Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La sélection vidéo du Front musical – El Sistema

Pendant que la France investit dans l’IRCAM, fait la promotion du rap et maintient l’enseignement de la musique en déshérence, le Venezuela a développé depuis 40 ans un apprentissage original de la musique classique pour les classes populaires remarqué dans le monde entier. Culturel et social, cet apprentissage collectif commence très tôt et veut permettre aux enfants d’intégrer très vite un orchestre pour pouvoir se produire en public.

 

La musique est mise au service du plus faible, du plus démuni et lui offre les moyens d’atteindre les plus belles ambitions et de concrétiser de multiples projets de vie. L’orchestre devient un moyen d’éducation d’une grande efficacité. Depuis sa création, les pédagogies se sont affinées et adaptées à tous les âges, de la petite enfance aux jeunes adultes pour aboutir à des réalisations artistiques éblouissantes, au plus haut niveau qualitatif. Évidemment très exigeant, ce programme demande d’y consacrer 10 heures minimum par semaine.

Le projet est né dans un garage de Caracas en 1975, conduit par l’économiste et pianiste José Antonio Abreu. Il est sous la tutelle du ministère des Services sociaux et non celui de la Culture. Le financement est entièrement pris en charge par le gouvernement. Pays de 29 millions d’habitants, le Venezuela veut former 1 million d’enfants par El Sistema en 2020. La musique classique n’est plus réservée à une élite, elle devient une activité populaire à l’instar des concours de beauté ou du football.

Le programme a obtenu le soutien de grands chefs d’orchestres et artistes lyriques (Claudio Abbado, Simon Rattle, Daniel Barenboim, John Williams, Placido Domingo, Montserrat Caballé, Teresa Berganza, etc.). Il a des détracteurs comme le musicologue britannique Geoffrey Baker (El Sistema : Orchestrating Venezuela’s Youth, aux Presses universitaires d’Oxford, 2014). Mais l’audience du projet à l’international, le soutien de grands musiciens de toutes nationalités ainsi que d’instances internationales témoignent de la pertinence et de l’efficacité de la méthode.

« Dès qu’un enfant apprend à jouer d’un instrument, il n’est plus pauvre, il évolue et se dirige vers un niveau professionnel, et deviendra plus tard un véritable citoyen. Il va sans dire que la musique est la meilleure prévention contre tout ce qui peut dégrader la vie d’un enfant. » (José Antonio Abreu, fondateur d’El Sistema, Ted Prize en février 2009)

Pour apprécier l’ampleur du programme engagé, on peut visionner les deux vidéos qui suivent.

Tout d’abord u‌n excellent reportage qui remonte à 2008, mais reste d’actualité et décrit un idéal pour beaucoup de musiciens. 

 

 

On est très loin de ce qui se fait en France avec des tentatives ponctuelles dans les banlieues où certains musiciens français se donnent bonne conscience. On remarque qu’il s’agit de grande musique européenne et non de rap ou de « musique contemporaine ». Il s’agit bien de musique vivante, c’est-à-dire d’instrument naturels et non de musique amplifiée ou artificielle. La musique est un outil d’entretien des liens collectifs. La consommation individuelle de musique morte (enregistrée) corrode ces liens collectifs. Les musiciens apprécieront le bon équilibre des différentes disciplines instrumentales (notamment les instruments si rares en France : bassons, hautbois, cors, contrebasses à cordes...).

 

 

La musique rend compte de l’état d’une société. Ce programme mis en place au Venezuela peut être rapproché de l’enseignement populaire de la musique mis au point par Wilhem au XIXe siècle en France. C’était l’époque de la mise au point de l’orchestre de plein air par l’armée française qui permit le formidable développement des kiosques à musique, l’époque où Paris devenait la « ville lumière » et la musique française, et européenne, faisait l’admiration du monde entier. Apprendre un instrument de musique impose un grand engagement personnel. Mettre en œuvre un programme pour l’ensemble d’une population traduit un niveau d’exigence politique que l’on peine à trouver dans la vieille Europe et particulièrement en France, mais il existe un projet d’adaptation d’El Sistema : http://www.elsistema-france.org/

Silvestrik (animateur de l’émission Front musical sur ERFM)

Retrouvez le Front musical sur ERFM !

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2441061
    le 20/04/2020 par Que toute chair fasse silence
    La sélection vidéo du Front musical – El Sistema

    Superbe article. Merci !

     

  • #2441173

    Émotion garanti , merci les enfants et leurs professeurs


  • #2441236

    Émouvant ! Mes voeux accompagnent Silvestrik pour la réussite de son projet.


  • #2441245

    Bonjour Silvestrik,

    Professeur d’éducation musicale en collège et lycée depuis près de 35 ans, je ne peux qu’encourager des initiatives telles que "El sistema", que j’ai découvert il y a maintenant quelques années.
    Je suis particulièrement ému davant une telle entreprise, car cela représente pour moi l’idéal vers lequel je cherche à tendre depuis le début de ma carrière, mais qui devrait également être la mission principale des enseignants de musique : permettre à des enfants (et au-delà des citoyens) d’origine très modeste d’accéder à l’Art véritable, tout en ne reniant jamais sa culture d’origine, permettre de par son élévation spirituelle et sa sensibilité, de glisser imperceptiblement d’une culture populaire à une culture savante par notamment la collectivisation d’une pratique instrumentale (tout un programme !). Quoi de plus beau ?
    Malheureusement le système éducatif français actuel, avec à sa tête des gens de plus en plus incompétents, aculturés et arrogants n’encouragera jamais une telle entreprise, l’idée principale étant qu’il faut gommer à tout prix le rapport de hiérarchie. Le "tout se vaut" est devenu le principal mot d’ordre dans notre métier (par exemple, un morceau de rap équivaut à une symphonie d’un grand maître) et il paraît de nos jours très mal vu d’oser mettre en avant le génie d’un compositeur tel Mozart ou Beethoven, culture "populaire" ou encore "Street art" oblige... (et je vous parle de vécu...).
    Pour finir, et même si ce projet émane du compositeur José Antonio Abreu, il est indéniable que Ugo Chavez a largement soutenu et contribué à la démocratisation de "El Sistema" qui, je viens de le voir, a développé des antennes dans de nombreux pays. Bravo et un grand merci pour votre article ! (et les autres...)


  • #2441664

    Très beau, puissant et émouvant !
    De voir en plus que ce mouvement extraordinaire est né dans un pays diabolisé, attaqué, menacé, sanctionné par l’occident, les USA en particulier, est d’autant plus touchant.
    Viva El Sistema !


  • #2441830

    Beauté, naturel et simplicité, le trio indispensable de la réussite ! Et en plus pour l’’enseignement de la Musique, seul art à s’être maintenu face à la dégénérescence généralisée. Ne pas confondre musique et bruit évidemment.


  • #2441906

    Lorsque les Jésuites, à l’époque encore chrétiens, évangélisèrent les Guaranis du Paraguay, à partir du XVII° siècle, ils mirent l’accent sur la musique pour toucher les coeurs. Le très beau film "Mission" décrit merveilleusement ce premier contact entre deux mondes. Non seulement les Guaranis devinrent de fervents chrétiens mais aussi de talentueux musiciens. Au point que fleurit le baroque guarani https://www.youtube.com/watch?v=J31...
    Aujourd’hui le jésuite Bergoglio préfère conforter les Amérindiens dans leur paganisme en adorant l’idole Pachamama au sein même du Vatican. Il y a plus de christianisme dans les réalisations de la république bolivarienne du Vénézuela que dans celles de la Cité du Vatican ...