Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La réponse de Cuba aux ouragans : une leçon pour les États-Unis ?

Comment une petite île des Caraïbes, avec peu de ressources, s’y prend pour protéger sa population des conditions météorologiques extrêmes mieux que certains des pays les plus riches.

 

La préparation et la prévention sont des qualités emblématiques de la Révolution cubaine. Elles sont évidentes dans le secteur médical, éducatif et la politique environnementale et l’ont été à Playa Giron en 1961. Un domaine souvent négligé, où ces deux qualités assurent le bien-être des familles cubaines, est le développement d’un plan d’évacuation en cas d’ouragan.

En tant qu’événement ponctuel, maintenant une tempête tropicale, Harvey continue à faire des ravages à Houston et dans d’autres régions du Texas et de la Louisiane. À la veille du douzième anniversaire de l’ouragan Katrina, teleSUR a rencontré Gail Reed. Elle est rédactrice en chef de Medicc Review, une revue d’évaluation par les pairs de la santé et de la médecine en Amérique latine, dans les Caraïbes et dans d’autres pays en développement, et journaliste ayant passé plus de trente ans à Cuba. Nous voulions avoir sa vision des plans locaux de préparation et de prévention de Cuba comparés aux efforts faits pour secourir les sinistrés étasuniens, et comment ces mesures distinctes sauvent des vies ainsi que des biens pendant les grandes tempêtes.

Notre conversation a commencé par l’expression par Reed de sa solidarité avec les populations du Texas et de la Louisiane, ainsi qu’avec les premiers intervenants, soulignant que leur situation difficile face aux inondations catastrophiques causées par l’ouragan Harvey est « impardonnable ».

Elle a continué en détaillant la préparation et la réponse intersectorielles de Cuba aux ouragans, qui comprend l’éducation, la répétition des exercices, et comment les forces de défense civile relativement modestes du pays sont déployées au niveaux provincial, municipal et local lorsqu’une tempête est détectée. Reed a souligné que tandis que « les ouragans vous avertissent plusieurs jours à l’avance », le gouvernement cubain « donne sept jours d’avertissement » pendant lesquels les communautés ont de multiples occasions pour se préparer au pire.

Elle a relevé que les dirigeants locaux sont les protagonistes de « processus d’alertes aux catastrophes basés sur des exercices constants », qui prennent place à la rubrique « réduction des risques » dans chaque province, ville, bourgade et village.

Ces exercices permanents sont associés à une réponse intégrée des services d’incendie, de santé, des transports et d’autres services publics vitaux. Avant tout, « Cuba met un accent énorme sur l’éducation de la population » pour garantir la sécurité des communautés et des familles, en particulier les plus vulnérables.

« Un chauffeur de taxi peut vous dire ce qu’est un ouragan de force 5 sur l’échelle Saffir-Simpson et il vous donnera une conférence complète sur ce qu’il faut faire pour se préparer », a expliqué Reed.

La journaliste a également relevé que Cuba ne parle plus d’évacuation mais se concentre plutôt sur la « protection », qui inclut le renforcement d’une « école locale » capable d’accueillir les communautés locales et les animaux de compagnie.

Elle a dit que contrairement aux populations du Texas et de la Louisiane touchées par la tempête tropicale Harvey, qui doivent demander une aide fédérale, les Cubains, malgré les ressources économiques largement inférieures du pays, ne se sentent pas abandonnés « quoi qu’il arrive », ni soumis à des prix du marché excessifs pour les biens de première nécessité, comme ce à quoi on assiste aujourd’hui au Texas.

Les « faibles pertes en vies et en biens » de Cuba, a souligné Reed, sont généralement significativement moindres que ce qu’on voit dans les catastrophes importantes comme l’ouragan Katrina et aujourd’hui la tempête tropicale Harvey. Et la raison en est ce niveau de préparation.

Selon Reed, l’approche cubaine de la politique de prévention démontre une vision réfléchie de la pure puissance de la nature et de l’impact du changement climatique. La philosophie étasunienne de secours en cas de catastrophe, d’autre part, est davantage une réflexion après coup qui ne reconnaît pas les faiblesses humaines.

Reed rappelle comment, en 2005, Cuba, qui a subi pendant plus d’un demi-siècle un blocus économiques américain, a offert d’envoyer 1 500 professionnels médicaux de la Brigade « Henry Reeves » pour aider la population de la Nouvelle Orléans à l’occasion de l’ouragan Katrina. L’ancien président George W. Bush a promptement rejeté l’offre.

Voir aussi, sur E&R :

L’homme face à la nature, lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Eh oui, les gars, mettez-vous bien dans la tête que le communisme protège mieux ses peuples que le capitalisme !

     

    • Au moins le capitalisme te permet de pouvoir gagner plus de 250 pesos par mois.


    • Réponse ridicule d’un type sans argument. Le modèle Francais c’est normalement une synthèse des 2. La fameuse alliance Gaulliste communiste. La ou le vrai socialisme côtoie le libéralisme le vrai . Ou les curseurs de l’économie sont ajustés entre les 2 périmètres. Certains secteurs comme la santé, la retraite, la défense, devraient-être des secteurs étatiques réservés.Cet article de Sputnik n’est pas une ode au communisme mais simplement un constat que tout ne se résout pas que à grand coup de millions, que le libéralisme excessif est objectivement assez inhumain (augmentation des prix jusqu’à 6$ la bouteille d’eau... ). Et que le manque de ressource favorise un peu plus, un type de société basé sur l’apprentissage et l’entraide. Ce qui fait cruellement défaut à la notre de société. Bref votre commentaire suggère un raisonnement binaire moutonnier type Brunet, facilement interprétable comme un état récessif.


    • @awrassi
      comme à Tchernobyl ? quel sens de l’humour cet awrassi...


    • @fred
      Tu peux multiplier ces pesos par mille pour le revenu moyen d’un américain ca ne l’empêchera pas pour autant de débouler a cuba pour se soigner.


  • "Reed rappelle comment, en 2005, Cuba, qui a subi pendant plus d’un demi-siècle un blocus économiques américain, a offert d’envoyer 1 500 professionnels médicaux de la Brigade « Henry Reeves » pour aider la population de la Nouvelle Orléans à l’occasion de l’ouragan Katrina. L’ancien président George W. Bush a promptement rejeté l’offre."

    Voilà une anecdote qui résume tout !

     

  • Effectivement,

    Il y a quelques années, face à une menace d’ouragan (qui ne s’est finalement pas concrétisée), les dirigeants de Houston avaient décrété une évacuation de la ville. Elle était bien planifiée, mais juste sur le papier. Aucun entrainement, exercice, répétition.....

    Résultat : immense chaos, et quarante morts.

    Cela explique que l’on ait aussi peu critiqué la décision de ne pas évacuer face à Harvey. Bon, un jour ils finiront, peut être par imaginer que contraindre la population à à s’entrainer n’est pas réservé aux gouvernements communistes.


  • et comme chacun sait ; Cuba est couvert d’auto-routes, d’infrastructures de pointes,(hopitaux, centres de recherche), d’immeubles très hauts (et récents) ... allez, j’arrête là...

     

    • ben non, t’arrête pas là, t’as oublié Mickey sur les plages...


    • @ kantor
      Tu m’étonnes la havane - vajadero c’est plus de 2 heures en voiture pour faire 80 kilomètres. Le meilleur taf à Cuba c’est animateur dans les hôtels car ils peuvent bouffer à la même table que les touristes, ils gagnent le même salaire qu’un médecin. Le 20 de chaque mois les gens ont faim, les filles traînent dans les bars près des hôtels en espérant trouver un gringo qui les sortira de leur île. Les seuls points positifs incontestables à Cuba sont la prise en charge médicale gratuite d’un très bon niveau et l’école gratuite même à l’université, mais tout ça pour au final gagner 250 pesos et n’avoir plus rien à bouffer le 20.


    • @kantor

      Par contre à Cuba tous ont les soins de santé gratuits, tous ont au moins 12 ans de scolarité, tous peuvent faire des études universitaires, personne ne crève de faim. Tout ça malgré un embargo interdisant aux autres pays de commercer avec Cuba.

      On trouve aussi à Cuba des gens affables, souriants, serviables, etc.

      Un pays voisin dit développé a pourtant 47 millions de gens qui ne savent ni lire ni écrire, 50 millions de gens sur les food stamps et 110 millions de gens dépendant du gouvernement central pour leur survie. Dans ce même pays si vous n’êtes pas riche et que vous tombez malade alors vous crevez. Si vous désirez aller à l’université vous devez avoir un papa méga riche ou encore être prêt à vous endetter jusqu’à la fin de l’univers pour finir par tourner des hamburgers chez MerdeDonald.

      Par contre, je vous le concède, ils ont des autoroutes (qui s’écroulent) et de hauts buildings (qui s’effrondrent en poussière au moindre petit incendie) et des centres de recherches qui tablent sur la manière d’exploiter un peu plus les gens ou à les bombarder plus efficacement.

      Allez visiter Cuba en rencontrez les cubains. Mettez votre télé aux vidanges ou elle aurait toujours du être.


    • @picsou

      il y est déjà ?



    • Par contre, je vous le concède, ils ont des autoroutes (qui s’écroulent) et de hauts buildings (qui s’effondrent en poussière au moindre petit incendie)




      N’exagérez pas. Il semble que les explosifs aident aussi à l’écroulement des buildings...


    • mais pourquoi vous échinez vous à répondre sérieusement à quelqu’un qui visiblement prend un malin plaisir à troller ?
      Kantor mon chou, pense printemps, Haiti ou la république dominicaine, là où la vie est tellement plus cool , nourrie à la mamelle bienveillante de l’oncle Sam (et pas d’amalgame sexiste)


    • Kantor : les routes sont meilleures que beaucoup de pays d’Afrique et comparables a certains pays de l’est.

      Fred : on n’a pas faim à cuba c’est faux


  • Barack Obama (on TV) : [on TV delivering his election victory speech] ... to reclaim the American dream and reaffirm that fundamental truth that out of many, we are one.

    Driver : You hear that line ? Line’s for you.

    Jackie Cogan : Don’t make me laugh. We’re one people. It’s a myth created by Thomas Jefferson.

    Driver : Oh, now you’re gonna have a go at Jefferson, huh ?

    Jackie Cogan : My friend, Jefferson’s an American saint because he wrote the words, "All men are created equal." Words he clearly didn’t believe, since he allowed his own children to live in slavery. He was a rich wine snob who was sick of paying taxes to the Brits. So yeah, he wrote some lovely words and aroused the rabble, and they went out and died for those words, while he sat back and drank his wine and fucked his slave girl. This guy wants to tell me we’re living in a community. Don’t make me laugh. I’m living in America, and in America, you’re on your own. America’s not a country. It’s just a business. Now fucking pay me.

    “Cogan : Killing Them Softly”
    https://www.youtube.com/watch?v=W77...


  • « Reed rappelle comment, en 2005, Cuba, qui a subi pendant plus d’un demi-siècle un blocus économiques américain, a offert d’envoyer 1 500 professionnels médicaux de la Brigade « Henry Reeves » pour aider la population de la Nouvelle Orléans à l’occasion de l’ouragan Katrina. L’ancien président George W. Bush a promptement rejeté l’offre. »

    Pourquoi Cuba voulait-il offrir de l’aide à un état qui le méprise ouvertement ? Stratégie politique ?


  • Le probleme des US c’est ce gouvernement fédéral loin des gens mais malgré tout hyper gourmant pour financer les guerres de l’Empire. Les Etats autrefois étaient plus riches. Aujourd’hui ils doivent quémander de l’aide, rien que pour réparer une route, ce qui est honteux. Les US sont une expérience malheureusement ratée et qui s’est transformée en Empire grace a une certaine communauté décadente et babylonienne jusque dans sa monnaie.