Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les 24 maires de Nantes Métropole s’accordent sur une police des transports en commun

2 018 faits signalés en 2018, 1 812 pour les six premiers mois de l’année 2019. La sécurité dans les transports publics nantais se mesure à l’aune de ces chiffres – regroupant les atteintes à la tranquillité, aux biens, aux personnes, les perturbations volontaires du service – rapportés par le président de la Semitan, Pascal Bolo.

 

Pour les 24 maires de la métropole, la coupe est pleine. « Il n’est pas admissible que les agents, contrôleurs, usagers de la Tan puissent être interpellés, agressés dans les transports en commun », plaide Alain Vey, maire de Basse-Goulaine, qui a posé le sujet lors de la dernière conférence des maires de la métropole. « Plusieurs voix se sont exprimées pour dire que ce sujet méritait qu’on avance collectivement et ne devait pas attendre », relate Johanna Rolland.

Les élus ont ainsi acté le principe de création d’une police métropolitaine dans les transports.

« Les maires soutiennent cette proposition à l’unanimité. Dès le prochain conseil métropolitain, nous présenterons une délibération pour enclencher cette démarche », précise la maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole, tout en se félicitant que « les maires sont capables de se rassembler lorsque l’intérêt général de nos concitoyens est en jeu ».

Comment fonctionnera cette nouvelle police ?

32 agents vont être recrutés et formés, et seront déployés dans le réseau structurant de transport en commun : tramways, busways et chronobus. Ils seront présents non seulement dans les véhicules, mais aussi aux arrêts et pôles d’échange.

[...]

Le budget annuel de fonctionnement de la police est estimé à 2,1 millions d’euros. Les élus estiment qu’entre les délais nécessaires au recrutement et à la formation des personnels, elle pourrait être déployée dès l’automne 2020.

Lire l’article entier sur metropole.nantes.fr

Nantes et la sécurité, sur E&R :

 






Alerter

39 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2335948

    Je ne prends plus les transports en commun depuis bien longtemps : on se croirait dans des navettes qui mènent au siège de l’ONU !
    Rien à voir avec le racisme, mais : too much is too much " pour moi !
    La France est devenue une vraie poubelle !

     

    Répondre à ce message

  • On m’avait vendu Nantes comme une ville agréable et j’y ai passé 2 années horribles. C’est une ville de merde qui vit sur son ancienne réputation. Seulement 32 agents pour tout le réseau je rigole, les bobos sont définitivement à l’Ouest, qu’ils y restent...

     

    Répondre à ce message

    • Tout a fait d’accord.
      Cette ville est devenue un coupe-gorge répugnant. Les bobos nantais font mine de ne pas voir les problèmes, jusqu’au jour où ils sont eux-mêmes victimes d’agressions ou de vol.
      Il y a quelques années Nantes était championne des villes ou il fait bon vivre, systématiquement en-tête ou sur le podium du classement de l’express. Aujourd’hui c’est l’enfer.
      Des patrons de bistrot m’ont raconté devoir défendre physiquement et verbalement leurs terrasses face à des jeunes CPF qui dealent par dizaines cours Franklin Roosevelt et partout ailleurs dans le centre. Un serveur m’a même raconté que les dealers se font plus d’argent à racketter les petits gaulois de passage qu’à vendre leur shirt.
      Le soir ce sont des régiments de prostituées subshariennes qui envahissent les trottoirs. Vous ne pouvez plus aller en ville sans vous faire emm... par des punks à chiens avinés. Chaque parcmètre a son rom qui fait la manche. Chaque parvis d’église est tenue par les mêmes roms qui occupent tout le périphérique et les communes alentours dans des camps dépotoirs répugnants et innombrables.
      Enfin l’été ce sont des hordes de zadistes et de teufeurs qui viennent squatter la ville et les champs des environs, sans parler des gauchistes et potes de Steeve qui, à coup de millions d’euros de subvention municipale, ont éradiqué tout esprit de beauté et de vérité dans cette ville.
      Et la dessus ajoutez des centaines de jeunes étudiants bourrés tous les soirs qui, quand ils ne troublent pas le sommeil des riverains en rentrant du hangar à banane, se font bolosser par les dealers cités plus hauts.
      Vraiment je recommande cette ville !

       
  • En moins de 25 ans, l’ agglomération de Nantes , nichée entre l’atlantique et les vignobles, historiquement une des villes les plus calme et bourgeoise de France... est devenue ce merveilleux patchwork du " t’as pas le choix faut vivre avec " ... en décodé le méga Souk, l’insécurité, la délinquance, dans certains quartiers la guerre des gangs à la Kalach..., la Zone, le Souk, un mélange de " saveurs ennivrantes ( Hummm ! ) " de Barbès, Tirana, istambul, Dakkar et Islamabad ... !!

    T’ en veux... ?

     

    Répondre à ce message

  • Ça les inquiète pour la rentabilité. Le reste on s’en fout. On peut se faire prendre à partie plus loin ou en dehors, là ça ira.

     

    Répondre à ce message

  • Déjà que les "vrais" flics préfèrent se laisser crâmer plutôt que de buter leurs meurtriers, je me demande quel pouvoir va avoir cette police au rabais ?

     

    Répondre à ce message

  • Le fameux "bon vivre ensemble’ !

    Enfoirés !

     

    Répondre à ce message

  • Déjà, que l’État reprenne ses burnes en main et non pas celui d’un pseudo courage de lâche face aux Gilets jaunes légitimes : ensuite, qu’il refile l’autorité aux pères, assujettie à la mandale de 10 et au 44 dans le cul pour donner de l’élan à descendre du train ou du bus, comme au bon vieux temps. Pour les soixantenaires soixante-huitards, aficionados tout blancs de l’« interdit d’interdire » qui mettent les pieds sur les sièges et les connasses qui se croient dans une cabine téléphonique au sein des salles d’attente ou dans une crèche lorsqu’il s’agit des trains grandes lignes, itoo...
    Idem pour les merdes de chiens et autres chewing-gums : l’amende ne suffit en rien ; une semaine de TIG à nettoyer les trottoirs en gilet rose fluo tapette, ça te calmerait vite.

     

    Répondre à ce message

  • Je confirme ce qui a été dit sur Nantes et son côté dépôtoir. C’est vraiment ça un patchwork entre boboïsation et tiersmondisation, l’un nourissant l’autre, un trajet à pied n’a plus grand chose d’agréable. Les activités proposées sont quasi toutes liées à ces deux phénomènes ! Bon courage aux alt right !!!

     

    Répondre à ce message

  • Commencer par fiche dehors la communauté des lumières qui a planifiée tout cela. Puis, mettre dehors les allogenes. Pour ceux qui croient que cela n’est pas possible, je rappelle les faits : les Français d’Algérie qui après six générations se sont fait virer manu militari, la valise ou le cercueil. Ils ont tout abandonné sur place c’était ça ou mourir.C’est valable aussi dans l’autre sens. Sans violence cela serait préférable, Égalité et Réconciliation n’est-ce pas.

     

    Répondre à ce message

  • Comme ça, on paye de plus en plus d’impôts et de taxes a un Etat incapable de maintenir l’ordre et il faudra payer en plus davantage d’impôts locaux pour pallier les carences de l’Etat.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents