Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le communautarisme des obèses, la nouvelle mode du marché libéral

Que cache la valorisation de l’obésité ? Profit, hypocrisie et égotisme !

Pour une alimentation et un mode de vie sains,
chez Kontre Kulture :

Lire également chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

91 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1849864

    Je ne pense pas qu’il y ait un communautarisme des obèses, mais c’est vrai qu’on en parle peu mais il y a un "racisme " avec les personnes ne serait ce qu’en surpoids car c’est la mode du sport, du sportif anti age etc... tout ceci est très hypocrite en fait, les mannequins étant tout aussi jeunes,anorexiques et androgynes, allez savoir pourquoi, sans parler des modèles artistiques, même les chanteurs et chanteuses d’opéra autrefois plantureux sont minces, les "gros" sont villipendes des leur plus jeune âge, méprisés et insultes genre tu te gaves trop grosse patate, certes il y a la malbouffe et le manque d’exercice pas toujours choisis par des familles modestes mais il y a aussi la genetique, trouver du boulot quand on est gros est difficile et il y une veritable discrimination le gros etant assimile a un paresseux trop gourmand bref un looser ce qui est vraiment une grosse tare dans la société d’aujourd’hui, alors il y a cette parodie qu’on nous sort de temps en temps, et parfaitement hypocrite car personne ne pense en vrai qu’une obèse est belle !

     

    Répondre à ce message

  • #1850039

    Personne n’est mince par choix de santé ou gros par dédain de la santé. La santé n’a jamais été un sujet pour ceux qui n’ont pas connu l’absence de santé. Le culte de la minceur et de la musculature, celui de ressembler à un guerrier spartiate hollywoodien c’est nouveau et c’est complètement en marge du sujet de la santé. L’objectif c’est de se surclassé socialement avec un corps d’Apollon afin de pouvoir se taper un maximum des plus belles femmes, là où d’autres choisiront de se surclassé économiquement en gagnant beaucoup plus d’argent pour se taper aussi un maximum des plus belles femmes, du coup dans la lutte sociale pour la Quête des vagins et des boobs les hommes se divisent encore entre les intellectuels au gros salaire et les "autres" aux gros muscles. c’est semble t’il l’intemporelle lutte des collectivités d’individu partageant au moins un trait en commun pour faire de ce trait la norme c’est à dire la normalité. On remarquera d’ailleurs l’abondante présence de citoyens d’origine maghrébine et sud-saharienne dans les salles de musculations et leurs inversement présences dans les postes professionnels les mieux payés. On notera également l’inégalité génétique en matière de production de graisse en faveur des peuples méditerranéen et sud-équateur versus les occidentaux blancs, là où certains peuvent se nourrir à presque tout les repas de kébab en restant "sec" et où d’autres grossissent avec un morceau de camembert. De ce fait on notera que dans l’hypothèse d’une redéfinition de la culture et du paysage génétique français, certain tente de normaliser leurs traits et de diaboliser ceux des autres.

     

    Répondre à ce message

  • La grosseur qui est mauvais pour la santé, c est au niveau du haut du corps.
    Par contre les grosses cuisses, c’est essentiellement de la masse musculaire. Et c’est beaucoup plus sexy que des jambes maigres.
    Le squelette n’est pas sexy, c’est le muscle qui est sexy.

     

    Répondre à ce message

    • #1850271

      Que dites-vous... les grosses cuisses,c’est essentiellement de la masse musculaire. Vous dites n’importe quoi, le nombre de femmes qui ont eu recours à la liposuccion est stupéfiant, et principalement au niveau des cuisses. Vous devez être de ceux qui pensent que la graisse se transforme en muscles,mais ? J’ai l’habitude d’entendre ces inepties depuis plus de 35 ans que fréquente les salles de musculation.

       
    • Renseignez vous.
      Il y a peu de graisse dans les jambes, et ce qu il y a n est pas nuisible à la santé, contrairement à la graisse du haut du corps qui est nuisible.
      Et la différence de morphologie n est pas que dans la hauteur, mais aussi dans la largeur, la largeur du muscle.
      Pour moi une femme fine n’est pas sexy.

       
    • #1851125

      @nm vous dite n’importe quoi ! Les femmes accumulent du gras dans les cuisses et les fesses. Si vous aimez les grosses c’est votre problème, mais arrêtez de vous persuader qu’une grosse est musclée ! Les hommes accumulent plutôt du gras au niveau de l’abdomen, ce qui est plus dangereux car il y a des organes dans cette partie du corps.

      Je pense que la nature à fait que les femmes accumulent du gras sur le bas du corps car l’abdomen est réservé à la grossesse.

      La graisse est moins dangereuse pour la santé en dessous de la taille car il n’y a pas d’organe dans cette partie du corps, ce sont des muscles qui se trouvent là mais ça n’empêche pas la graisse de s’y loger !

       
    • @frederic
      Vous ne voulez pas comprendre.
      Et la difference de morphologie ?
      Pour la même taille certains sont plus costaud.

       
  • #1850079

    Il y a aussi un gros marché du vêtement de sport.

     

    Répondre à ce message

  • #1850146
    Le 28 novembre à 21:48 par J’ai vaincu l’obésité
    Le communautarisme des obèses, la nouvelle mode du marché libéral

    @JayJay
    Je voudrais m’adresser à un certain JayJay. Voilà, je me présente, j’ai 45 ans et toute ma vie jusqu’à mes 43 ans, j’ai eu des problèmes de poids. Ca a commencé à la pré-adolescence, tout doucement, j’étais juste un peu "dodu", puis à 15 ans ça s’est accéléré et à 18/20 ans je faisais déjà dans les 90 kilos, ensuite jusqu’à l’âge de 30 ans en 2002, j’ai atteint les 100 kilos, puis j’ai arrêté de fumer et mon poids a augmenté progressivement jusqu’à 140, 5 kilos, en obésité dite "morbide".
    La "feignasse" que j’étais n’arrêtait pas de bouger, toute la journée, active, a passé son enfance à faire de la natation, du judo, du VTT, du Karaté Shito-ryu, et adulte de longue parcours à pied en ville et en forêt. Donc ce n’est pas une question de "feignasserie" mais juste de calories entrantes en trop grande quantité par rapport à la dépense qui ne pourra jamais brûler de tels excédents.
    Vous oubliez un paramètre extrêmement important, JayJay, c’est la "tête", le domaine psychologique déterminant dans la prise de poids. Mon enfance n’a pas été un champs de coquelicots, mon père m’a rejeté à la naissance préférant s’enfuir, je suis l’enfant non pas d’un divorce mais de deux divorces, à la maison tous les jours, j’assistais à des scènes conjugales où la violence psychologique et physique était monnaie courante entre ma mère et mon beau-père. Ma mère souvent pétait les plombs et battait ses enfants, mon frère et moi, moi plus souvent encore que mon frère, les coups en rafales pleuvait tous les jours et les semaines où j’avais plus de chances, des raclées à mettre KO, au moins 2 ou 3 fois par semaines. Depuis le 18 Octobre 2015, à l’âge de 43, ma santé étant gravement compromise, j’ai dû entamé une réforme en profondeur de mon mode de vie et mon poids est passé de 140, 5 à 75, 3 kg ce mois-ci. C’est en entamant une psychanalyse récemment que j’ai compris que je m’étais réfugié dans la bouffe pour échapper à cette enfance difficile, j’ai développé un terrain dépressif avec des symptômes d"anxiété se caractérisant par des TOC mais aussi des troubles alimentaires comme la boulimie et l’hyperphagie. La plupart des obèses bouffent aussi parce qu’ils ont eu, eux aussi, une vie de merde et qu’ils ont de gros problèmes psychologiques dont les racines viennent dans leur enfance difficile, et je ne vous parle même pas de ceux qui ont été agressé sexuellement ou violé, ce qui n’a pas été mon cas. Conclusion : un peu plus de bienveillance à l’égard des obèses. Cdlt

     

    Répondre à ce message

    • #1850309

      Votre message m’a émue. Ma maman est obèse et j’ai beaucoup d’affection pour les gros car à travers celle de ma mère, je connais leur souffrance. Pour elle,je sais que le problème est dans sa tête. Elle est mue par des pulsions qui la pousse à manger plein de choses "interdites" pour compenser les manques de son enfance. Tous les enfants maltraités ou souffrants de quelques manières que ce soit ne deviennent pas boulimiques, chacun son truc pour gérer ses angoisses. La plupart des gros ne le sont pas par choix. Leur poids les rends malheureux, mais les pulsions sont fortes. Ma mère est incapable de se restreindre. Comme elle se sent honteuse d’être grosse, qu’elle craint que l’on pense qu’elle est juste une "feignasse sans volonté" elle prétend toujours être au régime mais c’est une diète largement agrémenté de patisseries et sodas. Ce message pour vous dire que je comprends ce que vous vivez ou plutôt, avez vécu et que vous avez toute ma sympathie.

       
    • #1850389

      @J’ai vaincu l’obésité :
      Merci d’arrêter de me faire passer pour quelqu’un qui "n’aime pas les gros" , je n’ai tout simplement pas envie de plaindre constamment tout le monde : obèses, handicapés, mongoliens, autistes etc, etc ...
      J’éprouve néanmoins de l’empathie pour mes semblables, je ne supporte tout simplement pas ceux qui prennent leur cas personnel pour un généralité et sombrent dans l’émotionnel faisant ainsi le jeu du capitalisme ( concept bien compris ) en occultant les vrais raisons fondamentales de leur situation . Raisons fondamentales fort bien explicitées par A.S. et son association . Celà peut paraitre d’une froideur choquante mais c’est ce qui me semble le plus proche de la réalité comme discours car il va au fond des choses .
      Si la psychanalyse à pu au moins vous aider à perdre du poids, je note que, fidèle à son modus operandi, elle n’a néanmoins pas permis de vous ouvrir les yeux sur les causes profondes, se contentant d’impliquer votre enfance malheureuse et donc vos parents .

      Je vous souhaite néanmoins bon courage .

       
    • #1850401

      Jayjay a raison.
      Il faut arrêter ce quant à soi malsain et arrêter de généraliser son cas.

       
    • #1850429

      Ne vous reste plus @Jayjay qu’à ouvrir un cabinet de psy pour aider cette personne même si elle ne vous a a priori rien demandé et qu’au contraire elle me semble être de bon conseil concernant vos interventions. La grande finesse dont vous témoignez sera à n’en point douter d’un grand secours. Ce n’est peut-être pas gagné !

       
    • #1850512

      Ne vous reste plus @Jayjay qu’à ouvrir un cabinet de psy pour aider cette personne même si elle ne vous a a priori rien demandé et qu’au contraire elle me semble être de bon conseil concernant vos interventions. La grande finesse dont vous témoignez sera à n’en point douter d’un grand secours. Ce n’est peut-être pas gagné !



      @Eric
      Évidemment que si cette personne s’adresse à moi et c’est en cela que je lui ai répondu .
      Une fois de plus, vous commenter en chouinant et vous allez continuer en accusant les autres de chouineries. Vous vous exprimez relativement bien à l’écrit mais êtes insupportable de par le contenu de ceux ci et une fois de plus voyez la paille et non la poutre ....

       
    • #1851009

      Je vous ai brocardé gentiment, c’est cela que vous appelez « commenter en chouinant » ? Idem pour le contenu « insupportable » (mon Dieu !), comme si ce n’est pas vous qui étiez pénible sur ce fil à l’égard des intéressés. Soyez gentil et précisez sur quoi vous vous appuyez exactement, sans quoi c’est du flan balancé gratuitement. Vous vous autorisez vous aussi ici un mode sarcastique, donc ne venez pas la faire à l’envers quand on adopte le même ton avec vous. Inutile donc de relayer les miaulements d’autres pleureuses ici en vous en faisant l’écho. Vous ai-je accusé de chouinerie avant ce dernier post ? Non ! Simplement d’être contreproductif en étant inutilement blessant à l’égard des gens concernés par ce qui peut être pour eux un problème. Soyez moins susceptible et réfléchissez-y peut-être un peu parce que là, à part vous prendre la tête et en rajouter dans le lourdingue, on se demande ce que vous faites et quelle mouche vous a piqué.
      Je précise, justement pour m’éviter une réplique à la noix, que je ne suis pas concerné par le problème de l’obésité bien que faisant le yoyo parfois au niveau du poids, étant gourmand de nature :-)

       
    • #1851034

      Et n’hésitez pas à me montrer la poutre que je n’aurais pas vu. En effet, la seule poutre que j’ai perçu est celle, paradoxale, d’un lourdingue se croyant fin sur le sujet de l’obésité. On peut trouver ça drôle en un sens. Mais bon, il est possible que la finesse de votre paille soit telle qu’elle ait échappé à mon regard de gros lourdaud. En espérant ne pas avoir irrité vos nerfs jusqu’a l’insupportable.

       
    • #1853539

      Il n’y a pas de’ normalité "esthétique Il ne s’agit pas de beauté du mince ou de laideur du gros .
      La génétique est importante et les problèmes psychologiques aussi dans le fait d’étre obèse .
      Il en faut pour tous les gouts sur cette planète .Il y a déjà des différences entre les Nordiques qui sont plutôt grands et minces (certaines femmes mesurent plus d’1m80) et les types Méditerranéens qui sont plus petits et ronds comme entre entre les Asiatiques et les Africains ;
      Il s’agit de la nouvelle tendance à nous vendre l’obésité comme "sexy" et fashion, alors que les obèses souffrent énormément de leur état dès l’enfance On ne comprend pas trop les motivations de ces tendances à prétendre que tout "va pour le mieux dans le meilleur des mondes" si ce n’est la crainte de voir les gens cesser de consommer et de se mettre à réfléchir à la place .
      @ eric ,tu voudrais bien cesser de te prendre pour le coach des imbéciles ,tu nous gonfles avec tes jugements et ta façon agressive( toute féminine )de décerner des mauvais et bons points aux posteurs . Merci .

       
  • #1850373
    Le 29 novembre à 11:39 par douve opaque
    Le communautarisme des obèses, la nouvelle mode du marché libéral

    Moi j’adore les rondes, perso, c’est mon kiff. Ça n’engage que moi...

     

    Répondre à ce message

  • #1850457
    Le 29 novembre à 14:06 par Ramen du Tofu
    Le communautarisme des obèses, la nouvelle mode du marché libéral

    La majorité des Asiatiques ,Corée ,Japon ,Chine ,Philippines etc ..sont très (sauf les sumos !) minces ,ont des types adolescents très longtemps .Ils font des centenaires par milliers et ont les Q I les plus élevés de la planète avec la bouffe la plus élaborée et saine .On ne peut pas en dire autant des autres ...

     

    Répondre à ce message

  • #1850543

    A un niveau individuel, être gros ce n’est pas tout le temps de votre faute (génétique, environnement, problème psychologique, etc), et il est évident que se foutre des gens obèses est complètement crétin.
    Par contre la réaction contraire qui serait de promouvoir l’obésité quasiment comme une "fierté" à revendiquer au niveau de la société...c’est également complètement crétin . Ne serait-ce que par le coté dangereux pour la santé d’une telle condition. Et quand on essaye de vous dire que si vous êtes gros c’est "génial" , uniquement pour vous vendre des fringues XXXL, là c’est carrément proche d’une volonté de nuire.
    Après l’aspect "esthétique" de la chose c’est encore autre chose. Tout les goûts sont dans la nature (même pour ceux qui n’en non pas dirait ma grand-mère !).

    Bref, c’est comme tout les sujets ayant plus ou moins un vague rapport avec du "racisme" : il faut respecter les cas individuels de chacun (notre Gégé national à bien le droit d’aimer la bonne bouffe !) mais ne pas en faire une règle de société si ce n’est pas bon pour le plus grand nombre.

     

    Répondre à ce message

  • #1852366

    On ne peut pas dire de cette jeune fille qu’elle est obése.
    Il est vrai que l’obésité est souvent due à une alimentation déséquilibrée mais pas que.
    Il peut y avoir des soucis d’ordre médical.
    Ma soeur et moi avons eu la chance d’avoir une alimentation saine mais, j’ai toujours été "mince" et ma soeur "grosse". Mes parent ne se l’expliquait pas mais en fait ma soeur avait un problème cardiaque congénital et elle n’arrivait pas à perdre du poids facilement.
    Je ne pourrai jamais incriminer une personne obèse car je ne reverrai jamais ma chère soeur qui, jalouse de moi a préféré couper les ponts. Je ne comprenais pas pourquoi et j’ai eu l’explication il y a peu de temps par une tierce personne.
    Alors pas de jugement hâtif, ça peut engendrer tant de problèmes.
    En étant "mince", je souffre de ne plus voir ma "grosse soeur" qui d’ailleurs était très jolie. Je ne l’ai pas vue depuis vingt ans.

     

    Répondre à ce message

  • #1853058

    Le système promeut la mauvaise santé en général, car elle touche des individus qui sont par conséquent moins susceptibles de se rebeller (pour les gens en surpoids, la suralimentation peut engendrer une perte de confiance en soi, un empêchement physique et mental, une perte de lucidité quand sont ingérés des aliments mauvais pour la santé etc...).

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents