Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Selon Emmanuel Macron, le temps de la souveraineté populaire est révolu

Prononçant un discours fondateur devant les plus hauts diplomates français, le président Macron a révélé sa conception du monde et la manière dont il entend utiliser les outils dont il dispose. Selon lui, il n’y a plus de souveraineté populaire, ni en France, ni en Europe, donc pas de démocraties nationales ou supra-nationale. Il n’y a plus non plus d’intérêt collectif, de République, mais un catalogue hétéroclite de choses et d’idées composant des biens communs. Décrivant leur nouveau travail aux ambassadeurs, il les a informés qu’ils ne devraient plus défendre les valeurs de leur pays, mais trouver des opportunités d’agir au nom du Léviathan européen. Entrant dans le détail de certains conflits, il a décrit un programme de colonisation économique du Levant et de l’Afrique.

 

Participant à la traditionnelle semaine des ambassadeurs, le président Macron a prononcé son premier discours général de politique étrangère depuis son arrivée au palais de l’Élysée [1]. Toutes les citations entre guillemets de cet article en sont extraites. Le président n’a pas dressé de paysage des relations internationales actuelles, ni expliqué le rôle qu’il conçoit pour la France dans le monde, mais la manière dont il entend utiliser cet outil.

Selon lui, la France n’a pas été capable de s’adapter aux changements du monde depuis 1989, la chute du Mur de Berlin, la dissolution de l’Union soviétique et le triomphe de la globalisation états-unienne. Pour reconstruire le pays, il serait absurde de vouloir revenir à l’ancien concept de souveraineté nationale. Au contraire, il faut avancer en s’emparant des leviers disponibles. C’est pourquoi, aujourd’hui : « Notre souveraineté, c’est l’Europe ».

Certes, l’Union européenne est un monstre, « un Léviathan » [2]. Elle n’a pas de légitimité populaire, mais devient légitime lorsqu’elle protège ses ressortissants. Dans son format actuel, elle est dominée par le couple franco-allemand. Lui, Emmanuel Macron, et la chancelière Angela Merkel peuvent donc, ensemble, la gouverner. Ainsi a-t-il pu se rendre en Pologne, en sa qualité de président français, et, avec l’accord de sa partenaire allemande qui ne pouvait se permettre d’agresser la Pologne au regard de l’Histoire, y parler en tant que représentant implicite de l’Union, y insulter le Premier ministre, lui rappeler qu’elle n’est pas souveraine et la faire rentrer dans le rang européen.

D’ores et déjà, avec la chancelière, il a décidé d’agir dans quatre domaines :

- la protection des travailleurs ;
- la réforme du droit d’asile et la coopération européenne en matière migratoire ;
- la définition d’une politique commerciale et d’instruments de contrôle des investissements stratégiques ;
- le développement de l’Europe de la Défense.

Ces objectifs déterminent évidemment les politiques nationales de chacun des États membres, y compris la France. Par exemple, les ordonnances que son gouvernement vient de prendre sur la réforme du Code du Travail posent les limites minimales de la protection des travailleurs conformément aux instructions arrêtées depuis longtemps déjà par les fonctionnaires de Bruxelles. La coopération européenne en matière migratoire fixera les seuils d’hospitalité permettant de faire fonctionner l’industrie allemande [3], tandis que la réforme du droit d’asile fixera la capacité d’accueil de la France au sein de l’espace Schengen. L’Europe de la Défense permettra d’unir les armées de l’Union et de les intégrer collectivement aux ambitions de l’OTAN.

Pour faire avancer plus rapidement l’Union européenne, la France et l’Allemagne organiseront des coopérations renforcées sur différents thèmes, en choisissant leurs partenaires à la carte. On conservera alors le principe de décision à l’unanimité, mais uniquement entre États présélectionnés comme étant déjà d’accord entre eux.

La cohésion de cet ensemble sera maintenue autour de quatre valeurs communes :

- « la démocratie élective et représentative,
- le respect de la personne humaine,
- la tolérance religieuse et la liberté d’expression,
- et la croyance au progrès ».

« La démocratie élective et représentative » ne s’appliquera qu’au niveau local (communautés de communes et régions administratives, les communes et les départements étant appelés à disparaître) puisqu’il n’y a plus de souveraineté nationale.

« Le respect de la personne humaine, la tolérance religieuse et la liberté » devront être compris au sens de la Convention de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, et non plus à celui de la Déclaration de 1789 pourtant placée en préambule de la Constitution.

« La croyance au progrès » permettra de mobiliser les ressortissants européens dans une période où chacun voit des pays aisés, au Moyen-Orient élargi, soudain rasés de la carte et renvoyés à l’âge de pierre.

 

La méthode Macron

La France devra utiliser l’outil européen pour s’adapter au « monde multipolaire et instable ». Étant entendu qu’il n’est pas question de rétablir l’alliance franco-russe que le président Sadi Carnot et l’empereur Alexandre III conclurent car l’Union européenne est le volet civil de l’Alliance militaire atlantique, il ne sert à rien de fonder la diplomatie française sur l’histoire ou des valeurs.

Il convient au contraire de jouer le rôle de « contrepoids » afin de maintenir « les liens avec les grandes puissances dont les intérêts stratégiques divergent ». Comprenez bien, le Président ne parle pas des intérêts qui divergent entre d’un côté les États-Unis et de l’autre la Russie et la Chine, mais de maintenir les liens que ces deux grandes puissances doivent entretenir avec les États-Unis.

Lire la suite de l’article sur voltairenet.org

Notes

[1] « Discours d’Emmanuel Macron à la semaine des ambassadeurs de France », Emmanuel Macron, Réseau Voltaire, 29 août 2017.

[2] « Discours d’Emmanuel Macron à la semaine des ambassadeurs de France », Emmanuel Macron, Réseau Voltaire, 29 août 2017.

[3] « Comment l’Union européenne manipule les réfugiés syriens », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 2 mai 2016.

Retrouvez Thierry Meyssan chez Kontre Kulture :

Comprendre l’ère Macron avec Kontre Kulture :

Thierry Meyssan, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

47 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.


  • "le respect de la personne humaine"



    OUF j’ai cru que ces 11 vaccins allaient être obligatoires !


  • Tout ce dont il parle est mort depuis 20 ans : l’U.E., la globalisation, le capitalisme...
    C’est ce qui est le plus inquiétant, c’est un dirigeant très passéiste.

     

    • À mon humble avis , et vu l’article , ce n’est pas du passéisme , mais bien le catéchisme et l’agenda mondialiste qui est en marche : ça c’est inquiétant !


    • Oui, il est passéiste : le type de mondialisation qu’adule Macron n’est plus à l’agenda des vrais mondialistes eux-mêmes, lesquels mettent de l’avant une version de plus en plus Games of Thrones et Choc des Civilisations du monde de demain. Comme le dit cet adage inusable, la France est toujours en retard d’une guerre, et la guerre à qui se conformera le mieux au Nouvel Ordre Mondial ne fera point exception. La France veut se vendre à l’ordre américain ou allemand sauf que les vrais anglo-saxons et les vrais germains ont statué que la France appartient de plein droit à l’Empire islamique qui vient. Macron est même physiquement une sorte de copie de Daladier, qui voulut conformer la France aux vœux de la City, sauf que la City avait décidé que la démocratie parlementaire était la propriété exclusive des anglo-saxons et que l’avenir de la France serait dans un Reich allemand. Cette fois-ci le Reich c’est l’Empire islamique qui vient, et Macron qui croit en sa mission de démanteler un état social (comme Daladier qui était là pour retirer les acquis du Front Populaire) va devoir mener une guerre civile perdante contre les Islamistes en France d’abord puis de partout une fois que ce conflit civil se sera internationalisé et que les forces islamiques envahiront militairement. Ces gens qui apprennent le Wall Street English (comme les gens qui apprenaient le King’s English en 1938) devraient s’ils veulent mieux survivre se mettre à l’Arabiya El Fosha.


  • =>tribunal militaire


  • Après de Gaulle, nous n’avons jamais cessé d’élire des représentants qui entrainent la France du côté des perdants.
    Les USA sont foutus, tous leurs clignotants virent au rouge, mais on les suivra jusque dans la tombe.
    C’est beau la fidélité !

     

  • Il annonce en fait la fin de cette fonction, celle d’ambassadeur. La disparition de la France comme État et entité souveraine entraine de facto la fin des missions diplomatiques qui seront réservé qu’aux seules État encore souverains : Les USA, l’Angleterre (Raison du Brexit), La Russie, La Chine, La Corée du Nord,.......

     

  • Faites sauter l’Europe le plus vite possible !


  • Il avait commencé quand ?


  • les "droits de l’homme trés riche" sont en expansion face aux "droits de l’homme pauvre et moyennement riche"...

    le vote a parlé, les français ont votés contre les "panzers divisions de collard" .
    on a la photo omniprésente de macron dans tout les journaux (nous au moins on est pas des attardés comme dans les pays qui placardes leurs chefs d’états sur 10 métres de haut :o ) , histoire de pas trop se prendre la téte avec le texte...

    on se sent bien .


  • Il est facile de déduire de ses changements de cap qu’il se fait souvent reprendre, voir tancer, par ses mentors Attali et autres : la marionnette n’est pas encore tout à fait docile .

     

    • Je pense plutôt qu’il est très docile, ou plutôt sur l’exacte même longueur d’onde de son mentor Jacqouille la Fripouille, et que c’est revirements font parties intégrantes du plan de communication qui vise à foutre la merde dans la tête des français, qu’ils ne sachent pas vraiment quoi penser et se posent plein de questions ; la communication est faites pour les laisser dans l’ambiguïté, l’embarras et le questionnement durant cinq ans. Cela fait par exemple des décennies qu’il n’y a plus eu une seule décision étatique solide qui donnerait un cap ou une vision au peuple de France (la dernière étant peut-être le refus de s’engager auprès de Bush, avec Chirac ; bien que ce soit de la politique extérieure).


  • Du grand Meyssan .


  • Le temps de la France est révolu..

     

  • Étant Breton, je pense pouvoir affirmer que ma région va disposer sous la présidence de ce tocard d’une occasion unique de retrouver son autonomie et son indépendance...

    Il voudrait affaiblir le sentiment de cohésion nationale qu’il ne s’y prendrait pas autrement... Remarquez, c’est peut-être le but recherché.

    Bon... Quoiqu’il en soit, le bateau coule et il est grand temps de se diriger vers les chaloupes, qu’il s’agisse de la chaloupe bretonne, de la chaloupe corse, basque, guyanaise, polynésienne, calédonienne, ou que sais-je encore...

    Pour les autres... Et bien dommage pour eux, mais ce n’est pas comme s’ils n’avaient pas voté pour ce scénario. Il faut assumer maintenant.

     

    • Une chaloupe régionale mais pour accoster où ? Si la France n’est pas capable de résister au rouleau compresseur mondialiste ses futures ex régions le seront encore moins... Elles vont se faire broyer une fois le cas de la France réglé. Quelle tragique erreur de jugement. C’est dingue. Je ne suis pas du tout contre de l’autonomie régionale mais penser tirer parti de la situation désastreuse du pays là faut en tenir une très grosse couche. Putain ça sent vraiment le roussi. Pas pour la France mais pour l’humanité. L’Europe du moins.


    • Vous devriez lire Pierre Hillard ! Le régionalisme est un des pièges qui nous attend, vous l’indentifiez à juste titre dans votre message.
      Face aux gros blocs qui se dessinent, seules les structures nationales ont suffisamment de poids et d’histoire pour lutter contre la déferlante libérale.
      L’ancrage dans le local est une évidence mais votre chaloupe est Titanic si elle ne s’articule pas à l’échelle du pays.


    • "Si la France n’est pas capable de résister au rouleau compresseur mondialiste ses futures ex régions le seront encore moins... Elles vont se faire broyer une fois le cas de la France réglé."

      Pas si sûr... En effet, les icebergs que sont l’UE et les US sont eux aussi entrain de couler proprement. Leur mort est actée, c’est juste que certains idiots refusent encore d’ouvrir les yeux sur ce fait (par conséquent l’Empire va lui aussi se prendre une énorme douille).

      La France a décidé de les accompagner dans la tombe... Je ne m’en réjouis pas, je ne fais que constater.
      A partir de là, la conclusion est simple : Vu que l’Hexagone a décidé de jouer à la roulette russe avec un barillet entièrement chargé, le choix se résume entre accepter de se faire sauter le caisson si l’on reste attaché à cette épave, ou alors tenter notre chance loin de ce foutoir.

      L’Empire s’est acharné à anéantir tout sentiment de fierté nationale et patriotique chez les français... En intégrant l’idée qu’ils sont tous des chiens et des fils de putes, ils ont donc signé pour se faire harakiri... Et dans la joie en prime.
      J’essaye encore de comprendre d’où vient cet enthousiasme pour l’idée de se suicider, mais passons...

      D’un autre côté, personne ne s’amuserait à expliquer à un breton (et encore moins à un corse) que de par son sang il est un enfant de salaud... Ou que son nationalisme fait de lui un fasciste... Je vous garanti en effet dans une telle situation une réponse des plus explosive.

      Rien que cela doit nous amener à nous rendre compte que la nation bretonne (et aussi la nation corse) a dans l’état actuel des choses infiniment plus d’avenir que la nation française.

      Je ne dis pas là non plus que je m’en réjouis... Je ne fais encore que le constater.

      Le jour ou je verrai plus de drapeau tricolores que de Gwenn Ha Du flotter au vent dans la rue, je changerai de discours... Mais pour l’instant, je suis bien forcé de constater que si le premier rempli globalement les français de honte (le terme "fasciste !" est si vite arrivé), les bretons au contraire sont fiers de leur étendard.

      Il n’y a pas besoin d’avoir fait Saint-Cyr pour saisir quelle est la conclusion logique vers laquelle on se dirige.

      ...Et puis n’oublions pas non plus que la Bretagne compte à peu près autant d’habitants que l’Irlande... Donc une nation de cette taille peut parfaitement survivre seule... A condition bien sûr qu’elle en ait la volonté (ce qui n’est manifestement plus le cas de la France).


    • "Face aux gros blocs qui se dessinent, seules les structures nationales ont suffisamment de poids et d’histoire pour lutter contre la déferlante libérale."

      Non... Face à la déferlante libérale, seules les nations ayant la volonté de survivre seront à même de nous protéger.

      Par contre, les nations qui ne demandent qu’à se suicider (comme la France de 2017 par exemple) ne sont rien de plus que des boulets accrochés à nos pieds et qui accélèreront notre noyade.

      En terme de population, la Bretagne possède la même taille que l’Irlande... Elle a donc toutes ses chances si le destin lui imposait le choix d’avoir à faire cavalier seul.

      Il ne faut pas non plus oublier que ce fut une nation souveraine pendant 1000 ans... Cet héritage ne s’efface pas d’un trait de plume.


    • Soit dit sans méchanceté, je ne comprends pas ce que vous faites sur ce site dont un des combats est le retour à un Etat-nation fort et protecteur de son peuple.

      Quel poids pèseraient 4.5 millions de Bretons libres (5.8 millions si la Loire-Atlantique vous rejoint, on y croit) dans le monde actuel ? Comment allez-vous faire pour le pétrole et le gaz ? Rétrocession des installations énergétiques nationales ? Etc...

      Sinon, si c’est juste pour dire : on est un État distinct mais on compte sur les prébendes de l’ancienne métropole (regardons en direction du Golfe du Lion...), c’est juste de la rigolade.

      Bien sûr que la Bretagne est une région à part, et qu’elle a une histoire dense, une culture superbe ; mais de combien de région ne peut-on dire cela en France ?

      Bref, pardon si je vous semble à côté de la plaque, j’aurais aimé, sincèrement, que vous m’expliquiez votre vision de la chose.


    • Hahaha, désolé @Talion, mais en temps de guerre on voit très bien que les "indépendantistes" se rapprochent (tapinent pour ?) d’autres camps plus grands. Que ce soit le PNB ou l’IRA par exemple (même si l’Irlande a de réelles raisons géographiques de se séparer du Royaume-Uni), voir les Kurdes (idem, au niveau ethnique) pour prendre un exemple plus actuel...

      Des échelles plus petites que les nations actuelles (on fait ce qu’on peut avec ce que l’Histoire nous a légué) ne peuvent pas fonctionner en autonomie, et vous le savez très bien ! Pour ce qui concerne notre pays (la France, mais existe-t-elle encore ?) seules des régions non formellement séparatistes et se battant pour la sauvegarde RÉELLE de leurs cultures locales auraient une chance de survie. Mais dans un pays qui ferait de même (c’est mal barré je vous l’accorde) !

      Autrement elles tomberaient inévitablement dans les griffes de puissances étrangères se servant d’elles, et servant le grand jeu mondial qu’on veut nous imposer...


    • On t’a jamais prévenu ? Asterix et Obélix c’est une bande dessinée pour enfants, pas un documentaire.
      quand un pays refuse le système bancaire Rotschildien, il est bombardé. Croire qu’un département ou une région Française pourront résister là où un pays entier s’est incliné, c’est plus de la naïveté, c’est de l’innocence géopolitique.
      et votre monnaie ce sera quoi ? Des moules indexées sur la réserve de vos galettes et sablés ?


    • Vous parlez de la France et des régions françaises comme d’entités distinctes... La France est responsable mais pas les parties qui la constituent ? ça ne veut rien dire. Personne ne se rebelle contre le sytème là. Le laisser-faire est générale. C’est trop facile de faire porter le chapeau à ce que vous appelez "la France". Il n’y a aucune résistance concrète contre la marche mondialiste nul part en France. La masse aux quatre coins de l’Hexagone bouffe de l’idéologie dominante sans broncher. Alors soit, il y a des identités régionales et je m’en réjouis d’ailleurs. Soit, le Corse est plus viril que le bobo parisien. Mais en gros je ne vois pas de différence notable.

      En tant que nationaliste Breton vous attendez que la France se décompose pour prendre la poudre d’escampette sans faire quoique soit d’autre que de regarder le naufrage (dont vous êtes partie prenante), et vous voulez nous faire croire que vous allez résister à un système qui a détruit ce pays dont vous n’avez jamais été capable de vous "libérer" ?

      Si la France disparaît vous disparaîtrez avec.

      Bon après je ne sais pas si je parle à un agent de l’Empire ou à un nationaliste Breton véritable. Cela dit dans les deux cas vous êtes un agent de l’Empire... Menteur dans le premier cas, idiot dans le second.


    • Je comprend parfaitement le point de vue de ceux qui souhaitent (encore) sauver ce pays, mais le fait est que malheureusement ses habitants, soit par bêtise, soit par lâcheté, ont voté pour la mise à mort de leur propre nation...

      Quand on impose à l’école à nos enfants d’apprendre qu’ils sont des fils de salauds et des descendants de criminels qui ne méritent que de disparaitre et qu’en plus la population dans un élan panurgiste confondant de stupidité annonce qu’elle en redemande, il est temps de regarder la réalité en face et d’admettre que les carottes sont cuites.

      J’aurais aimé qu’il en fut autrement, mais n’importe quelle personne de bonne foi devra admettre que les français constituent aujourd’hui un peuple qui se déteste et réclame à corps et à cris qu’on l’exécute, là ou les corses, les basques, les bretons, ou même les alsaciens s’acharnent à défendre leur identité (et en cela ils font preuve de beaucoup plus de courage).

      On ne sauve pas malgré lui un patient qui souhaite de tout cœur mourir, et encore moins lorsque cet acharnement thérapeutique implique de condamner en même temps d’autre personnes qui auraient dans le cas contraire toutes leurs chances.

      Bref... Si s’acharner à essayer de sauver une France qui souhaite de toute son âme crever implique de voir en même temps ma région mourir, et bien je pense que nous serions bien bêtes de la suivre dans la tombe.

      Notre pays ne survivra pas à Macron... Il a été payé pour finir le boulot et il est bien parti pour y arriver.
      J’ai milité longtemps chez E&R pour ne voir que ce résultat désespérant survenir en récompense de nos efforts.

      Je pense hélas que la France -ou en tout cas la République française- ne mérite plus que l’on s’acharne à essayer de la ressusciter.

      D’autres nations et d’autres peuples au sein de ce pays souhaitent survivre là ou l’entité "France" veut en finir avec son passé, son histoire et son âme... Je pense que la Bretagne qui est une nation n’ayant pas honte d’elle-même, fière de son passé et de son identité mérite bien plus les efforts de ses habitants que la France.

      Une nation est dans le fond un consensus qui doit être renouvelé tous les jours... Appartenir à un pays paillasson qui s’auto-déteste, qui enseigne à ses enfants qu’ils sont le fond du trou des chiottes de l’humanité et qui vient en prime de mettre au pouvoir le pire des candidats qu’on puisse imaginer, ne m’intéresse pas.


    • "En tant que nationaliste Breton vous attendez que la France se décompose pour prendre la poudre d’escampette sans faire quoique soit d’autre que de regarder le naufrage"

      Il faudrait être le dernier des imbéciles pour rester à bord d’un navire que les passagers s’acharnent à saborder à grand coups de haches donnés dans la coque.

      Désormais la proue est sous l’eau et la poupe est dressée vers le ciel... Bon courage pour colmater la brèche.

      "Si la France disparaît vous disparaîtrez avec."

      Les anglais ont probablement dû se dire la même chose à propos de l’Irlande avant qu’elle ne mette les voile en 1921... Et je parle pas des Ukrainiens avec les Novorusses...

      Ce qui fait la pérennité d’une nation n’est pas sa taille, mais sa volonté de survivre... Les Islandais sont 500 000 et pourtant ils sont les seuls à avoir montré qu’ils ont des couilles en ce bas monde lorsqu’ils ont envoyé leurs banquiers au trou et expliqué aux anglais qu’ils pouvaient s’assoir sur le fric qu’ils leur réclamaient lorsque leurs banques se sont cassé la gueule.

      "Bon après je ne sais pas si je parle à un agent de l’Empire ou à un nationaliste Breton véritable. Cela dit dans les deux cas vous êtes un agent de l’Empire... Menteur dans le premier cas, idiot dans le second."

      Vu que la France est aujourd’hui un esclave soumis à l’Empire, je pense que l’agent de ce dernier sera plutôt celui qui s’acharnera à maintenir intact le pouvoir de nuisance de la Raie Publique ultra-laïcarde et anti-française que nous subissons.

      Si celle-ci se voyait amputée de l’une (ou de plusieurs) de ses régions, une explication de texte serait probablement exigée de la part de la population (comateuse) de ce pays... Je compte désormais beaucoup plus sur ce type de coup de pied au cul pour réveiller le cadavre inerte qu’est devenu cette nation.

      Vous pensez que la victoire contre l’Empire implique la préservation du territoire de notre pays... Personnellement je crois que redonner aux français l’envie de se battre sera beaucoup plus fructueux.
      Seulement pour parvenir à ce résultat, il va falloir leur filer une énorme claque propre à les faire hurler de douleur et chier de peur dans leur froc en craignant pour leur survie.
      Voir la Bretagne (et la Corse, et le Pays Basque, etc...) mettre les voile et se barrer en courant peut constituer un électrochoc salutaire.


  • Je pense que le système actuel n’en a plus pour très longtemps au vu de :
    - La montée de la colère du peuple.
    - La crise financière qui approche (bon ça fait longtemps qu’on le dit et rien ne se passe)
    - La fin de l’empire Etat-Unien.

    Donc ce qu’il raconte a peu d’importance...

     

    • à Listo78
      Au contraire, il faut prendre très au sérieux ce que dit Macron. Il a toutes les données en main, vous n’en avez aucune de fiable. La preuve est qu’il a été élu alors qu’on n’aurait pas parié 1FR sur lui. Une autre preuve ? Lisez les commentaires de nos amis et remarquez la divergence de leur point de vue concernant par exemple la Bretagne, alors que la sagesse exige l’unification des rangs au profit de la souveraineté nationale.
      On peut se permettre d’avoir des avis différents sur tous les sujet, sauf si l’on a un adversaire commun ! Merci.


  • La mise à mort de la souveraineté des nations, en même temps que celui des familles (par l’ultra libéralisme libertaire) sont les étapes préalables à la mise en esclavage des peuples.

    On détruit toutes les cellules protectrices de l’homme et celui-ci totalement isolé n’aura plus que le consumérisme en ligne de mire.

    On affaiblit le collectif pour isoler l’individu face à la prédation des transnationales du Tafta, du Ceta, de l’Alena.

    Macron nous donne le mode d’emploi de la marche vers le Nouvel Ordre Mondial et la gouvernance mondiale d’une élite oligarchique


  • Et lui, sa fonction il ne la supprime pas ?

    Que devient notre Constitution ? Le Conseil d’État ?

    Toutes nos institutions ? De facto, elles n’ont plus aucun pouvoir de décision puisque plus française au sens de la Nation mais dans les mains d’un consortium privé bancaire ....

    Il nous faudrait un juriste en Droit international et en Droit constitutionnel pour nous éclairer sur la légalité de ces prérogatives macroniques  !

    En effet, ne serions-nous pas devenus les sujets de la Reine d’Angleterre par hasard ? Des États-Unis via l’U.E. ?

    Clairement, ça craint ce flou et cette politique des petits-pas à la Jean Monnet !

    Plus de nations, donc plus de nationalité ? Serions-nous aussi des migrants virtuels ? Et leur éventuel État-monde, notre prison ? À la limite, il leur serait donc possible d’incarcérer un français sur un autre territoire que celui de la France ?

    Oui, quid de notre Constitution ? Autant l’abroger et nous le faire savoir, nous le dire clairement. Mais qui l’abrogera évidemment ? Sinon le Peuple lui-même !!!!

    La secte républicaine hypocrite est prudente ! Demander par référendum au Peuple français leur avis sur l’abrogation de leur propre Constitution se serait révéler le pot aux roses et donc leur dire ce qui l’attend En Marche forcée dans l’Euroland concentrationnaire orwellien du N.O.M. = Banques et qui-vous-savez

    En effet, notre Constitution du 4 octobre 1958, je lis :

    Article 3

    La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum.

    Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice.

    Abus de pouvoir et coup d’État d’un dictateur !

     

    • @noel
      "Mais qui l’abrogera évidemment ? Sinon le Peuple lui-même !!!!"

      Ils n’ont pas besoin du peuple pour toucher à la constitution, le congrès suffit.
      D’ailleurs ils l’ont déjà modifiée 19 fois en 15 ans, essentiellement pour la faire coller avec le fonctionnement de l’U.E.
      Le grand Charles nous a joué un tour de cochon en ne limitant pas strictement au peuple le droit de réformer la constitution par référendum.
      A quoi pensait-il, lui qui avait nagé au milieu de ces requins en politique, il devait connaître leur degré de fourberie.


    • le 5 septembre à 21:55 par Doumé #1795784

      @Doumé

      Le Congrès du Parlement devra dès lors supprimer les premiers phrases de l’article 3e de la Constitution du 3 octobre 1958 ? Oseront-ils aller jusque là ? En toute logique, c’est possible et c’est bien parti pour, vu l’engeance aux pouvoirs ....

      Ce Congrès des deux Chambres serait dès lors dans l’illégalité suprême car aucune section du peuple y compris donc .... le Congrès. Ce dernier ne peut s’en attribuer l’exercice même s’il s’estime mandaté comme représentant du peuple. Il n’est qu’une section et uniquement une section pas plus .... !!!!!

      Supprimer cet article serait donc pour le Congrès du Parlement s’arroger une disposition qui n’appartient qu’au peuple et uniquement à lui.

      Ce Congrès réuni serait dès lors en pleine forfaiture qualifiée de haute trahison : crime politique, concernant les détenteurs d’une autorité politique dans l’exercice de leurs fonctions !

      Même si factuellement notre souveraineté est noyée à Bruxelles dans l’U.E. il n’en demeure pas moins que le texte de la Constitution prévaut et qu’il existe toujours ! ...

      Va falloir qu’on explique au Peuple pourquoi n’est-il plus souverain ???? Et où est passé sa souveraineté ?

      Être légaliste pas une tare ! C’est respecter le Droit positif. Il leur faudra passer par la case RÉFÉRENDUM pour cet article en tout cas !

      Sinon, autant aller se coucher et laisser la Bête nous détruire .... L’avachissement et l’infantilisation des français n’ont que trop durer !

      Certains ont été guillotinés pour bien moins que ça !!!!!!!


  • Autrement dit, la France il faut la gérer comme une entreprise, comme un hôtel par exemple...


  • #1795721
    le 05/09/2017 par Cercle Réactionnaire Social
    Selon Emmanuel Macron, le temps de la souveraineté populaire est (...)

    Il devrait se souvenir le paltoquet que la faim est le meilleur des maîtres pour le peuple ; et nous nous dirigeons vers un temps de longues files d’attente pour nous alimenter . Sa chance , c’est l’hélicoptère , pas de carrosse à Varennes pour lui et sa pin’up hors d’âge .


  • Ce n’est pas "sa" conception du monde, c’est celle d’Attali, et tout le monde connaît cette dernière : hôtels (pour lui) et pantalons à une jambe (pour Christian).


  • « Selon Emmanuel Macron, le temps de la souveraineté populaire est révolu »

    Qui décide du caractère révolu ...tionnaire de la Souveraineté populaire ???

    Le président de la République ou le Peuple ?

    À ce que je sache, la Constitution du 4 octobre 1958 n’est pas abrogée, ni surtout son article 3 où elle mentionne :

    La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum.

    Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice.

    Vous êtes l’individu, Monsieur le Président de la ripouxclique qui veut s’attribuer avec ses amis banquiers et autres félons la souveraineté populaire. Rien que ça !

    On comprend dès lors pourquoi l’impunité totale des présidents de la république votée le 23 février 2007 ! De la suite dans les idées à l’Élysée ... :) ça fait 10 ans, votre secte y avait pensé de longue date à cette impunité. D’ailleurs, des irresponsables à tous les niveaux, ça vous dérange pas .... !

    https://www.egaliteetreconciliation...

    Macron a été élu par environ 20 % du corps électoral. Cela dit, élu il est le Président de tous les Français quels qu’ils soient contents ou pas contents, votants ou non car la fonction dépasse la personne !

    Seriez-vous notre dernier président de la république comme François le dernier pape ?

    Qu’est-ce qu’un dictateur sinon celui qui utilise à des fins personnelles, familiales, corporatistes et sectaires les prérogatives de sa fonction et les détournent donc !

    Le caractère révolu ... (tionnaire) de la souveraineté n’est pas dans vos attributions mais dans celui du Peuple uniquement. Donc, faudra passer par la case RÉFÉRENDUM


  • Ce tocard est fou à lier....Je commence à me demander s’il est opportun de le laisser continuer ....

     

  • On consomme de plus en plus de champignons hallucinogènes au palais de l’Élysée. La folie et la sottise.


  • La France est devenue le valet de l’Allemagne et Macron est un animal à sang froid qui se moque de notre pays et des gens qui y habitent. Il sert le "dieu argent" et rien d’autre ne l’intéresse...En plus, les français sont des moutons somnolents, abrutis de bouillie "gauchisante et destructrice du sentiment national". C’est le moment de la mise à mort de la France et Macron sera son matador.


  • Le discours du Sieur Macron, prouve pour les naïfs qui ne l’aurait pas encore compris, qu’il a été téléguidé à ce poste par le gourou Jacques Attali, pape du mondialisme, pour finir de détruire la France, voire les autres états européens.

    Quant on sait que Macron est un "Young leader", c’est à dire un agent d’influence au service de l’Empire US et de ses complices, dit autrement un mondialiste, on comprends que le plan de destruction des nations européennes est en pleine accélération.

    Macron a été choisi par l’ami Jacquot, car c’est un traître sans le moindre état d’âme, ni aucun scrupule au services de puissances étrangères bien connues.

    Nous espérons le camion plein de grains de sable, qui fera foirer ce projet dont nous ne voulons pas, et qui se met en place contre notre volonté.


  • Pourquoi, parce que ça existait avant la souveraineté populaire ?


  • Good bye la souveraineté nationale , et bonjour le plug anal ...

    Pour faire short ...


  • A gerber ! Quand aura-t-on l’occasion de tondre tous ces traitres à la nation ?


Commentaires suivants