Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le vétché

L’Histoire est peu soucieuse de rappeler l’âge d’or d’un pays, surtout quand celui-ci fut le fruit de l’intelligence collective.

Aujourd’hui, par exemple, une majorité de chroniqueurs s’acharnent à énumérer les dynasties régnantes de Russie sans même jamais évoquer les traditions démocratiques antérieures pourtant foisonnantes. Forme de révisionnisme oligarchique légitimant encore et toujours les pouvoirs en place. On connaît la manigance, elle est universelle.

Un cas plus déroutant reste celui d’Emmanuel Todd qui, fidèle à sa méthode sociologique et historique, justifie le totalitarisme communisme russe par une longue tradition et culture autoritaire, patrilinéaire, persécutrice de l’individu, et étrangère à toute expérience démocratique jusqu’en…1914 ! Entre propagande et pure invention, il devient difficile, sans travailler sérieusement, de retrouver les vrais chemins menant aux révolutions…

C’est Alexandre Skirda qui, dans son remarquable livre Les anarchistes russes, les soviets et la révolution de 1917, présente cette moyenâgeuse coutume foncièrement démocratique au sein des peuples slaves. Il expose sur de nombreuses pages la généalogie de ce pouvoir autonome et égalitaire qui se déclinera avec plus ou moins de succès jusqu’à sa variation ultime lors de la Révolution des soviets en 1917.

Tout a débuté donc fin Xème, début du XIème siècle. A l’époque, on ne dénombrait pas moins de 150 tribus slaves disséminées sur les actuelles terres de Russie, Biélorussie et Ukraine. Un tiers fonctionnaient sur la base politique du vétché.

Une assemblée souveraine

Le vétché – de véchtchats : parler – désignait l’assemblée souveraine des républiques russes du moyen âge qui élisait ou révoquait l’ensemble des responsabilités politiques ou fonctions sociales importantes de la cité. Ainsi l’on instituait ou destituait un prince ou un évêque.

A titre d’exemple, via ce protocole trente monarques se succédèrent au XIIème siècle dans la cité de Novgorod. Quant à la province de Viatka, elle alla même jusqu’à se passer de souverain pendant 278 années…

Tous les hommes libres – et certaines femmes également, en particulier les veuves – pouvaient participer au vétché. Toutes les classes sociales étaient présentes et le droit y était égal pour tous. On le sollicitait communément au moyen d’une cloche. Il n’y avait pas de délégué, pas de président des débats, celui qui le convoquait prenait la parole. L’assemblée se faisait à ciel ouvert, le plus souvent sur la grande place de la ville, parfois sur des bancs, parfois à cheval comme à Kiev, la plus importante cité du vétché qu’il eût existée.

Le vétché était une réunion du peuple pour discuter des affaires politiques. Les décisions se tranchaient à très forte majorité, voire à l’unanimité. De la même manière elles s’abrogeaient. Cette entreprise collective planifiait les questions de guerre et de paix autant que les lois réglementant la ville. Elle influait radicalement sur les actes des notables féodaux. Ainsi, pour ne pas interférer ou influencer la prise de décision, les candidats au titre princier comme tous les hauts responsables issus de l’armée, de l’administration, de la justice, de la fiscalité ou encore du commerce ne pouvaient prendre part aux votes.

Précisons par ailleurs que tous les membres de la cité étaient armés et donc le rapport de force, au-delà de toute servitude volontaire, était, de fait, du coté de la majorité. Les verdicts du vétché ne se prenaient donc jamais à la légère…

Ainsi celui qui avait le plus à craindre demeurait le prince qui, s’il refusait sa destitution, se faisait confisquer ses biens ou pouvait être condamné à mort ! Et pourtant les slaves ne se leurraient pas quant à la nature corruptible de l’homme ivre d’autorité : pour que leur monarque puisse se départir plus facilement du trône, ils le faisaient venir d’une contrée extérieure : tout prince se présentait en tant qu’invité de la ville !

"Le peuple était vraiment souverain ; chaque citoyen avait au même titre voix égale au gouvernement du pays et ni le prince régnant ni aucun autre fonctionnaire public n’avait de contrôle sur l’assemblée populaire."

Faire taire le vétché

Le pouvoir est grisant, et il en faut peu pour qu’on veuille en abuser…

Il eut donc suffit de quelques invasions pour faire progressivement disparaître l’organe démocratique slave. En effet, du XIIIème au XVème siècle, les princes de la Rouss (Ukraine et Russie Centrale actuelles) profitèrent de quelques débordements tartares à l’Est, puis allemands et scandinaves par l’Ouest, pour renouveler leur statut jusqu’alors trop périssable…

C’est ainsi, que sous la férule et la tutelle de ces envahisseurs – cherchant de nobles intermédiaires pour administrer leurs nouveaux empires -, les princes proscrivirent le vétché. Symbole d’une clarté draconienne : dès l’instant où la cloche fut confisquée, la concertation populaire s’éclipsa…

Désormais là où était la force était le pouvoir. Comme l’illustre parfaitement le cas retentissant du prince de Moscou : protégé par les Tartares en échange d’impôts collectés, il devint rapidement si puissant, qu’il put se débarrasser de la tutelle de ses maîtres (peu à l’aise sur ces terres boisées et froides), et exercer un pouvoir absolu et indépendant… S’ensuit une domination sur les autres principautés du territoire avec l’aide de l’Eglise qui voyait alors dans un prince unique l’incarnation idéale de son dessein monothéiste.

De prince à Tsar, le pas fut fait au prix de l’abolition d’une incontestable et authentique aventure démocratique…malheureusement pas assez faste et prestigieuse pour intéresser nos historiens trop aveuglés par les éclats royaux.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #313194
    le 26/01/2013 par ivan le terrible
    Le vétché

    Si le concept a disparu, ce mot a survécu car on le retrouve dans l’expression du quotidien dans la langue "Serbo-Croate", avec dobro vètché pour bonsoir.

     

    • #313247
      le 26/01/2013 par Duende
      Le vétché

      Salut à tous !
      Je ne suis pas un pro, mais dobre vetcher en russe c’est tout simplement "bonsoir" et vetcher veut dire le "soir" donc rien à voir


    • #313283
      le 26/01/2013 par henri2
      Le vétché

      ça veut tout simplement dire "bonsoir", sans aucune référence politique. "vetcher" (le soir/la tombée du jour) est un mot à racine commune dans les langues slaves. A mettre en rapport avec "vêpres", "vespéral".

      Attention au raisonnement pas associations d’idées.


  • #313379
    le 26/01/2013 par karimbaud
    Le vétché

    une aventure totalement inconnue et ignorée de nos experts autoproclamés...trop dérangeant !...on veut bien de la démocratie lorsqu’elle se limite à un mot creux et vide de sens et dont on peut se servir comme passeport à la servitude (volontaire dans bien des cas) des peuples !


  • #313410
    le 26/01/2013 par Gotfried
    Le vétché

    Sans connaître du tout ces "vetché", je suis quasiment certain que dans ce texte il y a une très grande part de simplification idéalisatrice. Je connais beaucoup mieux les coutumes des scandinaves et des germains en général, et là il s’avère qu’on retrouve exactement les mêmes structures : le "thing", réunion des hommes libres (de fait, une classe est exclue : celle des esclaves/serfs) pour prendre les décisions politiques, l’élection du roi, le bannissement, etc... D’ailleurs, la dynastie qui a régné sur Kiev pendant de nombreux siècles était d’origine varègue. Le mot "Russie" dérive lui-même de "Rus", qui vient probablement du norrois, mais qui en tout cas désigne des scandinaves, au départ.

    D’après les dates données par ce texte, le vetché est apparu après l’implantation des scandinaves, a été le plus florissant là où leur présence était la plus importante, et est constitué sur la même structure. Le vetché, c’est le thing repris par les slaves sous influence/domination scandinave. Or le thing est loin d’être ce paradis démocratique qu’on essaye de nous présenter. Le "vote" se faisait par acclamation (comme chez les celtes, d’ailleurs), donc pas de réel décompte des votes. Dans les faits, les relations claniques, familiales, et les alliances (c’est compliqué d’expliquer la société germanique ici, mais les chefs charismatiques s’entouraient de guerriers qui le suivaient fidèlement en échange de promotion sociale et de richesses, unissant leurs destins ; c’est pour cela que Clovis s’est fait baptiser avec toute sa suite) conditionnaient les votes.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Thing
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Althing

     

    • #313755
      le 26/01/2013 par voronine
      Le vétché

      Les analogies entre les scandinaves et les slaves s’expliquent par l’origine scandinave des slaves ,on retrouve également des similitudes avec les celtes, dans l’organisation clanique de la société ..


    • #313874
      le 26/01/2013 par Gotfried
      Le vétché

      @Voronine

      Euh... non, pas du tout. Les slaves sont un peuple indo-européen certes, mais leur parent commun avec les germains, c’est l’indo-européen ou le proto-indo-européen lui-même ! C’est à dire que ce sont deux branches différentes partant du tronc commun indo-européen. Il y a confusion entre les Rus, qui sont les descendants d’une colonie/implantation scandinave, et les slaves, qui sont le peuple souche qu’ils ont colonisé ou au sein duquel ils se sont intégrés. Les scandinaves sont eux-même une des dernières branches sorties du groupe germanique. Si les slaves étaient un branche issue des scandinaves, ils devraient parler une langue ne marquant guère plus de différences qu’il n’y en a entre l’islandais et le suédois, par exemple. On se rend bien compte que les langues slaves n’ont rien de commun avec les langues germaniques.


  • #313447
    le 26/01/2013 par jo
    Le vétché

    Ce phénomène s’est certes passé chez les Slaves, mais je crains qu’on ne puisse le considérer comme slave dans le fond. Effectivement, l’époque tout comme les lieux cités m’ont immédiatement fait penser à l’influence viking directe, et non à une tradition slave.
    Tout d’abord, les dates - Xe, XIe, XIIe - correspondent exactement à l’apogée de la période viking. Novgorod (Holmgardr) était le premier comptoir varègue (c-à-d : viking sur la route de l’est), et il est notable qu’ils ont pris Kiev (Koenugardr), fondant ainsi la première Principauté de Kiev.
    Or, ces mêmes viking (le nom "Rus" vient d’eux d’ailleurs) étaient connu pour leur relative démocratie (surtout par l’exemple islandais) ; je pense donc qu’en se mêlant à ces peuples slaves - et surtout à leurs élites - ils ont importé cette tradition dont l’expérience slave s’appellerait le "vétché"...

    Toutefois, je ne soutiens pas le fait que les Slaves étaient incapables d’égalité et de démocratie, loin de là, je trouve juste l’exemple douteux. Après, je serai ravi d’en savoir plus sur ce "vétché", et même qu’on me prouve que ce système existait avant l’arrivée des "Rus".

     

    • #313898
      le 26/01/2013 par Cédric
      Le vétché

      Les tribus finno-slaves existèrent à partir du IXème siècle...et en effet via l’invasion viking ANTERIEURE sur ces terres vierges ! Jo, indique moi le livre d’Histoire qui présente l’apogée viking sur les terres russes au Xe,XIe,et XIIe siècle !!! J’ai recoupé de nombreux documents avant d’écrire cette article, ce que tu dis je ne l’ai croisé nulle part !?! Ce n’est pas parce que le nom est d’origine viking qu’il est demeuré viking !!!
      En quoi l’exemple est douteux pour toi ? Pour en savoir plus je t’invite à lire le livre de Skirda, seule ouvrage sérieux sur le sujet en France...


  • #313706
    le 26/01/2013 par foma
    Le vétché

    Cet auteur n’a visiblement pas compris ce qu’a dit Todd. Qu’un pays aient des traditions autoritaires patrilinéaires ne contredit en rien l’existence de conseils de ce type. Il suffit de penser aux soviets des débuts de la révolution. Ce livre m’a l’air assez foireux, genre idéalisation d’anarchiste (l’histoire contemporaine revue par Makhno). Que des abrutis se focalisent sur les Tsars (et aujourd’hui sur Poutine) ne veut pas dire que s’intéresser au peuple est gage de qualité, même si c’est un bon début.
    _Je conseillerais plutôt Anatole Leroy Beaulieu et son monumental "L’empire des Tsars et les Russes", très descriptif (ce sont quasiment des carnets de voyage, d’un voyage qui a duré 40 ans au 19eme siècle).
    Bon, après peut être que ce compte rendu donne une idée faussée de l’ouvrage. J’essaierai de le lire à l’occasion !

     

    • #314145
      le 27/01/2013 par Cédric
      Le vétché

      Foma je t’invite à relire Todd qui ne trouve aucun gène démocratique dans la culture russe ("Après la démocratie" page 118-123), au delà de tout autoritarisme patrilinéaire. C’est quand même grossier et je méfie désormais sérieusement des conclusions qu’il peut tirer de recherches si caricaturales...
      Maintenant si tu veux débattre du travail de Skirda -qui est pour moi plus honnête que Todd - je t’invite d’abord à lire son ouvrage. Après, peut-être es tu un adepte de la spéculation intellectuelle ? Ce qui n’est pas mon cas...


  • #313792
    le 26/01/2013 par Denis Jaisson
    Le vétché

    Ce qu’on apprend ici sur le « vétché » est intéressant ; on aimerait qu’Eric Blair fût encore de ce monde, pour faire le lien avec la « décence commune »...

    Mais, si j’ai bien compris l’auteur de ce papier, Todd a le tort de ne pas se référer à une tradition qui n’en est plus une depuis le XVème siècle, et de faire le lien entre la dictature communiste et le régime tsariste qui la précéda...

    Si Todd n’est, intellectuellement, pas respectable, l’auteur de ce papier, tout intéressant que soit son propos sur le « vétché », ne relève pas le défi, en ce qui concerne ce point précis : une tradition disparue, dont seul se réclame, pour le temps présent, l’universitaire qui, comme Todd en général, lit l’Histoire par le petit bout de la lorgnette.

     

    • #313879
      le 26/01/2013 par Cédric
      Le vétché

      Denis, le vétché disparaît au XVème siècle mais la tradition démocratique russe se poursuit jusqu’à leur révolution via le "mir" (l’objet de mon prochain texte sur Diktacratie.com). Je cherche à expliquer pourquoi et comment Kronstadt est arrivé, voilà tout ! Ce qui est pour nous une référence démocratique ultime...
      Enfin pour ce qui est de ne pas relever le défi je t’invite à lire ce texte où je développe tout ça : http://diktacratie.com/revolution-d...


    • #313940
      le 26/01/2013 par foma
      Le vétché

      Todd a donc le tort d’avoir raison, c’est bien le fond de votre message ?


  • #313891
    le 26/01/2013 par spirit
    Le vétché

    Désormais là où était la force était le pouvoir. Comme l’illustre parfaitement le cas retentissant du prince de Moscou : protégé par les Tartares en échange d’impôts collectés, il devint rapidement si puissant, qu’il put se débarrasser de la tutelle de ses maîtres



    Il aurait pu le faire dès le XIIIe siècle mais la collecte du tribut annuel dû aux tatars lui rapportait tellement (il n’en redonnait que la moitié) que son domaine doublait tout les dix ans...en achetant terres et forêts...Un état fondé sur l’usure,donc !
    Ce n’est qu’au XVIe siècle qu’Ivan le terrible,qui avait découvert un fabuleux marché de fourrures à l’export (petite glaciation en Europe) décida de la mainmise de Moscou sur la Sibérie en liquidant définitivement les trois khanats tatars (Kazan,Astrakhan et Sibir)devenus obsolètes pour sa politique nouvelle !


  • #314046
    le 27/01/2013 par patrioterusse
    Le vétché

    Bon mettons les choses au clair !

    La mise en place des vikings de la rus de kiev .. n’est que purement théorique, ceci n’est que une théorie comme d’autres (et il y a en beaucoup d’autre et qui d’ailleurs tienne la route) mais la théorie normande a été mis en place et populariser par certain.. OK..
    Comme la mise en place du mot slave a esclave c’est produit aux 10 siècle chez les germains pour plusieurs raisons..
    Je ne vais pas apprendre aux lecteurs de EG , qui savent déjà comment certain font pour manipuler l’histoire,les médias,ou les académies etc !

    Mais bon ce ne pas le sujet .

    Donc , la vetche a bien été réel et cela a été pratiqué par le peuple slave en entier ! Et ces que on appelle , la démocratie Slave .
    Le mots viens du proto-slave větje, ce qui signifie « conseil » « parler »..

    Le peuple Slave pratiquait ceci , exemple tout simple :
    Procope écrit sur les Ante et sklaveni en 545 :(deux confédération de tribus Slaves)

    « ils ne sont pas dirigés par un homme, mais vivent depuis les temps anciens ,dans une démocratie ,où tout ce qui concerne leur vie, que ce soit en bien ou en mal, est décidé par le peuple assemblé. »

    Les tribus slaves qui donnèrent la Pologne actuel il y a avait aussi ce même principe wiec et etc...
    Plus tard aussi dans les provinces, villages etc il y a eu les zadruga chez les slaves du sud les Obchtchina pour les slaves orientaux...

    "Gotfried" et "jo" wikipedia n’est pas une source lol mais de toute façon cela fait des siècles que beaucoup font tout, pour discrédité les Slaves les dénigré, les rendre barbare primitif inculte inapte a ce dirigé et etc ceci n’est pas nouveau..

    Si il y a des Slaves ici et qu’ils veulent en savoir plus, je vous conseil d’aller parler à Vesla Puškajović un jeune Panslaviste Français qui à fait du rap et que j’ai rencontré plusieurs fois étant moi même Slave et intéresser par l’histoire Slave, le panslavisme et ayant eu un savoir universitaire sur les Slaves ,j’ai été ravie de parler avec lui et surtout surpris malgré son jeune age de sa connaissance sur le peuple Slave, et j’ai donc appris plusieurs chose,dont entre autre ce que je viens de cité précédemment...

    Vesla Puškajović ma dit une phrase qui me fit sourire et à laquelle j’adhère .

    "Quand les Slaves s’éveilleront, les élites mondialistes , franc maçonnes et autre bankster ..trembleront "

     

    • #314191
      le 27/01/2013 par Gotfried
      Le vétché

      Il est certain qu’il y a chez les Slaves une grande force qui sommeille... mais que faudra-t-il donc pour qu’elle se réveille !

      Par ailleurs, lol, ma source c’est un étudiant en langues scandinaves niveau Master2 qui commence à apprendre des trucs à ses profs, lol. Sauf qu’il n’est pas possible de pointer ses connaissances par un lien hypertexte, lol.

      Il ne s’agit pas de dénigrer les Slaves, mais seulement de signaler que la structure et le fonctionnement des vetché, tels qu’exposés dans cet article, ont des similitudes et des périodes de développement bien trop correspondantes à l’influence scandinave pour en faire abstraction. Et les varègues sont nécessairement passés par là, puisqu’on les retrouve à Byzance.

      Du reste, les scandinaves étaient un peu les Juifs de leur époque en matière de commerce : ils installaient des comptoirs partout, vendaient et achetaient à tout le monde, de tous produits. La guerre, ou plutôt le pillage, était seulement un moyen d’obtenir rapidement et par la force ce qui ne pouvait être obtenu par le commerce.

      Un peu partout, ils se sont aussi très vite assimilés, contrairement à d’autres peuples germains continentaux qui avaient tout de même un plus fort sens identitaire-communautaire. Ce qui fait que l’influence est souvent réelle et relativement importante, mais se diffuse très vite et sans faire de remous.


  • #314293
    le 27/01/2013 par patrioterusse
    Le vétché

    Gotfried

    Pour ta source ok ,mais bon je ne veux pas parler non plus en son nom, mais Vesla aussi as parler avec des professeurs ou historiens ou universitaire comme moi.. et leurs apprend des choses... car tu peux convenir je pense que pour par exemple devenir historien il faut étudier,et tous le monde peut le faire..après c’est un bout de papier en somme qui justifie un certain niveau..et donc a ce qu’il ma dit,et vu ce qu’il sais je ne doute pas de ses paroles,cela fait douze ans qu’il étudie l’histoire Slave donc je pense qu’il sais de quoi il parle..

    "Il ne s’agit pas de dénigrer les Slaves" on vois bien que tu connais pas beaucoup l’histoire des Slaves..lis des écrits passé ou même récent sur les Slaves et tu comprendra..

    "Et les varègues sont nécessairement passés par là, puisqu’on les retrouve à Byzance."

    Personne ne remet en cause les disons voyages.. des Varègues en Europe..
    Mais sache que les Slaves étaient déjà en plein cœur de Byzance des les années 500 ,comme les écrit byzantin le disent..

    Et j’ai pus le constater en parlant avec Vesla, et d’autres personne comme moi ayant suivie un enseignent disons "basique"(académique etc..) et bien on ne nous apprend pas certain fait historique, chose que Vesla et autres personnes ayant fait cela de façon autodidacte savent, et savent aussi ce que on nous apprend dans les écoles... choses qui a changer ma visions des choses sur plusieurs points..

    "similitudes et des périodes de développement bien trop correspondantes à l’influence scandinave pour en faire abstraction"

    Comme je les dit dans le postes précédent, tous les Slaves avaient recours a cette méthode, et même des Slaves qui n’ont pas connu les Varègues..et ceux même avant la fondation de la Rus de kiev..donc voila, rien a voir..mais cela ne signifie pas que d’autre peuples n’avaient pas cette méthode aussi ..

    L’histoire des Slaves n’est pas celle enseigner dans nos écoles(cela je peux le confirmer et l’affirmer moi même) ni celle de wikipedia lol

     

    • #314360
      le 27/01/2013 par Olivier
      Le vétché

      Cela existait aussi,dans l’ancienne France, Briançon était une "république" dans le royaume de France.
      Je note que l’éducation nationale parle de la démocratie athénienne, de la Révolution française, mais rien de la démocratie à l’époque médiévale, dans les commune, les abbés voir au Vatican à partir du XIVème siècle.
      On constate que c’est l’Etat moderne à partir de la Renaissance qui a détruit les démocraties locales.
      Des textes emanant des théoriciens catholiques ou protestant "monachomaque", voir à l’époque des lumières avec la liberté des francs en parlent.


    • #314375
      le 27/01/2013 par Gotfried
      Le vétché

      Etudier en autodictate n’est pas du toute équivalent à suivre un cursus universitaire. D’une part, on a accès à infiniment moins de documents, tout ce qui est réellement intéressant étant dans des bibliothèques et des fonds, et dont la consultation et le prêt n’est pas libre. Mais surtout, dans un cursus universitaire, on apprend la méthode pour exploiter ces sources intelligemment, c’est à dire de manière critique et systématique. Certes, ça peut aussi venir à l’autodidacte, mais ça peu aussi ne pas lui venir, alors les documents sont approchés uniquement de manière utilitaire, dans le but de renforcer une théorie fermement préconçue. Je ne dis pas que c’est le cas de "Vesla", je parle de manière générale. Effectivement, le bout de papier en fin d’étude n’a aucune valeur : c’est les années d’apprentissage et de travail intelligent qui comptent.

      Effectivement, l’histoire des Slaves n’est pas enseignée dans nos écoles. Mais même l’histoire de France n’est pas réellement enseignée. Il s’agit juste de produire de petits singes savants idiots, capables de replacer des événements sur des frises chronologiques et de colorier des cartes. Dix ans plus tard, il n’en reste rien. Alors quelque part, tant mieux qu’on apprenne le moins de choses possible, comme ça quand on apprend, c’est par soi-même et par passion, avec une véritable volonté de comprendre. Mais passé ce premier élan d’intérêt, si l’on veut vraiment avoir des connaissances sérieuses, il convient des les organiser, et ultimement, pour les faire croître avec le plus grand profit, un cursus universitaire reste ce qu’il y a de mieux, ne serait-ce une fois encore rien qu’en terme d’accès aux documents.

      Le parcours de Marion Sigaut est d’ailleurs captivant : son intérêt d’autodidacte, à force de volonté est de travail, s’est transformé en études universitaires, couronnées par une licence ou un master, je en sais plus. Sans cela, jamais elle n’aurait eu ni la méthode, ni les contacts, ni les accès pour faire les découvertes qu’elle a pu faire.


  • #317282
    le 30/01/2013 par mimiche
    Le vétché

    "avec l’aide de l’Eglise qui voyait alors dans un prince unique l’incarnation idéale de son dessein monothéiste"

    Je vous le dis les gars, vous voulez pas me croire : le Mondialisme, Gouvernement Unique, est induit dans le Monothéisme.

    Il va falloir choisir votre camp, Chrétiens et Musulmans : vous êtes dans le camps des Juifs Monothéistes (que vous ne faites au fond que copier, mal) et donc du Mondialisme, ou vous êtes dans l’autre camp : celui des rebelles (Polythéistes).

    Mais vous ne pouvez pas être Monothéistes et rebelles au Mondialisme : c’est un oxymore.

     ;p