Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les chiffres en trompe-l’œil des économies chinoises et occidentales

La hausse du CAC 40 et sur les moyens utilisés par la Chine pour relancer son économie :

 

L’impact de la baisse du prix du pétrole et de l’euro, la croissance en Europe et l’emploi aux États-Unis :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Allôôô ? Quelqu’un va t’il comprendre que ce modèle de société est mort pour des raisons financières et surtout parce qu’on a non pas atteint mais dépassé les limites environnementales ? La croissance ça n’est plus possible ... si tous les êtres humains avaient le mode et le niveau de vie occidental il faudrait 6 planètes terre pour fournir les matières premières ... on en a qu’une à ma connaissance, et on l’a déjà passablement amochée ... et les pays du Sud ont le droit de vivre mieux qu’aujourd’hui ... il va bien falloir se décider à partager un jour et vivre avec moins de biens matériels.

     

    • Oui, oui, trois fois oui !


    • Cher monsieur, en dehors du fait que je sois d’accord avec vous (il faudrait être illuminé pour ne pas l’être), malheureusement je ne crois pas. Les faits nous démontrent qu’ils détruiront plutôt que de construire en bonne intelligence. Bien à vous.


    • La croissance n’est plus possible pour une raison technique (au sens ingenieur) et pour une raison écologique (ressources) :
      Les gains de productivité dus aux innovations technologiques (informatique, communication, robotique) tendent de plus en plus vers zero
      Le pic pétrolier est probablement dernière nous et les ressources en général diminuent avec une demande qui s’accroit (ressources insuffisantes pour la production et la consommation)

      Le problème est insoluble si on est du côté des 99%

      Pour les 1%, il suffit soit de
      - diminuer la population
      - confiner les 99% à l’état de simple survie, ce qui commence par l’extinction de la classe moyenne des pays industrialises (ce qui se produit actuellement)

      La crise économique actuelle risque donc de s’enliser, avec émission sans fin par les banques centrales de papier Q, ruine des eparnes et prélèvement sur les epargnes, augmentation des taxes et impots, augmentation du chômage, fin des avantages sociaux, précarité généralisée et Occident devenant un nouveau tiers monde : tout ceci n’etant que ce que les politiques appellent mise à niveau de la compétitivité.


  • Trés bon épisode, du punch avec un démolissage en règle de G.Sommerer par O.Delamarche, et du vrai avec P.Sabatier qui explique enfin que la "(sur-)consommation" des ménages c’est surtout de l’ "achat" de produits Not Made in France. Ils n’en sont pas encore à parler d’ "État Stratège" et de "Patriotisme Économique" mais ça viendra.


  • Olivier Delamarche avance, en général, de bons arguments économiques mais il n’est absolument pas pédagogue ; qualité que l’on retrouve, par contre, chez Pierre Sabatier. Les deux contradicteurs se complètent par leurs compétences communes, l’un prend la qualité/défaut de l’autre.


  • #1152949

    Bon, j’ai bien compris que tout va s’effondrer. C’est limpide comme de l’eau de roche.

    Mais je me demande bien quel sera l’élément déclencheur du cataclysme et surtout quand ça va arriver. J’ai hâte que les gens se rendent compte des mensonges permanents des médias conventionnels et de cette mascarade perpétuelle.

    La fin sera forcément brutale et je suis assez impatient d’assister au feu d’artifice.


  • Ni les banques ni les compagnies d’assurance ne sont forcées de céder leurs obligations à la BCE, pourvu qu’ils aient satisfaits aux critères Bâle III de mise en réserve du capital réglementaire. C’et d’ailleurs ce qui compromettait le succès du QE lancé par M ; Draghi alors que le plan de relance par l’investissement de J.C Juncker est passé, pour sa part, à la trappe. Par ailleurs le QE ne concerne pas que le rachat des obligations souveraines, et encore au prorata de l’importance relative des Etats membres de la zone euro, mais aussi d’autres types de collatéral titres, comme les obligations collatéralisés par des crédits bancaires ou même des portefeuilles de crédit plus ou moins en défaut. Il s’agit effectivement de forcer les banques à quitter le confort des placements obligataires pour se reporter vers des segments plus risqués comme le crédit aux entreprises. Mais comme il n’y pas de demande des entreprises, la reprise par le crédit fait long feu auprès des PME qui sont restées dans la zone euro. Par contre la politique des taux plancher a pour effet de relancer les emprunts en euros des multinationales américaines et asiatiques (émissions d’obligations en euros), pour les changer ensuite en financement en dollars, notamment pour investir sur les marchés actions. Le shadow banking chinois profite aussi de l’aubaine des euros bon marché pour investir massivement sur les actions chinoises, alors que l’activité économique ne repart pas en Chine faute justement des crédit offerts autrefois par le shadow banking (secteur financier non réglementé). Les banquiers centraux continuent donc à pédaler dans la semoule en encourageant les déficits publics qui ne se traduisent pas par de l’investissement tangible créateur d’emplois, mais des dépenses de fonctionnement destinées à perpétuer un emploi public qui sert d’amortisseur social. Par contre les sanctions continuent de plus belle contre la Russie qui soustrait ses appels d’offre aux multinationales européennes, comme EDF, Siemens, Peugeot, etc qui ferment leurs usines alors que leurs partenaires russes se tournent vers la Chine. Voir à ce sujet la perte du marché transsibérien par les constructeurs de matériel ferroviaire occidentaux. Par contre la Russie continue à vendre ses moteurs de fusée aux Américains....