Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le Procès de Kafka, mondialisme et victimisation

Dans Le Procès, un homme se trouve accusé d’un crime qui n’est jamais vraiment explicité et il est obligé de se défendre contre un crime qu’il ne connaît même pas.

« Que ce soit le sexisme, le racisme, le spécisme, la xénophobie, l’homophobie, la grossophobie, la transphobie et la kyrielle d’autres phobies moins connues ou en cours d’invention, nous vivons dans l’époque du procès d’intention permanent et de la sycophanterie généralisée. »

 

Stop ! Définition de sycophante : un délateur professionnel, qui dénonce non pas dans un but de justice mais pour s’enrichir.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas Franz et son Procès post-mortem (le Pragois est mort en 1924 et le livre est sorti en 1925), voici un topo sur le roman en question.

 

 

Franz, dans son pessimisme fondamental, était un visionnaire, à l’image d’Orwell (qui lui n’était pas pessimiste puisqu’il agissait politiquement) : il y a presque un siècle, ce juif tchèque pond un livre angoissant qui ressemble à ce que beaucoup d’opposants politiques vivront dans un XXe siècle en fusion, d’abord du côté soviétique avec une bureaucratie galopante et une délation devenue obligatoire, et du côté nazi avec les mêmes troubles obsessionnels compulsifs d’un Système totalitaire qui n’admet pas la moindre opposition. Deux systèmes qui vont même jusqu’à condamner non seulement les actes et les propos, mais aussi les pensées.

Aujourd’hui, 100 ans après ce roman, il n’y a plus ni soviétisme ni nazisme, mais un mondialisme qui utilise les mêmes ressorts : intoxication mentale des masses par une propagande subtile de tous les instants – une propagande déguisée en progrès humain, en défense des victimes, en lutte antipersécutions, en défense de la démocratie, en élan vers la liberté ! – avec des outils dont Hitler et Staline n’auraient même pas osé rêver, outils qui permettent un contrôle des opinions via les réseaux sociaux qui sont en train de se transformer en centrale de surveillance-délation mondiale.

Et que nous vend le mondialisme ? Un homme nouveau qui sert les intérêts des dirigeants mondialistes, comme pour le soviétisme et le nazisme. Cet homme nouveau (qui n’est plus vraiment un homme mais un larbin décervelé) satisfait aux sept tentacules de l’hydre mondialiste qui sont, rappelons-le, le féminisme, l’antiracisme (ou l’immigrationnisme), le sionisme, l’antichristianisme, le mercantilisme (ou le libéralisme), l’homosexualisme et l’antinationalisme. Toutes ces « idées » étant en germe dans la bible de la franc-maçonnerie.

 

JPEG - 69.8 ko
Les rois de la com du XXe siècle

 

Comprendre que la propagande a évolué, parce que la conscience politique de la domination a aussi évolué. Les propagandes soviétique et nazie ne pourraient aujourd’hui plus fonctionner, elles sont trop épaisses, évidentes, donc contre-productives. Les formes nouvelles de la propagande mondialiste sont beaucoup plus subtiles et associent ses victimes à une victoire morale, à une justice généralisée qui ne vient jamais et qui se transforme tranquillement en cauchemar : eugénisme, destruction de la famille, du couple, de l’amour, des nations, des cultures, de l’histoire, de l’intelligence, de la volonté, de l’inspiration. Qu’on allume sa télé cinq minutes ou la radio d’État, sans même parler des programmes scolaires, et on comprendra la baisse programmée du niveau par les autorités qui se cachent... C’est le résultat objectif du mondialisme appliqué à la France depuis un demi-siècle, Mai 68 étant le top départ de ce basculement.

Avant 68, la France est encore la France ; après, elle est ce pays torturé tout en douceur par les sept tentacules du monstre pour lui faire rendre gorge sur son originalité. Les valeurs chrétiennes sont visées au premier chef, car elles sont un axe de résistance millénaire et enraciné. On ne parle même pas du gauchisme qui est un sous-programme du mondialisme pour entuber encore plus profondément les pauvres. C’est pourquoi l’Église, qui rejette les sept tentacules actionnées par les ingénieurs sociaux de Satan, doit brûler. Et c’est pourquoi les églises brûlent.

À ne pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2372746

    Question simple : comment sort-on du sophisme (dont les femmes sont naturellement expertes) ?
    Non par l’ironie socratique ! surtout en cas de procès.
    sophia : sagesse > sophisme : contre la sagesse ?
    Question ouverte.

     

    • #2372942

      "Question simple : comment sort-on du sophisme ?"
      Réponse simple : Le sophisme étant un raisonnement qui contrevient aux règles de la logique formelle du discours, il suffit de revenir à Aristote.
      Ce dernier est un antidote aux thèses platoniciennes et à toutes ses dérives gnostiques.


    • #2372979

      @annibal,
      Aristote, tout le monde ne l’a pas lu et ne le lira pas dans la quinzaine à venir...
      Auriez vous exemple ou métaphore qui pourrait donner quelques repères ?
      Merci.


    • #2372994

      Une manière peut être de dire tout simplement :
      Tu sais, depuis les Grecs, on sait qu’on peut partir d’un prémisse qui semble vrai et arriver à une conclusion bidon... alors lache moi avec tes conneries, tu veux ?

      Mais je pense que la véritable solution est en amont de la stratégie à appliquer (ça, c’est mental)
      En amont est l’état émotionnel ou capacité à soit accepter les choses telles qu’elles sont, soit capacité de perdre... l’autre, son amitié, son regard, son amour, les avantages qu’ils nous procurent... ainsi, si on est prêt à perdre quelquechose dans la relation, on ne s’oblige plus à entrer dans le mensonge (conscient ou pas) de l’autre... et là commence la liberté !
      Plus vous en avez rien à foutre, plus vous allez créer un espace de liberté, et au début, les autres vont faire la grimace, mais ensuite, il ne pourront se passer de cette force.


    • #2373021

      Hannibal : merci ! La logique aristotélicienne !


    • #2373230

      il suffit de revenir à Aristote.
      Ce dernier est un antidote aux thèses platoniciennes et à toutes ses dérives gnostiques.




      Aristote est l’élève de Platon, son héritier, son continuateur et celui qui le dépasse... mais qui n’aurait pu le dépasser sans les avancées réalisées par son maître. Les opposer comme vous le faites est ridicule, honteux même. ll y a eu un grand élan parti des intuitions enivrantes de Parménide et d’Héraclite, continué dans la grande succession de maîtres et d’élèves : Socrate, Platon, Aristote... il a fallu quatre générations de penseurs pour qu’Aristote puisse concevoir l’abstraction. Sur ces quatre générations, la même question a été posée, et les réponses ont été, à chaque fois, affinées. Chacun des cinq possède sa tonalité dominante, mais le miracle, c’est l’enchaînement des réponses, chaque fois supérieures à la précédente. Pour retrouver une telle cascade, il faut attendre Saint Albert et Saint Thomas, puis Descartes et les cartésiens, puis la révolution de la physique quantique à laquelle des dizaines de chercheurs ont participé, Schrodinger, Dirac, Planck, Boglie, etc.

      Platon n’est pas la source des courants gnostiques, elle lui est antérieure, il est né longtemps après la mort de Pythagore. Et l’élan de sa pensée, justement, s’est poursuivi chez Aristote, avec de meilleures solutions. Si les deux pensées avait été caricaturalement opposées, jamais Aristote ne serait sorti de Platon. Vous confondez opposition et dépassement, bien que chacun d’eux définisse en quelque sorte un pôle de la pensée humaine.

      Voilà, dire qu’Aristote serait « l’antidote » de Platon est ridicule... c’est aussi intelligent que soutenir que le moteur à essence serait l’antidote du moteur à vapeur, et le moteur électrique, l’antidote du moteur à essence...


    • #2373770

      @ tous : pour s’en sortir par la Grèce antique, autant leur dire d’aller faire un tour à Athènes (en rasant les murs de dos, sans oublier qu’il existe une porte de temps en temps : ceci à rajouter seulement pour les marins qui ont besoin curieux de faire des phrases).


  • #2372758
    le 25/01/2020 par saint Glinglin
    Le Procès de Kafka, mondialisme et victimisation

    Si les églises brûlent, c’est que l’Eglise est déjà plus que cramée, ... enfin elle a plutôt pourrie de l’intérieur.
    Pour elle, ça a vraiment commencé en 62 avec Vatican 2 (avant 68). Maintenant elle prône exactement les mêmes choses mondialistes. Il suffit d’entendre François.
    Les fidèles qu’elle recrute ne savent plus de quoi il s’agit.
    Jésus ! Ah oui Jésus....
    Dans mon coin il y a des "groupes de prière" qui ne prient absolument pas sauf un Notre Père à la fin. Par contre ça refait les dogmes autour d’une table garnie. Aujourd’hui on parle de la Grâce ou de la Rédemption ("passez moi ce petit gâteau, merci").
    On mélange bouddhisme (il y a Dieu aussi n’est-ce pas !), spiritisme (les esprits de nos morts quand même ! qui viennent parfois nous embêter) et ce qu’ils appellent catholicisme.
    Les prêtres et diacres s’en foutent car il faut attirer du monde pour que les Eglises restent ouvertes et ne crament pas.


  • #2372784

    8e édition SYCOPHANTE. n. m.
    ■ Fourbe, menteur, délateur, par allusion au nom que l’on donnait dans Athènes à ceux qui faisaient métier de dénoncer au peuple les citoyens éminents, les riches, les magistrats.
    https://www.dictionnaire-academie.f...


  • #2372809

    Toute forme d’Etat repose sur une surveillance des forces adverses internes et externes : l’URSS n’a pas inventé la délation, elle a seulement perpétué les méthodes tsaristes (tout concierge faisait des rapports réguliers à l’Okrana). Les USA se glorifient de surveiller le monde entier grâce au NSA etc...la seule voie semble donc l’anarchie mais comme les anars ne surveillent personne, ils se sont fait exterminer à chaque tentative de réaliser leur projet. Que faire ?

     

  • #2372838

    Franz Kafka était un schizophrène - de talent cela dit. Que doit-on conclure des gens qui utilisent les sophismes kafkaïens ?

    (Merci à E&R pour la découverte de ces chaînes YT).


  • #2372894

    Article millénaire à garder précieusement, Merci à la rédaction E&R.


  • #2372904
    le 25/01/2020 par Aymard de Chartres
    Le Procès de Kafka, mondialisme et victimisation

    Le mec à la manette choisi des exemples non-significatifs et alimente son raisonnement à travers une lecture suivie d’une analyse biaisée car le plus souvent partielle et entrant dans le champ de la conclusion qu’il entend donner.

    Je cite un exemple précis : une personne évoque une logique de type androcentré pour critiquer une forme de penser et d’attitude et l’analyste soustrait à l’évocation la partie réductive en l’habillant différemment de façon à la présenter autrement en la caractérisant en critique du raisonnement de type logique et y va ensuite à coups de masse pour la rendre absurde, voire aberrante.

    Les exemples pris sont ultra-minoritaires et rarement entendus habituellement.

     

    • #2373109
      le 25/01/2020 par Le Carthaginois
      Le Procès de Kafka, mondialisme et victimisation

      @Aymard de Chartres : faire des envolées lyriques sur un sujet dont a priori vous ne connaissez rien est déjà en sois kafkaïen (oui c’est facile je l’avoue)

      Je vous invite très amicalement a regarder la vidéo d’Evergreen en ayant en tête que ceci est en train de devenir la norme dans les universités Américaines et que plusieurs vidéos évoquent le même type de comportement en France (Lyon) Allemagne, Hollande (le pays pas le Clown).
      Ne seriez vous pas victime d’un sophisme de méconnaissance tel que décris dans la vidéo ??

      https://www.youtube.com/watch?v=u54...

      Le Carthaginois


    • #2373169

      @Le Carthaginois
      La remarque d’Aymard de Chartes est pertinente : les exemples pris pour illustrer les sophismes kafkaïens quotidiens sont biaisés et insignifiants par rapport à la réalité et à la vérité.

      Sur les plans politique, social, judiciaire et administratif courants, quel est le poids du racisme évoqué par Rokhaya Diallo et retenu, comparé au poids de l’antisémitisme imaginaire vendu par BHL et exclu par cette vidéo ?

      Pourquoi se tapir dans l’ombre des marionnettes et tant devoir à tant de faux-semblants ?
      L’ordure qui revendique son raffinement !
      Le bourreau qui crie en permanence qu’on l’égorge !
      L’éborgneur qui porte même plainte d’être éborgné !
      Le riche repu qui joue au pauvre affamé alors même qu’il gouverne le monde et détient les cordons de toutes les bourses.
      Etc.


  • #2373025

    De mon petit point de vue, le premier des sophismes kafkaïens et de loin le plus achevé et le plus aliénant est celui de l’antisémitisme qui se célèbre aujourd’hui avec au moins 40 chefs d’états et de gouvernements réunis dans la capitale du mondialisme.


  • #2373161

    L’atmosphère du Procès n’est pas « ubuesque »... Déjà, dès cette phrase, on sait que c’est mal parti...

    En réalité, Le Procès, va avec L’Amérique et Le Château, c’est une grande confession romanesque de la paranoïa et de l’humiliation, de l’échec organisé par la victime... Kafka ne parle que de cela : de l’organisation de son propre échec, de son sabotage, de son suicide.

    J’ai interrompu la vidéo à « ubuesque » comme j’arrête de manger un plat dans lequel je découvre un cafard. Comme si Jarry permettait de comprendre Kafka... c’est d’ailleurs bien ce que soutiennent les libéraux, que l’Ancien Testament permettrait de comprendre le Nouveau... Mais si en théologie, c’est le Nouveau qui permet de comprendre l’Ancien, en littérature, c’est Kafka la lumière et Jarry la médiocrité...

     

  • " le mercantilisme (ou le libéralisme) "

    Le mecantilisme désigne la doctrine française qui était opposée au libéralisme commercial anglais et hollandais : laissez-faire laissez-passer.

    Son principe était que : " on ne doit jamais importer ce qu’on est capable de produire soi-même, même plus cher. "

    " En France, le mercantilisme voit le jour au début du xvie siècle, peu de temps après l’affermissement de la monarchie. En 1539, un décret royal interdit l’importation de marchandises à base de laine d’Espagne et d’une partie de la Flandre. L’année suivante, des restrictions sont imposées à l’exportation d’or18. Des mesures protectionnistes se multiplient tout au long du siècle. Le mercantilisme est la politique suivie par Sully et par Barthélémy de Laffemas, visant à augmenter les productions locales.

    Jean-Baptiste Colbert (1619-1683), Contrôleur général des finances pendant dix-huit ans (1665-1683), est le principal instigateur des idées mercantilistes en France, ce qui conduit certains à parler de colbertisme pour désigner le mercantilisme français.

    Sous Colbert, le gouvernement français s’implique de façon importante dans l’économie afin d’accroître les exportations en créant des manufactures, voire des « villages-usines ». Ainsi par exemple, la « ville nouvelle » de Villeneuvette est construite pour fabriquer des draps adaptés aux débouchés orientaux de la Méditerranée : « Nous avons approuvé l’établissement qui a été fait sous notre bon plaisir d’une Manufacture de draps à Villeneuve-lez-Clermont, diocèse de Lodève en notre province de Languedoc. »

    Colbert intervient également pour abaisser les obstacles au commerce intérieur en réduisant les péages intérieurs et en construisant un important réseau de routes et canaux. Les politiques menées par Colbert sont dans l’ensemble efficaces, et permettent à la production agricole et industrielle française de croître considérablement durant cette période, faisant de la France une la plus grande puissance économique du monde. "