Biélorusses, etc. Ce « Plan général pour l’Est » est en grande partie oublié aujourd’hui parce que nous nous souvenons du meurtre industrialisé de juifs. Mais cette horreur ne doit pas en occulter d’autres, d’autant plus que la persécution des Slaves était au premier plan des préoccupations de tous lorsque il a été décidé de poursuivre, en priorité, les dirigeants nazis après la guerre, avant que l’Holocauste ne soit bien compris. Dans son rapport au président Truman daté du 6 juin 1945, l’ancien procureur général Robert Jackson, futur procureur général à Nuremberg, citait la persécution de Polonais et d’autres peuples slaves dans les parties occupées de l’Europe orientale, mais ne disait pas un mot sur les juifs.

Cependant, « l’amnésie » n’est pas une explication adéquate de la position officielle des États baltes sur les événements de 1940-1945. La « malhonnêteté » ou la « distorsion » serait un terme plus juste pour décrire l’affirmation de ces pays qu’ils étaient « occupés » par l’Union soviétique en 1940, puis à nouveau après 1945.

Cette théorie de l’occupation est utilisée pour affirmer la continuité historique des États baltes en 1991 [Chute de l’URSS, NdT] et des États baltes indépendants de l’entre-deux-guerres, mais elle est fausse. Ces États n’étaient pas occupés par l’URSS, mais annexés par celle-ci, et pleinement intégrés à l’État soviétique. C’est un régime totalement différent de l’occupation car cela signifiait que les Baltes devenaient des citoyens soviétiques avec les mêmes droits – et les mêmes souffrances – que les Russes et toutes les autres nationalités de l’État soviétique.

La théorie balte de « l’occupation » néglige également le fait que la Lettonie et l’Estonie, qui dénoncent aujourd’hui le pacte Molotov-Ribbentrop de non-agression entre l’Allemagne et l’Union soviétique, signé le 23 août 1939, comme un outrage moral, alors qu’ils ont eux-mêmes signé un pacte de non-agression avec Hitler en juin 1939. Ces traités peuvent être consultés ici, pages 49 et 105.

En outre, ils l’ont fait non seulement pour se protéger mais aussi par affinité idéologique avec le nazisme ; la Lettonie et l’Estonie sont devenues des dictatures au milieu des années 1930 : le président letton, Karlis Ulmanis, a été accueilli par les salutations des nazis lorsqu’il a pris le pouvoir et a interdit tous les partis politiques en 1934. Ce fait incommode n’a pas empêché la Lettonie d’aller chercher le grand-neveu de Ulmani, Guntis, pour devenir président après l’effondrement de l’URSS, signe de la continuité historique avec l’état d’avant-guerre et du maintien de la fiction de l’occupation. Bonjour pour le prétexte que les États baltes étaient démocratiques avant 1940 !

 

Commémoration de l’opération Bagration, le jour J du front de l’Est.

 

Les Baltes prétendent aujourd’hui que la période d’« occupation » a été marquée par la domination ethnique des Russes sur les Baltes, mais c’est aussi un non-sens. Les Russes pourraient aussi bien prétendre avoir été soumis à la dictature géorgienne sous Staline [qui était Géorgien, NdT]. Le fait est que le système soviétique était brutal pour tous les citoyens soviétiques et que davantage de Russes en souffraient que d’autres nationalités. L’élite soviétique croyait que son système était le meilleur au monde et elle instaurait le même régime sur tout le territoire de l’URSS sans discrimination nationale. C’est précisément cette question qui distingue radicalement le communisme soviétique du nazisme et rend donc absurde de traiter les deux régimes comme s’ils étaient pareils.

Les Russes ont parfaitement le droit de se rappeler avec fierté de leur meilleur moment, tout comme les Britanniques. En 1944, la triste histoire de la guerre froide se situait encore dans le futur, elle n’a vraiment commencé qu’en 1948, et qui sait comment l’URSS aurait pu évoluer si, comme le proposait Staline, une zone tampon en Europe centrale, composée d’États neutres incluant une Allemagne non alignée, avait été acceptée par l’Ouest ? Les Baltes ont joué un rôle important dans l’État soviétique après 1945, comme ils l’avaient fait au début du bolchevisme, et ils ne devraient pas être autorisés à écarter, plus que d’autres, leurs propres responsabilités nationales.

 

Le débarquement de Normandie, sur E&R :

À propos d’un détail de l’article, réécoutez Alain Soral, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

48 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ce sont les juifs "soviétiques" qui ont poussé le peuple russe dans la guerre, par le truchement de leur fantoche Staline, comme ce sont les juifs "de France" qui ont poussé les Français dans la guerre, Céline a tout dit dans "Bagatelles" (1937) .

     

    • Non…. ! C’est l’imbécilité des doctrines nazies qui a foutu le feu à l’EUROPE et l’invasion de la Russie qui a fait entrer le peuple russe dans la guerre .Les juifs , dès 1937 n’avaient plusbeaucoup d’influence auprès des instances de gouvernement , il y avait une déjudaisation , par arrestation déportations, procès exécutions...Parler d’amnésie occidentale est vrai dans les pays de l’ouest qui n’ont , en dehors de certaines régions connu qu’une version soft de la guerre , et ou j’ai entendu dire : " les soldats allemands , ils étaient corrects " ! Il en allait autrement en POLOGNE...UKRAINE...RUSSIE, ou le moindre troufion allemand pouvait tuer n’importe qui dans la rue , sans avoir à expliquer ni à répondre de ses actes .Sur le massacre des minorités , dans les provinces ( appartenant auparavant à l’AUTRICHE HONGRIE)...DE GALICIE...VOLYNIE...ou les polonais étaient très nombreux , ils furent massacrés et leurs biens accaparés par les allemands et leurs auxilliaires ukrainiens .Sur les états baltes, il est dommage que l’amnésie ne soit que partielle , en particulier en ESTONIE et LETTONIE….Ils ont conservé des années 41 /44 le souvenir de leur heure de gloire : on trouve des ouvrages dans les librairies timbrés de la croixgammée , et des cérémonies célèbrent leur résistance au coté des nazis .. les assoces d’anciens de la WAFFEN ss ont pignon sur rue et avec les accessoires , se rendent au monument aux morts . Et ça , c’est l’UE !


    • Ce qui a déclenché cette guerre, c’est la garantie donnée par les Anglais aux Polonais de les soutenir inconditionnellement (sachant que les anglais étaient eux-meme incités par Roosevelt et ses conseillers pharisiens à s’opposer à l’Allemagne). Les négociations sur la ville de Dantzig et la reconnaissance des frontières Polonaises par l’Allemagne duraient depuis 6 mois et se déroulaient bien lorsque les Polonais y ont brutalement mis fin du fait de la garantie anglaise de déclarer la guerre aux allemands (avec la France) en cas de conflit..


    • Riton à Gibus : ce que vous dites est parfaitement exact, la garantie anglaise a fait croire à la Pologne qu’elle était devenue intouchable . Seulement il y avait 10% de juifs en Pologne et ils étaient bien décidés à pousser les Polonais dans la guerre . Quant à Hitler il a fait le pari que les Anglais ne bougeraient pas en cas d’invasion de la Pologne... Il a joué l’avenir de l’Allemagne a quitte ou double .


  • Le rôle de la Russie ? Certes, elle a joué un rôle majeur dans la « reconquista », mais à quel prix ? Les généraux russes envoyèrent à la mort des centaines de milliers de jeunes soldats, dans un mépris tel de la vie humaine que même les gradés allemands en furent choqués !
    Je n’ai aucune estime pour les Joukov, Khroutchev et cie qui sacrifièrent froidement et d’un cœur léger des millions de leurs soldats afin d’entamer la résistance allemande. Et puis comment
    choisir entre le communisme et le nazisme ? C’est blanc bonnet et bonnet blanc..,

     

    • Les deux se basent sur le racisme (du goy ou du juif) mais le plus dangereux des deux est celui qui a le pouvoir c’est-à-dire le pouvoir économique pour s’assurer une armée internationale (les Alliés à l’époque, le G7 aujourd’hui) pour écraser qui il veut.


    • @u roitelet

      As-tu déjà exercé un poste à responsabilité à la tête d’une armée et en période de crise ? Je ne crois pas ... donc qu’est-ce qui te donne le droit de juger des actes de tel ou tel généraux Russes.
      N’étant pas moi-même militaire, je vais en faire autant mais je note juste ceci :
      En 1942, des millions de soldats Russes sont morts en affrontant l’armée allemande.
      En 1941, lors de l’invasion de la Russie, des millions de soldats Russes sont capturés par l’armée allemande qui, volontairement ou non, en tue une grande partie.

      Donc de quoi on accuse l’état-major Russe ? D’avoir trop résisté ? De ne pas avoir assez résisté ?

      C’est comme le procès éternel que l’on fait à la France :
      le français est soit trop idiot, près à se sacrifier en 1914 face aux balles allemandes...soit un lâche en 1940 qui fuit devant l’avancée nazie.

      Il faudrait savoir ce que l’on veut ! Une chose est sûr cependant, jouer les moralistes bien planquer derrière son ordinateur alors que l’on jamais entendu une balle sifflée, c’est la mère de toutes les facilités et de tous les simplismes.


    • et entre le Nazisme et ... l’Islamisme
      ce serait alors choisir entre la peste ou le choléra ?
      alors que de facto : l’Islamisme c’est à la fois :
      la peste et le choléra !
      dont d’ailleurs la France en est la première victime !


    • A Bayin...
      en 42, des millions de jeunes soldats russes furent délibérément SACRIFIÉS par un état major sans âme qui noya l’armée allemande sous le nombre. Ce fut un tel carnage que même les officiers allemands en furent choqués , c’est dire !
      Il n’y avait aucun génie parmi les généraux russes, juste des bouchers pareils aux généraux français incompétents et criminels de 14-18 qui sacrifièrent d’un cœur léger la fine fleur de la France- hécatombe dont le pays ne se remit jamais vraiment...
      Alors non, je n’ai nulle estime et nulle gratitude à l’endroit Des Khroutchev et Joukov- entre autres- que pas grand chose ne distingue des bouchers des abattoirs...


    • "jouer les moralistes bien planquer derrière son ordinateur"

      A moins d’être excessivement timide, on se met plutôt devant son ordinateur que derrière...


  • Bel article de propagande soviétique ! Avec photos idylliques de libérations sous les fleurs et l’allégresse. ! C’est oublier un peu vite que Staline était un tyran sanguinaire qui avait l’intention imminente d’envahir l’Europe ! Quant aux "libérations" par l’armée rouges les femmes violées en masse s’en souviennent !

     

    • Le résultat c’est la moitié de l’Europe sera prisonnière des communistes jusqu’en 1989 .


    • purs fantasmes que les chars russes à Paris
      et les soldats de l’armée rouge défilant, marchant au pas de l’oie
      sur l’avenue des Champs Elysées !

      en réalité ce sont les Maures et les Sarrasins ainsi que des armées de Zoulous
      qui ont envahi et occupe la France et sa capitale Paris !
      et ça ! ce n’est pas de la fiction, c’est la réalité de la France actuelle !


    • @ jules Verne

      Ben, les chars étaient quand même a Berlin est... pas super loin, hein ?

      Il est plus que raisonnable d’imaginer que oui, cela aurait bien pu se produire, à tout le moins, l’annexion de l’ensemble de l’Allemagne.


    • @Le Malicieux
      encore et toujours dans la fiction et les fantasmes !
      avec des si et des mais ... la France aurait pu avoir
      Hitler à la place de Macron !
      mais en attendant et dans la réalité à la place des tanks Russes
      et des bruits de bottes de cosaques
      dans les rues de France et de Navarre
      ce sont des émeutiers Zoulous, Maures et Sarrasins
      qui commettent razzias sur razzias, pillent et incendient la France !
      et ça c’est la réalité de la France qui dépasse ta fiction @Le Malicieux


    • c’est archi vrai ! mais fort heureusement que la France
      avait ses tirailleurs Sénégalais,
      ses spahis Algériens
      et ses goumiers Marocains
      pour libérer les Français en 1945 du Nazisme
      pour mieux les remplacer en 2020 avec l’Islamisme


    • #2265694

      @ pépé
      J’ai été à Budapest et à Prague et ces villes sont sûres et propres.
      L’occupation soviétique ils s’en sont remis, mieux que nous de l’occupation de l’UE.


  • L’auteur de cet article est un certain John Laughland, universitaire britannique affilié au camp conservateur, ce qui peut expliquer certaines "précautions formelles" du pensum dont il nous propose ici la lecture.


  • Précision intéressante : plus de 80% des soldats allemands tués pendant la guerre l’ont été sur le front de l’est...

     

    • Dans Papa Schulzt, Papy fait de la résistance et les autres fictions occidentales, la seule pression qui fait frémir le soldat de la wehrmacht c’est l’envoi sur le front de l’est, sûrement pour une bonne raison non ?


    • Oui tandis qu’à l’Ouest, les civils Allemands alarmés des massacres Mongols à l’Est et ne pouvant plus se défendre (fév 45 c’est l’hiver, froid, famine), ils ont accueilli chaleureusement les GI libérateurs, fermant même ensuite la porte aux SS qui demandaient une aide quelconque de nourriture ou autre.
      Par contre, ironie de l’histoire et tragédies de la guerre, ensuite, les Américains ont commencé à piller, voler et violer comme les autres Russes...
      Faut préciser que la seule industrie encore debout était celle de la bière, l’ivresse a dû aidé.
      En fait à part les Russes, les autres pays avaient signé la Convention de Genève mais sur le terrain personne ne l’a respectée, ni les troupes françaises étrangères composées de Marocains et de Ghoums du Sahara, aussi violeurs que les autres.


  • Les lettons ont constitués les premières troupes bolcheviques puis ont formés l’ossature de la tcheka en 1918... La haine des russes a fait le reste....

     

  • #2265342

    L’occident n’est pas amnésique. Il se souvient très bien du sort des civils allemands, des individus présents à Yalta, et de la réaction russe durant l’épisode de Suez.

    Les Russes ont joué leur carte et ont raflé la moitié de l’Europe. Ils n’ont pas fait cela par altruisme, mais par intérêt. Ils se sont entendus avec les USA sur le partage de l’Europe. Çà ne mérite assurément pas de louanges. Ils ont gagné assez en contre-parties pour ne pas les astiquer durant l’éternité.


  • #2265351

    Bien au contraire, j’ai l’impression que c’est le pacte Ribbentrop-Molotov (alliance URSS-Reich) qui dura de 1939 à 1941 qui est passé sous silence. D’autre part, les Français ont bien de la chance de ne pas savoir dans leur chair ce que signifie être "libéré" par l’Armée rouge, ce n’était pas comparable aux gentils GI’s avec leurs quelques viols. La photo de PROPAGANDE publiée ci-dessus (libération de Białystok) montre soit des gens forcés à applaudir (pas forcés avec des baïonnettes, mais Białystok ayant connu l’occupation soviétique de 1939 à 1941, certains savaient très bien qu’il valait mieux applaudir…), soit des communistes (avec tout ce que cela implique), en tout cas une extrême minorité (au moment de la photo les patriotes de Białystok fourbissaient leurs armes pour un dernier combat désespéré qui, pour certains, va durer jusqu’à la fin des années 50 – parce que derrière les braves frontovik, troupes de première ligne, venaient le SMERCH et le NKVD, et les prisons étaient vite prêtes, où officieront des spécialistes de la torture qui feront passer la Gestapo et le SD pour des amateurs. Rien qu’en 1944-45, le NKVD administre sur le territoire polonais plus de 100 (cent) camps de concentration où sont mis des Polonais qui n’approuvent pas le nouveau régime. Ainsi par exemple, le camp de Maïdanek, occupé par les Soviets le 23 juillet 1944, est remis en fonctionnement deux semaines plus tard et on y met les Polonais qui tentait d’aller aider l’insurrection de Varsovie (les Soviets arrêtent leur offensive et laissent les Allemands détruire Varsovie, en regardant depuis l’autre rive de la Vistule).
    Enfin, il est particulièrement dégueulasse de mettre dans l’article l’occupation des pays baltes entre guillemets, ceux que ça intéresse trouveront pourquoi, à moins qu’ils ne lisent que les historiens nationalistes russes. Les Français s’étonnent parfois de cette espèce de sentiment épidermique anti-russe des Polonais et des Baltes (sentiment que je n’approuve pas mais que je comprends), sachez qu’il reste tout une génération de gens qui étaient jeunes et qui ont vu, de leurs yeux vu (voire plus si affinités) les Russes rentrer. Ce qui est une abstraction pure pour les Français est chez nous une réalité tangible avec laquelle il faut composer. Encore une fois, je ne l’approuve pas, mais il va probablement falloir que cette génération s’en aille pour que les choses changent.


  • Les russes n’avaient pas besoin d’ Hitler ni des allemands pour se massacrer et faire des victimes :
    Révolution bolchevique ou guerre civile russe : 20 millions de morts !
    Famine organisée par Staline en Ukraine : 8 millions de morts !

     


  • la Fédération de Russie célèbre ces victoires avec la même émotion et la même fierté que les alliés occidentaux célèbrent le débarquement en Normandie



    Ce qui me laisse dubitatif comme Pierre Hillard, par rapport à l’absence de sanctions venant de l’Occident comme de la Russie vis-à-vis d’Israel...

    Je suis en train de lire "Tempête infernale" de Goodrich et j’ai du mal à le finir. Si vous voulez avoir une vision de l’enfer c’est le bon livre.

    Faut savoir qu’à la fin de la guerre, alors que le Führer avait décidé la non-reddition, les derniers soldats allemands étaient contraints soit d’avancer les Russes, soit de reculer vers la Feldengendarmerie qui était chargée de fusiller tout déserteur...

    Extrait p.174 interdit aux moins de 18 ans - dédicace aux petites racailles du centre ville qui se prennent pour des durs :

    [à Neustettin, Allemagne, fév. 45]

    "Soudain, j’entends des grands cris, et immédiatement deux soldats de l’Armée Rouge amènent cinq filles. Le commissaire [juif] leur a ordonné de sé déshabiller. [...] Nous avons traversé la cour des anciennes cuisines qui avaient été complètement vidées [...]
    Ensuite deux Polonais sont entrés [...] Ils ont saisi rapidement la première des filles et l’ont courbé vers l’arrière sur le bord de la table jusqu’à ce que ses articulations craquent. J’étais [une immigrée brésilienne ayant la faveur du côté Alliés] sur le point de m’évanouir quand l’un deux a pris son couteau et, sous les yeux des autres filles, a coupé son sein droit. [...] puis coupa l’autre côté. Je n’ai jamais entendu quelqu’un crier aussi désespérément que cette fille. Après cette opération, il a enfoncé son couteau dans son ventre à plusieurs reprises ce qui encore une fois fut accompagné par les acclamations des Russes.
    La prochaine fille pleurait et demandait grâce, mais en vain, il semblait même que l’acte horrible fut fait lentement particulièrement parce qu’elle était jolie. [...] La dernière d’entre elles était presque encore une enfant, avec des seins à peine développés. Ils ont littéralement arraché la chair de ses côtes jusqu’à l’apparition des os blancs.
    [...] Les jeunes soldats [US] ignorant le saccage des Russes rassemblèrent les prisonniers. Puis quelque chose d’inattendu se produisit.
    [...] Plusieurs femmes allemandes ont couru vers les Russes et les ont poignardés avec des fourchettes et des couteaux [...] [elles] nous ont maudits en disant que nous protégions ces animaux."

    POUR MOI Y A RIEN À FÊTER !

     

  • Ilya Ehrenburg, juif bolchévique, avait la haine de l’Aryen, et faisait "livrer" par l’aviation, des tracts au sol des villes précédemment bombardées, et sur lesquels étaient inscrits un truc comme "Tuez tous les Allemands, tuez-les tous jusqu’au dernier !"


  • ’’L’attitude aigrie des Baltes’’ ils avait de quoi non ? après tout ce que les ’’libérateurs’’ on donné.
    Si les soviets on tant donné a la Lettonie,à l’Estonie ou la Lithuanie pourquoi des vétérans SS défilent chaque année dans les capitales préferant le joug Allemand au joug Russe ?
    Voila comment donner du bon terreau à l’Atlantisme & à l’OTAN

     

    • « Si les soviets on tant donné a la Lettonie,à l’Estonie ou la Lithuanie pourquoi des vétérans SS défilent chaque année dans les capitales préferant le joug Allemand au joug Russe ? »

      Peut-être parce que les Etats baltes étaient allemands depuis les chevaliers teutoniques (XIIIe siècle) jusqu’aux expulsions de masse de 1945 ?


  • Honnêtement, autant je respecte les Russes d’aujourd’hui, et je peux comprendre qu’ils célèbrent leur propre victoire, autant ce qui s’est passé "à l’époque" me donne envie de vomir, il n’y a rien à commémorer de bien, l’Europe est morte à ce moment-là. Et les autres commentateurs ont tout dit...

    Et dire qu’il y a 5 ans je pensais l’inverse...

    En revanche, et pour quand même répondre à la question posée par l’article, il est évident que les alliances géostratégiques sont purement pragmatiques. Ce n’est pas parce qu’on était alliés ou ennemis dans le passé que l’on va le rester. Donc si on est au bord de la Troisième Guerre mondiale, OTAN vs Russie, je doute que rappeler le passé va changer quoi que ce soit...


  • Mouais bon, pour rectifier quand même, le véritable but d’Hitler était de créer in fine une "union européenne" sous domination de Berlin, justement celle que l’on subit actuellement avec en prime l’euro et l’otan mais constitué par les US et d’anciens hauts fonctionnaires nazis recyclés pour la version modernisée, tous sous la coupe de mondialistes que Pierre Hillard a parfaitement exposé. Hitler devait aussi abattre Staline qui refusait de jouer le jeu de la révolution mondial pour le compte des kabbalistes de la City (Voir les travaux de Sutton & encore Hillard notamment).

    Pour le reste, les soviets se foutaient de "libérer l’Europe" comme les US puisque ce que voulaient ces grandes puissances étaient simplement dégager Hitler devenu inutile pour la City de londres/wall street et se partager le gâteau pour mettre en place la guerre froide (voir la Conférence de Téhéran entre 1943 et 44 de tous ces "grands libérateurs") et la domination du monde par la fusion du socialisme et du capitalisme grâce à la société fabienne exposé il me semble par Carroll Quigley.


  • J’ai deux filles 50% Biélorusses. Elles iront bientôt au collège.
    Je leur ai appris à rétorquer 26 à quiconque (de leur futurs profs) tentera de leur arracher une larme avec 20 de moins... Même au prof de math.
    Quant aux autres 50%... C’était 13ème RTA, loin, très loin de la Pologne.


  • En France , la résistance est apparue au moment du renversement d’alliance des judeo-bolcheviques...
    La résistance, responsable de l’épuration d’après guerre, s’appuyait sur les réseaux communiste de France.

    Apres guerre, l’Europe a été partagée entre américain et Russe.... exactement ce qu’Hitler voulait éviter en voulant se battre pour des peuples européens culturellement indépendants de toute influence extérieure.

    L’europe est la grande perdante de cette guerre, y compris la France et particulièrement l’Allemagne.

    Personne ne va réclamer quoique ce soit aux 2 vainqueurs qui sont les mâchoires de l’étau d’une certaine internationaliste ; quand bien même les judeo-bolcheviques ont déplacé des civils allemands par milliers dans des camps pour du travail forcé,et, quand bien même les américains ont par 2 reprises expérimenté l’arme atomique sur des civils japonais alors que ce pays allait abdiquer.
    Les 2 empires ont donc commis par définition des crimes contre l’humanité sans rendre de compte par la suite... certains seraient moins humains que d’autres ??!

     

    • Tigre blanc ... tu n’es pas plus tigre et blanc en France, qu’une panthère noire ne l’est en Afrique !

      un Waffen-SS ou un soldat de la Wehrmacht ... comme punition suprême,
      ils étaient envoyés sur le front de l’Est en général et en Russie en particulier ...
      et effectivement ce n’était pas comme la France de 14-18 qui n’avait rien à voire avec celle de 39-45 avec ses petites femmes de Paris, ses bordels, son French-cancan et avec tous ces collabos de la veille qui devenaient par la suite subitement des héros de la résistance,
      des résistants de la dernière heure pour aller tondre les femmes Françaises
      coupables d’avoir fait de la résistance au plumard avec de nobles aristocrates
      officiers Prussiens !
      Ya ! Ya !


  • à VORONINE
    " ou le moindre troufion allemand pouvait tuer n’importe qui dans la rue , sans avoir à expliquer ni à répondre de ses actes "" .BON, toi, on sait par qui tu as été " éduqué" , ton pst est un concentré de poncifs , inventés par les pseudos vainqueurs ! Je parie que tu continues à croire que churchill est un saint qui a oeuvré pour la paix avec Hitler !


  • Le problème pour l’urss C’est d’avoir gagné le 2nde (eme) guerre mondiale mais d’avoir perdu la guerre froide . Ce qui compte pour l’histore , c’est que celui qui la raconte soit’ le grand gagnant de la dernière grande guerre


  • C’est très bien dit par un camarade ici : je supporte pleinement la Russie d’aujourd’hui et sa volonté de garder ses tradition vis-a-vis de la Grande Guerre Patriotique. Mais je ne soutiendrai jamais ce regime soviétique crée et composé d’éléments étrangers qui ont massacré leur propre population avant et pendant la guerre.

    J’ai du mal a faire confiance a toute image ou rapport de la joie des pays occupés accueillant les libérateurs sovietiques. Comment faire confiance a une raclure comme Ilya Ehrenburg (tiens encore un autre a la bonne position) ?

    J’ai lu des douzaines de bouquins d’histoire sur ce sujet et tous les soldats sont categoriques sur l’ennemi rouge, la plupart des soldats sovietiques etaient des sous-proletaires (pour parler poliment) venant de la Siberie. Les crimes de guerre commis en Allemagne par les liberateurs n’ont jamais ete questionnés... Donc on a laissé la vengeance agir... comment s’etonner que les baltes preferent en effet leur alliés (distants voir tres distants) germaniques ? Un tres bon film a voir d’ailleur sur le sujet : "1944". Realisateur Estonien. Elles sont ou les imagas des Paysans Ukrainiens voir meme Russes qui accueillerent les Allemands en 41 et 42 ?

    Ce sont d’eternels debats sur lesquels nous auront du mal a avoir une reponse definitive :
    l’URSS aurait elle pu gagner sans l’aide Anglaise et Americaine ?
    Les Allemands auraient ils pu atteindre Moscou et gagner avant l’hiver 1941 ?

     

    • #2266022

      Nianiania...Blablabla...ce régime soviétique crée et composé d’éléments étrangers qui ont massacré...Blablabla...Nianiania !

      parce que avec ses légionnaires Musulmans et les divisions Charlemagne Françaises entre autres, les Nazis-Allemands ne l’étaient pas peut être ???
      et quand à la soit disant armée Française de libération ???
      avec ses tirailleurs Sénégalais, ses spahis Algériens et ses goumis Marocains
      ça ne fait pas étrange et étranger peut être ???
      des Noirs Africains, des Berbères, des Arabes, des Musulmans salafistes, des fétichistes, des animistes, des pratiquants du vaudou, des pygmées Congolais ... !
      c’est sur que les grognards ou les poilus font pâle figure et ont l’air d’étrangers à côté !
      comme d’ailleurs, c’est de plus en plus le cas pour les Français en France,
      qui deviennent des étrangers dans leur propre pays !
      n’est ce pas : Otto 4x4


    • par Otto von Playback

      dans la réalité historique , ce sont les Soviétiques qui ont supporté tout le poids de la guerre 39-45
      et les Nazis se sont casser les dents sur le front de l’Est, dont la bataille de Stalingrad et le siège de Leningrad avaient sonné le glas et le commencement de la fin pour Hitler et ses acolytes .
      d’ailleurs tout comme Napoléon Bonaparte qui lui aussi c’était casser les dents auparavant !
      à croire que la Russie éternelle ne porte pas chance aux dictateurs mégalomaniaques !


  • @Jamel 2bouzes Renault Prolo
    Oui je ne dis pas qu’il n’y ait pas eu peut etre 20,000 Francais dans la LVF/Sturmbrigade/Charlemagne au total... Oui il y avait des Croates, Bosniaques... mais bon c’est un chiffre relativement faible comparé au total et ce, pour des raisons ethniques. D’autre part, s’il y a eu entre 600 000 et 1 500 000 slaves dans les contingents allemands c’est a mettre au crébit... car ces derniers se battaient contre le "Regime" de Bashar Staline (j’aime Bashar au passage). Il y a eu des allemands aussi comme Paulus qui sont passés de l’autre coté et pas dans les memes proportions.

    J’oubliais d’ajouter dans mon premier commentaire que je suis toujours surpris de lire : "Les Sovietiques ont perdu 10 mln de soldats et 20 mln de civils" ... on nous rabache ce chiffre constamment... on ne sait pas d’ou ca sort vraiment a part de margoulin comme Ehrenburg / Staline... et je me rappelle avoir lu un commentaire de Staline a Churchill je crois a la conference de Teheran ou Yalta comme quoi il avait inventé le chiffre des 20 millions ...

    Ca me rappelle quelque chose.


  • L’amnésie occidentale à propos du rôle soviétique dans la victoire de la Seconde Guerre mondiale présente des aspects inquiétants…

    Attention, article piégé !
    La véritable amnésie, c’est que la "libération" opérée par les soviétiques a consisté à occuper les pays au nom desquels on avait déclenché la 2e guerre contre Hitler : Tchécoslovaquie et Pologne, plus quelques autres. Et faut-il rappeler aux incultes que, quant Hitler a envahi la Pologne par l’Ouest en 1939, Staline l’a envahie au même moment par l’Est, sans que les "démocraties" occidentales s’en émeuvent ?
    NB : la photo de l’article qui montre les habitants de Bialystok accueillant les libérateurs soviétiques, ne serait-elle pas une photo montrant des libérateurs allemands ? Car, le salut ressemble plutôt à celui qu’attendaient les nazis. Un certain professeur nous a appris à nous méfier des légendes - aux deux sens du terme - accompagnant certaines photos


Commentaires suivants