Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le patron de JPMorgan avertit de l’imminence d’un choc financier

Jamie Dimon, l’homme à la tête de la banque américaine JPMorgan Chase, voit un violent orage menacer les marchés financiers.

Dans sa lettre annuelle aux actionnaires, Jamie Dimon s’inquiète des réglementations récentes du gouvernement américain qui engendreront une plus grande difficulté, pour les banques, à réagir efficacement lors de la prochaine crise financière.

"Certaines choses ne changent jamais", prétend le CEO dans sa lettre aux actionnaires qui compte 37 pages. "Une nouvelle crise arrive, et l’impact de celle-ci sera ressenti par les marchés financiers."

Dimon décrit comment les investisseurs réagissent habituellement en temps de crise. Ils veulent, le plus rapidement possible, se débarrasser de leurs actifs à problèmes et recherchent ensuite des valeurs refuges en achetant par exemple des obligations d’état américaines. C’est le phénomène classique de run-on-the-market.

Des règles plus sévères, une pénurie d’effets financiers

D’après le grand patron de JPMorgan Chase, la prochaine crise sera, en plus, beaucoup plus volatile que la précédente, du fait que les règles sont devenues plus sévères pour les banques. Les mesures beaucoup plus sévères imposées aux banques en matière de capital et de liquidité mèneront à ce que ces mêmes banques ne seront plus à même de jouer leur rôle d’amortisseur en cas de chocs sur les marchés financiers. Car les banques hésiteront à prêter de l’argent et à émettre des actions, ce qui engendrera une menace de manque d’effets financiers, d’après Dimon.

En bref, lors de la prochaine crise, les banques en bonne santé auront tendance à resserrer les cordons de la bourse, en conséquence à la limitation de risques que les autorités ont estimé pouvoir leur laisser prendre.

En outre, Dimon souligne que les nouvelles règles rendent l’entrée possible sur le marché d’ acteurs de crédits non-bancaires susceptibles de profiter de la crise en prêtant de l’argent à des taux exorbitants.

Malgré la menace d’une nouvelle crise financière, Dimon annonce néanmoins des plans d’expansion. Il veut ainsi pénétrer de nouveaux marchés, avec l’ouverture en 2016 de quelques banques de détail.

Voir aussi sur E&R :

Sur la JPMorgan et le chaos financier à venir, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Pour ma part je reste sceptique...Le patron de JPMorgan qui annonce une crise financière imminente c’est un peu comme la NASA qui annoncerait un astéroïde qui serait susceptible de percuter la terre dans les mois qui viennent...(ce qui n’est pas près d’arriver, une info de ce genre ils la cachent jusqu’au bout) .

    N’a-t- il pas intérêt à jouer le catastrophisme pour x raisons ?

    Si certains ont un esprit d’analyse financière assez développer pour me répondre je suis preneur.

     

  • Pipeau intégral : si ce type le claironne haut et fort, c’est qu’il espère provoquer des remous boursiers - un peu comme l’ex de la FED, Greenspan, qui annonçait tel ou tel sentiment personnel ou prévisions de son cru, et déstabilisait ainsi les marchés boursiers....rien de nouveau sous le soleil.


  • Ils vont remettre le " couvert" , sauf que cette fois les banques vont resserrer les " boulons" , mais à qui ? Aux entreprises ? Aux etats ? Aux particuliers ? À tout le monde ? ...d’où reprise caduque si elle pouvait se concrétiser ! Ce qui était quand même un mirage !
    Donc déflation qui continue , ( doucement mais sûrement ) !
    Ce qui se traduit, par exemple , en France , par un amenuisement des investissements , donc ralentissement de la production intra muros , et chômage qui s’intensifie !
    Si pendant ce temps , l’état continue de vivre au train des 30 glorieuses , les régions et départements et les communes , qui ont explosé leur budget et leur personnel depuis la
    décentralisation , en vivant avec un " crédit " toujours plus cher !... Je ne vois pas comment
    s’en sortir ! ...Mis à part le glissement lent mais sûr vers un exemple " Grec" ( en partant de plus loin , donc en retardant le point de rupture , mais la démarche est similaire ) .
    A cette état de fait , soit on s’accommode du " pourrissement " ou on revoit " à la base" la situation / point par point ! Ce qui implique une somme de changements profonds et radicaux ,
    qui ne seraient pas forcément appréciés de tout le monde , mais cela passe par ces choix .


  • Ca s’ appelle du chantage par ceux que keiser nomme " the suicide bankers " Tout est dans l’ article : du fait que les règles sont devenues plus sévères pour les banques". :-)

     

    • Moi aussi c’est à cette phrase que j’ai pigé que c’était un gag ! :p
      Renationalisation immédiate du pouvoir souverain de battre monnaie puis séparation des banques de détails et des banques d’"investissements", nationalisation d’office des banques qui planteront leurs clients entre temps pour faire du chantage à la faillite systémique !


  • Façon un crash boursier serait une chance enorme pour la france, les nationalistes + d’autres français engagerais immediatement une revolution nationale, j’attend que ca perso car le FN n’est pas la solution, trop sioniste et franc-maçonne a mon gout.

    En veriter y’a 2 hypotheses qui peuvent mener a une revolution

    - voir ci dessus

    - Baisse du salaire par sarko et retour a 40h, il en est capable :)


  • #1162735

    Le moyen le plus sûr (et humain) de se cacher et cacher à autrui qu’on est ruiné c’est de prédire à tout le monde la ruine du monde ...

    ....ce qui ne veut pas dire qu’il ait tort....

    ...peut-être même qu’il aura raison bien au delà de ce qu’il pensait...

    ...savoir que le monde est encore plus ruiné que lui !


  • "...ces mêmes banques ne seront plus à même de jouer leur rôle d’amortisseur en cas de chocs sur les marchés financiers..."

    En d’autres termes, les banques ne pourront plus assurer leur mission première philanthropique au service des peuples... La bonne blague !

    La vérité, c’est que les règles se sont (encore trop timidement) endurcies autour de leurs magouilles et que leur marge de manœuvre s’est un peu réduite, voilà tout !

    Quelle vérité attendre de la bouche du parrain d’une firme aussi vorace que la JPMorgan ?

     

    • A en écouter Pierre Jovanovic qui est écrivain et journaliste financier, il a été aux Etats-Unis et a écrit un bouquin sur Blythe Masters qui travaille (ou travaillait je sais plus) à la JP MORGAN , bref, il explique que la JP Morgan est entrain de se faire bouffer par la Goldman Sachs ! La Goldman Sachs est en train de tout racheter en magouillant et en placant des politiques de partout dans le monde... Elle est responsable en grande partie du merdier mondial dans lequel l’humanité se trouve, bref, selon lui cette "banque" c’est l’horreur absolue !!!


  • Ce qui est drôle, c’est que ce monsieur est d’origine... grecque ! :D


  • Certains,au lieu de débiter des âneries sans rien connaître du sujet,feraient mieux de lire et de s’informer.Lire par exemple Pierre Jovanovic mais aussi l’économiste et blogueur Charles Sannat ou écouter Olivier Delamarche ou l’analyste canadien Martin Prescott.
    Pour les anglophones,les économistes sérieux (donc hors média dominants) sont légion.On peut citer Jim Willie,Peter Schiff,Harvey Organ,Paul Craig Roberts,Gerald Celente,etc.
    Après lecture et audition de ces sommités,on peut émettre un avis.


  • Svp messieurs dames les banquiers exiger une séparation des banques et le retour au standard-or si vous voulez ne pas finir au bout d’une pique...