Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le prince héritier saoudien révèle que le wahhabisme a été exporté à la demande des Occidentaux

Dans une interview au Washington Post, le prince héritier Mohamed ben Salmane a déclaré que l’Arabie saoudite avait commencé à propager l’idéologie wahhabite à la demande de ses alliés occidentaux, pendant la guerre froide, pour contrer l’URSS.

 

Une déclaration du prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane (surnommé « MBS ») publiée par le Washington Post le 22 mars et passée, semble-t-il, inaperçue dans les médias francophones, fait office d’aveu. En effet, le prince héritier saoudien a assuré que l’idéologie wahhabite avait été propagée au cours de la seconde moitié du XXe siècle par Riyad à la demande des alliés occidentaux du royaume, dans le but de contrer l’influence de l’Union soviétique dans les pays musulmans.

En visite diplomatique aux États-Unis, « MBS » s’est exprimé lors d’une rencontre avec des membres de la rédaction du Washington Post. Bien que cette réunion ait été tenue secrète dans un premier temps, l’ambassade saoudienne a par la suite autorisé le célèbre journal américain à publier des extraits spécifiques des propos tenus par le prince héritier. Ainsi, le journal relate des déclarations de Mohamed ben Salmane sur différents dossiers, dont sa relation avec Jared Kushner, le gendre de Donald Trump et conseiller de la Maison-Blanche, ses réformes internes au royaume, la guerre au Yémen ou encore le conflit israélo-palestinien.

Interrogé sur la propagation du wahhabisme, idéologie islamiste rigoriste née en Arabie saoudite et parfois accusée par la presse et des responsables politiques en Occident d’être une source du terrorisme islamiste, le prince héritier a déclaré que les investissements saoudiens dans les mosquées et écoles islamiques à l’étranger trouvaient leur origine dans le contexte de la guerre froide. Le prince héritier a expliqué que, à cette époque, les alliés occidentaux de Riyad avaient demandé à l’Arabie saoudite d’utiliser ses ressources afin d’empêcher l’Union soviétique de « conquérir le monde musulman ou d’y acquérir de l’influence ».

 

Une révélation tardive du rôle de l’Occident dans la propagation du wahhabisme ?

Interrogé par RT France, Pierre Conesa, historien français, auteur du livre Dr. Saoud et Mr. Djihad, qualifie cette révélation de « tardive ». Pour ce spécialiste en stratégies politiques internationales, cette révélation permet au prince héritier de « se décharger d’une partie de sa responsabilité sur le financement du terrorisme ».

Dans un article publié dans le Monde Diplomatique de juin-juillet 2016, intitulé « Un demi-siècle de diplomatie wahhabite », Pierre Conesa expliquait déjà que la politique étrangère du royaume saoudien avait été anticommuniste durant la guerre froide et opposait le panislamisme au panarabisme socialisant de Gamal Abdel Nasser, dirigeant égyptien de 1954 à 1970. Cette politique était largement soutenue par les Occidentaux et notamment les Américains. « L’adage très répandu pendant la guerre froide selon lequel "l’ennemi de notre ennemi est notre ami" empêche alors [les Occidentaux] de voir que le royaume wahhabite a son propre programme », ajoute l’historien. Une véritable industrie « théo-idéologique » qui « emprunte au soft power américain et à la propagande soviétique » se met alors au service du wahhabisme.

 

Un système de promotion mondiale de l’islam rigoriste

Plus de deux décennies après la fin de la Guerre Froide, WikiLeaks publie plus de 60 000 documents diplomatiques saoudiens. Ces « câbles » mettent en lumière le système de prosélytisme et de promotion d’une lecture rigoriste de l’islam appliqué par le royaume wahhabite au niveau international. « Depuis des dizaines d’années, l’Arabie saoudite injecte des milliards de pétrodollars dans des organisations islamiques à travers le monde, pratiquant une diplomatie du chéquier », révèle le journal américain New York Times, en juillet 2015, après avoir épluché tous les documents diplomatiques mis à jour par WikiLeaks.

« Quand après les attentats du 11 septembre 2001, alors que 15 des terroristes étaient saoudiens, George W.Bush désigne l’Afghanistan et l’Irak comme les ennemis des États-Unis, on comprend que l’Arabie est un bon client qu’il ne faut pas contrarier », analyse encore Pierre Conesa. Pour l’historien, la situation est similaire aujourd’hui, quand « Donald Trump annonce depuis Riyad que c’est l’Iran qui est la cause du terrorisme ».

Riyad ne semble toutefois plus assumer son rôle d’exportateur global du wahhabisme. Aux journalistes du Washington Post, Mohammed ben Salmane a en effet confié que les gouvernements saoudiens successifs « s[’étaient] fourvoyés sur de fausses pistes » et qu’il était temps désormais que «  les choses reviennent à la normale », en ce qui concerne notamment le financement du wahhabisme. Il a assuré que ce « financement prov[enait] aujourd’hui en grande partie de fondations saoudiennes, et non du gouvernement ». De manière on ne peut plus claire, le prince héritier Mohammed ben Salmane entend donc séduire ses partenaires occidentaux. L’accueil que lui a réservé Donald Trump au premier jour de son voyage à Washington semble démontrer que cette offensive de charme fonctionne à merveille.

Voir aussi, sur E&R :

À lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Très intéressant... et parfaitement logique.

     

  • À la demande des SIONISTES pour être "le balai d’Israël" .


  • quel scoop !!! Les bras m’en tombent...


  • Information capitale qui ne fera sans doute pas la Une des médias, alors que l’actualité inviterait à le faire.
    Quand MBS dit "les Occidentaux", il utilise sans doute volontairement un terme imprécis.

     

  • Les élites occidentales ont donc importées l’extrémisme, le conflit de civilisation et le terrorisme. L’Occident a sciemment ouvert les portes de l’enfer à ses enfants en favorisant l’implantation de l’idéologie wahhabite mortifère. Car n’en déplaise à certains, l’Islam est une chose, le wahhabisme en est une autre. Ce dernier est une hérésie, inventée et implantée au cœur de monde musulman par des juifs sionistes britanniques dans le but d’empêcher l’unité, le progrès et la rayonnement des musulmans. Les wahhabites sont les partenaires privilégiés de l’Occident car ils détruisent l’Islam et les pays arabes opposés à Israël. A chaque fois qu’un pays relève le défi occidental en optant pour l’indépendance et le progrès, les wahhabites, sur l’ordre de leur maître américanosioniste, s’activent pour ramener cette partie "insolente" du monde arabe à l’âge de pierre. L’Islam est une religion de paix — parfaitement, Messieurs les "pas d’amalgames, matin, midi et soir —, il est pour la cohabitation pacifique entre les nations. Il a toujours protégé les minorités. C’est le wahhabisme ( et dans une moindre mesure la secte des Frères musulmans) qui encourage la division et la violence. Le wahhabisme a conceptualisé avant l’heure la notion du "choc des civilisations" en divisant l’humanité en deux parties : le Dar el Islam (la maison de l’Islam) et le Dar el Harb (la Maison de la guerre). Les musulmans wahhabisés à l’instar des talmudistes devant être caractérisé par une haine de tout ce qui n’est pas wahhabite-salafiste. Et pourtant, notre merveilleux "Monde libre et démocratique" est l’allié de ce régime monstrueux, l’Arabie-saoudite, centre de l’extrémisme religieux et du terrorisme international alors qu’il est en guerre contre la Syrie, pays garant de l’égalité homme-femme, connu pour sa laïcité et son respect, entre autres, des minorités religieuses.

     

    • Merci pour vos commentaires que j’apprécie régulièrement.
      Rien de surprenant quand on y pense.
      Mais quel intérêt MBS a de révéler ce que tout le monde arabe musulman du Maghreb au Moyen-Orient en passant par les pays d’Asie musulmans connaît depuis toujours, pourquoi maintenant ?!
      Le Yémen a un arrière goût dans sa gorge et il recrache excusez moi d’être direct.
      Mon commentaire ne vaut pas pour vous Je suis pas Charlie, je voulais juste vous remercier du vôtre.


  • encore faut-il ne pas oublier l’Asie comme terre de propagande wahabite.
    le premier pays fer de lance dans la conquête de l’asie étant le Pakistan, le nid du jihad politique. les madrasas talibanes étaient à l’origine destinés au cashmere indien et à la conquête de l’Inde puis malaisie indonésie philippines et chine.( voir le problème Rohingya actuel)
    le fondamentalisme wahabite a fait tâche d’huile en Asie bien avant de se répandre en occident, et sa tête de pont a toujours été le Pakistan et sa bombe.


  • Le problème avec le wahhabisme c’est qu’il a influencé tous les musulmans, même ceux qui se disent opposés à cette idéologie. Ma femme a illustré cette évolution avec humour : quelle est la différence entre un wahhabite et un soufi ? Le wahhabite traite sa fille non voilée de traînée. Le soufi explique à sa fille qu’elle est une perle et qu’elle doit se voiler pour dissimuler le trésor de sa beauté.

     

    • Très juste en ce qui me concerne et je n’aurais su mieux l’exprimer. Le problème étant que cette fausse nuance qui n’en est pas une et qui résulte finalement de l’imprégnation du wahabisme, a sclérosé bien des compartiments de vie chez les musulmans, empechant ou retardant bien des avancées et des progrès.
      C’est vraiment un choix, conscient ou non, entre panarabisme socialisant à la nasser et panislamisme proné et imposé par les saouds et leurs affidés.
      On a imposé cette vision, quelle que soit la manière, et malheureusement la greffe a pris.
      C’est regrettable.


    • Comparer les adeptes du wahhabisme avec ceux du soufisme en dit long sur votre ignorance. Il n’y a pas plus pacifique qu’un soufi. L’amour est un thème central dans la doctrine soufiste. Elle est y occupe une place génératrice, exprimée dans des formes majestueuses, voire magistrales. L’école soufi forme des êtres équilibrés remplis de bonté pour l’humanité. C’est pas demain la veille qu’un soufi se fera exploser. Quant au wahhabisme, c’est l’école de la haine. Elle forme des êtres à l’esprit stérile. Les wahhabites croient qu’ils sont les seuls partisans du culte pur, les autres étant des mécréants — y compris les musulmans qui ne partagent pas leur idéologie — dont les personnes, les enfants et les biens ne méritent aucun respect et dont le pays est considéré comme hostile, mécréant, polythéiste et, par conséquent sujet à la "guerre sainte" et aux égorgements.


    • Il ne s’agit pas de comparer les adeptes de ceci ou de cela, mais bien d’observer des comportements bien réels et des décalages.
      J’ai pu connaitre moi même des personnes se prétendant plutot du soufisme, tout en adoptant des postures empreintes d’étroitesse d’esprit, d’intolérance et même parfois carrément de sectarisme.
      Il y a un vrai décalage entre les personnes et les pratiques et idées dont ils se réclament.
      C’est juste une observation,et fondamentalement ca se démonte assez facilement auprès de ces personnes.
      L’exemple du voile n’est justement qu’un exemple, ici Juju parle du comportement des gens, pas de théorie idéologique.
      Et son illustration est plutot bien trouvée, l’invective n’y changera pas grand chose...


    • @Je suis pas Charlie



      Comparer les adeptes du wahhabisme avec ceux du soufisme en dit long sur votre ignorance. Il n’y a pas plus pacifique qu’un soufi. L’amour est un thème central dans la doctrine soufiste. Elle est y occupe une place génératrice, exprimée dans des formes majestueuses, voire magistrales. L’école soufi forme des êtres équilibrés remplis de bonté pour l’humanité.



      Il existe néanmoins certaines formes fort anciennes du soufisme (derviches hurleurs de Turquie entre autre) en mesure d’épouvanter les Wahhabites.
      https://www.youtube.com/watch?v=OrG...
      http://danseorientale.dojodubrochet...
      Derviche avec sa hache https://fr.wikipedia.org/wiki/Dervi...

      Ceci n’est pas une provocation mais un complément d’information


  • Pourquoi fait il ces déclarations ? J’ai tendance à me méfier des gens malhonnête.


  • Quand allez vous comprendre que le « wahhabisme » (qui n’existe pas) appelé ses adeptes « salafiah et par les medias « salafisme », est le groupe islamique le plus opposé au terrorisme. Svp allez vérifier directement a la source , écoutez ce que disent les savants de la salafiah (ex via le site : la science légiféré).
    Et je vous dis tout ça en tant que SALAFI.
    Svp allez a la source au lieu de croire tout le monde .
    Ps : c’est une des seules erreurs que j’ai trouvé chez M. Soral.

     

  • C’est quand tu vois ce qu’impliquent de ces jeux geostrategiques que tu comprends que les rois étaient de petits joueurs, ou bien étaient sages


  • On sait déjà que les USA ont armé et soutenu Al-Qaïda pour contre l’influence soviétique, donc ces déclarations ne sont pas très sensationnelles... Ce qui le serait, c’est que les médias mainstream en parlent en boucle !


  • Que les sionistes le fassent, après tout pourquoi pas ? Les pays arabes l’ont-ils fait ? Le feront-ils ? Zat is ze question. Ca serait une belle quenelle. Honneur et fierté au colonel Beltrame !


  • Rigolo comme un Prince saoudien "révèle" tandis que n’importe quel autre politicien (hormis bien sûr Kim Jong Un) ne peut que "prétendre".
    Si le wahabisme et le communisme ont une une chose en commun ce n’est pourtant ni la liberté d’expression, ni celle de critiquer le pouvoir en place ni encore un quelconque désir de dire la vérité au peuple.
    Bien au contraire.


Commentaires suivants