Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le retour de Joan Baez avec sa chanson anti-Trump Méchant Homme

Ou la fin tragi-comique de la pasionaria des droits civiques

Comment détruire sa propre légende quand on a été le symbole de la contestation des années 60 aux États-Unis ? C’est simple : il suffit de revenir au mauvais moment avec une mauvaise chanson et des paroles aussi niaises qu’un épisode de Oui-Oui.

« C’est l’histoire d’un méchant homme
Vilain des pieds à la tête »

Au moins Bob Dylan, l’alter ego de Joan Baez dans le song writing de gauche anti-impérialiste, se fait-il discret, sauf lorsqu’il pompe son discours pour la réception de son prix Nobel de Littérature en 2016, une récompense qui a soulevé une tempête chez les « vrais » écrivains. Mais on fait tous des erreurs de parcours. Même Jésus a dû parfois se louper dans un discours, ou s’énerver un peu sur un cadre, c’est-à-dire un apôtre, qui n’avait pas bien pigé la ligne.

C’est donc à l’occasion du bashing anti-Trump permanent dans les médias et le showbiz américains que la chanteuse folk s’est illustrée avec une balade qui commence par ces mots, traduits par nos soins :

« Voici une petite chanson
L’histoire d’un mec qui a tourne mal
En bâtissant son empire du Mal... »

 

 

On a surtout mal pour elle, et même nos lecteurs ou petits curieux de gauche qui passent sur notre site ressentiront quelque chose entre le malaise et la honte. Ce n’est pas la vieillesse (Victor Hugo sabrait ses bonniches jusqu’à 80 ans et plus) mais bien le gauchisme primaire qui est un naufrage.

Pour Joan, « l’homme de l’année est un menteur ». C’est vrai que sous certains aspects, au premier regard ou à la première écoute, Trump peut passer pour un bouffon ou un fada. Cependant, on ne survit pas dans l’impitoyable monde des affaires américain en étant un crétin. Il y a là une contradiction que Joan ne relève pas. Mais nous ne sommes pas dans la rationalité, nous sommes dans l’émotion. C’est plus simple ! Pas besoin d’être dans le vrai !
Joan enchaîne avec une strophe sur un champ de rose qui se pince le nez au passage de ce gros plouc, pour en faire une espèce de repoussoir des hommes, des animaux et des plantes. Le mélange de l’écologie et du féminisme peut être dangereux pour la santé mentale.

Parfois, par respect pour la grande chanteuse qu’elle fut et pour son opposition courageuse à la guerre du Viêt Nam, on se dit qu’elle va éclater de rire et nous expliquer que Trump est certes comique, mais c’est pas un mauvais bougre, et le peuple américain l’a élu, contre justement les dérives oligarchiques de Wall Street, du lobby militaro-industriel et de la toute-puissance des médias libéraux, toute cette bande de pilleurs organisée profitant de la crise généralisée des valeurs, de l’économie et du social, mais non. Joan est très sérieuse.

On ne va pas tout traduire, car l’actu sérieuse nous appelle, mais la chanteuse dénonce en vrac le « futur dictateur » et lui conseille d’aller « consulter un psychiatre », l’argument des sans-argument :

« Tu devrais parler à un psy
Car tu as de sacrés troubles psychologiques »

Si la contestation gauchiste des années 60 visait bien – un peu sans le savoir – le pouvoir profond qui décidait de la guerre et de la pensée unique (consommez et fermez vos gueules !), ainsi que du racisme antinoir, la contestation gauchiste actuelle est alignée sur les intérêts de cette même oligarchie, qui n’a pas changé mais qui a amélioré son logiciel. Et ça change tout : les esprits faibles ou limités qui croient faire partie de l’opposition sont en fait des agents inconscients du Système. Joan Baez en est la preuve à la fois éclatante et tragique.

Trois ouvrages qui risquent d’ouvrir les yeux à tous les gauchistes
sur la réalité politique américaine
à lire chez Kontre Kulture

 

Le destin tragique des chanteurs de gauche, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

62 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ca serait plus crédible chanté par une chorale d’handicapés mentaux .

     

  • Tiens ! Un naufrage à sec ! Elle me vexe car je me dis "qu’est ce qu’on peut être con quand on est jeune" ; 50 piges après je connais encore par coeur le "It’s to you nicolas and barth. . . ." . Et je me dis : quel regard posaient sur nous les sexagénaires qui nous regardaient , eux qui avaient vus les bottes et ne savaient pas que je verrai les babouches à la place .


  • Je reste fan de sa ballade sur Sacco et Vanzetti...

     

  • Et surtout pro sioniste et oui fallait le dire ! !!

     

  • Très belle chanson !

    Dommage que je ne comprenne pas les paroles...

     

    • C’est mieux ainsi (surtout si t’es fan)

      Personnellement, comprendre ce que disent les autres peut-être une plus grande souffrance que de se casser une jambe. La jambe se repart d’elle-même... Les gens(gentils) continues à descendre dans les abysses de la bêtise du politiquement correct... A vomir de bêtise.


  • la preuve est faite, le gauchisme est une maladie incurable


  • Toujours le même brouet, réchauffé infatigablement par l’imposture, l’hypocrisie, la tyrannie d’une ’’bien-pensance’’ qui fait toujours assumer ses choix de boys scouts névrotiques aux ’’autres’’. Et je te prends ma guitare, et je te postillonne dans le micro que je monopolise, et je te donne des leçons de tout, tout le temps à tout le monde ; mais sans jamais oublier de m’en mettre plein les fouilles au passage. Passe moi la rhubarbe je te passerais le séné. De l’inconscience ? De la sottise ? De la perversité ? Les trois ? Quand est-ce que Mme Baez hébergera les chicanos à son domicile et leur distribuera ses droits d’auteur ?

     

  • Il est vrai qu’à l’époque , ces artistes faisaient parti d’un ensemble assez hétéroclite d’une mouvance musicale soixanthuitarde . C’était pas ma tasse de thé , mais " ils" incluaient le sérail . Bon , dès les années 70/72 ,c’était stop à tous ces " pleurnicheurs" , puisque musicalement nul , pauvre harmoniquement , donc lassant . En plus je ne ressens pas artistiquement ces révolutionnaires de salon profitant des idées et des faits divers pour capter du public !
    Là , on continue à surfer sur du médiatiquement rebattu : un seul mot me vient / Pitoyable !


  • Y’a un truc à gratter, là, non ?...parce que ça sent bon la gamelle à miam miam...


  • #1797858
    le 09/09/2017 par il faut sauver le soldat France
    Le retour de Joan Baez avec sa chanson anti-Trump Méchant Homme

    Nasty lady !


  • Il n’y a clairement rien à attendre de cette génération des anciens tenants de la contre-culture, souvent radicale et parfois pertinente dans ses combats à l’époque, mais qui est clairement larguée - car convaincue qu’on "ne la lui fait pas" - devant l’évolution des stratégies de manipulation des masses, beaucoup plus perverses qu’en leur temps, où souvent le Bien et le Mal sont intervertis, le second aimant à prendre les apparences superficielles du premier. Sans quelqu’un comme AS pour les aider à décoder des nouveaux paradigmes, ils sont condamnés à se ridiculiser en joignant leurs aboiements à ceux du système, à quelques rares exceptions près - comme Clint Eastwood, et peut-être certains qui préfèrent se taire car conscients de ce qu’il en coûte de dévier du politiquement correct.

     

    • En effet. Et l’embourgeoisement est aussi passé par là. Je pense aussi à ce pauvre Springsteen et tant d’autres qui ont versé eux aussi dans l’anti-Trump primaire. Cette chanson est à l’image du discours qu’elle porte, c’est un truc pour les enfants, et encore des enfants à qui l’on voudrait du mal ! :-)


  • Elle a le QI d’Hidalgo.


  • Par contre y a pas à chier les guitares américaines c’est quelque chose !


  • Confondant de bêtise.


  • Joli petit intérieur bourgeois.
    Ça rapporte la contestation Joan ?
    Et ils sont ou les migrants illégaux ? Dans l aile ouest de ta villa de Beverly Hills ?
    Quelle tristesse...
    Une pensée aux américains white trash et black qui sont décimés par l immigration massive pour que joan puisse nous faire des leçons de morale sur un air folks...


  • #1797872

    Joan nous baise encore une fois, qu’elle retourne à ses tomates... ou à ses semis.


  • En même temps, sans Trump, la Baez serait condamnée à rester à sa juste place : dans la naphtaline...faut bien qu’elle sorte, la vieille révolutionnaire de salon...


  • C’est beaucoup mieux que les Brigandes

    et la Martin 0 45 de 1944 n’est pas crade

    la chanson n’est pas plus fade que tout ce qu’elle a fait d’autre

    musicalement c’est roots et c’est très proche de la country la plus authentique ou réenracinée, ça me fait penser aux chants des migrants de la crise de 29 qui faisaient un retour forcé à la terre et allaient se faire exploiter en Californie


  • Je suis né dans les années 60, mais je n’ ai jamais aimé ces " artistes " qui se sont auto persuadés d’ être toujours dans le camps du "bien" .
    Même si on peut se tromper à un moment dans une carrière, il y a vraiment des professionnels de ça, qui se sont enrichis sur ce pseudo concept et , avec l’ âge , ils sont pathétique de bêtise ...

     

    • On se trompe tous et tout le temps de la naissance à la mort. La chanson ne peut avoir aucune prétention révolutionnaire. Elle est un état d’une âme qui erre avec nos errements. Quant aux gens de gauche curieux et de passage, qu’ils aillent se faire voir ailleurs. La gauche en Occident est morte et bien morte. Elle est de droite et la droite joue à la gauche. Ce qui est le comble de la fumisterie.


  • En meme temps quand on fait une traduction d’un grand nombre de chansons anglo-saxonne, beaucoup sont particulièrement niaises... c’est un peu comme l’humour des one man show americains : à part "pipi-caca-he is so fat !", ils n’ont pas grand chose à dire .


  • Joan Baez ne peut pas être contestataire puisqu’elle fait partie de l’oligarchie, jouissant de confort matériel et moral tout à la fois. Le texte entier est une attaque personnelle dépitée.
    Bon la pauvre Joan n’est pas une lumière, on le voit. Et ne l’a jamais été. Sa voix a beaucoup vieilli, son jeu de guitare aussi et elle devrait réserver ses chansons à ses petits-enfants. Elle aurait aimé Hillary aux mains ensanglantées.


  • #1797889

    Dans les auteurs-interptètes américains, y’a un très très balèze :
    Townes Van Zandt, de la poésie de ouf :
    - Our mother the mountain
    - Waitin’ around to die
    - Black crow blues
    - Highway kind
    etc...
    "Our mother the mountain", c’est trop beau, putain !
    Comment peut-on écrire des choses aussi belles ?

    My lover comes to me with a rose on her bosom
    The moon’s dancin’ purple
    All through her black hair
    And a ladies-in-waiting she stands ’neath my window
    And the sun will rise soon
    On the false and the fair

    She tells me she comes from my mother the mountain
    Her skin fits her tightly
    And her lips do not lie
    She silently slips from her throat a medallion
    Slowly she twirls it
    In front of my eyes

    I watch her, I love her, I long for to touch her
    The satin she’s wearin’
    Is shimmering blue
    Outside my window her ladies are sleeping
    My dogs have gone hunting
    The howling is through

    So I reach for her hand and her eyes turns to poison
    And her hair turns to splinters,
    And her flesh turns to brine
    She leaps cross the room, she stands in the window
    And screams that my first-born
    Will surely be blind

    She throws herself out to the black of the nightfall
    She’s parted her lips
    But she makes not a sound
    I fly down the stairway, and I run to the garden
    No trace of my true love
    Is there to be found

    So walk these hills lightly, and watch who you’re lovin’
    By mother the mountain
    I swear that it’s true
    Love not a woman with hair black as midnight
    And her dress made of satin
    All shimmering blue


  • Joan Baez a été (has been ?..) une grande artiste, mais la lucidité n’a pas suivi.

     

  • En même temps quand on a passé sa vie à chanter des textes concon sur de la musique de cowboy... j’ai pas tenu 1mn.


  • En même temps ça va pas faire un tube ! D’un ennui mortel, rimes vaseuses et mélodie pourrie ! Bref un triste moment de chanson. On ne la remercie pas ! Ciao bambina.


  • Toute une vie de lutte pour aterrir au degré 0 de la conscience politique.
    Bob Dylan ne devrait pas la suivre, une fois de plus.


  • colin powell gentilhomme à la fiole empli du nectar democratique , va deverser ta democratie chez nos brothers .
    pfff la horde de tartuffes qui font les grandes gueules une fois le mal fait, c’est cela qui est laid humainement.


  • #1797945

    Une victime de l’ingenierie sociale, du mind control ou plus simplement de la connerie ambiante abondamment distillée par les merdias de l’oligar-chie...

    Je suis sûr que ce n’est pas une mauvaise personne au fond, juste une artiste libtard (libérale retardée) comme il en existe tant d’autres et qui ne se donne pas la peine de comprendre les vrais problèmes du monde. Paresse intellectuelle, mais une belle sensibilité et du talent quand même, au service de l’Empire du mal (le vrai)...

    N’oublions pas qui est celui qui inspire réellement tous ces artistes, Bob Dylan en avait conscience : https://www.youtube.com/watch?v=qos... Lorsqu’il parle du maître de ce monde dans cette video, il ne parle pas de Dieu...


  • Les gens n’ont pas besoin qu’on leur dise quelle langue apprendre. Leurs instincts de survie s’ils ne se sont pas trop émoussés les guideront vers la langue de survie.

     

  • #1797966
    le 09/09/2017 par Tartempion du système
    Le retour de Joan Baez avec sa chanson anti-Trump Méchant Homme

    Joan Baez ... à vue d’œil, la pauvre !


  • Bon en même temps elle a 76 ans !,
    Et semble pas avoir abusé de chirurgie esthétique. ..
    Une belle personne, une belle voix,j des textes de m.,,,e
    À croire que la persévérance dans la médiocrité des idées conserve..


  • La mamie devrait changer son dentier ....cela lui éviterait peut être des inflexions persiflantes !!!...


  • C’est con ,elle avait finie sa carrière sur de bons auspices ,et la elle est en train de se torpiller .C’était mieux avant ,maintenant elle ferait mieux de fermer sa gueule et de ranger la gratte .


  • De beaux harmoniques dans la voix... le reste c’est vraiment de la bouse...
    Dommage.


  • La nana elle ne vit plus avec son temps...completement dephasee....Dieu reconnaitra les siens....


  • #1798006

    Il ne lui manquera plus que prix Nobel, comme Dylan...

    Des "révolutionnaires de conscience" ça ?

    Ou des fumeux fumants "de la bonne" ?

    Talent mis à part, puisqu’il est bien réel ("on n’attrape pas des mouches avec du vinaigre"... sinon il y a longtemps que la CIA aurait choisi un autre modus operandi pour préempter les cerveaux), ils sont des Dr. Jekyll et Mister Hyde de leur époque, tout à la fois manipulés et manipulateurs, et sycophantes dorés dans leur bulle-cocon dorée, pantouflés à coup-de millions de $ du show-biz :

    Seulement voilà, désormais ça sent de plus en plus assurément l’ancien paradigme...

    Et qui s’en plaindra ?

    Conclusion : si tu aimes encore Joan Baez, c’est parce que le syst’aime !

    Perso, et grâce entre autres à la "True News" d’E&R, je fais en sorte que le système ne me Baez...

    Ce qui ne m’empêche nullement de réécouter quelques-uns ce ses beaux morceaux accrocheurs, étant un musicien mélomane ni dupe, ni sectaire ni bégueule...


  • Voilà ce que ça donne quand la sénilité rencontre le boboïsme...

     

  • Encore tres forte a son age,elle joue bien.Sur le fond cette chanson serait plus adapté a Clinton,c’est une gentille gochiste,elle croit donc en partie les médias.Trump pour l’instant est un individu moyen qui oeuvre timidement dans le bon sens,ce qui in fine laissera les mains libres a l’oligarchie financiere quand ils s’en seront débarassés d’ici quelques mois ou années.Trump aura d’ici la sans nul doute agrandi sa fortune personnelle,il pourra faire elever une autre tour avec son nom ecrit en haut de la tour.


  • J’ai été soulagée lorsque la vieille Hillary a été battue aux présidentielles US mais attentiste concernant Trump. Cependant, presque un an après, quand je vois les réactions hystériques et désespérées du monde médiatique américain (et français aussi d’ailleurs). Je finis par me demander si la présidence de Trump ne signifie pas la fin d’un monde, celle de la gauche issue des années 60 et de la "contre-culture" , (qui en fait, n’en est pas une...).


  • C’est peut-être la première fois qu’elle écrit un texte elle-même ?


  • « Même Jésus a dû parfois se louper dans un discours... »

    Non. C’est lui qui a donné la parole et l’art du discours à l’homme.

     

  • La Joan il est plus que temps qu’elle prenne une retraite définitive, et réserve ses chansonnettes à sa famille.


  • C’est le mur ente le Mexique et les EUA qui la chiffonne. Mais il permettra aux Mexicains de développer leur pays et de s’occuper de leurs familles. Ils ont le record mondial (recensé) d’abandon d’enfant, à force de cavaler au nord et de s’y accrocher.
    Il est vrai que Trump est très méprisant et même grossier quand il parle du Mexique.
    Les Mexicains, quand ils ne dealent pas de la drogue, ont été plutôt bosseurs sur le territoire US, bien plus que les Afro. Aujourd’hui, je ne sais pas.

     

  • Il est dommage qu’elle n’ait pas ravalé son bulletin de naissance à la fin des années 60 , à l’époque ou elle militait contre son pays , pour les communistes VC....Les icones se doivent de mourrir jeunes, pour leurs fans , avant de faire des c...., comme Guevarra, Marylin .....


  • #1798351
    le 09/09/2017 par Ben-Soussan David danseuse étoile
    Le retour de Joan Baez avec sa chanson anti-Trump Méchant Homme

    Pourtant elle et Trump ont la même coupe , y aurait-il un phénomène attraction/répulsion ?
    Elle nous cache quelque chose — une querelle amoureuse certainement !

     

  • #1798373
    le 10/09/2017 par Aiguiseur de guillotines
    Le retour de Joan Baez avec sa chanson anti-Trump Méchant Homme

    Les hippies, les p’tites fleurs, les ch’veux longs plein d’poux ect... c’était y’a 50 piges quand même.
    Faudrait evoluer un peu mémère.


  • #1798761

    C’est l’histoire d’une belle métisse mexico-états-unienne, avec un beau visage, un beau cul et une belle voix.
    Elle a un copain qui fait de la prison pour désertion (esquivé le Viêt-Nam)
    Bob en profite et lui écrit de très belles chansons (j’aurais fait pareil) car elle ne sait pas écrire des chansons, mais elle a besoin d’être mise en valeur.
    Alors elle chante par exemple "Farewell Angelina", magnifique alliance de l’esprit et de la matière.
    Mais le plus drôle : elle reprend dans les années 80 "The night they drove old Dixie down", un hommage aux petits paysans confédérés du Sud et au général Lee, écrit par The Band qui ont joué avec Dylan pendant 10 ans. Elle devrait donc brûler ces enregistrements, cette honte raciste infâme LHLPSDH. Elle devrait en somme s’immoler.
    Je l’ai rencontrée il y a longtemps dans un festival, je confirme qu’elle est conne.


  • Joan Baez a des racines mexicaines et catholiques, et la religion chretienne a occupe une grande place dans son histoire familiale.
    Ce n’est pas seulement une "gauchiste bobo"qui s’exprime ici.

    Les positions vexatoires du President Trump a l’egard des Mexicains (catholiques) sont aussi percues comme la continuation du racisme supremaciste historique des Protestants WASP a l’egard des catholiques de toutes origines aux USA.

    https://www.rt.com/op-edge/402758-b...


Commentaires suivants