Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le troublant mystère du naufrage du ferry sud-coréen Sewol

Le mercredi 16 avril 2014, le ferry sud-coréen Sewol de la Cheonghaejin Marine Company a brutalement sombré dans les eaux calmes et glaciales de la mer Jaune, entraînant dans la mort 293 passagers dont la plupart étaient des lycéens de Séoul en voyage scolaire. À ce jour, les conclusions de l’enquête n’ont toujours pas permis de déterminer les raisons du naufrage, alimentant les questions de tous les média en Corée du Sud. Avec une hypothèse troublante que la rumeur entretient... Récit.

Au pays du Matin calme, imprégné de confucianisme, on admet communément que le bruit ne fait pas de bien et que le bien ne fait pas de bruit, mais cette fois, la catastrophe a rassemblé le pays dans le chagrin et provoque une onde de choc inhabituelle, qui n’en finit pas d’ébranler la société coréenne. Le 18 avril 2014, deux jours après le naufrage, le directeur-adjoint du lycée, M. Kang Min-Kyu, rescapé, est trouvé pendu à un arbre. Une lettre que l’on découvre peu après le montre écrasé par le remord d’avoir survécu à ses élèves. Le 27 avril, c’est au tour du Premier ministre, M. Chung Hong-won, d’offrir sa démission.

Le 19 mai, la présidente de la République, madame Park Geun-hye annonçait la dissolution du corps des Garde-côtes désigné responsable du fiasco dans l’organisation du sauvetage. L’enquête est confiée au ministère de la Sécurité nationale et la thèse officielle met l’accent essentiellement sur les manquements des actionnaires et du propriétaire armateurs du Sewol. Ce dernier, M. Yoo Byung-eun, activement recherché, est resté introuvable jusqu’au 22 juillet, date à laquelle la police annonçait avoir découvert son cadavre en état de décomposition avancé. Meurtre ou suicide ? L’enquête ne l’a pas déterminé, pas plus que les causes réelles du naufrage.

Lire l’intégralité de l’article sur marine-oceans.com

Voir aussi, sur E&R :

Parce que les causes des plus grandes tragédies sont souvent cachées, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1016799

    Dans l’affaire du Kourks, il s’agissait aussi d’un sous-marin US. Vladimir Poutine, au tout début de son 1er mandat, avait couvert l’affaire au mieux des intérêts du gouvernement US en ne secourant pas les sous-mariniers qui pouvaient encore être sauvés. Le responsable de la marine russe avait été limogé, mais les familles n’ont jamais compris pourquoi l’abandon des marins. Il faut croire que Vladimir Poutine a négocié, ou qu’il n’avait pas les moyens qui sont devenus les siens actuellement, de s’opposer au gouvernement US. La politique est cynique.


  • Le mercredi 16 avril 2014, le ferry sud-coréen Sewol de la Cheonghaejin Marine Company a brutalement sombré dans les eaux calmes et glaciales de la Mer Jaune entrainant dans la mort 293 passagers dont la plupart étaient des lycéens de Séoul en voyage scolaire. À ce jour, les conclusions de l’enquête n’ont toujours pas permis de déterminer les raisons du naufrage alimentant les questions de tous les média en Corée du Sud. Avec une hypothèse troublante que la rumeur entretient... Récit.

    Au Pays du Matin Calme, imprégné de confucianisme, on admet communément que le bruit ne fait pas de bien et que le bien ne fait pas de bruit mais cette fois, la catastrophe a rassemblé le pays dans le chagrin et provoque une onde de choc inhabituelle qui n’en finit pas d’ébranler la société coréenne. Le 18 avril 2014, deux jours après le naufrage, le directeur-adjoint du lycée, M. Kang Min-Kyu, rescapé, est trouvé pendu à un arbre. Une lettre que l’on découvre peu après, le montre écrasé par le remord d’avoir survécu à ses élèves. Le 27 avril, c’est au tour du Premier ministre, M. Chung Hong-won, d’offrir sa démission.

    Le 19 mai, la présidente de la République Madame Park Geun-hye annonçait la dissolution du corps des Garde-côtes désigné responsable du fiasco dans l’organisation du sauvetage.L’enquête est confiée au ministère de la Sécurité nationale et la thèse officielle met l’accent essentiellement sur les manquements des actionnaires et du propriétaire armateurs du Sewol. Ce dernier, M. Yoo Byung-eun activement recherché, est resté introuvable jusqu’au 22 juillet où la police annonçait avoir découvert son cadavre en état de décomposition avancé. Meurtre ou suicide ? L’enquête ne l’a pas déterminé pas plus que les causes réelles du naufrage.

    Le navire avait quitté le port d’Incheon, à 25 nautiques environ à l’ouest de Séoul et se dirigeait vers l’île touristique de Jeju au sud de la péninsule coréenne. À son bord, se trouvaient 476 passagers et membres d’équipages et 150 véhicules. Parvenu à 15 milles au sud-ouest de l’île de Jindo, le ferry, sans raison apparente, a soudain été stoppé net dans sa course puis a commencé à prendre de la bande. Quelques heures plus tard, le navire s’est entièrement couché sur le flanc bâbord, avant de se retourner et de s’enfoncer par la poupe qui toucha rapidement le fond de 30 mètres à cet endroit. Seule l’étrave et la partie avant de sa coque émergeaient


  • Avril, le mois de toutes les catastrophes du genre. Ça me fait penser que je devrais jeter un coup d’œil à la géolocalisation du bateau, c’est toujours riche de sens à un certain degré de vision des choses.