Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le Café des Antigones, épisode 11 – La différence des sexes

Le Café des Antigones est l’une des nombreuses émissions d’ERFM, la radio en ligne et en continu d’Égalité & Réconciliation.

 

Le Café des Antigones est un espace de discussion sur les problématiques contemporaines des femmes. Les émissions sont animées par Iseul Turan et Anne Trewby et nourries par la réflexion du mouvement sur les femmes, la féminité et la complémentarité.

 

Épisode 11 : la différence des sexes

Retour sur la complémentarité entre hommes et femmes, une notion désormais polémique que même ses partisans peinent parfois à expliquer tant elle relève avant tout du bon sens. Cette première émission sur le sujet pose les distinctions philosophiques nécessaires pour mieux comprendre la notion de complémentarité.

Une émission préparée et animée par Iseul Turan et Anne Trewby.

 

Au sommaire :

Des distinctions à faire dans le contexte contemporain
- 01:02 Distinguer le sexe et le genre
- 02:37 La complémentarité suppose la différence

Nature humaine ou nature sexuée ?
- 03:05 Qu’est ce que la « nature » ?
- 03:47 Une commune nature humaine
- 05:09 La différence sexuée n’est pas une nature différente

Essence humaine ou essence sexuée ?
- 05:51 Qu’est-ce que l’essence ?
- 06:09 Une seule essence humaine
- 06:33 Pourquoi parler de nature ou d’essence féminine ?

La différence sexuée est nécessaire
- 08:20 Que signifie « nécessaire » ?
- 08:49 La sexuation n’est pas une différence comme une autre
- 10:30 La reproduction sexuée est nécessaire à la survie de l’espèce

La complémentarité pour qualifier la différence sexuée
- 11:44 La société doit prendre en compte la sexuation
- 12:30 La complémentarité, un mode de compréhension du monde

La différence sexuée est signifiante
- 12:59 Contre le « tout culture »
- 13:20 Redonner son importance au biologique
- 14:04 Notre corps influence le regard de l’autre
- 15:32 Notre corps parle de nous
- 16:53 Notre corps influence notre vécu ; notre rapport au monde

Des différences, mais lesquelles ?
- 20:01 Nos différences pour se rejoindre, l’acte sexuel
- 21:02 L’expérience de la maternité et de la paternité

Conclusion
- 22:09 La différence sexuée au cœur de notre humanité
- 22:55 Un contexte difficile pour la complémentarité

 

Écouter l’émission :

 

Pour écouter et télécharger l’émission en podcast,
rendez-vous sur le site d’ERFM !

 

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ah, enfin un café ouvert où l’on ne parle pas que de cul ou de foot, avec l’éternelle télépoubelle qui tourne en boucle dans le fond...

    « Du thé... du chocolat... Il y a du chocolat ? Amenez-moi un chocolat au lait, là... - avec deux croissants... » ;-)

     

    • Attends la 3 ème partie, le débat sur la complémentarité va vriller en " Messieurs, on veut des hommes dynamiques, arrêtez de vous affaler sur le canap une binouze à la main... Et arrêtez de mélanger chaussettes, calbars et vêtements dans le panier" et en off " J’ai acheté un vernis nacré assorti à mon pantalon pour cet hiver..." :)


  • Je le dis avec affection mais la façon dont le sujet est traité ici renseigne justement sur la différence d’approche des 2 sexes, on l’entend ici, l’approche féminine se concentre sur le ressenti, la compréhension de l’autre, l’empathie, le bien être, la parole pour ne pas dire la parlote :), ça risque même de partir en vrille tendance "poulailler" si on en rajoute une autre :)
    Le même sujet traité par des hommes se concentrerait sur le physiologique, le scientifique... Etc.
    Je conseille la lecture du livre "les secrets du cerveau féminin", on y apprend beaucoup sur les différences physiologiques et de développement entre les sexes : les oestrogènes, chez les petites filles, et la testostérone chez les garçons jouent un rôle structurant dans la formation du cerveau. Par exemple, les petites filles parleront plus tôt et mieux, elles auront une meilleure capacité d’empathie, tandis que les petits garçons auront l’esprit fougueux, de compétition, un meilleur sens de l’orientation....

     

    • Il suffit en effet de regarder la nature pour constater que la dualité masculin/féminin est omniprésente, fondatrice, et bénéfique.
      Seul les tarés pervers de transhumanistes vont à contre-courant, niant leurs racines profondes.
      Le transhumanisme est un bionégationnisme, et un crime contre la nature.


    • Contrexemple : mon fils a parlé à ...8 mois ( sujet-verbe-complément)...ma fille a attendu 13 mois pour dire "papa"...
      On pourrait aussi étudier les différences de cerveau selon les" ethnies" tant qu’on y est... je suis certaine qu’on apprendrait des trucs intéressants...En fait, on l’a fait, mais on ne communique pas sur les résultats.


  • Je fréquente et j’apprécie E&R comme site d’information, mais j’ai du mal à vous suivre dans vos velléités politiques.

    Pour moi, à partir du moment où on fait de la politique, il faut des femmes, une société sans femme ça n’est pas possible. Et dès lors ça ne peut pas être sérieux, on est pris dans l’engrenage du compromis. Vous éditez Weininger, mais s’il venait aujourd’hui commenter sur E&R il serait probablement censuré, car il n’était pas dans une logique du compromis.

    Je n’en suis sans doute pas capable moi même, mais je pense qu’il n’y a de révolte que dans le monachisme, pas même dans l’église, mais dans le Christ authentique, dans le renoncement le plus total et dans la sainteté, noli me tangere.

     

    • le renoncement le plus total ? Va te faire moine à une abbaye perchée sur une montagne, là-bas ils n’ont pas internet t’es mal !


    • Je n’en ressens pas le besoin. J’aime encore un peu l’interaction avec les autres dans le travail (technique) et dans internet, les gens y sont insensibles comme ailleurs, mais au moins ils le cachent un peu moins (c’est plus dur de tricher que dans les rapports humains)


    • pourquoi les ordres de moines ne produisent ils plus rien de physique ?
      avant au moyen age,les ordres de moines sauvegardaient les livres mais ils etaient aussi dans la production physqiue et dans l’agronomie. L’eglise est trop dans la negation du physique alors que pour les hommes,leur equilibre hormonal reside dans l’epuisement du travail physique et leur fierte dans la qualite et la quantite de leur production.


  • Le concept de complémentarité homme-femme est couramment utilisé mais il est faux. La sexualité c’est la source causale qui a créé toutes les espèces (à part les virus et les bactéries, qui sont créées purement par mutation-élimination) et elle fonctionne par sélection, pas par "complémentarité".

    Les femmes ne sont pas "complémentaires" des hommes, ça n’a pas de sens, elles les sélectionnent.

     

    • Preuve que la sélection c’est le coeur de la relation femme->homme : même quand elle a obtenu le graal, qu’elle a eu le mariage, elle ne peut pas s’empêcher de comparer son homme avec les autres et le mettre sous pression, lui faire des crises, pour être tout à fait sûre que c’est le bon :D


    • En soi, le fait que les femmes sélectionnent les hommes (hypergamie féminine) ne me choque pas.

      Le problème c’est que les critères de sélection de la jeune femme de 2020 me semblent totalement stupides (le paraitre avant l’être, le bagout avant le mental, le clinquant avant la vertu) et qu’à cause de ça on va finir par se retrouver dans Idiocracy.


    • cette opposition entre "complémentarité" et hypergamie est sans aucun fondement. Que le choix d’un partenaire relève ou non d’une conduite "hypergame" n’affecte en rien la complémentarité essentielle des natures masculines et féminines.