Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Viols, saleté, décibels et comas éthyliques : les coulisses de la Fête de la Musique à Nantes

C’est la chronique d’une France pétée, dans tous les sens du terme...

 

 

 

 

- La Rédaction d’E&R -

 


 

La fête de la Musique à Nantes, côté face, c’est de la convivialité, de l’alcool et de la musique. De la détente et du mélange culturel, des musiques d’inspirations diverses et de la vie de quartier. Mais si l’esprit originel survit dans les quartiers périphériques et dans le centre avant la tombée de la nuit, quand la nuit se fait profonde, c’est tout autre chose. Promenade dans Nantes entre 1h et 4h30 du matin.

 

Rue de la Paix, 1h10 : au carrefour de la rue des Halles, une jeune fille titube. Pieds nus, elle demande où l’on vend encore de l’alcool – rue du Change, les bars commencent à fermer et à rentrer leurs tireuses. Comme courbée sous le vent, elle s’éloigne les yeux vitreux vers la rue Saint-Léonard.

1h30, carré Feydeau. Deux cyclistes les yeux révulsés par l’alcool se battent. Interviennent pas moins de cinq vigiles qui surveillent le périmètre, pendant une demi-heure encore. Ils les séparent et les deux cyclistes s’en vont, zigzaguant dans la circulation, tout en s’arrosant d’invectives fleuries.

1h35, square Mercœur. Un jeune homme serre une couverture de survie contre lui, porté par un autre, qui l’affale par terre. Bien pris de boisson, le jeune homme répond à peine. Un passant propose d’appeler les pompiers, un de ses camarades refuse : « t’inquiète, je suis médecin ». Et ils ont mélangé whisky et alcool à 90° ? Les pompiers finissent par le prendre en charge.

 

 

1h50, rue de Verdun, devant les Rigolettes nantaises. Un groupe joue toujours. Un tambour hypnotique, et une trompette qui charme les fêtards comme s’ils étaient des serpents. Même le trouble-fête haut parleur et bourré se laisse prendre. Plus bas, des trompettistes en robe de chambre avancent rue de la Marne comme s’ils étaient en croisade musicale, à rebours de la foule.

2h02, rue de la Marne : un homme accroupi contre un mur, un homme dans la foule attrape au vol les pompiers qui se fraient un passage, pour qu’ils viennent le voir. Ils s’arrêtent.

2h06, carrefour de la rue de la Paix et de la rue de la Marne : comme des gouttes de colle, les bandes se cristallisent. Ceux-là sont dominés par un homme, type nord-africain, tout en rouge. Un de ses camarades n’a que le haut rouge, l’autre un bonnet. Ils commencent déjà à suivre de près les gens bourrés, surtout les filles.

2h15, bas de la rue du Calvaire. Les éboueurs ont sorti les compactes pour dégager les lignes de tramway. Un riverain s’approche, « en gros vous êtes là pour nettoyer après que tout ait été salopé. Je suis nantais, j’en ai marre de l’état de ma ville ». Les éboueurs lui répondent que « c’est chaque année comme ça ». Un autre souffle : « entre maintenant et demain matin, on va bien faire trois ou quatre compactes, à 5m3 chacune, avec le verre, les boites de kebab, les cartons… ».

2h30, Commerce-Orléans : un jeune homme est allongé, complètement pris de boisson, sur le quai de la station Commerce (lignes 2 et 3).

2h45, croisée des trams : les CRS ont déjà interpellé un Nord-Africain qui les insulte, alors qu’ils sont assis sous une aubette de tramway. Trois équipes d’une quinzaine de CRS croisent, sans s’aventurer à l’ouest vers Commerce (ligne 1), ainsi que dix agents de la police municipale. Il y a un gars de la mairie, le coordinateur du service culture. Lui reste tant que les barrières ne sont pas enlevées.

2h55, rue Kervégan : il y a foule devant l’épicerie africaine 7/7. Surtout des Noirs, on dirait Abidjan : des poulets grillent sur un barbecue artisanal. Les clients commandent dehors, passent l’argent et on les sert. L’épicerie est fermée mais continue de fonctionner, à la sauvette.

3h, rue Bon-Secours : un Nord-Africain, la trentaine, jean et veste de cuir camel, demande une cigarette à un passant. Ce dernier refuse, l’autre s’énerve et crie. Le passant s’échappe belle. « C’est classique : il te demande une clope, tu refuses ou dis que tu ne fumes pas, l’autre monte dans les tons et tape », confie un serveur du centre-ville nantais, en train de plier son matériel.

3h15, croisée des trams : des gestes déplacés sur une Africaine, un pack de bière volé par deux autres, une bagarre éclate au sein d’un groupe d’une vingtaine d’Africains alcoolisés devant Piazza d’Italia. Les moins alcoolisés finissent par emmener le plus énervé après l’intervention de la police municipale et des CRS.

3h30, croisée des trams : un couple cherche un éthylomètre avant de reprendre le volant. La police municipale les fait souffler, ils sont verts. « Allez, on y va les enfants ! ». Autour, personne ne cherche à faire souffler les conducteurs, même quand ils roulent dangereusement.

Lire l’article entier sur breizh-info.com

Chaque année, la fête de la Décadence, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

51 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ayant dû traverser tout Paris en vélo cette soirée je n’ai entendu, à chaque station "musicale", qu’un tintamarre aussi assourdissant que minable .

     

    • c’est la France africanisée et labélisée Black qui aux sons des tams-tams infernaux et abrutissants qui ont remplacé les bals-musette populaires d’antan, et jadis les guinguettes de quartiers dansant sous des airs d’accordéon et de chansons en Français ...
      le grand remplacement de la fête de la musique ! Quoi


    • @Ernest

      vous etes gentil, qui c’est qui leur a ouvert les portes de notre pays aux africains ? ils ne sont pas venu avec des fusils...


    • @ Vidocq. Ernest ne fait que constater comme nous tous que Paris n’est plus Paris. Les Africains sont importés de leur plein grès personne n’est aller les chercher avec des fusils.


    • @ Vidocq, vous serez gentil également, rappelez-vous que les français n’ont jamais votés pour l’immigration de masse.




    • rappelez-vous que les français n’ont jamais votés pour l’immigration de masse.




      Premièrement, il est assez désagréable qu’à la question de nos nouvelles façons de faire la fête vous trouviez l’excuse de l’immigration au lieu d’accuser par exemple l’alcool, la façon de faire de l’argent avec l’alcool ; sans se soucier des excès des marchands et des conséquences pour les gens...

      J’ai comme beaucoup une bonne connaissance du libéralisme en Grande Bretagne et l’autorisation faites aux commerçants d’enivrer sans contrainte et au-delà du bon sens la population et en particulier les plus jeunes. En Grande-Bretagne des grandes villes ont très peu d’immigration étrangère et le service des urgences des hôpitaux tout comme les forces de l’ordre sont tout autant débordés...

      Même si l’on réduisaient de moitié la présence de l’immigration, il y aurait la même culture de dégénérés... La culture de l’excuse, il n’y a rien de pire... in fine, les immigrés doivent s’intégrer à quoi au juste ?


    • @in fine, les immigrés doivent s’intégrer à quoi au juste ?

      et bien fort logiquement et tout simplement que tous ces allogènes invasifs doivent s’intégrer chez-eux ! dans leur pays d’origine et cesser de désintégrer les nations, les pays qu’ils colonisent en masse en imposant leurs us et coutumes et leur religion aux autochtones de ces pays qu’ils occupent, dénaturent et détruisent ! tels des parasites invasifs nocifs, toxiques et nuisibles


    • vous avez raison @Peter

      les immigrés comme les migrants n’ont pas à s’intégrer puisque de facto ce sont les Français qui Eux sont forcés et contraints de s’adapter, de s’intégrer aux immigrés et Non pas l’inverse et ces Français se sont si bien intégrés qu’ils sont en phase de désintégration et ceci dans leur propre pays !
      à contrario chez les immigrés non seulement il y a de moins en moins d’intégrés mais de plus en plus d’intégristes qui désintègrent Non seulement les Français mais également la France


    • Encore des babtoux fragiles amateurs de MacDonald et chialant sur la disparition de la race blanche... Elle est belle la culture de l’excuse... Pour l’instant les fêtes dont il est ici question ça n’est pas l’islamisation de la France...


    • dans tous les cas de figure vous...vous prenez fait et cause et de manière systématique pour les allogènes vous en tant que Britannique converti à l’Islam et vivant en France ...
      et qui ne cessez de cracher dans la soupe et de taper dans le dos des Français


    • au cas ou vous feignez de faire semblant de ne pas comprendre
      sachez :
      @Peter que le commentaire précédent a été posté à votre intention


  • C’est la fête de la musique transformée en fête de la beuverie .Tout est prétexte à se mettre minable, se taper sur la tronche, enfin foutre le bordel .
    La société actuelle est devenu un vaste champ de foire ne sachant pas faire la fête , sans se donner en spectacle, enivré d’alcool et de drogue, errant comme un zombi dans les rues .
    Ce pays est en, train de s’enfoncer dans les abimes, ne sachant plus où sont ses repaires en s’abandonnant dans la beuverie et à la drogue .
    Je ne pensais pas que pour certains, l’autodestruction était la seule solution pour faire la fête .


  • Nantes ( vignoble et bord de mer ) est une ville historiquement calme, très conviviale , sauf que ( comme partout ) on y trouve dorénavant la zone, le souk , l’agressivité et le trafic ( tirs de kalach réguliers dans certains quartiers )...

    On en vient même à se méfier des curés... qui pour certains lorgnent grave sur les économies des petites mamies... C’est dire !

     

  • Il s’agit de remplacer festivement et progressivement toutes les fêtes religieuses qui ont marqué et construit ce pays . Une fois de plus , quand on fait appel aux instincts primaires par des sons à fort volume abrutissant , de l’alcool et des drogues à profusion , des déviances en tout genre , il est vrai que la lobotomisation des cerveaux risque de précipiter le peuple dans l’abîme . " ils " ont très bien retenu la leçon des romains : " du pain et des jeux " ... et l’ont habilement actualisée .


  • Ce genre d’événement ne m’attire plus. La musique y est trop forte, trop violente, si on appelle encore ça de la musique ... c’est plutôt du bruit n’est-ce pas ? Sans compter le condensé de bêtise humaine lié à l’alcool et à l’effet de masse, voilà encore l’occasion de fuir ses responsabilités ! Puis au sujet de la pollution, les gens s’en foutent parce qu’il y a toujours quelqu’un qui va venir ramasser derrière eux, un peu comme à l’adolescence quand leur maman se tapait toutes les sales corvées à leur place ! "Adolescent", un mot qui reflète bien l’état mental de la société actuelle où tout est prétexte à s’autodétruire. Triste époque !


  • Les fruits de 50 années de socialisme . . . Et le pire, c’est qu’on trouve encore des bulots pour en redemander.

     

    • 70 ans de communisme en URSS, 45 ans en RDA, 40 ans en Chine ou encore en Corée du Nord et rien de tout ce que vous pouvez décrier ! C’est le capitalisme qui conduit aux orgies de tous genres, pas l’ascétisme prolétarien ! Le cocuage n’a jamais été de gauche, non plus ... Il est très bourgeois, comme toute forme de décadence des moeurs. Je vous rappelle enfin que l’homoseualité était monnaie courante chez les SS !


    • J’amenderais votre propos en mentionnant plutot le fruit des 40 dernières années de libéralisme à outrance.
      Parce qu’en fait de socialisme, tel un loup déguisé en agneau dans la bergerie, on a eu une destruction systématique de toute structure, dogme ou idéologie de près ou de loin socialiste précisément.
      Autant je n’aime pas les bulots dans mon assiette, autant je me déguiserais volontiers en bulot pour en demander de pleine brouettes, de véritable socialisme...
      Confère également la dernière intervention de AS sur le sujet.


    • Réponse à awrassi

      Alors là, vous n’avez jamais vécu en RDA. Les cadres (de tout rang) étaient débauchés ; il y avait même des putes autorisés, surtout si vous dénonciez vos petits camarades ou membres de votre famille. C’était un privilège, mais il fallait payer au bout de quelques minutes si vous vouliez passer aux choses sérieuses - Et généralement, votre officier recruteur vous fournissait quelques Deutsche Mark (= témoignage d’un ex-cadre ingénieur de RDA vivant aujourd’hui en France). Ces putes étaient un gage de sécurité : si le mec ouvrait sa gueule, sa vie de famille était ruinée, et je ne parle même pas du procès humiliant qui s’en suivait !

      Le cul a toujours été une soupape pour se relâcher, surtout en des temps où les libertés se rétrecissent subrepticement ; comme dans des dictatures officielles, où les idéaux sont finalement réduits à néants. C’est vérifiable aussi bien en URSS, RDA, etc. Et comme l’a rappelé un commentateur ici, il y avait effectivement beaucoup de "PDs" dans l’état major allemand, libres ou contraints par manque de nanas...

      Par ailleurs, c’est encore le cas aujourd’hui. Je suis passé récemment en Allemagne près d’une garnison US. Je me suis fait reluquer sexuellement par un white et un black US...


    • toute les villes tenues par des socialos sont devenues des villes colonisées et allogènisées à l’extreme ou le migrant qui vient de débarquer a plus de droits que le Français autochtone qui lui n’a le devoir que de fermer sa gueule et que d’ouvrir son portefeuille pour à la fois nourrir et entretenir tous ces racailles-parasites du Haut comme tous ces racailles-parasites du Bas


  • Fête obligatoire : l’art et la manière de foutre le b... dans un pays.
    Michel Onfray, dans sa "théorie de la dictature" : « Pour détruire la liberté, il faut : assurer une surveillance perpétuelle ; ruiner la vie personnelle ; supprimer la solitude ; se réjouir des fêtes obligatoires ; uniformiser l’opinion ; dénoncer le crime par la pensée. »

     

  • L’ Ouest, terre gauchiste insupportable, qui vomit Paris par tous les orifices alors qu’aujourd’hui c’est pareil voire pire en terme d’insécurité, se prend cartouche sur cartouche après avoir été longtemps épargné par toute la merde, tout en fustigeant les "méchants fachos" qui votent FN dans le Nord, l’Est ou le Sud. Cette époque, si merdique soit elle, a quand même de bons côtés.

     

    • Vous dites vrai. En tant que breton, je le déplore. Emmanuel Todd l’explique très bien dans le concept de catholique zombie. Tout ces gens sont un mélange de gauchiste x LREM bien pensant, dont la rigidité et la rigueur sont passés d’un catholicisme conservateur à un libéralisme bourgeois bien pensant. Et logiquement la FI n’accroche pas, trop à gauche. Cela commence à évoluer dans le centre bretagne morbihanais et costarmoricain où le vote FN commence à dépasser les 25% dans pas mal de commune. Mais les masses et le pouvoir sont dans les mains des métropoles Rennes et Nantes.


    • Tous les commentaires sur la ville de Nantes, enfin ce qu’elle est devenue aujourd’hui me donnent une petite revanche un peu vacharde je l’avoue....Une amie de lycée est partie y vivre il y a quelques années...Nous avons évolué très différemment et je ne me suis jamais cachée d’être anti-immigrationniste convaincue et pas "emballée" par la totalité de l’art contemporain (à l’inverse de quelques uns de nos monuments historiques :).... alors qu’elle est (enfin était il y a quelques années maintenant je ne sais pas... :)..)...admirative des oeuvres de l’autre arnaqueur qui empile des tas de chaussures et pro-immigration bien sûr !! Donc un certain éloignement naturel nous a fait finalement nous perdre de vue totalement.J’aimerais vraiment être un colibri (c’est plus joli qu’une mouche) pour la voir maintenant dans sa jolie maison décorée avec ses petites mains de dame qui n’a pas besoin d’un travail rémunérateur, afin de vérifier son état d’esprit envers nos amis Africains....Ah je suis peste je l’avoue...Moi dans le Berry ça va encore de ce côté...Mais bon il vont bien finir par arriver... Quant à la fête de la musique j’ai espéré qu’il pleuve suffisamment fort pour décourager les andouilles beuglantes et ça a marché merci mon ange gardien :)


  • Il semble que le gros plant nantais ait coulé à flots. Dans le Nantes d’aujourd’hui, il semble qu’y faire la foire à la fête de la musique soit devenu un plan foireux......


  • Avec la canicule qui s’annonce, des noyades sont à prévoir dans la Loire, en mer,… : les mêmes zombis à 3 gr constants piquant une tête dans l’eau froide pour une hydrocution immédiate et une apnée sans retour, ce qui fera de la place pour les autres et vive la vrounze !

     

  • « ... un Nord-Africain, la trentaine, jean et veste de cuir camel, demande une cigarette à un passant. Ce dernier refuse, l’autre s’énerve et crie. Le passant s’échappe belle. “C’est classique : il te demande une clope, tu refuses ou dis que tu ne fumes pas, l’autre monte dans les tons et tape”... des gestes déplacés sur une Africaine, un pack de bière volé par deux autres, une bagarre éclate au sein d’un groupe d’une vingtaine d’Africains alcoolisés devant Piazza d’Italia. »
    Euh... ben il n’a jamais fait ça Montaigne !?


  • Tous ces festivales à la noix style Solidays
    Ce n’est que de la pure défonce et une recherche de la fuite du réel par la consommation d’alcool, de tabacs, et de drogues dures.
    Des ramassis de paumés, de malades, et de névrosés.
    Avant c’était déjà comme ça maintenant il faut prendre en compte l’insécurité et les viols qui vont avec.


  • Nantes, la ville des antifas.

     

  • Un abrutissement de masse parmi d’autres. Jusqu’à la lie.
    L’horrible Jack Lang : "responsable mais pas coupable". Déjà en son temps la fameuse expression de gauche.


  • cela fait des années que je n’y vais plus. sale ambiance. les gens ennivrent jusqu’a ne plus tenir debout d’autre rackettent agressent. j’ai l’impréssion de voir les bas fond de l’humanité

     

  • Du pain, des jeux, du bruit, du sexe, du merdier.

     

  • Immense travail à qui voudra restaurer l’anthropologie française, car en ce qui concerne Rennes et Nantes, niveau dépravation, on est tombés tellement bas !


  • Mes 2 années passées à Nantes récemment ont été parmi les pires de ma vie. Et pourtant j’avais un boulot peinard. D’un côté les punks à chien, de l’autre une bourgeoisie catho lâche. Puis arrivèrent 400 migrants juste avant que je me casse. C’était en 2018...

     

    • Seulement 400 migrants à Nantes ? dans ma petite ville de 10000 habitants ce ne sont pas moins de 100 migrants. On leur a filé l’hôtel F1, aujourd’hui complètement insalubre.
      J’aurais espéré qu’on en envoi 100 fois plus a Nantes, après tout ce sont bien les citadins qui ont besoin d’esclaves !


    • @Aldébaran @le portos
      Vous êtes super injuste avec les chances pour le Frounse, qui vont assurés nos retraites et repeuplés nos campagnes, pour les redynamiser
      En plus, avec un peu de chance, cette année, on peut gagner la CAN « Coupe d’Afrique des nations »
      Je vous trouve très méprisant merde quand même !


  • Nantes accueille des centaines de migrants par mois (avant répartition). En quelques années la population s’est africanisée. De nombreuses autres ethnies sont installées. Le climat du centre ville est détestable. Une exécution dans un bar à chicha, un mec égorgé dans le tram, des agressions, des viols, de la drogue. C’est à peine croyable. Les flics sont dépassés. Et Jean-Marc Ayraut et ses réseaux jouissent d’une retraite bien méritée : opération anti-France accomplie.

     

    • Et bien moi je suis un ex nantais la ville était réellement sublime et en quelques années c’est devenu un gros tas de merde ....J’ai pas chercher à comprendre j’ai pris direction notre Texas à nous la belle et très chère vendee et la quel bonheur un département pareil ....vive la Vendée vive le Texas vive les reacs vive dieu


    • Trinita,

      Même constat, je disais il y a dix ans (à 19 ans donc) que j’habiterai Nantes uniquement s’il me fallait rester en France : La ville était très propre, ruelles sympathiques ambiance étudiante le soir assez grisante, places aérées et assez arborées.

      Aujourd’hui j’y vais sous la contrainte et la campagne, notamment Vendéenne ( marais sauvage, îles et plages) ne m’a jamais autant ressourcé que maintenant.

      Pourtant les vendéens ont un côté très renfermé question mentalité, dur de se faire des amis si vous n’êtes pas du coin. L’histoire Royaliste de cette région explique sûrement ce penchant méfiant et donne du coup un charme encore plus mystérieux et rend finalement attachant cet endroit !


    • 2015-2016, une année d’études à Nantes dont le seul bon souvenir que j’ai gardé fut une conférence de Soral-Viguier-Sigaut.


  • Tiens ? On a le droit de préciser la race des emmerdeurs maintenant ? Pas qu’on ai eu besoin d’un décodeur hein ! Mais surprenant, surtout sur ces terres remplies de débiles gaucho’s en tout genres..


  • ce sont les descendants d’esclaves Noirs Africains qui viennent en masse à Nantes pour à leur tour faire la traite des Blanches et des Blancs autochtones
    Nantes ville et port de la traite négrière et de l’esclavage
    du XVIIème au XIXème siècle
    tout comme Bordeaux d’ailleurs
    et dont les esclavagistes n’étaient autres que ces Baphométans de Francs-maçons d’aujourd’hui qui prêchent maintenant le vivre ensemble en ouvrant les vannes de l’immigration pour inonder la France de cette engeance maléfique


  • Il faut élargir les trottoirs.
    J’te collerais une dalle de bitume là-dedans. Déjà ça ferait plus propre, plus de trottoirs et ça créerait des emplois ; plus d’enrobé égal plus de surface à balayer, plus de camions qui vend des glaces (on règle le problème du réchauffement par la même occasion).

    On pourrait y mettre de les nattractions pour les gosses, des manèges et pis des réunions entre racisés, c’est bien, ça, les réunions.


Commentaires suivants