Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le point sur "l’écart salarial" entre les hommes et les femmes

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Un fond de commerce impossible à assécher. Avec son lot d’insultes, de menaces de mises en demeure, d’accusations, dans un torrent de reproches en tous genres. Une manne inépuisable. Mais dans la réalité, les femmes absolument omniprésentes et brutalement ou sournoisement omnipotentes ; qui malheureusement sont très rarement à la hauteur de leurs présomptueuses prétentions, car la plupart du temps ; et tout un chacun en a la preuve au quotidien dans la souffrance que cela emporte, elles font des ravages. A laisser vagabonder son esprit, il arrive que des images de femmes poussant des landaus bancroches au milieu des décombres de villes surbombardées viennent comme prophétiser ce qui attend encore le bipède à cause de cela aussi...Dommage...

     

    Répondre à ce message

  • #2716744

    La loi utlime du marché, marché qui je le rappelle régit notre monde, est le bénéfice.

    Penser que l’on paye les hommes plus par préférence est une aberration totale. Si les femmes étaient payées plus pour le même travail, elles seraient embauchées préférentiellement aux hommes. Or il faut des lois pour l’équité alors même qu’elle seraient payées moins.
    Le seul cas équivalent que je connais sont les handicapés. Hormis gratuits, et encore, il faut braquer les entreprises pour qu’elles les embauchent.
    Les femmes sont des handicapées du travail. Fragiles, émotives, fouteuses de merde, histériques, mais SURTOUT incapables la plupart du temps de bosser à plusieurs sans mâle.
    Je remarque également que les poules c’est pareil. Pour avoir un poulailler équilibré, il faut un coq pour 5 poules. C’est juste un constat.
    Donc en fait ces handicapées sociales ne peuvent se l’admettre ( et non pas se la mettre), elles sont globalement moins utiles.
    Celles qui le sont finissent au même salaire que leurs équivalent masculins.
    C’est le prix de leur matrice.
    C’est comme le plaisir. Celui-ci est lié au lâcher prise. Pour les hommes comme pour les femmes d’ailleurs. Plus tu veux décider et avoir une incidence sur ce qu’il t’arrive, et moins tu jouis. Cul et pas cul, ça marche de partout.
    Donc les femmes qui bossent en reniant leur féminité s’enfoncent toujours plus vers la frustration et le célibat. Cela engendre les féministes, ces dernière étant des frustrées qui en veulent à l’objet de leur frustration : Les hommes. Qui ne les font pas jouir, qui ne les comblent pas, voire qui ne les regardent même pas.
    Je tolère une femme qui me fait chier une fois avec un truc du style : Et pourquoi c’est moi qui fait la vaisselle. Au delà d’une explication elle vire. Non pas que je puisse retrouver rapidement aussi bien, mais tout simplement parce qu’elle ne me sert à RIEN. Non pas parce qu’elle ne fait pas la vaisselle, mais parce que c’est une pauvre conne. Et qu’il vaut mieux être seul qu’être accompagné par une féministe.
    Même dans le milieu de la danse il y a quelques connes comme ça. Il suffit de ne plus danser avec et elles reviennent avec la queue qu’elles n’ont pas entre les jambes...

     

    Répondre à ce message

    • #2716972

      Bonjours Monsieur,

      Merci pour ce message qui m’a fait éclater de rire et avec lequel je suis tout à fait d’accord (j’ai travaillé comme ouvrier dans une entreprise de sac de luxe que je ne citerais pas : Hermès, ou il y entre 80 et 90 % de femmes). En tout cas votre message est une perle que je me dois d’enregistrer sur mon disque dur.

       
    • #2716985
      Le 1er mai à 22:19 par Marshall Rosenberg
      Le point sur "l’écart salarial" entre les hommes et les femmes

      T’as raison... Mais qu’est-ce que tu manques d’empathie !
      Empathie : capacité à comprendre ce qui est vivant chez l’autre (ou soi) sans le (se) juger.
      D’ailleurs, les 2 youtubeurs n’ont pas la définition ci-dessus de l’empathie, c’est évident.
      Pour eux, comme pour beaucoup, l’empathie c’est "chialer quand l’autre est malheureux".

       
    • #2717011

      Bon contre-argument effectivement. Si les femmes coûtent moins pour le même travail, elles devraient logiquement être bien plus employées que les hommes. Or le réel invalide cette prédiction. Les connes qui sont censées illustrer le féminisme — il y a plusieurs féminismes, comme il y a plusieurs gens de « gauche » — répondront que c’est « systémique » ou « inconscient ». Le reste du commentaire est assez atrabilaire, mais drôle.

      Les vidéos de la Coutume des ancêtres sont toujours de très bonne qualité. Il prend le temps de chercher des faits et de poser sa réflexion.

       
    • #2717095

      Tu as sans doute pensé dire "Si les femmes étaient payées MOINS pour le même travail,..." (deuxième phrase de ton commentaire). Bonne suite à toi. PMX

       
  • L’écart salarial qui subsiste dans nos pays est essentiellement lié au choix de carrière effectué par de nombreuses femmes (enfants, vie familiale, temps-partiel,...) ou par le niveau de qualification faible de certaines d’entre elles.
    L’important est de donner les chances et ensuite, les laisser décider ce qu’elles veulent faire de leur vie ( mère au foyer ou chirurgienne, tous les choix sont respectables).
    La responsabilité d’un père d’ aujourd’hui est de pousser sa fille à étudier le plus longtemps possible afin qu’elle puisse décider sa vie et pas la subir.
    Ce sont souvent les hommes peu éduqués qui veulent des femmes encore moins éduquées afin d’éviter d’être confrontés à leur propre bêtise. Pour exemple, tous ces pays où on interdit l’école aux filles, les exemples sont nombreux...

     

    Répondre à ce message

  • #2716996

    les femmes sont, par principe, victimes des hommes..mais aucune d’ entre elles ne changerait sa place avec ses bourreaux..l’ écart d’ espérance de vie entre les 2 sexes se creuse extraordinairement : les hommes regressent vers 77, les femmes foncent vers 85.
    faut dire que leur violentes lamentations traduisent mal, les montagnes d’ argent public investies dans leur médecine de confort et autres soins à la couille de noix.
    au travail c’ est pareil, tant qu’ elles font ce qu’ elles veulent, ça rigole ; dès qu’il faut faire autre chose c’ est Molière !
    les femmes carriéristes, qui ne font pas passer la maternité devant le boulot n’ ont aucun soucis de discrimination négative, même au contraire ! c’ est 1 choix..

     

    Répondre à ce message

  • #2717018
    Le 1er mai à 23:17 par l’abbesse du Thaud
    Le point sur "l’écart salarial" entre les hommes et les femmes

    Il faut comprendre , _ et cela vise notamment cellezeceux , hystériques qui se plaignent de ne pas avoir de b..e entre les jambes, que le salaire n’a aucun rapport avec la valeur de ce que le salarié produit. En revanche, K.Marx a démontré que la paye d’un salarié est définie de façon à être socialement acceptable. Et en général ce qui est socialement acceptable par l’employeur est que le salarié puisse manger en rentrant chez lui et payer son ticket de métro pour revenir le lendemain. Ce théorème a été redémontré en 1950 lorsque le SMIG (ancêtre du Smic) a été créé. Une commission a alors défini le budget type pour en emploi non qualifié (ex : balayeur-balai) exercé par un parisien de moins de 25ans, célibataire, vivant dans une chambre de bonne, etc. Donc 100 ans après, la même formule a été reprise : payer le balayeur de telle façon qu’il puisse manger et dormir pour revenir travailler dans un état physique convenable.
    Or, si on voulait calculer le salaire d’un balayeur-balai, employé/salarié d’une grande ville, en fonction de ce qu’il produit, on pourrait faire la balance des économies réalisées par la sécu ( en termes de fractures du col du fémur évitées par des trottoir non glissants) , des gains réalisés en termes d’image de marque ( propreté, attrait de la ville) et en termes agricoles ( valeur du compost ramassé) .
    Ce chiffrage n’a rien d’infaisable, les tribunaux savent évaluer le prix d’une vie, et les publicitaires savent chiffrer une campagne pour redorer le blason d’une ville.
    Donc ce slogan « à travail égal, salaire égal » n’a aucun sens puisque par définition le salaire NE dépend PAS de la valeur de ce que il ou elle produit. Cette loi se généralise à toutes les catégories : stagiaire/non stagiaire, jeune/vieux, etc..
    Si un ingénieur fait une découverte technologique sensationnelle, il recevra peut être une prime mais jamais à la hauteur des profits réalisés par son employeur grâce à ce brevet qui appartiendra à l’entreprise. Et si son salaire est plus élevé que celui du balayeur c’est qu’il est socialement acceptable que ses études soient remboursées et socialement acceptable qu’il vienne au boulot en costume/cravate.
    Pour le redire autrement si les femmes voulaient être payés de la même façon que les hommes, à travail égal , etc., il conviendrait qu’elles embarquent pour la planète vénus, avec les hommes de leur choix pour y fonder un système économique différent du système capitaliste.

     

    Répondre à ce message

  • les chefs d’entreprises sont donc des cons...si a travail égal ils peuvent faire baisser leur masse salariale de 20% en embauchant que des femmes... ou alors ce calcul c’est de la connerie...

     

    Répondre à ce message

  • Les tensions montent, les ’’gens deviennent de plus en plus méprisants, méfiants, agressifs, mal intentionnés, malfaisants, surtout celles et ceux qui par statut et situation d’impunité se signifiaient déjà de cette façon, dont beaucoup de femmes, dont c’est le sport favori de pourrir la vie de leurs contemporains. L’écart salarial va bientôt passer très au second plan par rapport à leurs nuisances sociales bien réelles. Quant à l’avenir, qui sait comment ce passif très prégnant sera géré le moment venu par leurs victimes...

     

    Répondre à ce message

  • #2717421

    Sans compter la durée de vie des femmes, de 6 ans supérieure a celle des hommes, ce qui constitue une injustice insupportable en soi (! !), mais leur permet en plus de toucher des indemnités retraite six ans de plus !!! Cet avantage considérable pour les femmes n’est bizarrement jamais évoqué dans ce débat...
    Pour retablir un peu d’égalité, il faudrait au moins que l’age de départ des femmes soit 6 ans > a celui des hommes...haha

     

    Répondre à ce message

  • Elles font des ravages énormes. Cela prend des proportions qui mettent en danger l’existence même de ce triste endroit du monde qu’elles désorganisent totalement, par laxisme, amateurisme, inconsciente, indifférence, incompétence, malfaisance délibérée et c’est particulièrement vrai pour celles qui sévissent très majoritairement en toute impunité dans l’appareil d’état. C’est une catastrophe palpable, tangible, flagrante, il faut être aveugle pour ne pas s’en rendre compte. C’est vérifiable au quotidien à propos de tout.

     

    Répondre à ce message

  • #2717903

    J’ai toujours trouvé bizarre ce mec d’Eureka.
    D’ailleurs je me suis désabonné de sa chaîne après quelques vidéos...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents