Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le Venezuela dénonce le cybersabotage américain

Alors que la panne de courant paralysante à l’échelle nationale se produit au Venezuela au fil des jours et non plus en quelques heures, on soupçonne de plus en plus que le pays d’Amérique du Sud ait été frappé par une attaque massive des États-Unis.

 

 

Lorsque le président des États-Unis, Donald Trump, et d’autres hauts fonctionnaires de la Maison-Blanche se sont vantés plus tôt que « toutes les options sont sur la table » pour atteindre l’objectif de « changement de régime » de Washington au Venezuela, il faut maintenant affirmer que l’une de ces options inclut un cybersabotage dévastateur de l’infrastructure du pays.

Pour sa part, le gouvernement du président Nicolas Maduro est convaincu que les États-Unis mènent une « guerre de l’électricité » et sont à l’origine des dernières pannes de courant.

Il ne semble pas y avoir de preuve irréfutable de la manière dont le sabotage a été effectué. Mais une hypothèse raisonnable serait qu’une sorte de cyberattaque ait été lancée sur le réseau électrique vénézuélien. Cela pourrait expliquer pourquoi il faut tant de temps pour résoudre le problème.

Par ailleurs, la réaction rapide de Washington à la coupure du courant électrique suggère un acte prémédité. Des politiciens comme le sénateur Marco Rubio, qui a mené la campagne de « changement de régime », n’ont pas hésité à prétendre immédiatement que ces pannes étaient « une preuve » de la mauvaise gestion et de l’illégitimité du gouvernement Maduro.

Le sabotage est traditionnellement une des fonctions de la CIA, d’abord contre l’URSS, puis aujourd’hui dans tous les théâtres d’opérations (Libye, Syrie, Venezuela, Yémen). La destruction des réseaux électriques est réputée atteindre profondément le moral des populations.

La tactique consiste donc à infliger aux Vénézuéliens autant de souffrances et de misères – par des coupures de courant systématiques – et à leur dire ensuite que « le prix à payer » pour un soulagement est de renverser le président Maduro. C’est malgré le fait que Maduro ait été élu l’année dernière à une grande majorité lors d’élections libres et équitables.

Outre le réseau électrique, les réseaux hertziens subissent un brouillage électromagnétique permanent et depuis deux jours les réseaux de téléphonie mobile connaissent de grandes perturbations, laissant supposer que Washington utiliserait déjà des micro-ondes et des armes à énergie dirigés contre le Venezuela.

Ceci étant dit, il y a plusieurs autres raisons qui invitent les États-Unis à utiliser une stratégie de « guerre furtive ».

Une attaque militaire américaine contre le Venezuela – l’une des « options sur la table » infâmes – serait irréalisable et confuse pour Washington.

Lire l’article entier sur parstoday.com

 

Mélenchon a consacré sa chronique du 4 février 2019 à la déstabilisation du Venezuela de Maduro :

 

Le 24 février, Mike Pompeo a fait monter la tension :

 

 


 

L’hypocrisie américaine, qui se découvre soudain une empathie pour les peuples souffrants, est à son comble.

« "Le refus du régime de reconnaître l’urgence humanitaire conduit à une escalade des tensions", a déploré la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini dans une déclaration au nom des 28 États membres de l’UE. "Nous rejetons l’utilisation de groupes armés irréguliers pour intimider les civils et les législateurs qui se sont mobilisés pour distribuer de l’aide". »

Tout le monde sur Terre sait que le pouvoir américain fait tout pour envenimer la situation politique et économique au Venezuela, mais les dirigeants occidentaux s’alignent, prenant encore une fois à contre-pied leurs propres peuples. Car quel peuple peut supporter une ingérence aussi violente et aussi évidente ?

- La Rédaction d’E&R -

 


 

Les États-Unis veulent « passer aux actes » au Venezuela

La pression internationale s’accroît sur le régime vénézuélien de Nicolas Maduro. Dimanche 24 février, les États-Unis ont annoncé leur intention de "passer aux actes" pour soutenir l’opposant Juan Guaido après une journée de violences samedi aux frontières du pays.

 

« Les États-Unis vont passer aux actes contre ceux qui s’opposent à la restauration pacifique de la démocratie au #Venezuela. Maintenant, le temps est venu d’agir pour soutenir les besoins du peuple vénézuélien désespéré », a tweeté le secrétaire d’État américain Mike Pompeo. Ce dernier a ajouté sur CNN que les jours de Nicolas Maduro étaient comptés.

Il a qualifié de « brutes » les forces de sécurité vénézuéliennes qui ont durement réprimé des manifestations samedi, faisant deux morts, selon l’ONG Foro Penal opposée au gouvernement de Maduro, et plus de 300 blessés, dont des Colombiens, selon le gouvernement de Bogota et différentes sources.

« Choqué » par ce bilan, et face aux risques d’escalade, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé dimanche « au calme » et demandé dans un communiqué « à tous les acteurs de réduire les tensions et de tout faire pour éviter l’aggravation » de la situation. Il a insisté sur la nécessité « d’éviter la violence à tout prix » et de bannir le recours « à la force létale quelles que soient les circonstances ».

Lire l’article entier sur france24.com

La déstabilisation américaine du Venezuela, sur E&R :

 






Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2157814
    Le 10 mars à 14:55 par Anathème Syndicale & Doctrinale
    Le Venezuela dénonce le cybersabotage américain

    Si tu fais ça sur Paris, une panne de courant générale, en trois jours, la ville est à feu et à sang , les banlieues descendent et les franciliens découvriront les joies du vivre ensemble

     

    Répondre à ce message

  • #2157842
    Le 10 mars à 15:43 par René
    Le Venezuela dénonce le cybersabotage américain

    Un nouveau Cuba va-t-il naitre ?

     

    Répondre à ce message

  • #2157879
    Le 10 mars à 16:51 par Albert Montanardi
    Le Venezuela dénonce le cybersabotage américain

    Cela rappelle les bombardements de l’OTAN sur la Serbie, après avoir détruit les infrastructures de ce malheureux pays les avions de la coalition du bien et de l’amour universel déversèrent depuis les airs des quantités d’une substance pulvérulente sur toutes les installations électriques de cette nation rebelle .En se déposant sur les systèmes de distribution électrique cette substance(graphite ?) pas cancérigène pour deux sous paralysa la vie du pays(et abrégea sans doute la vie de bon nombre de ses habitants plus surement qu’un tau élevé d’ozone ou que les particules fines de nos moteurs diesel )Et tout cela pour la plus grande joie du porte parole de l’OTAN de l’époque,un obscur Monsieur Shee (prononcez"chie")qui déclara à la télévision qu’ils étaient en mesure de couper le courant aux Serbes quand ils voudraient et aussi longtemps qu’il le faudrait !

     

    Répondre à ce message

  • #2157916
    Le 10 mars à 17:38 par Marie Claude
    Le Venezuela dénonce le cybersabotage américain

    Si un pays belligérant a la possibilité d’interagir sur la distribution électrique d’un autre pays, c’est évidemment très grave et je me demande ce qu’il adviendrait si cela se produisait en France sachant que la principale source d’énergie utilisée pour produire de l’électricité, c’est le nucléaire...Çà fait froid dans le dos...

     

    Répondre à ce message

  • #2157993
    Le 10 mars à 19:44 par Je suis Laureline Garcia-Berteaux.
    Le Venezuela dénonce le cybersabotage américain

    Maduro prend les coups pour que vous voyez de quoi est capable le malin.

     

    Répondre à ce message

  • #2158002
    Le 10 mars à 20:08 par Sans dents
    Le Venezuela dénonce le cybersabotage américain

    ELLIOTT ADAMS ,un néoconservateur, a été mis en place au poste d’envoyé spécial au Venezuela ; Pedigree du gars : coup d’État au NICARAGUA,SALVADOR en1982, Venezuela en 2002, lire l’article du Monde Diplomatique Mars 2019,page 10.11

     

    Répondre à ce message

  • #2158006
    Le 10 mars à 20:12 par Jay
    Le Venezuela dénonce le cybersabotage américain

    Les choses sont plus compliquées que cela.
    Les US ne sont pas responsable à 100% de la crise catastrophique du Venezuela.
    Ce n’est pas juste l’embargo américain.
    C’est aussi la politique de Chavez et de Maduro qui contribuent à détruire le pays.
    Je bosse avec un Franco-Vénézuélien qui a travaillé 25 ans là bas, d’avant Chavez jusqu’à Maduro.
    Les socialistes à la Chavez ont détruit la classe moyenne ( ceux qui bossent) pour donner des aides aux pauvres. Ce n’est pas en détruisant la classe moyenne ( technique communiste ) que l’on redresse un pays. Et si vous ajoutez l’embargo, on arrive à la situation actuelle.
    La Vérité est souvent entre les deux.
    Je ne nie pas une implication possible des US dans la coupure d’électricité.
    C’est possible, mais ce n’est pas une raison pour mettre de coté la politique socialo-communiste absurde commencée par Chavez, qui a aidé certains pauvres, certes, mais en plombant le pays et en détruisant la situation de ceux qui travaillaient.

     

    Répondre à ce message

    • #2158047
      Le 10 mars à 21:27 par Mike Deschamps
      Le Venezuela dénonce le cybersabotage américain

      @Jay et c’est sans doute pour cela que les US sont arrivés avec de l’aide humanitaire pour le peuple vénézuelien, après des années d’embargo ? Personne ne mange de ce pain là ! Vous voulez me rappeler le nombre de coups d’état en Amérique latine depuis les années 50 ? Que les ricains s’occupent de leurs fesses !

       
    • #2159514
      Le 13 mars à 20:04 par rie
      Le Venezuela dénonce le cybersabotage américain

      Merci Jay pour nuancer les commenatires. J’ai 2 amies Venezueliennes de classe moyenne qui ont connues l’avant et l’après Chavez et toutes les 2 ont du s’expatrier car elles ne pouvaient plus s’en sortir financement. Toute leur famille vivent toujours là bas mais sont passés de classe moyenne confortable a limite pauvre. Elles sont catégoriques que c"est pas politique de Chavez qui a créé ça.

      Chavez avaient de bonnes intentions et la lucidité de comprendre qu’il fallait libérera le pays de l’entreprise US mais sa politique communiste est responsable aussi de la situation sociale et financière de son pays. Il a sa part de responsabilité malheureusement ce qui ne retire rien au fait que c’etait un homme exceptionnel.

       
  • #2158054
    Le 10 mars à 21:38 par marc
    Le Venezuela dénonce le cybersabotage américain

    Pourquoi faut-il absolument tout connecter à l’internet et se placer de facto sous la dominance de ceux qui le contrôlent ? Avant l’internet, la distribution d’énergie se faisait aussi.

     

    Répondre à ce message

  • #2158154
    Le 11 mars à 06:38 par Pierre Loup
    Le Venezuela dénonce le cybersabotage américain

    Cette année en 2019 ça va péter au Venezuela, la crise financière mondiale est imminente, les blancs européens vont péter un câble généralisé face au processus de destruction fait à leurs encontre par les mondialistes.. de très graves troubles sont à l’horizon.

     

    Répondre à ce message

  • #2158650

    Fallait pas filer du pétrole à la Chine pour faire tourner les usines européennes...
    partout où il y a du béton, de l’acier, du plastique, c’est signé, c’est plié !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents