Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le capitalisme et le communisme : deux systèmes économiques de même nature

Par la rédaction d’E&R

Comment comprendre économiquement que la révolution bolchevique fut financée par des banquiers américains ?

Le capitalisme américain se base sur l’existence d’une banque centrale qui n’appartient qu’à une minorité de banquiers commerciaux. Cette dernière leur procurant de l’argent facile en particulier depuis la fin des accords de Brettons Woods.

Cette création artificielle de monnaie, qui plus est par la méthode des réserves fractionnaires, engendre une croissance inflationniste qui a un effet de redistribution automatique des richesses. Les premiers détenteurs de la nouvelle monnaie engendrent une inflation pour les seconds.

À terme, l’accumulation de capital se fait par une seule et même entité. Cette tendance au monopole conduit à une centralisation complète des moyens de production et donc à une perte totale de possibilité d’entrepreneuriat. Le salariat devient indispensable pour survivre dans une seule et même organisation transnationale. Cette dernière peut gérer les salaires de la manière qu’elle souhaite car il n’y a plus de concurrence.

En Union soviétique, en planifiant complètement l’économie et en interdisant la propriété privée, la centralisation du pouvoir sur l’effort et les fruits du travail des individus se fait directement. L’essence philosophique est la même. L’usure au sens large (création artificielle de monnaie des banques commerciales et de la banque centrale) a pu feindre de se faire voir au grand jour en mettant en place un alter-ego d’une grande puissance grâce au génie marxiste.

Anthony Sutton nous expose ces différents investissements des Rockefeller et des Morgan, qui s’inscrivent dans une stratégie de long terme. Ainsi, le capitalisme américain est loin d’être un libéralisme. Le rêve américain est mensonger de par son appareil financier et son ex-collègue russe le rejoignait sur l’essentiel.

La monnaie est une marchandise comme une autre, elle peut être légitimement créée à tout moment par n’importe quel citoyen. Des expériences de plus en plus nombreuses ont d’ailleurs lieu dans des régions de France à culture plus traditionnelle, comme au pays basque avec l’Eusko ou le Sol violette à Toulouse.

L’inconvénient réside dans le fait que ces monnaies sont fiduciaires et n’ont pas de valeur intrinsèque ; il serait plus judicieux de fabriquer une monnaie en métal jaune ou argent. Mais ces expériences sont toujours bénéfiques et manifestent une volonté de changement ainsi qu’un renouveau d’actions politiques sans attendre le consentement des hautes sphères.

Cet adversaire factice qu’a été la subversion bolchévique a pu détourner une attention qui ne voit malheureusement plus maintenant d’autre alternative au capitalisme américain, source du nouvel ordre et gouvernement mondial.

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

42 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Heureusement, le camarade Staline a purgé la Russie soviétique des trotskistes, malheureusement, le petit géorgien voyait des traîtres partout, et les nazis ont rajouté de l’huile sur le feu avec l’affaire tchoukatchevski en 1936


  • Étant catholique pratiquant, on ne peut pas me soupçonner d’être un léniniste fanatique. Et pourtant... cette idée selon laquelle W.Street aurait financé la révolution bolchévique est, à mon humble avis, stupide.
    Deux raisons :
    1_ Il faut savoir que la révolution russe s’est déroulée en deux temps, le premier était celui des mencheviks, des "cadets" (libéraux "Constitutionnels Démocrates") et des socialistes-révolutionnaires (en fait, la "droite" patriotique russe de Kerenski). Ceux-ci ont effectivement très bien pu recevoir l’aide des États-Unis en raison de "l’antisémitisme du régime tsariste", et de son caractère "arriéré" moralement (monarchie quasi-absolue et christianisme d’État). D’ailleurs, parmi les nouveaux meneurs de la Révolution de Février 1917, se trouvaient de très nombreux francs-maçons. Les SR de Kerenski voulant poursuivre la guerre contre les empires centraux, tout allait pour le mieux vu de Washington, Londres et Paris.
    Le deuxième temps, est celui de la Révolution d’Octobre. Trotski éprouvait un mépris profond contre les francs-maçons, Lénine voulait arrêter la Grande Guerre et propager la révolution partout en Europe, Staline s’y résigna temporairement en instaurant le fameux "socialisme dans un seul pays" et en purgeant les éléments "trop occidentalistes" de son entourage dans les années 1930. Ces gens là (Trotski à ses débuts, Lénine, Kirov, Staline...) n’étaient absolument pas profitables au système occidental, à tel point qu’on leur fit la guerre. Je rappelle que le bolchévique, aussi sanguinaire soit-il, a interdit la FM et a soutenu par la suite tous les régimes tiers-mondistes (Kadhafi, Sankara, Castro, el-Assad...) qu’ER soutient.
    2_ Comment expliquer le fait que les troupes américaines débarquèrent à Arkhangelsk, les franco-britanniques dans le Caucase et en Ukraine, les japonais (alors alliés des occidentaux) à Vladivostok ? Et ce, alors même que la 1ère GM était à peine terminée ? Wall Street serait-elle schizophrène ? Ou ne contrôlait peut-être pas encore assez les gouvernements occidentaux ?

    Le libéralisme économique (plus encore que la simple finance mondiale) est intrinsèquement mauvais. Aussi bien pour le christianisme, que pour le communisme ou pour le socialisme national-corporatiste.
    Donc s’il vous plait, cessez de dire que le système actuel (l’Empire) n’est pas libéral... il l’est, et c’est justement pour cette raison précise qu’il est diabolique, libéral s’opposant à liberté humaine.

    Sur ce, vive ER !

     

    • Ca vaut ce que ca vaut mais le Sheikh Imran Ossein apporte des réponses à vos doutes camarade. A mon avis ça me semble plausible https://www.youtube.com/watch?featu...



    • Je rappelle que le bolchévique, aussi sanguinaire soit-il, a interdit la FM et a soutenu par la suite tous les régimes tiers-mondistes (Kadhafi, Sankara, Castro, el-Assad...) qu’ER soutient.



      1) Je ne sais pas pour Sankara et Castro, mais par contre Kadhafi et les Al Assad étaient ou sont bien francs-maçons.

      2) Le soutien de ER à tel ou tel dirigeant politique n’est pas un gage de non appartenance à la FM. Le meilleur exemple reste Simon Bolivar, franc-maçon déclaré et assumé, exemple et maitre à penser de feu Hugo Chavez, paix à son âme.


    • Oui, c’est un peu bizarre Vlad, je ne crois pas à une schizohrénie de la part de Wall Street mais belle et bien à une haine des USA envers les bolcheviks.
      Surtout que les Occidentaux en guerre contre les empires centraux n’avaient pas intérêt à la chute de Kerensky étant donné qu’il était engagé dans la guerre aux côté des Occidentaux, en plus dans le gouvernement Kerensky il y’avaient des Franc Maçons, alors qu’ils étaient interdits plus tard sous Lénine,en plus le congrès de Tours interdit d’être franc maçon,donc Lénine est contre l’Empire.
      De même que Hitler, si Hitler était un soi-disant "révolutionnaire" selon Francis Delaisi, pourquoi a-t-il interdit le parti communiste allemand, pourtant populaire et tiers-mondiste, en plus Hitler est un sioniste, il faut voir l’accord harava, en plus il a vendu des armes aux sionistes, en plus Thruman a déclaré dans le NY times en 1941 soit après les hostilités entre les Occidentaux et les nazis,que si l’URSS gagne, nous aiderons l’Allemagne...
      En plus le plus grave était que Hitler a réintroduit le livret de travail qui soumet les travailleurs allemands. En plus Hitler n’aime pas E&R vu que E&R se réclame du gaullisme, et que Hitler détestait les peuples (sauf les germains).
      Je tiens aussi à rappeler pour certains que Alain Soral est un anti-nazi.


    • Soral n’est pas anti-nazi mais pro-français.Sur le nazisme, comme ailleurs sa position est subtile.

      Concernant le débat, un seul mot : subtilité.
      C’est à dire qu’il y a des idées, des idéologies, des forces, des hommes, des classes sociales et des groupes humains et que ces chosent s’entrechoquent, se mêlent et se croisent à la manière d’un rubicube, de sorte qu’à la fin la face est soi rouge, soit noire, soit bleue, etc.Mais il est peu probable qu’une face devienne d’une seule couleur car en histoire tout n’est jamais blanc ou noir mais gris c’est à dire humain.

      Autre contresens qui pourrait être fait : l’article ne dit pas que le communisme russe était d’essence capitaliste mais que le capitalisme occidental ramenait d’une certaine façon, par son système bancaire, à la centralisation et la spoliation qu’on connu les russes pendant l’ère soviétique.

      Du reste, je ne trouve pas que cet article soit particulièrement bien écrit et explicite.


    • Des preuves existent du financement de la révolution bolchevique par des banquiers US.
      Si mes souvenirs sont exacts, Trotsky-Bronstein a reçu 20 (vingt) millions de dollars or de l’époque de la part des banquiers Schiff et Warburg, ces fonds ayant transité par la Suède.
      Nos raisonnements, aussi parfaits soient-ils, n’ont aucune valeur s’ils sont contredits par les faits.
      Pour cette raison, il est préférable d’accumuler autant d’informations que possible avant d’émettre un avis.


  • Bonjours.
    Personnellement j’aime bien Lénine, mais j’aimerai vous posé des questions, sur les relations entre le communisme et le capitalisme, et que Staline est un "mondialiste" en relation avec la finance US.
    - Je crois que Lénine s’est battu contre les Européens,les Américains et les Japonais entre 1918 et 1922.
    - Je crois que Lénine est un anti-impérialiste, un anti-colonialiste et un anti-sioniste, il a dit que le sionisme est une idéologie réactionnaire, et il a toujours combattu le sionisme. Lénine est très engagé dans l’anti-colonialisme (contrairement à Ferry ou à Blum, les maîtres de Dray,Harlem Désir,BHL,Hollande,Aubry,Fabius,Valls,Moscovici,Peillon,Malek Boutih,Caroline Fourest ?...) et c’est grâce à lui que les indépendistes indonésiens sont passés d’islamistes à communistes (avec Henk Sneevliet, communiste néerlandais).
    - Staline a repris le flambeau de la lutte anti-colonialiste, d’ailleurs en 1936 il a soutenu les républicains espagnols (qui n’ont pas été aidés par les occidentaux) contre les Franquistes ce qui n’a pas plus aux Occidentaux.
    - Staline a fait comme même la guerre froide, il a résisté contre les USA de 1945 à 1953.
    - Puis après la révolution Cubaine, Fidel Castro n’est comme même pas un traître, absolument pas, pourtant c’est un communiste,il n’a jamais été avec la finance mondialiste, et il été soutenu par l’URSS, qui d’ailleurs a soutenue tout les tiers mondistes à l’époque et les décolonisations (Algérie,Vietnam,Mozambique,Angola), rappeler vous que l’URSS a été l’ami des nationalistes arabes (Nasser,Saddam Hussein,Hafez al Assad,Kadhafi,Boumedienne) l’ami aussi des communistes au Yemen et en Afghanistan.
    - En URSS, les soins,l’éducation,la culture et le logement était gratuit, certes les dépenses militaires entravées le développement du Pays (à cause de l’Empire) et je sais qu’il y’avais une Nomenklatura, mais après la chute de l’URSS, Elstine a trahi son pays, je ne vous parle pas des pays de l’est.
    - Et puis les grands groupes industriels, ils collaborent eux aussi avec les banques, ils sont côtés en bourse, pourtant ce sont des entrepreneurs, et ils ne sont pas des ouvriérophiles.
    - Mais Hitler, pourquoi, si il aimait les travailleurs comme le disent certains, pourquoi Hitler a réintroduit le livret de travail (Delaisi a mon avis l’explique pas),pourquoi il a interdit le KPD (qui pourtant était ouvriériste),pourquoi il a fait des guerres, pouruqoi il a ruiné les ouvriers et paysans de nombreux pays famine en Holand

     

    • Au sujet de la Guerre civile Espagnol tu dis n’importe quoi.Le camp republiquain a recu l’aide des occidenteaux nottament des Etats Unis.Les Franquites se sont battu contre la fran-maconnerie et Le sionisme et pour le soutien de l’eglise catholique.Franco a fait beaucoup pour l’Espagne que se soit en politique agriculturelle et sociale.Tout les Espagnoles avaint un boulot et un logement.Il n’y avait pas de banque etrangeres et la banque Espagnoles etait Nationale au service des Espagnoles.La seule raison les Etats Unis ont laisser Franco au pouvoir etait pour leur anti communisime mais en 1976 la CIA a plotter l’assassinat du successeur de Franco au mains de l’ETA (groupe financier par la CIA).Le roi d’Espagne a ete acheter par les Judeo-maconique Americains pour assurer la transition et a trahi les Espagnoles.Le National socialisme est Le seul mouvement politique qui a vraiment aider les citoyens,Le communisme c’est Le poison et la degeneressence de l’humanitee.


    • Massilia, Franco s’est allié avec les Américains après 1945.
      Et puis moi je soutient les gens qui aiment leurs peuples et les autres peuples, en plus Franco est un colonialiste, un anticommuniste, je verrai pas pourquoi s’en prendre aux franc maçon dans leur intégralité, certains FM sont gentils (Allende,Bolivar) Mais pour ton information les FM étaient combattus par les Communistes car ennemis de classe.
      Et pourquoi Massilia tu semble soutenir les ultra nationalistes comme Franco. Les communistes sont bien meilleurs que les Fascistes, les Fascistes ont-ils libéré des peuples de l’oppression ? Les Communistes, oui !
      Le But d’E&R n’est pas de promouvoir une "supériorité de la race française" non, E&R c’est l’Egalité et la Réconciliation, donc E&R = marxisme, Alain Soral, bien sûr qu’il se réclame de Marx , Alain Soral est pour les peuples "demain la gouvernance globale ou la révolte des nations", je ne vois pas pourquoi le fascisme serait une alternative alors que le Fascisme c’est la guerre c’est la négation de Marx. C’est pas parce que par exemple que Mussolini a brûlé la dette italienne qu’on doit l’aimer, Mussolini était un fasciste sanguinaire, il a envahi l’Ethiopie, il a fait des crimes contre l’humanité en Libye (Omar Al Mokhtari à été pendu alors qu’il était vieux) et en Yougoslavie et en plus il a envahi la France, c’est digne d’E&R l’impérialisme ? Non.
      Le Communisme est meilleur que le Fascisme car le Communisme est anti-impérialiste et anti-colonialisme, prenez l’exemple de Fidel Castro.
      Et tu sais très bien que Alain Soral est anti-impérialiste, il a condamné les guerres, et en plus tien tien, Alain Soral défonce le dernier état fasciste : Israël, d’ailleurs si Israël serait dans les années 1930/40, il se serait allié avec Hitler, c’est moi qui vous le dit !


    • "Massilia et Taï" j’ai suivi votre conversation et ce que je retiens c’est qu’il n’y a rien de pire que d’être borné, ça fait raconter bcp de bêtises... N’oubliez pas que derrière les idéologies, il y’a des hommes, et la première est toujours au service des seconds... je ne suis pas un ami de la FM et pourtant je trouve Allende bien plus sain que Chalgoumi "l’Imam des Juifs"... Arrêtez ces querelles stupides, il y’a du bon et du mauvais partout et le mal incarné n’est ni dans le capitalisme, ni le communisme, ni le fascisme, ni la religion ni ici, ni là... Tout ça ne sert de prétexte... La vérité on s’en approche , par la subtilité et l’intelligence.
      C’est ce pourquoi Soral plait tant et qu’il rassemble derrière lui des gens si différents et à priori opposés si l’on en croit le paradigme ambiant, c’est qu’il fait un exercice d’intelligence... il prend un peu ici, un peu là et propose des réflexions intelligentes. Jugeons nous plutôt à nos actes et principes moraux et on aura fait un grand pas. En tout cas c’est ce que je pense. Et n’oublions pas que l’histoire n’est pas une construction planifiée... elle est surtout le résultat de circonstances qui s’entrechoquent... On fait bien plus ce que l’on peut que ce que l’on veut... ça explique pas mal d’alliances improbables


    • Pour ceux qui, comme moi, connaissent mal la période de guerre civile espagnole de 1936. Un livre super bien écrit, facile à lire et qui est très éclairant sur ce conflit c’est le bouquin d’Orwell "Hommage à la Catalogne". Lui a eu les couilles d’y aller et de se battre au front où une balle lui a traversé le cou. Il a combattu du côté des républicains dans une milice anarchiste tendance marxiste, le POUM(parti ouvrier d’unification marxiste) qui a été interdit et dont les membres ont été assassinés ou ont disparu. Oui Orwell l’a échappé belle.
      Le livre est divisé en 2 parties, la première il relate les évènements qu’il a vécu, récit d’un combattant, et la seconde il analyse les alliances et la guerre des partis politiques espagnoles, leurs trahisons, les mensonges manipulations à la fois des occidentaux et de Staline. On se rend vite compte que tout ça est bien plus complexe que ce que nous en dit l’histoire officielle.
      Que l’ont s’intéresse ou non à cette période c’est un livre indispensable.


  • Le point commun entre capitalisme et communisme : le système monétaire.

    Il faut donc passer à autre chose, à une économie basée sur la gestion et l’exploitation des ressources naturelles de notre planète.

     

    • Oui mais on retourne à l age de pierre des echanges et ipso facto se créera une monnaie. Ce n est donc pas la monnaie qui est en cause (d ailleur à E/R on pourrait récréer une monnaie alternative entre nous), c’est qui la créait et pour en faire quoi ? Si la monnaie sert exclusivement à permettre les echanges et les prêts à des fins personnelles et/ou purement commerciales aucun pb... C’est qd cette même monnaie est créer par des individus (pour s enrichir) et sert à la spéculation (monétaire et non commerciale lié au risques des transports) que cela commence à poser de serieux pb et des grandes injustices...


  • Merci de mettre en valeur cette voie de garage où trop se perdent :

    Le Capitalisme, l’ultra-libéralisme, le néo-libéralisme, ne sont PAS des libéralismes :

    Ils ne prennent du vrai libéralisme que ce qui les intéresse (son 1er fondement : la liberté de faire), en passant sous silence son 2ème fondement : l’interdiction du monopole (qui permet de borner le 1er fondement).

    Un libéralisme à Banque Centrale est un oxymore.

    Ne vous méprenez pas d’ennemi : le vrai libéralisme est l’ami.

    Ce n’est pas parce que le loup s’est revêtu des oripeaux de grand-mère pour pouvoir manger chaperon, qu’il faut accuser grand-mère.

    http://bastiat.org/fr/

     

    • Bastiat ? je clique au hasard sur la liste de ses textes, je tombe sur "les Machines", d’un progressisme stupide (surtout vu d’aujourd’hui, certes). Neo libéralisme et libéralisme c’est bonnet blanc et blanc bonnet, comme un Michea l’a très bien montré. Une philosophie réduite à l’intérêt économique, qui refuse la transcendance ou la quête du bien. Je crois que vous vous êtes fourvoyé en venant prêcher cet anti-humanisme sur E&R.


    • Perso je pense que le libéralisme économique ,c’est comme les droits de l’homme : un espoir apparent (crée par la bourgeoisie) qui ne veut pas dire grand chose et dont les plus riches imposent ensuite leur visions aux concepts abstraits de "liberté", "libéralisme" et "droits de l’homme"à leur profits pour mieux dominer les peuples.
      en fait le libéralisme c’est la concurrence pour la richesse et un système qui juge avant tout sur le porte monnaie : le meilleur est celui qui a le plus gros tas de métal précieux,c’est donc une vision mamonique du monde.
      Mais c’est aussi la loi de la jungle car le 2ème fondement ne peut plus être appliqué car les monopoles peuvent corrompent n’importe qui avec l’argent, dans un monde où le pognon est Roi, surtout à notre époque....
      Finalement on vit une période où le capitalisme révèle sa vraie nature...


    • Je raisonnais exactement comme vous, avant de lire Bastiat : j’ai découvert en le lisant que je ne connaissais que des clichés sur le libéralisme, et que ces clichés n’avaient rien à voir avec le vrai libéralisme, dont la pensée et les principes sont bien plus profonds que ce qu’on nous en dit.

      Vous réagissez comme un anti-islamiste qui dirait : "ouais ! je sais ce que c’est l’Islam : de belles paroles, mais moyen-âge et compagnie !", ou un anti-raciste qui dirait : "ouais ! je sais ce que c’est Le Pen (on me l’a suffisamment montré à la télé) : de belles paroles, mais double langage : c’est un raciste, point !"

      Lisez Bastiat, comme les gens de gauche et les muslims d’ici ont fait l’effort d’aller vers Le Pen en le jugeant sur pièce et non sur ce que les médias en disent ; comme les cathos et les gens de droite d’ici ont fait l’effort d’aller vers l’Islam et les immigrés sans trop croire ce que leur en disent les médias et les clichés :

      Vous comprendrez pourquoi je viens prêcher ICI, sur ER, le VRAI libéralisme.

      Mais tant que vous ne l’aurez pas lu, vous ne serez que des ignorants, qui jugent ce qu’ils ignorent sur ce que les clichés leur en ont dit.


    • #418666

      Au risque de me répéter mais cela fait aussi partie du jeu, je ne peux qu’abonder dans votre sens. Mais il est particulièrement difficile d’amener à la raison ceux qui se drapent dans leur idéologie et leur pensée dogmatique pour formuler un avis.
      Toutes ces "théories" ne sont que pure invention pour favoriser la mise en place d’un système ochlocratique.
      Une société libérale authentique permet la création de richesse car elle donne la possibilité aux plus talentueux de s’exprimer. Cette richesse est d’ailleurs toujours plus équitablement répartie que dans le système que l’on veut nous imposer.
      Pour qu’elle fonctionne, l’économie libérale a simplement besoin de règles dont une aristocratie aurait reçu la déposition et le devoir de les faire appliquer sans faille (c’est exactement l’opposé de ce que nous connaissons puisque toutes nos "élites" constituent l’essentiel de la forfaiture et de la corruption que nous constatons).
      La première règle est celle de la concurrence pure et parfaite, elle dit que dans un environnement donné et identique (social, fiscal, financier etc...), le meilleur doit l’emporter. C’est même une source de progrès puisque le gaspillage des ressources (un des plus forts revenus pour l’Empire) disparaît ainsi naturellement. On comprend mieux pourquoi l’Empire ne veut pas de ce modèle tout en donnant l’illusion que c’est son choix.
      Et oui, si l’on poursuit cette logique, le coût du transport, par exemple, disqualifierait une nation comme la Chine pour nous et nos marchés, cela reviendrait même à réintroduire l’entrepreneuriat local, trop éclaté et donc impossible à manipuler et contrôler...


    • bonjour,
      comprendre Bastiat (pour l’avoir lu et compris, ignorant que ne suis-je), c’est appliquer à terme l’anarco-capitalisme, pas d’état, pas de collectif, juste des propriétés pouvant se conglomérer.
      Les dérives possibles de ce libéralisme à fond : la loi du plus fort, et que meurent les faibles.
      Loi du plus fort souhaitée par d’authentiques libertaires qui fait qu’en règle générale, les types d’alternative libertaire, qui ne jurent que par Bastiat, sont des fanatiques de Darwin...et profondément athées.

      Un collègue qui était à fond pour Bastiat, était frêle. Je m’amusais à lui poser la question : sans état, sans armée, sans police, comment te ferais-tu respecter ?


    • @ Nico LG :

      Avec tout le respect, ta remarque prouve que tu as mal lu Bastiat, ou que tu n’en as lu que des extraits :

      Il ne prône pas le 0 Etat, comme tu donnes à le penser ; il prône l’Etat minimal, avec les prérogatives de service public (et les ressources provenant de l’impôt minimal) qui permettent à cet Etat minimal, au nom des citoyens :

      1- D’assurer la sûreté de tous (intérieure : police, qui punit crimes et vol ; extérieure : armée).

      2- D’empêcher la spoliation, ainsi que le monopole (donc court-circuitage automatique des plus forts et des lobbys).

      (c’est à dire, avec ces 2 points capitaux, de dresser les bornes nécessaires à la liberté que le libéralisme prône -c’est là qu’est le principal mensonge ou la principale ignorance concernant le vrai libéralisme : on ne parle jamais de ces bornes imposées, dans cette philosophie, à la liberté,)

      3- D’assurer la solidarité nationale minimale, ainsi que l’entretien des parties communes ou investissements communs (voies, routes, chemins de fer et aériens, ports, etc.)

      De plus, Bastiat insiste bien sur ce fait que les citoyens ne sont aucunement des enfants ayant besoin d’un Etat nounou qui fasse tout pour eux et qui court-circuite toute leur initiative :

      Ainsi les citoyens, réunis en associations, peuvent très bien gérer eux-mêmes leur sécurité sociale, leurs retraites, leurs assurances, leur solidarité pour tout dire, sans qu’un organisme mastodonte qui coûte des milliards ne vienne s’en mêler et faire action de parasite.

      Pour prendre une image simple, les membres d’une tribu de "sauvages" n’ont pas d’Etat nounou derrière eux, et ils savent cependant très bien s’occuper d’eux-mêmes, de leurs besoins, de leurs initiatives de vie, sans qu’un Etat (qui comme tout Etat, ne naît que de la conquête originelle d’un groupe sur un autre) ne vienne leur dire quoi faire ou leur servir de tuteur.

      Pour prendre une autre image, internet est si efficace et libre parce qu’aucun Etat ne vient y faire la loi  : la communauté des internautes, les "citoyens internautes" y mènent, seuls et avec succès, leur propre vie, sans Etat tuteur.

      Enfin, concernant Bastiat même, je n’ai jamais lu une pensée si originale, humaniste, intelligente, drôle souvent (nombreux paradoxes moqueurs) ; je n’ai jamais eu à connaître des points de vue et des raisonnements si éclairants, neufs, limpides, sur l’économie, que chez cet auteur, qui de plus est Français !


  • Sur un thème similaire :
    À lire : http://danielclairvaux.blogs.nouvel...
    Le pamphlet Mea Culpa De Céline, ça prend un quart d’heure à lire et c’est passionnant, en plus d’être instructif !


  • "Comment comprendre économiquement que la révolution bolchevique fut financée par des banquiers américains ?"

    J’ai toujours entendu strictement l’inverse : le financement du parti de Lénine par l’Allemagne pour se libérer sur le front est !

     

    • La haute banque finance tout le monde, ex:lors de la 1ére guerre mondiale, la banque de John Pierpont Morgan finançait les empires centraux et les pays de la triple alliance (France, Angleterre, Russie). La victoire est allée aux créanciers les plus endettés, pour qu’ils puissent régler leur dette rubis sur l’ongle).
      Soljénitsyne relate dans ses ouvrages : deux siècles ensemble que la monarchie tsariste de Nicolas II, qui entendait réguler les activités de la communauté juive sur le territoire de l’empire russe, s’est vue interdire tout emprunt salvateur auprès de la banque internationale par le veto de la banque juive.


  • Très bon article d’E&R. Je regrette que le titre soit "le capitalisme et le communisme", car je suis communiste moi-même, mais pour une disparition de l’Etat (communisme de PROUDHON) et donc opposé au bolchevisme qui a sévi en URSS, mais n’est pas le communisme dans son ensemble.

     

    • "Communisme de PROUDHON" ? D’abord Proudhon n’a jamais été communiste au contraire c’était un adversaire de Marx. D’ailleurs à pas confondre anarchisme et marxisme, et pour s’en convaincre il suffit justement de lire ses ouvrages...
      PS : loin de moi de faire mon donneur de leçons, mais lire ce genre d’ineptie m’agace légèrement... Sans rancune.


    • Cher Martin, je suis sans rancune aucune, mais : MARX n’était marxiste (il l’a répété assez souvent), l’anarchisme est un système idéal politique, le communisme (LES communismes plutôt) sont des organisations de l’économie, et oui, PROUDHON a élaborer des réflexions sur l’économie et le bien commun, et il est un des penseurs de base du communisme à la française (différent du communisme scientifique, du marxisme, du stalinisme, du trotskisme, du titisme, du socialisme baasiste, des national-socialismes... qui ont tous en commun de postuler la défense d’un intérêt supérieur à l’individu, l’intérêt commun/général).


  • cessez de parler de capitalisme, il a disparu un peu avant la 1ère guerre mondiale...


  • "La monnaie est une marchandise comme une autre"
    Non ! La monnaie n’est aucunement une marchandise comme une autre. Ca, c’est l’axiome libéral. La monnaie est la seule marchandise qui permet d’acquérir toutes les autres...

    "[...] elle peut être légitimement créée à tout moment par n’importe quel citoyen."
    C’est purement symbolique. La monnaie doit être créée par l’Etat.

    "il serait plus judicieux de fabriquer une monnaie en métal jaune ou argent."
    Encore non ! La quantité d’or ou d’argent étant limité, l’utilisation d’un métal de valeur pour la monnaie entraîne inévitablement son accaparement par une minorité, ce qui congestionne puis gangrène l’économie. Et même lorsque ces métaux sont concentrés sur un territoire donné, si cette richesse ne correspond pas à la production réelle de ce territoire l’économie s’en trouve, là aussi, complètement déprimée comme cela s’est passé dans l’empire espagnol, comme le firent remarquer plusieurs observateurs déjà à l’époque et comme l’a bien expliqué Michel Drac dans une conférence donnée en 2010 au Centre Saint-Paul (texte à trouver sur Scriptoblog).

    "[...] après avoir dévalisé les Indiens d’Amérique de tout l’or et l’argent (la monnaie de l’époque en Europe), ils se retrouvèrent plus pauvres qu’avant. Dans son Mémorial de 1600, Gonzales de Collerigo écrit avec une lucidité incisive : « Si l’Espagne est pauvre, c’est parce qu’elle est riche. » Et Pedro de Valence en 1608 : « Le mal est venu de l’abondance d’or, d’argent et de monnaie, qui a toujours été le venin destructeur des cités et des républiques. On pense que l’argent est ce qui assure la subsistance, mais ce n’est pas le cas. Les terres cultivées de génération en génération, les troupeaux, la pêche, voilà ce qui garantit la subsistance. Chacun devrait cultiver son lopin de terre et ceux qui aujourd’hui vivent de rentes et d’argent sont des gens inutiles et faignants qui mangent ce que les autres ont semé. »"
    La vérité est que l’argent ne vaut rien (Massimo Fini)

    La monnaie ne doit pas avoir de valeur par elle-même (cf. justement les "monnaies locales") mais une simple valeur conventionnelle garantie par l’Etat, qui doit la créer en fonction de l’activité économique. Un certain nombre d’économistes (Sismondi, M. Allais, etc.) ainsi que des intellectuels (Ezra Pound, E. Chouard, etc.) ont bien expliqué tout ça.

     

  • « Le point commun entre capitalisme et communisme : le système monétaire » :
    C’est vrai il y a beaucoup de point commun entre le stalinisme ( qui est du marxisme dévoyé) et le capitalisme mais c’est pas vrai du tout pour Marx car pour lui, le communisme c’est la disparation progressive de la monnaie sous toute ses formes, au profit du troc et donner au travail productif toute sa valeur car pour lui la monnaie est un intermédiaire aliénant que ce soit économiquement et socialement.
    c’est certes assez utopique mais faire disparaitre la monnaie c’est faire disparaitre les banques :le marxisme bien compris est le concept anti-"wall street" le plus radical. Plus que Delaisi même, car il reprend des concepts marxistes mais il met un peu d’eau dans le vin lui....


  • Je vais sans doute faire hérisser le poil à certains, mais le capitalisme sans l’usure, l’esclavagisme au dieu argent, et l’influence néfaste des banksters sur l’ensemble de la société mondiale, autrement dit mondialiste, et s’appuyant sur le psychisme en envoûtant les individus via le désir (femme à poil pour vendre du shampoing par exemple), ne serait pas une si mauvaise chose que celà.
    L’humain de tout temps a été un inventeur, un commercial, c’est dans sa propre nature. La concurrence représentant la compétitivité si cher à l’humain

     

    • Un capitalisme entreprenarial tu veut dire ?
      Bah je crois aujourd’hui le Système économique russe de Poutine, peut-il être une source pour nous ?
      Ou bien même le système économique chinois ?
      ou encore :
      - Saddam Hussein
      - Hafez al Assad
      - Bachar al Assad (je vous rappel que l’économie syrienne se portait bien, d’ailleurs c’est la raison pour laquelle il est attaqué)
      - Khomeiny
      - Kadhafi (l’économie libyenne = un îlot de prospérité à côté d’un océan de pauvreté grosso modo)
      - Nasser
      - Afwerki en Erythrée
      - Sankara
      - Lumumba
      - Hugo Chavez
      - Evo Morales en Bolivie
      - Fidel Castro
      - Ortega au Nicaragua
      - Rafael Correa en Equateur
      Voici d’autres alternatives, parmi ces économies, beaucoup sont des économies de matières premières, ainsi en France, nous avons du tourisme,banque,ressource agricole,industrie automobile,industrie minière, on pourrait nationaliser par exemple ces secteurs, l’état aura plus d’argent, donc plus de revenus pour les ménages,plus de consomation pour les ménages,donc plus de profit pour les sociétés,donc plus de productions pour les sociétés (publique) donc l’état a plus d’argent, quel cercle vertueux !


    • Mon ami, prends une bêche et parcourt quelque friche pour les cultiver...et ça ira mieux.


  • Il y a une dizaine d’années j’avais fait la même observation. A ce moment là je ne connaissais pas encore certains faits comme le financement de la révolution bolchévique par Wall street mais le bon sens et un certain sens de l’observation fit que je remarquai cette étrange similarité entre ces deux systèmes prétendument opposés. Quand je racontais cela autour de moi on me prenait pour un fou, maintenant que dix ans sont passés je peux enfin entendre des gens aller dans mon sens ! Je me sens moins seul !


  • bonjour

    Ca c est la théorie des ni ni , ni capitalisme ni communisme si tant est que le communisme ait existé : ne pas confondre stalinisme et communisme quand même ce serait la moindre des honnêtetés . C est la thèse des tenants du capitalisme financier TINA ( there Is No Alternativ) finalement pour détourner les masses salariées de l’aspiration au changement . Tout ce baratin éclectique et trivial sur la monnaie n a pas de sens ! on ne pourra pas s en passer avant longtemps à moins de revenir au troc , quelle utopie infantile ! D ailleurs elle est de plus en plus dématérialisée , de plus en plus virtuelle et sous forme numérique. Ce n est pas elle qui pose problème dans la société capitaliste mais la concurrence entre producteurs qui conduit à la surproduction puisqu’il n y a pas de plan concerté ( sauf cas particulier comme à la Libération , avec le succès que l on sait !) et donc aux crises , à la paralysie du système et à une lutte des classes exacerbée comme aujourd’hui où le capital financier en vient à pomper le fric des épargnants sur leur compte en banque. Souvenons nous que Mitterrand nous avait contraint à un emprunt forcé ! nous ne sommes plus très loin du sort réservé aux Grecs ! Enfin quitte à parler de "communisme" je vous invite à une petite visite au Vietnam "communiste" et vous verrez en comparant ce pays à économie dirigée aux Philippines capitalistes à l’américaine où je vis , quel est le système qui réussit le mieux à satisfaire les besoins des masses ! Et le Vietnam fut écrasé sous les bombes de l’impérialisme yankee des années durant, pas les Philippines et pourtant on croirait presque le contraire. Enfin je suggère aux plus curieux de s interroger sur la notion de NEP nouvelle économie politique inventée par Lénine dans les années 20 ( sorte de capitalisme de marché) qui serait peut être les formes prises par les économies chinoise et vietnamienne avec un immense succès. Partant de beaucoup plus haut imaginons ce qu’un plan associé à une économie de marché maîtrisée nous apporterait ?


  • Bjr,

    ...Le communisme n’est que du capitalisme d’état ....

    A+

     

  • bonjour

    Je voudrais revenir sur cette idée saugrenue qui consiste à amalgamer "communisme" (en fait stalinisme serait plus approprié, j y reviendrai), et capitalisme. J ai vécu "à l’Est " comme on disait autrefois et pas en touriste . Ce que j y ai vu n est en rien comparable à ce que j ai vécu comme ouvrier en France . Là bas ils se la coulaient douce tandis que nous étions à bout de force dans l hexagone au bout d’une semaine de métro boulot dodo ! en URSS les popov ne se foulaient pas et ce fut une des raisons de l’écroulement du système économique.Parce que la productivité du travail était insuffisante ! les "stimulants matériels " trop faibles .
    Evidemment que dans les systèmes économiques quels qu’ils soient la monnaie est le moyen principal de l’échange des marchandises y compris celle nommée force de travail humaine échangée contre le salaire qui pour une fois n est pas un échange d’équivalent et qui fonde le rapport capitaliste . Sauf qu en système capitaliste la part non payée de la richesse produite par le salarié va dans la poche d’un patron privé qui peut l utiliser pour l investissement ou sa consommation personnelle. Dans le système stalinien rien de tout ça même si les producteurs n étaient pas forcément d accord pour financer Cuba , la guerre de libération au Vietnam, la course à l espace , etc, etc avec cet excédent . Il s agit d’une insuffisance de démocratie et non la contrainte d’un système basé sur l esclavage salarié qui l exclue ( cf 2005 et la négation du vote des Français) .
    Quant à la monnaie c’est un rapport entre des individus dissimulé sous l apparence d’une chose. On appelle ce phénomène réification de res chose en latin. Comme tous les autres rapports de la production capitaliste ( l usine, la ferme, le bureau, etc.) qui sont en même temps des rapports d exploitation pour cause de confiscation de l excédent non payé.Tant que la société ne produira pas en abondance de quoi couvrir tous les besoins humains , le salaire sera calculé en fonction de la productivité individuelle qui prendra la forme monnaie pour l ’échange contre des marchandises qui n est au fond qu échange entre des travaux , du temps de travail différents .Seule la société sans classes ( le communisme) sera en mesure de mettre fin au salariat ( pas même la transition socialiste !) car il se servira plus à la répartition de la rareté. Nous serons alors entrés dans le domaine de l abondance généralisée. En sommes nous si loin ?


  • Le capitalisme a aussi financé le nazisme par le biais de la Banque des règlements internationaux, localisée à Bâle, en Suisse. Ce qui explique au passage pourquoi Hitler n’a jamais fait l’Anschluss de ce pays, pourtant germanophone aux deux tiers.


  • Je ne comprends pas le paragraphe « À terme, l’accumulation de capital se fait par une seule et même entité. Cette tendance au monopole conduit à une centralisation complète des moyens de production et donc à une perte totale de possibilité d’entrepreneuriat. Le salariat devient indispensable pour survivre dans une seule et même organisation transnationale. Cette dernière peut gérer les salaires de la manière qu’elle souhaite car il n’y a plus de concurrence. »

    L’"entité" en question est la banque centrale mentionnée avant ? Pourquoi n’y a-t-il "plus de concurrence" ? J’en appelle aux lumières des économistes en herbe d’E&R, et ils sont nombreux à juger par la lecture de certains commentaires !

    Merci par avance


  • haha le capitalisme se fait SANS banque centrale ! Lisez un peu votre histore et regardez comme les USA ont commence... justement en voulant enlever les banquiers du system monetaire !! La Banque centrale est privée certes, mais elle se fait passer pour une entite publique ! Si plus de la mointie des americains le savait, on serait en revolution des demain ! Une banque centrale c plus du communisme que du capitalisme ! Faut arreter de tout confondre... Capitalisme = marche libre, meme sur la monnaie ! Depuis 100 ans il n’y a pas eu de capitalisme aux US donc ca sert a rien de regarder le monopolie des rotschild et dire cest le resultat du capitalisme. Moi je dis que c’est le résultat des gouvernements !! Reveillez vous, il faut s’enlever de la tete qu’on a besoin d’un gouvernement pour avoir une societe ordonne et pacifiste, sinon il sera toujours corrompu, c’est évident !!


Afficher les commentaires suivants