Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La pédagogie indispensable sur la guerre économique

Tuer pour voler et s’enrichir

Plusieurs textes sont récemment parus sur la question de la guerre économique. Leur point commun est de relancer un débat qui devrait être clos depuis bien longtemps.

 

Les rapports de force économique existent depuis le début du processus de développement des sociétés humaines. La situation de survie a dominé une très grande partie de l’histoire humaine. Elle se traduisait notamment par des affrontements très violents entre individus ou groupes constitués conditionnés par la recherche de nourriture.

Les premières sociétés humaines organisées se sont construites à partir de l’esclavage, c’est-à-dire un système de domination d’une minorité sur la majorité et par le recours à la violence en cas de révolte. Cette situation a concerné une partie du monde jusqu’au XIXe siècle. La colonisation a aussi été un élément majeur dans l’essor de la mondialisation des échanges. Elle a abouti à la soumission de peuples par le recours à la violence jusqu’à la dernière partie du XXe siècle. Les grands conflits entre empires ont souvent eu une explication économique comme l’a très bien démontré Ali Laidi [1]. Cette évidence remonte à l’Antiquité. Il suffit de relire la guerre du Péloponnèse de Thucydide [4] :

« Car la décision de la guerre ne s’obtiendra pas en Attique, comme on le pense, mais dans les pays qui fournissent aux Athéniens leurs ressources. Les revenus d’Athènes, ce sont ses alliés qui les lui procurent ; ils s’accroîtront encore, si les Athéniens nous assujettissent. »

JPEG - 22.8 ko
Christian Harbulot, directeur de l’École de Guerre Économique

 

En revanche, aucun pays n’a jamais revendiqué officiellement sa pratique de la guerre en mettant en avant un objectif économique. Ce non-dit est le nœud de l’explication : il met l’accent sur l’absence de prise en compte de la guerre économique comme un élément structurant des relations internationales. La recherche de richesse de quelque nature qu’elle soit soulève dans sa finalité la question de la légitimité morale à partir du moment où elle se traduit par un acte violent contre autrui.

C’est d’autant plus lourd de conséquences lorsqu’il s’agit d’une guerre militaire. Cela explique par exemple l’incapacité de l’Église catholique à inclure le caractère économique dans la genèse d’une guerre, notamment lors du débat sur la guerre juste. Le financement de l’expédition de Christophe Colomb avait comme objectif la recherche de métaux précieux pour enrichir le Royaume d’Espagne.

L’évangélisation des peuples barbares était un prétexte qui servit à masquer le but recherché. Ce déni de l’adjectif économique associé au mot guerre a donc une longue histoire. Les deux guerres de l’opium qui ont opposé des puissances occidentales (en l’occurrence la Grande-Bretagne, mais aussi la France) à la Chine ont été l’exception la plus démonstrative à ce refus de reconnaître la réalité d’une guerre économique. L’un des enjeux majeurs de ces guerres opposant les empires coloniaux occidentaux à l’Empire chinois était le contrôle du marché de l’opium en Asie.

Lire l’article entier sur portail-ie.fr

Notes

[1] Ali Laïdi, Histoire mondiale de la guerre économique, Paris, Perrin, 2016.

Découvrir ces guerres pour les matières premières
et l’avidité inassumée des grandes puissances,
avec Kontre Kulture

 

Le concept de guerre économique, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1743110

    ben..

    les communistes savent tout ça depuis longtemps : je ne comprends pas les identitaires de droite - le libéralisme, c’est pour les ânes !!!

    sont-ils des ânes ?

    Geoffrey, neo-communiste qui aime bcp le saucisson de viande d’âne


  • #1743325
    le 10/06/2017 par envolées_des_incultes
    La pédagogie indispensable sur la guerre économique

    Si je connais un moyen de produire de l’énergie très simplement, au point de ne plus avoir besoin d’énergie fossile, et que je vais voir les pays vendeurs de pétrole et gaz et que je leurs dit :
    .
    "Messieurs, voici venu la fin de votre rente, voici venu le temps des rires et des chants. Soit vous prenez chez vous les allogènes qui peuplent mes banlieues, soit je dévoile au monde le moyen de se passer de vos ressources. Je vous laisse 10 ans d’avance, à prendre ou à laisser."
    .
    Est-ce de la guerre économique ou est-ce du chantage ? Les néo-communiste et les juristes, ils en disent quoi ?

     

    • #1743487

      je ne vois pas le rapport...

      si un pays a tout sur/sous son sol, il n’a pas à faire la guerre hors de ses frontières...

      or aucun pays n’a tout à disposition...donc on a inventé l’impérialisme, qu’il soit militaire ou économique, la prédation sanglante ou financière.

      et puis, les "allogènes" sont ici pour neutraliser la lutte des classes, c’est voulu par l’oligarchie mondialiste : la guerre économique/militaire concerne les élites, pas le prolétaire/chair à canon.

      pour un(e) capitaliste, le prolétaire est une ressource à exploiter, pas un être humain à part entière. Quel dirigeant n’est pas capitaliste, en Occident ?

      Les dirigeants jouent au monopoly pour augmenter leurs patrimoines, nous sommes les pions. Il y a des alliances d’industriels, des soumissions, des trahisons, des confrontations mais je pense que le Bien de la Nation n’est plus l’horizon de "nos" dirigeants (cfr De Gaulle, Hitler, Staline...), même en Chine ou en Corée du Nord, Cuba, Venezuela...

      peut-être que la course capitaliste a coïncidé un temps avec les nécessités du peuple, sorte d’union sacrée mais plus aujourd’hui : la mondialisation, c’est moins de joueurs, et tjrs plus de violences...

      pour répondre, je dirai que le chantage fait partie de l’arsenal de la guerre économique (donc... les 2 mon capitaine). Le but de la guerre économique ou militaire (sauf défense du territoire), c’est le contrôle des ressources : y a-t-il un intérêt à taire le secret d’une nouvelle source d’énergie ? faut-il organiser l’émigration ? oui ou non, en binaire...

      quelle science permet de se passer de pétrole ? la nano-science ?

      Geoffrey, LE neo-communiste invaincu


  • #1743326
    le 10/06/2017 par Droit de Réponse
    La pédagogie indispensable sur la guerre économique

    "L’évangélisation des peuples barbares était un prétexte qui servit à masquer le but recherché."

    La théorie du complot de l’Église contre l’humanité se porte bien depuis le Da Vinci Code.

    La Républicanisation de l’humanité n’est qu’un prétexte qui sert à masquer le but recherché : convertir l’humanité au Satanisme.

    Sources

    "Le philosophe est un prêtre masqué."

    Nietzche

    "Je m’avance masqué." ( Larvatus prodeo )

    Descartes