Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La police : tu l’aimes ou tu la quittes

Excédés et fatigués, ils ont préféré quitter la police nationale et se reconvertir pour ne pas sombrer dans le désespoir. Aujourd’hui, ils dressent un portrait sans concession de leur ancien métier. Racisme, violences, carriérisme, pression du chiffre, heures sup, abus... Nicolas et Yann racontent.

 

Yann vient de la banlieue aixoise. Très jeune, son père lui inculque des principes de droiture, de justice, de loyauté. Il dit avoir toujours voulu bien faire et décide de devenir policier. À dix-huit ans et demi, il obtient un premier poste en banlieue parisienne. Très vite, il se rend compte de la « culture du chiffre » imposée aux policiers.

« J’aimais les affaires judiciaires, mais ce qu’on nous demandait, c’était des affaires déjà élucidées : des petits jeunes avec une barrette de shit. (...) J’avais des affaires beaucoup plus graves mais je ne pouvais pas travailler dessus. C’était plus simple pour tout le monde mais pas pour moi. Psychologiquement, mon idéal était entaché. »

Peu à peu, Yann commence à avoir envie de quitter son métier.

« Je n’ai jamais vu un collègue heureux dans sa vie de flic. Dès que vous commencez à réfléchir, c’est le début de la fin. Vous êtes un fonctionnaire, vous êtes là pour fonctionner. Si vous réfléchissez, soit vous quittez la police, soit vous finissez par mâcher le canon d’une arme, contre vous ou contre les autres. »

[...]

Bien classé à la sortie de l’école, Nicolas débute dans la brigade ferroviaire de la gare du Nord. Le mythe commence à se fissurer.

« Dès 6h30, il y a les SDF à déloger, les contrôles de fraude dans le métro, alors qu’il y a tellement de choses plus bénéfiques à faire. »

[...]

C’est lorsqu’il sent qu’il est lui-même en train de changer que Nicolas se rend compte qu’il y a vraiment un problème.

« Je commence à mal parler aux gens, à avoir moins de patience. Je suis cassé à ce moment. J’ai de la rancœur contre le système, contre cette machine à broyer des hommes. »

Lire l’article entier sur franceculture.fr

 

Le malaise policier, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

61 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2183002
    le 21/04/2019 par Fascagat pauvret drôlé
    La police : tu l’aimes ou tu la quittes

    Chapeau bas aux flics comme Nicolas et Yann !


  • #2183011

    Le "BASCULEMENT"...à quand le basculement pour la victoire ?!!!


  • #2183018

    Lorsqu’on n’a aucune formation, aucun bagage scolaire pour la plupart , un taux de chômage élevé, c’est une sortie de secours pour trouver un travail .Mais ce boulot demande des horaires très élastiques et des rémunérations pas toujours à la hauteur .Sans parler des humiliations et d’une image pas toujours acceptée .
    Entrer dans la police, c’est une vocation qui a été complètement dévoyée, car elle ne représente plus ce pourquoi elle devrait être faite .Alors par ces temps de crise , ils se bousculent au portillon pour ne pas se retrouver au chômage et enfiler la tenue, mais le mirage est loin d’être un long fleuve tranquille bien au contraire, il faut avoir les épaules larges, sans être très bien convaincu de ce qu’on vient foutre là, et l’inutilité se joint à l’ennui .Et si des drames arrivent, c’est peut-être bien à cause de cela

     

    • #2183049
      le 21/04/2019 par VORONINE
      La police : tu l’aimes ou tu la quittes

      En général , ils n’ont pas le sens de la responsabilité collective ;
      PRIMO, à la différence de l’Armée , qui est aussi très hiérarchisée , la police est très cloisonnée entre les différents corps , et syndiquée par corps .A la différence d’une unité de combat ou le chef, quel que soit son grade , vit avec la collectivité qu’il commande, il mange, dort, combat et prend les memes risques que ses subordonnés / Pour fairee avancer un spaghetti cuit , il faut le tirer , pas le pousser !
      SECUNDO : Dans ce type de boulot , tout membre , revètu du même uniforme doit se sentir collectivement responsable des actions entreprises par ses semblables : un gratte papier qui passe ses journées face à un écran doit se sentir touché par lesactions de répression des CRSD


    • #2183078

      ET tu ne nous parles pas de la porosité délinquance-Police !!...


    • #2183278
      le 22/04/2019 par Thermostat_9
      La police : tu l’aimes ou tu la quittes

      Il ne parle pas de porosité délinquance-Police, car aborder ce sujet en parlant de "porosité", c’est déjà mentir.

      La police, ce sont des voyous légaux, et rien d’autre. C’est parce que l’ordre qui nous est imposé est inique que la police existe. Elle n’existait pas durant des millénaires, et il n’y en avait pas besoin. Il y avait un anneau en or accroché dans la forêt en Normandie, et il n’a jamais disparu du temps ou cette région était dirigée par de vrais Normands, sous le régime de la loi Normande.

      Les flics comme les médecins sont des verrues de l’ordre marchant. Sans désordre, la police ne sert à rien, et sans maladie, les médecins non plus. Cette société est construite à l’envers, et repose uniquement sur le mensonge. Les flics SONT des voyous qui bossent pour l’état, donc pour la grande mafia. S’ils se suicident, c’est parce qu’ils finissent par s’en rendre compte . . .


    • #2183354

      "Les flics SONT des voyous qui bossent pour l’état, donc pour la grande mafia".

      Les flics qui matraquent à tout va et éborgnent les manifestantes et manifestants pacifiques seraient donc des collabos et des traîtres à la Nation et au peuple Français selon vous ? Mais alors que faire ?


    • #2183401
      le 22/04/2019 par René F.
      La police : tu l’aimes ou tu la quittes

      @VORONINE. Jolie métaphore sur le spaghetti pour expliquer qu’il vaut mieux être à l’avant qu’à l’arrière. Mais j’en invente une qui dit le contraire : "Pour faire avancer un pneu lourd, il faut le pousser (pour le faire rouler), pas le tirer."


    • #2183409
      le 22/04/2019 par paramesh
      La police : tu l’aimes ou tu la quittes

      bien vu thermostat, la police tel que nous l’entendons est une invention de la république durant la monarchie, le guet dans les villes plus attaché à l’hygiène et au savoir vivre qu’à la délinquence. et enfin sous louis XVI la création d’un corps spécial urbain
      En 1667, un décret est soumis, par Colbert, au roi (Louis XIV) : « La police consiste à assurer le repos du public et des particuliers, à protéger la ville de ce qui peut causer des désordres. » Le poste de lieutenant général de police est créé et la première force au sens moderne du terme est mise sur pied.
      quand à la maréchaussée (en campagne), son rôle exclusif est de d’empêcher les exactions des armées sur la population et traiter des désertions.
      Il n’y a bien sûr aucune police dans les sociétés traditionnelles. la police est une création étatique


  • #2183024
    le 21/04/2019 par R.MASSON
    La police : tu l’aimes ou tu la quittes

    Tout est fait pour que les flics se fassent détester du peuple, des gens ; dans le but d’ empécher l’union sacrée qui permettrait de foutre en l’air tout ce système pourri….Chose que n’on pas compris les antifas, blacks blocs et autres branquignols de la mm veine.

     

    • #2183088
      le 21/04/2019 par GERARD R.
      La police : tu l’aimes ou tu la quittes

      Reconnaissons quand-même que pour se faire détester, par la population, le plus gros du taf est fait par la corporation. On se demande ce qu’il faut vraiment à certains, pour ouvrir les mirettes. Un exemple : j’ai jamais entendu parler de l’usage du du LBD, quand ces enfoirés bardés de cuir et d’intolérance (mais à géométrie variable) se font caillasser (ou plus, si affinités) dans les cités. Alors, marre de la compassion à deux balles !!!

      Les ordres, la hiérarchie, ils ont bon dos !


    • #2183105
      le 21/04/2019 par Keuf you
      La police : tu l’aimes ou tu la quittes

      C’est toi qui ne comprends pas le rôle des antifas et autres crottes...


  • #2183035

    Racisme ? Ah oui ? Je pensais que tout était justifié (de Théo à Adama)

    Je suis vachement étonné. Va falloir que j’arrête d’aller sur Fdesouche et autres médias patriotes parce-que cette info je l’avais jamais vu.

     

  • #2183037
    le 21/04/2019 par VORONINE
    La police : tu l’aimes ou tu la quittes

    Parmi les motifs de mécontentement, il faut aussi citer le noyautage des carrières et des actions par le syndicalisme et la franc maçonnerie….depuis les débuts de lacrise des GJ , je réfléchis sur la question du maintien de l’ordre.J’ai passé les 75 ans, pendant plusieurs décennies j’ai travaillé avec la police et la Gendarmerie dans le domaine du renseignement de sécurité , je les connais donc un peu, et de l’intérieur , ces réflexions m’amènent à la conclusion suivante : en tant qu’usager "lambda ", jamais je n’ai eu à faire à eux dans mon intérèt - jamais - Les seuls rapports se sont soldés par des amendes pour des motifs futiles : défaut de ceinture, défaut de gilet jaune (!), excès de vitesse ( 7-10km/h), dépôt de plainte classé sans suite etc…. Et je ne dois pas etre une exception ! A quoi servent ils au juste , si ce n’est emmerder ceux qui les nourrissent .,

     

    • #2183120

      Je m’étais fait la même réflexion !!!


    • #2183329
      le 22/04/2019 par Michelly58
      La police : tu l’aimes ou tu la quittes

      Bah c’est chose faite car maintenant tout le monde porte son Gilet Jaune, ils sont jamais contant, mettre des amandes est leur raison de vivre. Je ne serais pas contre de supprimer la police et la remplacer par la gendarmerie, ils sont beaucoup plus efficaces.


  • #2183044

    À diffuser largement !!...


  • #2183072
    le 21/04/2019 par Antoine
    La police : tu l’aimes ou tu la quittes

    Vous êtes sur le bon chemin les mecs !

    bah y’a plus qu’à mettre un gilet jaune maintenant !!!

     

    • #2183151

      Oui, déposer les armes et le casque serait la solution la plus simple pour tout le monde !

      Pour éviter d’autres blessés, d’autres intoxiqués, d’autres suicides... Là çà n’a aucun sens.
      Si encore çà débouchait sur des mesures politiques, mais aucune !
      Macron-Castaner se foutent à la fois du peuple, et à la fois des forces de l’ordre qui les protègent. C’est clair. Et comme il n’y a plus rien à attendre de ces politiques véreux, soyons raisonnables ?

      SORTONS DE LA MERDE TOUS ENSEMBLE ! VIVE LA FRANCE.


  • #2183076

    Le suicide plutôt que la schizophrénie !
    Alors que la solution serait l’union sacrée....


  • #2183095

    Le Colonel de gendarmerie #MichaelDIMEO est attaqué par les syndicats policiers pour avoir dit la vérité sur les violences policières dans le documentaire de #BFMTV du 8 avril sur les images filmées le 1er décembre 2018 où on voit des CRS rouer de coups des manifestants alors qu’ils sont à terre et sans défense à l’intérieur du Burger King des Champs Elysées.

    Interrogé en regardant ces images, le Colonel de gendarmerie Michael DI MEO confirme qu’il s’agit de violences policières.

    https://lecolonel.net/pour-lhonneur...

     

    • #2183189
      le 21/04/2019 par JF. Vidocq
      La police : tu l’aimes ou tu la quittes

      On peut imaginer que les attaques des syndicats de police, le colonel de gendarmerie Di Maeo, doit s’asseoir dessus, avec la dignité qui est la sienne, car c’est tout ce qu’elles méritent.

      Les violences illégales, et tout aussi illégitimes, commises dans le Burger King par une escouade de crs, sont manifestes, et ont choqué l’ancien officier de police qui rédige le présent. De même, que la grossièreté d’un des crs du groupe, s’en prenant tout aussi illégalement à un journaliste qui filmait, et qu’il a voulu frapper, sans motif aucun.

      Sauf à agir de concert avec le ministre de l’Intérieur, pour nuire, en mettant en cause le colonel de gendarmerie qui ne fait que dire la vérité, les syndicats de police en défendant l’indéfendable, ont encore une fois perdu l’occasion de se faire humble, devant l’évidence.

      La police actuelle, qui n’a rien a voir avec celle que nous avons connu, est une véritable honte pour nombre d’anciens, et nous ne saurions trouver une quelconque excuse, et encore moins apporter du soutien aux auteurs de tels agissements, envers leurs concitoyens.

      Il est permis de se demander ,si la police initialement chargée comme la gendarmerie, de la défense des personnes et des biens, n’a pas vu ses missions dévoyées au profit exclusif des intérêts de l’oligarchie, par le racket légal tout azimuts, sous tendu par la politique du "chiffre".

      Au fond la police semble être devenue à l’image de son actuel ministre.


  • #2183103
    le 21/04/2019 par Keuf you
    La police : tu l’aimes ou tu la quittes

    Tu peux l’aimer mais la quitter quand même, vu ce que tu défends et ce que tu dois subir, cet amour n’a pas d’avenir.

     

    • #2183384
      le 22/04/2019 par VORONINE
      La police : tu l’aimes ou tu la quittes

      "On est flic quand on ne peut etre soldat….de même que l’on fait de la critique quand on est incapable de faire de l’Art !"


    • #2183629
      le 22/04/2019 par inspecteur Columbarium
      La police : tu l’aimes ou tu la quittes

      Alors si On suit votre logique à la lettre et votre mode de raisonnement @Veninine pour une racaille c’est qu’il a pas pu être éboueur !


  • #2183134

    Agressions à Munich dans une église (24 blessés)... Demain c’est le 22, chiffre kabbaliste par excellence, soyez vigilants si vous vous rendez dans des lieux saints !!!


  • #2183201
    le 21/04/2019 par ledaron
    La police : tu l’aimes ou tu la quittes

    Le soucis est qu’en France, la police est au service du pouvoir et non des citoyens,d’ou cette ambiance délétère.

     

  • #2183226
    le 21/04/2019 par Snayche
    La police : tu l’aimes ou tu la quittes

    Merci pour ces témoignages qui viennent malheureusement confirmer des intuitions que la plupart des français avaient...


  • #2183259
    le 22/04/2019 par Clem4484
    La police : tu l’aimes ou tu la quittes

    "racisme" ? En tout cas quand des bledards inondent de "fils de p..." des policiers au petit matin à Nantes, ceux-ci passent leur chemin


  • #2183266

    Avez-vous entendu parler du concept de la "neopol" ? par le gars du CNT (pas les rouges/noirs, l’autre un poil chèp’).
    Nous sommes arriver au stade où se sont les citoyens qui doivent organiser leur propre sécurité dans une sorte d’autogestion/autodéfense ; un peu comme les médics Gilets Jaunes (et "la Police avec Nous !", soyons fous, tendons l’autre joue, ça fait vachement moins mal que si l’on se contracte d’avantage, enfin ça dépend où ça encaisse). Et puis nous devons retisser le lien social pour se serrer les coudes, au bistrot, entre voisins, au turbin ...
    Sachant que la diplomatie est de rigueur pour désactiver l’escalade de la violence.
    En revanche je ne comprends pas bien vu la situation, en ce qui concerne les Arts Martiaux, l’interdiction formelle du Maître de toute mise en pratique en dehors des tatamis, sauf en cas de légitime défense, c’est bien cela ?
    Les rondes bénévoles suffisent souvent à faire déguerpir la plupart des chacals lâches, c’est l’intention qui compte ...
    Mince, un trop plein de Marvel ><.


  • #2183271
    le 22/04/2019 par Décompte
    La police : tu l’aimes ou tu la quittes

    "Les pieds sur terre", c’est une des dernières émissions où passe encore, de temps en temps, un vent de réel sur le service public radiophonique, étant donné que c’est alimenté par beaucoup de pigistes qui vont sur le terrain.

    C’est, sous cape, le dernier minuscule avatar autorisé - qui tente de ne pas se faire choper par la patrouille - de feue "Là-bas si j’y suis" (Sonia Kronlund connaît les limites j’imagine).
    Comme "Là-bas si j’y suis" : à la croisée de la gauche du travail, du mondialisme et du libertarianisme.
    Faut trier. Des petites pépites de temps en temps.

    Relativement aux polices (municipale, nationale), gendarmerie et compagnies républicaines de sécurité (CRS) de notre temps : je ne dirai rien sur mon petit cas personnel, ni les brutalités avérées envers les Gilets jaunes.
    Mais la sauvagerie nette de la Macronie se révèle, aussi, dans les chiffres des suicides enregistrés, formidablement ignorés après avoir été mentionnés pour mémoire dans le journal.
    Les gens devraient s’inquiéter, mais ne le font pas.


  • #2183284
    le 22/04/2019 par goy pride
    La police : tu l’aimes ou tu la quittes

    ce qu’on nous demandait, c’était des affaires déjà élucidées : des petits jeunes avec une barrette de shit. (...) J’avais des affaires beaucoup plus graves mais je ne pouvais pas travailler dessus.



    Cette citation illustre à elle seule la mascarade de la lutte contre la criminalité, en particulier du trafic de drogue, dans le monde occidental. J’ai réalisé cela par la simple observation de faits très étranges, dont deux en particulier, qui ne peuvent s’expliquer que par la complicité des autorités :
    - Dans telle rue dans un quartier situé en plein centre ville de Lyon des dealers de shit vous sifflent en plein jour pour vous demander si l’on veut quelque chose (du moins à l’époque quand j’étais encore là bas il y a une vingtaine d’années de cela) Comment peut-on faire ce genre de business illégale au vu et au su de tous tout tranquillou planté sous un porche d’un immeuble dans une des villes françaises les plus bourgeoises et de droite de France ?
    - Comment des milliers d’hectares de monoculture de pavot, chanvre, coca...cultiver en plein champ peuvent échapper à la détection en une époque où il y a des avions, des drones, la technologie satellite... ? Un simple citoyen qui claque 1000 euros peut obtenir un drone suffisamment performant pour visualiser avec une qualité d’image impeccable des dizaines de km² en quelques minutes...les autorités d’un état n’y parviennent pas ? Est-ce que quand vous traverser la Beauce en voiture les hectares de colza, maïs...peut échapper à votre attention ? Pour le rappel les cultures de coca, pavot et chanvre servant à alimenter le marché international de la drogue constitue de vastes espaces de monoculture parfaitement identifiables et repérables ! On ne parle pas ici du plouc qui cachent 4 ou 5 plants de cannabis au milieu de ses plants de tomates au fond de son potager...ni du geek qui a un système aquaponic avec lampe UV...dans une piaule de son appartement...mais de vastes champs en plein air ! Donc je réitère ma question : comment cela peut échapper aux autorités ? Cela ne peut pas ! Cela ne peut s’expliquer que par la complicité des états avec le trafic. Mais afin de préserver les apparences de la lutte contre la drogue on persécute un petit nombre de petits dealers en bout de chaîne...on organise une fois tous les 2 ou 3 ans une "grosse" saisie correspondant à une fraction ridicule de la totalité de la drogue qui est importé et vendu...

     

    • #2183399
      le 22/04/2019 par paramesh
      La police : tu l’aimes ou tu la quittes

      l’argent du marché mondial de la droque recyclé par wall street et la city sur le marché financier est estimé à près de 300 milliards de dollars annuels, cela répond-t-il à ta question.


    • #2183464
      le 22/04/2019 par Sedetiam
      La police : tu l’aimes ou tu la quittes

      Bien avant les guerres de l’opium, ce sont toujours les arcanes de quelque État que ce soit qui se chargent du business, en collusion avec les mafias, l’emploi du terme devenant ici pléonasme. Et puis il en va de la paix sociale (pour les élites mais sûrement pas les habitants de quartiers) en rétribuant ses petits dealers, variable sécuritaire lorsqu’il s’agit d’en serrer quelques-uns pour faire plaisir à Mme Michu, électrice, à l’approche des votes sanction...
      Avec un rapport de 1 pour 1200 c’est avant la pharmacie de labo, les guerres, la bouffe et le cul, le meilleur rapport après le vol de terres.


    • #2183621
      le 22/04/2019 par inspecteur Columbarium
      La police : tu l’aimes ou tu la quittes

      OK mais pour autant ça ne dédouane pas et encore moins légitime le bizness criminel des narcotrafiquants qui gangrènent l’économie réelle et Non parallèle, ni sous-terraine que ces barons de la drogue de la Maghreb-Mafia génère et brasse par milliards en France métropolitaine .


  • #2183324
    le 22/04/2019 par Michelly58
    La police : tu l’aimes ou tu la quittes

    C’est un devoir national pour un policier de démissionner.


  • #2183339

    Il est bien temps qu’ils se rendent compte que pour la hiérarchie ils sont au même rang que la piteuse populace.
    Je les trouve bien longs à la détente .

     

    • #2183485

      Le management dans le police est le même que celui dans les entreprises privées, à l’Education Nationale,... identique à celui de la finance de Bercy : des tableaux de bord Excel avec de bons indicateurs au vert, par contre les couleurs orange rouge sont mises sous le boisseau : chutt pas d’vague ! En marche !


  • #2183380
    le 22/04/2019 par GERARD R.
    La police : tu l’aimes ou tu la quittes

    L’actuel mouvement des G. J. est (pourrait être) une opportunité inespérée, pour l’ensemble des forces de l’ordre, afin de voir enfin réglé l’arriéré des heures supp. à propos desquelles, ils geignent tant : LA GRÈVE, chaque samedi !!

    C’est l’occasion de mettre Castaner et sa clique, devant le fait accompli. Tu raques ce que tu nous dois ou tu vas toi-même, maintenir l’ordre, avec Rastapopulos (Nunèz) et quelques lèche-culs de votre clique qui voudront bien s’y risquer.

    C’est aussi l’occasion de clouer le bec, à vos visqueux syndicalistes, qui comme tous les syndicats, toutes corporations confondues, civiles ou non, sont là, pour faire passer la pilule. Pour épauler la hiérarchie (le patron) et pour jouer les éplorés à chaque funérailles, d’un dépositaire de l’autorité publique, suicidé ou non.

    Où sont vos burnes, Messieurs le cogneurs patentés, lorsqu’il s’agit de faire valoir vos droits, les plus inaliénables (être dument payés de vos prestations) face à une hiérarchie qui se fout de vos gueules ? Qui vous promet, puis reporte indéfiniment ces paiements ?

    Faut-il pour que votre "dignité" et votre éthique professionnelle s’appliquent, que vos familles en pâtissent ? Faut-il préférer de mettre fin à sa propre vie, plutôt que rompre un silence complice, qui exposerait le vrai visage de votre hiérarchie ?

    C’est évidemment plus facile, de jouer les Rambo, contre des citoyens-lambda, qui sont généralement au bas de l’échelle sociale et qui ne risquent pas d’intenter la moindre poursuite contre la flicaille, aux ordres d’une bande de truands, qui portent beau, qui vous flatte beaucoup en ce moment, pour mieux dissimuler leur mépris de caste, à votre encontre.

    N’avez-vous jamais l’impression, sous ce gouvernement, de n’être QUE les hommes de main, au service d’un gouvernement ultra répressif ? Et qui malgré toute sa répression, échoue à rétablir le retour au calme ?

    Pourquoi, vos "protecteurs" syndicalistes ne traînent-ils l’ État devant les tribunaux, afin qu’on vous règle votre du, avec la même spontanéité revancharde, qu’ils y ont assigné un boxeur performant, qui vous a filé la pâtée, à votre tour ? Vous faisant ainsi redoubler de jérémiades, sur les violences que vous subiriez ?

    Il y a décidément sacré coup de balais à passer devant la porte des commissariats, avant de jouer les victimes expiatoires et...apparemment si consentantes...

     

  • #2183392

    La police française est manipulé par les sionistes, au même titre que le peuple.


  • #2183430
    le 22/04/2019 par François Desvignes
    La police : tu l’aimes ou tu la quittes

    Un jour, un chirugien ouvre le ventre de son patient et s’écrie : "oh p’tain !"

    Il se retourne vers son aide et lui dit : "c’est foutu, tu peux recoudre"

    T’as rien capté ?

    Vas y repasse la video...


  • #2183437

    Le problème des policiers ne serait-il pas qu’il n’ont pas vraiment de formation "militaire" avec des valeurs fortes qui leurs sont transmises. La façon même avec laquelle ils sont affectés ne peut que renforcer leur rancœur puisqu’elle n’est pas basée sur le devoir et l’entraide collective mais la punition par la note..

     

    • #2183495

      La punition par la note ....ou le piston pour quelques-uns !
      Ça commence bien la carrière de chien de garde....
      Ça devrait déjà mettre la puce à l’oreille des bleus !
      A peine sortis de l’école, certains ont déjà des passe-droit dans une institution qui se voudrait exemplaire : rigueur, fermeté, méritocratie...
      Enfin pas pour tous !


  • #2183539

    La solution c’est de dissoudre la police et de décréter la loi suivante :

    « Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d’un État libre, le droit qu’a le peuple de détenir et de porter des armes ne sera pas transgressé. »

    Les flics ne servent qu’à protéger les puissants. Ils ne sont jamais là en cas de besoin et toujours là pour casser les pieds au bon peuple, alors que les voyous sont
    armés et que le pouvoir se permet tout sans trembler.

    Idem pour les juges : si litige, c’est à un jury de pairs qu’il faut demander de rendre la justice. La justice du peuple, par le peuple et pour le peuple.

    Tous ces corps intermédiaires, essentiellement la police, la justice, l’éducation nationale, sont autant de chaînes aux pieds de 80% de la population et pour l’intérêt d’une caste qui représente 1 à 5% de la population.


  • #2183596
    le 22/04/2019 par Perpinya
    La police : tu l’aimes ou tu la quittes

    Perpignan : mobilisation après deux nouveaux suicides de policiers

    https://www.lindependant.fr/2019/04...

     

  • #2183611
    le 22/04/2019 par Justine
    La police : tu l’aimes ou tu la quittes

    un traffiquant marocain malvoyant

    https://www.lindependant.fr/2019/04...

     

  • #2183618

    Dans un système si dystopique, l’ensemble de la société (qui n’est pas le système) devient rapidement et totalement dysfonctionnelle.

    Alors même si l’intelligence artificielle n’est pas parfaite, elle est déjà beaucoup plus efficiente que ça ;)

    Bref, les flics aussi on du mouron à se faire.. et accessoirement, un camp à choisir plus ou moins à court terme !

     

  • #2183872

    Les réactions ici sont à mourir de rire...

    On est bien sur "égalité et réconciliation" ici ? N’était-ce pas Alain Soral lui-même qui parlait de ralliement des forces constituées ?

    Vu ce qu’on lit ici, on voit bien que personne n’a rien compris, le système doit se fendre la gueule en vous lisant !

    Alors on joue son révolutionnaire sur le net, amalgame entre les crs, les flics de quartier, les gendarmes, on n’arrive même plus à faire la différence.

    Vous êtes étiqueté "d’extrême droite" et vous avez un discours "d’extrême gauche", bonjour le niveau !

    Crachez leur à la gueule, les flics qui viennent ici comprendront au moins que la "réconciliation" avec les idiots utiles du système qui viennent en masse ici ne se fera jamais.

    Les commentaires s’appliquent à ce proverbe chinois : quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt.

    Au lieu de pratiquer la branlette de l’esprit, retournez à la vraie, ça aura un effet plus apaisant et là au moins on collera au nom du site

     

    • #2184308
      le 23/04/2019 par deNNoch
      La police : tu l’aimes ou tu la quittes

      Crachez leur à la gueule, les flics qui viennent ici comprendront au moins que la "réconciliation" avec les idiots utiles du système qui viennent en masse ici ne se fera jamais.



      Non, c’est faux. Certains commentaires émanent d’ailleurs d’anciens policiers par exemple, qui s’inquiètent à juste titre des dérives actuelles, tant dans un "camp" que dans l’autre. Et certains autres commentaires rappellent justement qu’il ne faut pas tout mélanger et que tous les policiers ne sont pas à mettre dans un même panier, à salades ou non.
      D’autre part, il faut tout de même avouer qu’il devient difficile de prendre du recul et de garder la tête froide au vu de ce qui se passe tous les samedis. Je n’ai toutefois pas l’impression que les messages anti-police lus ici et là soient le fait de gauchistes basiques mais plutôt celui de gens déçus et pour ainsi dire sur le cul devant de tels agissements et une telle soumission des FDO...


  • #2184057
    le 23/04/2019 par jesuismoi
    La police : tu l’aimes ou tu la quittes

    Il y a tout de même pire en terme de confort,condition de travail,salaire,primes et congés, et c’est certainement une des raisons pour lesquelles ils choisissent la flicaille.Sinon ils recrutent dans la restauration, le bâtiment (plus de victimes du travail) les transports,les LIDL supermarchés,le nettoyage etc..(où l’on se suicide aussi en silence, sans l’empathie des merdias)
    Service public de la police au service des voyoucrates mais certainement plus à celui du public.

     

    • #2184165
      le 23/04/2019 par Julot casse croûte
      La police : tu l’aimes ou tu la quittes

      @Ducon

      ce n’est pas sur les policiers de base et qui sont sur le terrain à qui il faut incriminer les disfonctionnements, les incompétences et les fautes !
      les véritables coupables sont tous ces politicards véreux et Francs-macs qui noyautent toutes les institutions étatiques et qui les pourrissent de l’intérieur ! tels des vers dans le fruit .


Commentaires suivants