Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le gag (?) du protestant Olivier Bauer : "Pour un Notre Père plus inclusif"

Alors que le « Notre Père » a connu une récente évolution vite intégrée par les paroissiens, le professeur de théologie protestante Olivier Bauer plaide dans ce texte pour un changement plus important, vers une version plus inclusive débutant par « Notre Mère et Père qui êtes aux cieux… ».

 

La prière du Notre Père, inspirée par deux textes des Évangiles qui l’attribuent à Jésus, occupe une place particulière dans le christianisme. Elle est un des rares textes communs aux Églises chrétiennes. On savait qu’elle avait évolué sur la forme – on est passé d’un Dieu qu’on vouvoyait à un Dieu que l’on tutoie –, on a récemment découvert qu’il était possible de la faire évoluer sur le fond. Depuis l’année liturgique 2017-2018, les Églises chrétiennes francophones ont en effet remplacé la demande« ne nous soumets pas à la tentation » par la formule « ne nous laisse pas entrer en tentation », une manière d’innocenter Dieu.

Je ne reviens pas sur les raisons et les débats qui ont conduit à cette révision, j’en garde seulement ce constat : même les traditions qui semblent les plus immuables peuvent évoluer. C’est ce qui m’encourage à oser prier, en privé comme dans le culte, à voix basse pour ne pas perturber l’assemblée, une version plus inclusive de ce que j’appelle la prière du « Notre Mère et Père qui êtes aux cieux… ». Concrètement, je verbalise dans ma prière deux modifications.

La première modification concerne l’image de Dieu. Elle s’inscrit dans une histoire féministe et théologique déjà assez longue… qui tarde à s’imposer. Pourtant s’adresser à Dieu comme Mère et Père tout à la fois me semble aller de soi. (...)

[...]

« Comme nous pardonnons aussi à celles et ceux qui nous ont offensé·es »

La seconde modification concerne l’offense et le pardon. Estimant qu’il est temps de traiter les femmes en adultes et de reconnaître explicitement qu’elles peuvent elles aussi nous offenser. Si théologiquement Dieu nous créa mâle et femelle tout à la fois, si anthropologiquement, la masculinité contient de la féminité et vice versa, grammaticalement, ce ne doit pas être le cas. On ne peut plus simplement affirmer « le masculin inclut le féminin ». Si les femmes peuvent offenser, alors il faut le dire.

[...]

Dire « nous »

Dire « celles et ceux qui nous ont offensé·es » élargit les deux « nous ». Le « nous » de « Pardonne-nous » est un « nous » inclusif : ensemble, les femmes et les hommes ont besoin, ont envie que Dieu leur pardonne. Et le « nous » de « comme nous pardonnons » est un « nous » qui réclame indifféremment des femmes et des hommes la capacité de pardonner. La mesure du pardon reçu – peu importe le sexe ou le genre des personnes qui le reçoivent –, c’est le pardon donné – peu importe le sexe ou le genre des personnes qui pardonnent – à des personnes que nous jugeons offensantes, peu importe leur sexe ou leur genre.

Bien entendu, je doute que mes deux modifications soient un jour adoptées par les Églises chrétiennes francophones. Mais j’y tiens parce que je les crois conformes à l’Évangile de Jésus-Christ et parce que je pense qu’elles peuvent faire du bien.

Lire l’article entier sur la-croix.com

Le Notre Père pas inclusif

Le Notre Père variétoche

Notre Père comme il y a 2000 ans

Le catholicisme en 2022

 






Alerter

67 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #3031591

    Il faudrait tout supprimer et grand remplacer simplement par : Délivre nous du mâle.

     

    Répondre à ce message

  • #3031605

    Ben l’objectif est de détruire l’église catholique de l’intérieur. C’est bien documenté, c’est l’oeuvre des franc-macs. lire la conjuration antichretienne de monseigneur delassus. Ce n’est pas nouveau, et ils procèdent toujours de la même façon : pas à pas, et sous couvert de non discrimination. Comme ça si tu n’es pas d’accord, l’excuse est toute trouvée : t’es homophobe, sexiste, et sûrement nazi au bout du compte.

    Avec Vatican 2, ils ont introduit le tutoiement. Alors que si tu rencontrais un prêtre ou évêque moderniste pour la première fois, tu le tutoierais, il serait offusqué, voire il se priverait pas de te faire une sale réflexion. La ou un prêtre traditionaliste garderait sa réflexion pour lui par humilité. Si tu ne vouvoies pas le seigneur par respect, alors tu vouvoies qui dans la vie de tous les jours ?
    Sinon, comme ça a été dit, c’est le diable seul qui te soumets à la tentation.

    À quel moment les fidèles modernistes disent : on a franchit la ligne rouge, tout ça n’a plus à voir avec le Catholicisme ?

     

    Répondre à ce message

  • #3031697

    Pure branlette intellectuelle !

     

    Répondre à ce message

  • #3031764

    Merci ER pour ce rappel.

    Je ne sais par vous autres mais pour moi, émotionnellement comme spirituellement, le Notre Père varietoche me semble tout autant blasphématoire que l’autre dégradation inclusive... La version originale araméenne est bien plus transcendante et ce des les premières notes orientales.

     

    Répondre à ce message

  • #3031998
    Le 18 septembre à 21:17 par Aiguiseur de guillotines
    Le gag (?) du protestant Olivier Bauer : "Pour un Notre Père plus (...)

    Quand la synagogue infecte la chrétienté ça donne le protestantisme.
    Gardez ça en tête et vous y verrez plus clair.

     

    Répondre à ce message

  • #3032012

    Si il veut changer de religion, qu’il le dise. Mais là, je suis désolé, je ne peux pas le respecter. Les vrais chrétiens (s’il en reste) devraient le metter à sa place ou le chasser de l’église.

     

    Répondre à ce message

  • #3032094

    La différence essentielle entre les protestants et les catholiques c’est que chez les protestants il n’y a pas de hiérarchie. D’ailleurs n’importe qui peut être pasteur. Durant l’office une personne dans la salle est généralement invitée à venir lire l’Évangile comme le ferait le pasteur lui-même.

    Une comparaison osée c’est de dire que le catholicisme c’est Microsoft alors que le protestantisme ce sont les variantes de Linux !

    Chaque pasteur peut donc dire ce qu’il veut tant que ça ne remet pas en question la Bible (en Linux, le noyau !).

    Quand vous écoutez certains pasteurs, ils veulent être tellement à l’avant-garde qu’ils sont prêts à autoriser le mariage avec sa chaise de bureau !

    En général, les esprits fiévreux se calment avec le temps. Les collègues finissent par leur faire comprendre que c’est très intéressant ce qu’ils disent mais qu’ils n’ont pas l’autorité d’imposer quoi que ce soit aux autres.

    Fondamentalement il y a un choix philosophique.
    Est-ce que l’on veut que le dogme soit immuable ou est-ce qu’on accepte des propositions qui peuvent peut-être parfois être de très bonnes idées.

    À propos des modifications sur le ’Notre Père’, beaucoup de pasteurs protestants continuent à dire ’ne nous soumet pas à la tentation’. Car c’est Dieu qui décide si la tentation doit tester la fidélité du croyant, en laissant le diable user de la ruse comme d’habitude.

     

    Répondre à ce message

  • #3032597

    Mettre Notre Mère aux cieux, est tout simplement impensable.
    Le Père symbolise le principe mâle qui féconde le principe femelle représenté par la Mère . Donc le souffle de vie (mâle) féconde la matière (femelle) pour lui donner vie...

     

    Répondre à ce message

  • #3032762
    Le 19 septembre à 22:32 par Primo Manifestant
    Le gag (?) du protestant Olivier Bauer : "Pour un Notre Père plus (...)

    Déjà, le protestantisme, c’est une tentative (réussie) de noachisation du christianisme (par son obsession vétérotestamentaire). Toute tentative de "réforme" du christianisme, qui s’appliquerait d’autorité aux catholiques, par un de représentant protestant est donc par nature suspecte...
    Bon et puis c’est pas fin d’avoir envoyé le marane Bauer faire le boulot de sape chez les goys... C’est tellement grossier... L’occupant se sent vraiment plus pisser...

     

    Répondre à ce message

  • #3033447

    Dieu se tape de savoir si tu le tutoies ou le vouvoies, certes ...

    Mais voilà : la déférence compte pour le chrétien, qui se rend humble devant Dieu en le vouvoyant.

    On devrait peut-être appeler Dieu : mon pote, eh toi la-bas ou même Monsieur Dieu, tant qu’on y est.

    Mais il restera toujours Notre Père "qui êtes aux cieux".

    Et l’usage de la majuscule, c’est pas pour les chiens.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents