Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le spectacle d’Élie Semoun "transpire l’aigreur", du coup il balance sur Dieudonné

L’univers des humoristes est impitoyable. Il y a ceux qui remplissent et ceux qui ne remplissent pas, ou plus, et Elie Semoun fait partie de la dernière catégorie. Incapable de se renouveler, ou de faire appel à des auteurs de talent, c’est-à-dire un peu chers, ce radin de compétition est en train de boire la tasse. Même le très complaisant Parisien l’a envoyé par le fond, aux côtés d’Olivier de Benoist et de Bruno Salomone. C’est pas l’année du sionisme, qu’on vous dit. Ah bon, OdB en est ? Mais non, c’était une boutade.

 

Du grand cinéma français

Élie est en promo pour son film destiné aux familles, et surtout à sa famille). Avec Ducobu 3, dont il est le réalisateur, on ne va pas chercher un scénario à risque : tous les mômes ou presque ont lu la BD, c’est du gâteau, les mamans en manque d’imagination vont y traîner leurs pré-ados qu’elles ont de plus en plus de mal à tenir, et Semoun y tient son rôle fétiche, le Pr Latouche. Pas le milliardaire qui a racheté Sud Radio pour accompagner la montée du national-sionisme, c’est juste un personnage caricatural. Heureusement qu’il y a BFM TV, la chaîne qui va déménager à l’Élysée, selon un article perfide de Marianne, pour sauver la promo d’un Semoun perdu dans son époque :

Après avoir fait mourir de rire des salles entières [BFM TV, vous êtes sérieux là ?, NDLR], écrit un livre sur le jardinage et enregistré des disques de bossa nova, Élie Semoun s’attaque au plus grand défi de sa carrière : la réalisation.
L’humoriste de 56 ans a signé Ducobu 3, nouvelle adaptation de la célèbre BD de Zidrou et Godi qui sort en salles ce mercredi 5 février. Celui qui cartonne également avec son spectacle Élie Semoun et ses monstres en campe trois dans Ducobu 3. Outre l’hystérique professeur Latouche, il incarne la mère de ce dernier et le vicieux Gérard Gérardini, professeur de musique aux allures de vampire.

 

On met la bande-annonce à tout hasard, qu’on n’a pas regardée, on tient à nos neurones. Semoun détaille pour BFM la profondeur psychologique de son personnage :

J’aime bien les personnages boiteux, les gens qui ont quelque chose d’original. Je n’aime pas les gens lisses. Je n’aime pas l’humour formaté. J’aime bien quand il se passe un truc. Latouche, il est lâche, colérique, autoritaire, il n’a pas de couilles. Il est complètement castré par sa mère. C’est intéressant, un personnage qui n’a pas d’histoire à raconter.

Dieudonné au secours du flop

Interrogé très durement par Kippa TV, Élie dévoile un pan tragique de sa carrière, un film avec Dieudonné. Les personnes sensibles ne sont pas tenues de lire ce qui suit.

Kippa TV : « Après Les Trois frères, vous avez fait avec Dieudonné Le Clone. Un film beaucoup moins culte et assez incompréhensible… »

Semoun  : « Je n’ai rien compris non plus. Le scénario était un peu alambiqué, mais l’idée bonne. Dieudonné a surtout foutu une merde noire sur le tournage – je dis ça sans jeu de mots. Il ne voulait plus parler au réalisateur. Il avait fait un hold-up sur son cachet. »

Kippa TV : « Il était mieux payé que vous ? »

Semoun : « Ouais ! Il était mieux payé que moi. C’était horrible. C’était une sale ambiance sur ce tournage. C’est dommage. C’est vraiment du gâchis. »

Kippa TV : « Après vous avez fait un duo encore plus bizarre… »

Semoun  : « Smaïn ! »

Kippa TV : [...] « Dans les années 2000, on vous a vu aussi chez Onteniente, dans People… »

Semoun  : « Onteniente, il est un peu spécial. Il est très, très autoritaire. Il est très versatile. Il change d’humeur comme ça, en deux secondes. Mais c’était plutôt rigolo. Il a toujours été client de ce que je fais. C’était sympathique, mais ça fait partie de ces films où tu viens faire trois-quatre jours de tournage. J’ai eu un bon souvenir. C’était rigolo, mais ce n’était pas un souvenir impérissable. »

Là, on vous doit une explication : quand, dans le milieu du show-biz, quelqu’un change d’avis ou « d’humeur en deux secondes », c’est qu’il a croisé la piste de Gérard Fauré ou d’un de ses lieutenants.
Pour BFM, Élie « revient sur quelques rôles de sa prolifique et étonnante carrière »... à l’image de la filmo de Clint Eastwood ?

 

 

Cyprien, d’après nos notes, n’est pas une œuvre de fiction mais bien un documentaire sur la vie difficile d’Élie Semoun. On apprend grâce à Kippa TV que Dieudonné s’en met plein les fouilles, qu’il est « bizarre » et qu’il fout une « sale ambiance ». Des informations qu’il est bien sûr inutile de vérifier ou recouper.

Tribune de Genève : « Vos textes ne sont jamais politiques. Restez-vous échaudé par la rupture avec Dieudonné ? »
Élie Semoun : « Sans doute. Il a fait cette grosse erreur de mélanger politique et création. C’est son problème, plus le mien. J’ai rebondi. Maintenant, lui joue dans des bus. Or, à mon avis, un comédien, ça joue au théâtre. »

Ce contre-feu médiatique assez déloyal permet de ne pas parler du dernier spectacle d’Élie, qui « transpire une aigreur assez désagréable » selon Le Parisien.

 

Quand E&R vous fait gagner 20 euros (en moyenne)

Transpirer d’une aigreur assez désagréable... Nous, c’est bien simple, on écrit ça, on est morts : 40 parties civiles sur le dos, des accusations de racisme, de haine, d’antisémitisme, de haine d’antisémitisme, de fils et filles de déportés, d’antisionisme interdit, de Laetitia Avia, de grossophobie sexiste, bref, le shitstorm du Système.

Le spectacle commence par la musique un brin surannée de ces cirques à l’ancienne qui passent de ville en ville avec leurs camionnettes à haut-parleurs. Élie Semoun débarque sur scène dans les habits d’un Monsieur Loyal prêt à nous présenter ses « Monstres » qui donnent leur nom à son 7e one-man-show. « Mais attention, ils ne viennent pas d’une autre planète, ce sont des monstres comme vous, comme moi. Il y en a peut-être ici. » Et d’enchaîner avec sa première vanne : « Est-ce qu’il y a un assassin dans la salle ? Un violeur ? Un pédophile ? Un… fan de Vianney ? »

C’est parti pour un défilé de sketchs mettant en scène ces fameux « monstres » du quotidien. Le premier d’entre eux ? Un quinquagénaire perché sur un tabouret, le postérieur bien en l’air, pas enchanté à l’idée de passer un examen médical. « Coloscopie, toucher rectal, vous appelez ça comme vous voulez : la seule différence que je vois avec une sodomie, c’est que c’est remboursé par la Sécu. » Comme entrée de matière, on a déjà fait plus fin.

Merci qui ? Merci E&R ! On vient de vous faire économiser 42€, si vous êtes de Bourg-les-Valence, 21 si vous êtes du Mans, 12 si vous êtes de La Grand’Combe (dans le Gard)...
Ne sont-ce pas des tarifs de débutant, dans des salles plus que modestes ? Pour La Grand’Combe, on a vérifié, la capacité est de 520 places, le sixième de la jauge de Dieudonné quand il fait un Zénith. Mais soyons justes : quand on entame une tournée, on rôde le nouveau spectacle dans des petites salles de province, où le public est moins exigeant qu’à Paris, là où traînent les journalistes prédateurs (qui ont la dent aussi dure qu’ils ne payent pas) et les « confrères » prédateurs, qui sont là par curiosité ou à la pêche aux vannes (Gad et compagnie).

 

Des tournées structurellement foireuses

En 2012, le blog pensetoutseul relatait la désertion des salles du Semoun :

L’année 2012, eu été des plus tragiques pour le comique Semoun, Kévina ne fait plus rire et Elie ne semble pas pouvoir être à la hauteur pour renouveler ses spectacles, l’impulsion n’est plus là et le public Français ne s’y trompe pas en désertant ses salles de spectacle, Kévina reste seul face au vide.

Comme dit précédemment, L’année 2012 est un échec total, une descente vers le rien qui finit logiquement en Israël. Élie Semoun doit annuler spectacles sur spectacles : « Tranches de vies » initialement prévu mardi 12 juin au Prisme d’Aurillac est annulé, faute de places vendues », de même à Mâcon : « Élie Semoun annule sa venue au Spot du fait d’un taux de remplissage jugé insuffisant par la société de production à quinze jours de l’échéance », il en sera ainsi pour Mont-de-Marsan : « Le spectacle d’Élie Semoun annulé. L’humoriste ne viendra pas faute de réservations suffisantes ». Malgré une publicité au garde-à-vous sur les chaînes TV françaises, sur les plateaux d’Arthur et autres amis du show-biz, la sauce ne prend pas.

Les déconnectés du peuple

Depuis, à chaque spectacle, les retours sont de plus en plus négatifs. Et quand Élie s’essaye à l’humour « jeune », ça ne marche pas non plus. Les retours sur Twitter sont même plus drôles que le sketch originel (lire les coms)...

 

 

Sa réaction aux commentaires négatifs manque singulièrement d’humour :

 

 

Dans le domaine de l’humour, deux tendances lourdes se croisent, qui ne sont pas sans rapport l’une avec l’autre : d’abord la domination absolue de Dieudonné sur la scène, malgré les obstructions incroyables du Système, un véritable boycott généralisé de la part des autorités politiques, médiatiques, juridiques et policières, puis ce rejet des élites qui n’ont plus rien en commun avec un peuple en colère.

Vous croisez ces deux tendances et vous obtenez la chute des amuseurs qui ne correspondent plus aux goûts radicalisés d’un public qui a évolué en conscience, et en exigence. Ce qui arrive à Semoun est la même déconvenue qui a plombé un Hamon au Parti socialiste ou un Joffrin au journal Libération : le glissement progressif et inéluctable dans les poubelles de l’Histoire, qui se remplissent à vitesse grand V ces derniers temps...

 

Élie Semoun chez Ardisson en 2002

On peut voir qu’en 20 ans, ses thèmes et personnages n’ont pas changé d’un iota (ou d’un chouia).

L’humour mort, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

47 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants