Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le comédien et humoriste Volodymyr Zelensky élu président de l’Ukraine

"Un président juif au pays de la Shoah par balles" selon BHL

Les électeurs ukrainiens ont infligé un camouflet au président sortant Petro Porochenko, désavouant cinq ans d’effondrement économique et de guerre dans l’est du pays. Pour autant, Volodymyr Zelensky hérite d’une situation très difficile.

 

Après cinq ans de descente aux enfers, les électeurs ukrainiens ont décidé ce 21 avril de renverser la table. Selon les sondages à la sortie des urnes, le comédien et humoriste Volodymyr Zelensky, novice en politique de surcroît, devrait succéder à Petro Porochenko.

Deux jours plus tôt, lors d’un débat mouvementé organisé dans le stade Olimpiïski de Kiev, le comédien de 41 ans, attaché à la langue russe autant qu’à l’ukrainien, avait martelé sa volonté de tourner la page pour l’Ukraine, ruinée économiquement et enlisée dans une quasi-guerre civile dans l’est du pays. « Je suis convaincu que nous pourrons casser ce système, avec des gens corrects, avec une autre mentalité, avec une mentalité du 21e siècle », avait assuré Volodymyr Zelensky. Et d’ajouter, à l’intention de son adversaire Petro Porochenko, président sortant : « Le problème, ce n’est même pas que vous ayez des corrompus dans votre entourage […] mais que vous nous ayez volé cinq ans ».

 

Fermeté face à la Russie

De son côté, fidèle à sa rhétorique et à sa stratégie de campagne antirusse, Petro Porochenko avait renvoyé Volodymyr Zelensky à son inexpérience. « Un acteur sans expérience ne peut pas faire la guerre avec l’agresseur russe », avait-il répliqué.

De fait, l’élection de Volodymyr Zelensky traduit sans doute une volonté des Ukrainiens de sortir le pays de l’ornière de la révolution pro-Union européenne du Maïdan. Comparées au discours anxiogène et va-t-en-guerre de Petro Porochenko, ne promettant en définitive que du sang et des larmes, les prises de position plus consensuelles du prochain président de l’Ukraine ont fait mouche chez les électeurs.

Si Volodymyr Zelensky doit surtout sa victoire de ce 21 avril à sa notoriété acquise à la télévision ukrainienne et sur les réseaux sociaux, lors de ses rares déclarations de politique étrangère, il s’est notamment dit confiant dans la recherche d’une solution pacifique, diplomatique avant tout, au conflit dans le Donbass, où les républiques autoproclamées de Lougansk et Donetsk tiennent toujours tête à l’armée régulière de Kiev.

 

Vers l’indépendance de l’Ukraine vis à vis de l’Occident ?

Faisant preuve de pragmatisme, Volodymyr Zelensky a semblé au cours de la campagne présidentielle vouloir également dépassionner la question de la Crimée, rattachée à la Fédération de Russie en mars 2018, sans pour autant renoncer à la fermeté, coupant ainsi l’herbe sous le pied du belliqueux Petro Porochenko. « La Crimée nous reviendra, nous devons le comprendre, quand il y aura un changement de pouvoir en Russie, je n’ai pas d’autre issue à proposer », avait-il ainsi déclaré le 23 mars dernier, ajoutant dans la foulée que le changement de pouvoir en Ukraine qu’il incarnerait pourrait devenir un exemple pour la Russie.

Pour autant, si, dans les mots, le président élu a su réaffirmer la souveraineté de l’Ukraine face à la Russie, il devra surtout marquer l’indépendance de son pays à l’égard des Occidentaux qui, depuis le coup d’État du Maïdan de février 2014, se sont attribué un droit de regard exorbitant sur les affaires intérieures ukrainiennes. Et c’est là que les choses pourraient se compliquer pour le nouveau président : touchée en son cœur industriel et agricole du Donbass, l’économie du pays s’est effondrée. L’Ukraine est désormais sous perfusion du Fonds monétaire international (FMI), puissant levier des Occidentaux sur les pays qui y font appel.

Signe que cette relation de dépendance avec l’Union européenne et les États-Unis pourrait compromettre un exercice du pouvoir véritablement souverain de Volodymyr Zelensky, celui-ci s’est rendu en plein entre-deux-tours de la présidentielle ukrainienne, tout comme son adversaire Petro Porochenko, à Berlin et Paris. Si presque rien n’a filtré de ces entrevues, qui visaient peut-être à s’assurer du soutien de deux des quatre pays (avec la Russie et l’Ukraine, dans le format Normandie) garants des accords de Minsk II, reste le symbole : deux candidats allant chercher conseil à l’étranger.

L’humoriste, désormais confronté à la situation on ne peut plus sérieuse de son pays, doit sa notoriété à une série télévisée diffusée en Ukraine, Serviteur du peuple où il campe un président ukrainien. Il reste à Volodymyr Zelensky à passer de la fiction à la réalité.

 

L’avis toujours éclairant de BHL sur Zelensky :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

37 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Hitler avait raison, Hitler encule Marx !

     

  • Pauvre pays. Après les Femen voici ça.

     

  • Le pire advient à l’Ukraine :
    Zelensky, comédien médiocre communautaire, pur produit télévisuel comme Macron, n’a que le mérite d’être populaire puisque « passé à la TV ». Originaire de Kryvoy Rog, grande ville industrielle du Krybass au sud-est de l’Ukraine (ville pro russe à 75%), il est en réalité l’homme de paille de l’oligarque Ihor Kolomoïsky, maître de la ville de Dniepropetrovsk, capitale régionale située à 200 kms à l’est de Kryvoy Rog.
    Ihor Kolomoïsky un ultra communautaire revendiqué est un croisement entre BHL et Bugsy Siegel. Il est déjà depuis plusieurs années au parlement juif européen siégeant à Bruxelles, sioniste, pro-Union Européenne et pro-OTAN.
    Economiquement, il est lui-même le jouet de l’état profond américain et des vassaux de l’UE. Porochenko, le président sortant, oligarque aussi, des plus corrompus aussi, travaillait pour les mêmes maîtres qui l’ont mis au pouvoir. A la différence que devenu trop impopulaire (comme Macron) ses maîtres lui préfèrent la « nouvelle tête » de Kolomoïsky (comme ailleurs, le jeu des chaise musicales pour faire croire au vrai jeu démocratique). Le deal est simple : Kolomoïsky laisse piller l’Ukraine, ses industries, ses terres agricoles riches, ses matières premières par les financiers transnationaux qui gèrent l’état profond américain et l’UE en sous-main tout en mettant en place la politique sociétale mondialiste (migrations, LGBT… déjà le programme scolaire criminel « Global Education 2000 » promu par les Clinton pour détruire la capacité de penser des enfants (Wikileaks) y est en place, ainsi que la Gay Pride et plus de 20 000 migrants ont été disséminés dans la région de Kiev à l’insu du peuple ukrainien), fait entrer l’Ukraine dans l’OTAN.
    Et, en échange Kolomoïsky pourra continuer de s’enrichir en réduisant le peuple ukrainien en esclavage à son profit, en détournant les crédits octroyés par la Banque Mondiale et le FMI et surtout récupérer sa banque en la privatisant : PrivatBank, premier réseau bancaire ukrainien, que Porochenko avait nationalisé pour le faire taire (c’est l’unique chose bien pour le peuple ukrainien que Porochenko est faite pendant sa mandature). A la suite, Kolomoïsky s’était d’ailleurs réfugié en Israël.

     

    • Bonjour , auriez vous des sources à ce sujet qui vont dans le sens de votre commentaire ?


    • #2183600

      Cela semble hélas très proche de la réalité, ce que pourra sans aucun doute confirmer notre camarade Xavier Moreau...
      L’Ukraine n’est et n’a jamais été un Etat ni une nation, mais comme son nom slave l’indique, une marche d’empire, en l’occurrence de l’empire Russe, provisoirement colonisée par l’Empire Américano-sioniste... Tout l’enjeu est que la Russie et la Chine reprennent le contrôle effectif de leur étranger proche, et à ce moment la donne internationale pourra enfin changer...


  • Le début de la fin d travail de Kaganovich...

    Pauvres ukrainiens...ce nouveau holodomor perpétué par les mêmes risquent d’être plus insidieux...vous serez vite s...Vous ne tarderez pas à le comprendre


  • Ce guignolo de Bhl cherche toujours à être du "coté du manche" …..
    Après avoir soutenu mordicus les "anti-russes" orangés, il trouve tout d’un coup que c’est très bien qu’en Ukraine le président et le chef du gouvernement soient (parait il), juifs tous les deux !!!
    Plus sérieusement, le fait qu’un humoriste soit élu démocratiquement président d’un pays européen "contre toute attente", devrait sérieusement (re)mobiliser notre très cher ami Dieudonné M’Bala M’Bala sur la scène politique française, pour qu’il tente sa chance dès la prochaine élection présidentielle en France …..
    Grâce à lui, notre pays pourrait enfin retrouver sa bonne humeur et entamer énergiquement son redressement !!!

     

    • La décadence n’est plus un mythe, un nombre de gens partout dans le monde se réveille. Le choc des civilisations deviendra de plus en plus violent puisque un nombre de plus en plus restreint croulera sous le fric quand un nombre de plus en plus important s’appauvrira. Les indigents connaîtront probablement leur hôpital général. L’histoire se répète et bégaient malheureusement. Le chaos naît de l’excès de ceux qui veulent tout jusqu’à obtenir le messianisme tant rêvé. Pour cela, des marionnettes politiques tel que ce machin (mais aussi bolsonaro, tsipras, bébé élyséen actuel, trudeau, may, merkel, moreno,...) parvient au pouvoir pour servir ces élites cosmopolites judéo-maçonniques qui abattent les piliers : culture, économie, Histoire (revisitée, biaisée et souillée par cette oligarchie), civilisation, sociale, environnement, religion chrétienne (par la destruction des églises partout sur notre planète)...


    • Pourquoi pas ? il n’y a aucune raison pour qu’il ne soit pas élu.


    • Bhl n’est pas un guignolo. En tant que courroie de transmission des pouvoirs mondialistes profonds il est co-responsable de la production massive de souffrance inhumaine, de ces horreurs immondes perpétrées en Ukraine comme en Lybie, au Kosovo etc..qui sont le lot de toute guerre civile. C’est ce qu’il nous prépare ici aussi. Je n’appelle pas ça un guignolo.


  • À quand Elie Semoun, Patrick Timsit ou Gad Elmaleh président de France ?

     

  • Ça donne toi espoir à Dieudonné ! Yes we can ! Dieudonné président et Soral premier ministre ! Et Hervé Ryssen ministre des Cultes, de L’intérieur, de la Jeunesse, de L’éducation Nationale, de L’information, et de la Culture ! Make France great again !

     

  • La dernière étape avant les militaires d’ici 18 mois
    Qui seront eux mêmes obligés d’aller dans le dombass très lourd
    Et nous de suivre pour éviter l’effondrement de l’Ukraine
    Qui est la Pologne du xxie siècle
    On est bon pour une confrontation avec les russes d’ici 2022/23


  • Macron a un clone...
    Encore une preuve de la clairvoyance de peuple...


  • et après on voudra encore nous faire croire que toutes les élections ne sont pas truquées, que tout n’est pas décidé d’avance sans l’avis du peuple, que nous ne sommes pas en pleine dictature franc-maçonnique...

    franchement ?! Soral a raison !


  • Ce type n ’a pasz une tête d ’ukrainien ! il a une tête d ’acteur "français" .

     

  • Un comédien ? Il va bien s’entendre avec notre bouffon Justin.....


  • C’est quand même dingue cette propension qu’a BHL à toujours tout ramener à la judaïcité... Limite antisémite sur les bords le mec !!!


  • Les élections ressemblent de plus en plus à l’élection de la reine d’un bordel.


  • Quel pays de clowns ! il vaut mieux que Poutin s’occupe d’annexer le Donbass, Donetsk, Lougansk ainsi que les régions stratégiques limitrophes à la Russie afin d’éviter de se faire encercler par l’OTAN et laisser le reste de l’Ukraine à son sort. De toute façon la fusion prochaine avec la Biélorussie devrait largement compenser cette perte, certe c’est triste car cela fait encore un territoire de la fédération qui est en proie à une scission, mais il n’y a plus rien à tirer de se territoire.

    Au moins les élites ukrainiennes ont été plus intelligente que le peuple, la première chose qu’ils ont fait c’est de se barrer à Moscou ça change des élites traitres et stupides qu’on a ici.


  • Le fait qu’il ne soit pas diabolisé par les médias, ni par BHL est mauvais signe. J’attends le commentaire de Lucien Cerise.


  • Pareil, je tiens à souligner que le concept de nationalisme ukrainien est le plus attardé que j’ai jamais vu. Toute une fanfiction nationale bâti au prétexte qu’ils serait beaucoup plus slaves, alors qu’ils n’ont pas moins de sang mongol que leurs frères russes, pour preuve certains ukrainiens ont beaux être blond la plupart ont des yeux bridés. C’est comme-ci les habitants d’une région du sud de la France faisait sécession en revanche pour leurs poiles frisés hérités des croisades (sketch de Dieudonné), c’est stupide. Dmytro Dontsov a aider virer le tsar et tout ce qu’ils ont obtenus c’est l’holodomor, ils ne retiennent pas les leçons de l’histoire. Poutin a vraiment la patience d’un moine bouddhiste devant autant bêtise.


  • Le peuple Ukrainien s’est spécialisé dans l’autodestruction. Ils ont décidé de coiffer la France sur le poteau. Bravo ! Continuez comme ça, vous tenez le bon bout... Pathétique.


Commentaires suivants