Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les États-Unis d’Amérique endettée

La dette des ménages américains, une pauvreté qui ne se voit pas

À de nombreux égards, l’économie américaine prospère. Pourtant, pour un grand nombre de consommateurs américains, leur santé financière n’en profite pas vraiment.

 

Selon une nouvelle étude de l’Institut urbain, un tiers des Américains sont accablés de dettes impayées. Leurs impayés sont arriérés et confiés à des agents de recouvrement. C’est une situation dangereuse pour les ménages, car les dettes impayées peuvent baisser la note de solvabilité, rendant ainsi plus difficile le financement d’une maison ou d’une voiture, tout en augmentant le coût d’un crédit.

Le problème est plus important dans certaines régions du pays où la couverture d’assurance maladie est moins répandue, les revenus plus modestes, et où la proportion de personnes de couleur est plus élevée, selon les données de l’Institut urbain. Environ un ménage sur cinq possède des dettes médicales en recouvrement, ce qui démontre combien les Américains doivent lutter contre le coût des soins de santé, y compris le coût des assurances.

Cela ne représente pas seulement un problème personnel, mais constitue également un défi public, car les ménages endettés ont du mal à payer leurs impôts et leurs loyers en temps et en heure.

« Je pense que les gens ignorent l’importance de ce problème », a déclaré Signe-Mary McKernan, agrégée supérieure à l’Institut urbain et codirectrice de l’Initiative pour l’Opportunité et la Propriété.

Elle ajoute :

« Cela concerne des individus, mais nos recherches montrent que cela représente également un enjeu important pour les communautés. Les familles qui ont peu d’économies et qui ont des difficultés financières sont plus susceptibles d’avoir des impayés et d’être expulsées. C’est très couteux pour les villes. »

La santé financière d’une ville dépend de celle de ses habitants, qui contribuent largement aux revenus municipaux par le biais de l’impôt foncier. Une précédente étude de l’Institut urbain a révélé que les villes dépensent des millions pour compenser les pertes financières. La Nouvelle-Orléans dépense à elle seule dix-huit millions de dollars par an pour couvrir les factures non payées et les expulsions de familles en difficulté financière.

 

JPEG - 126.4 ko
Habitants de la Nouvelle-Orléans après le passage de l’ouragan Katrina (2005)

 

D’après l’Institut urbain, la Louisiane est l’État qui comprend la plus large part de résidants en procédure de recouvrement de créances, avec 46 % des ménages. À l’inverse, le Minnesota est l’État qui en comprend le moins, avec 17 % des ménages.

« L’origine des inégalités est complexe ; de nombreux paramètres entrent en ligne de compte », estime McKernan, précisant que la Louisiane possède « la plus grande proportion de personnes de couleur », qui ne bénéficient pas en général des mêmes privilèges ni des mêmes sommes d’héritage que la population blanche. La Louisiane comprend 41 % de personnes de couleur, contre 19 % pour le Minnesota.

Le revenu annuel moyen des ménages est également très inégal. Il est de 83 488 dollars dans le Minnesota, soit 29 % de plus que celui de la Louisiane. Cela se vérifie également pour les minorités : les personnes de couleur dans le Minnesota gagnent en moyenne 63 239 dollars par an, soit environ 40 % de plus qu’en Louisiane.

 

JPEG - 230.3 ko
La riche cité de Minneapolis

 

Bien entendu, il est plus aisé de faire face à des dépenses imprévues avec des revenus plus importants. Mais McKernan souligne qu’une autre problématique induite par la crise des dettes concerne la couverture santé.

« 12 % des habitants de la Louisiane n’ont pas d’assurance maladie, contre 5 % seulement dans le Minnesota », précise-t-elle.

L’importance de l’achat d’une assurance maladie est une des leçons tirées de ses recherches. Bien que les Américains plus âgés aient généralement de plus grandes dépenses médicales que leurs homologues plus jeunes, les 18–55 ans sont en fait les plus susceptibles d’avoir des impayés médicaux.

Cela peut paraitre contre-intuitif, mais l’explication est simple : les Américains de plus de 65 ans reçoivent Medicare, le programme public de prise en charge des frais de santé réservé aux plus âgés.

« En regardant les taux de remboursement des frais médicaux, on se rend compte que ceux qui bénéficient de Medicare sont bien couverts, et cela fait toute la différence. Les jeunes sont moins susceptibles d’avoir une couverture santé », d’après McKernan.

Au-delà de la couverture santé, d’autres questions économiques entrent en jeu dans les finances des ménages. Le coût des soins de santé augmente plus vite que les revenus, exerçant ainsi une pression sur les budgets. De nombreux Américains payent leurs factures médicales avec leur carte de crédit, ce qui est susceptible d’augmenter le niveau d’endettement des ménages, d’après une étude de NerdWallet [site web d’économie] portant sur l’endettement par les cartes de crédit.

Le coût des frais médicaux a bondi de 34 % au cours de la dernière décennie, tandis que les revenus n’ont augmenté que de 20 %, selon NerdWallet. Près de 27 millions d’Américains utilisent leur carte de crédit pour les dépenses médicales. Cela peut sembler être une façon normale de payer le médecin, hormis lorsque le solde de ces consommateurs est en déséquilibre. Les frais bancaires mensuels peuvent rapidement entretenir leurs dettes par effet boule de neige.

NerdWallet recommande aux consommateurs de demander à leurs mutuelles si elles proposent des programmes à taux zéro, plutôt que de prendre en charge les frais médicaux. Les comptes gestion santé ou les comptes épargne santé peuvent également aider à rembourser le coût des frais médicaux.

« Les législateurs et les politiciens mettent souvent l’accent sur la création d’emplois et de meilleurs revenus pour leurs électeurs, mais le rôle de l’épargne ne doit pas être négligé », a déclaré McKernan. Avoir un fonds d’urgence peut aider les familles à garder un temps d’avance sur les agents de recouvrement.

« La richesse n’est pas que pour les riches », a-t-elle déclaré. « Même une petite épargne peut aider, ne serait-ce que 250 à 750 dollars. Cela peut permettre un atterrissage en douceur en cas d’urgence. »

Voici les dix régions possédant la plus haute proportion d’habitants étant en recouvrement de créances (la moyenne nationale est de 33 %) :

1. Louisiane : 46 %
2. Texas : 44 %
3. Caroline du Sud : 43 %
4. Virginie-Occidentale : 42 %
5. Nevada : 41 %
6. Alabama : 40 %
7. Géorgie : 40 %
8. Kentucky : 40 %
9. Mississippi : 40 %
10. Nouveau-Mexique : 40 %

 

Article traduit de l’américain par le Pôle Traduction d’E&R

La paupérisation du peuple américain est la condition
de l’agrandissement extérieur de l’Empire,
lire sur Kontre Kulture

 

La face sociale cachée des États-Unis, sur E&R :

 






Alerter

41 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1872344
    Le 2 janvier à 22:18 par VIVACHAVEZ
    Les États-Unis d’Amérique endettée

    Plus de 320 millions de malades, pas étonnant que l’assurance maladie des US soit dans le (peau) rouge !!!!

     

    Répondre à ce message

  • #1872377
    Le 2 janvier à 23:00 par serpolet
    Les États-Unis d’Amérique endettée

    On pourrait écrire un livre sur "Les Grands Endettés" de l’histoire et de la littérature . Que de Grecs et de Romains coururent après le pognon ! Alcibiade, César et bien d’autres . Chateaubriand qui "hypothèque sa tombe" en vendant de son vivant ses Mémoires qui auraient dû paraître après sa mort, Balzac évidemment, Dostoïevski, Alexandre Dumas, Flaubert à la fin de sa vie . Céline quand il était cuirassier, et de 1951 à sa mort il devait une montagne de fric à Gallimard, ce qui nous valut "D’un château l’autre" , "Nord", et l’ultime "Rigodon" . Paul Morand par contre se flatte de ne jamais avoir fait de dettes . Il serait intéressant d’étudier les différentes stratégies de ces hommes illustres pour "s’en sortir" .

     

    Répondre à ce message

    • #1872801
      Le 3 janvier à 19:35 par PL
      Les États-Unis d’Amérique endettée

      Attention, il y a une grande différence entre avoir des dettes c’est-à-dire des factures à payer,
      et être endetté, puis surendetté, auprès de banques qui vous font payer intérêts sur intérêts,
      et avoir tous ses revenus saisis par des banques.

      Solon est resté connu comme le sage, pour avoir annulé toutes les dettes et banni les usuriers d’Athènes.

       
  • #1872454
    Le 3 janvier à 00:34 par fred
    Les États-Unis d’Amérique endettée

    Il ne faut pas uniquement voir le verre à moitié vide... L’endettement par le prêt bancaire m’a permis de devenir propriétaire alors que je n’avais pas le capital. La banque permet de se constituer un patrimoine bien plus rapidement que par l’épargne et en étant malin il est possible de profiter un max du système surtout en cette période de taux si bas.
    En ce moment c’est de l’argent gratos que les banques prêtent 1,6% sur 25 ans c’est cadeau, je viens de recevoir un mail de boursorama qui fait une promo 10000 euros sur 4 ans à 0,96%, la banque postale idem à 1,2%, je vais emprunter 20000 quasiment gratuitement que je vais placer pour le faire doubler en 10 à 15 ans.
    Profitez du système au lieu de chouiner, des trains passent et vous restez à quai c’est dommage, un peu d’audace que diable

     

    Répondre à ce message

    • #1872529
      Le 3 janvier à 06:20 par Le lionceau
      Les États-Unis d’Amérique endettée

      Cette argent est contraire aux valeurs prôner par DIEU c’est de l’usure condamné par les 3 religions abrahamique. Ok je n’ai pas de maison pas d’argent placer ou autres mais j’obéis à Dieu ne m’endette pas (nouvelle forme d’esclavage) et ne participe pas à ce système financier de prédateurs.

       
    • #1872538
      Le 3 janvier à 07:16 par paramesh
      Les États-Unis d’Amérique endettée

      réfléchis une seconde, si en ce moment les banques te font des crédits à 1%, cela veut dire que des placements à 10% (pour doubler un capital en 10 ans) sont de l’ordre du doux rêve.(tu vas te faire rincer d’ici 10 ans). si tu fais du 3% net et hors inflation sois déjà content
      ton idée était bonne pendant les trente glorieuses, gros intérêts mais forte inflation (et donc des salaires aussi) et plein emploi car bonne croissance. le système libéral ne te donne les miettes que quand il en profite.

       
    • #1872562
      Le 3 janvier à 08:34 par mammon
      Les États-Unis d’Amérique endettée

      A la lecture de ce commentaire, j’ai cru que j’étais sur le figaro...Attali and co peuvent dormir tranquille.

       
    • #1872563
      Le 3 janvier à 08:48 par Bisimilaye
      Les États-Unis d’Amérique endettée

      ....l’usure n’est donc plus péché, mon frère ?

       
    • #1872579
      Le 3 janvier à 09:38 par Waly
      Les États-Unis d’Amérique endettée

      Fred, emprunter pour spéculer, c’est parier sur la linéarité du futur. Mais si le futur ne se présente pas sous la forme que vous avez prévu, vos actifs disparaîtront, alors que votre dette se maintiendra. Et là, vous risqueraient d’avoir l’air un peu moins malin.
      En réalité, sans dénigrer l’emprunt pour une investissement à rentabilité calculée, ce genre de combine emprunt-placement est intéressant que pour ceux qui peuvent perdre l’argent des autres.

       
    • #1872598
      Le 3 janvier à 10:19 par Adrien
      Les États-Unis d’Amérique endettée

      "je vais emprunter 20 000 quasiment gratuitement que je vais placer pour le faire doubler en 10 à 15 ans" : sachant que l’Assurance Vie ne rapporte plus que 1,5% par an je me demande où tu vas le "placer" . En bourse ? Risqué .

       
    • #1872624
      Le 3 janvier à 11:35 par Jayjay
      Les États-Unis d’Amérique endettée

      je vais emprunter 20000 quasiment gratuitement que je vais placer pour le faire doubler en 10 à 15 ans.




      Profitez du système au lieu de chouiner, des trains passent et vous restez à quai c’est dommage, un peu d’audace que diable



      On sent bien le gars qui fait la différence entre le productif et le parasite.
      Quelle audace en effet. Ouvrez le ban pour ce brave ...

      Je suis endetté à hauteur de 11000€. C’est pas grand chose mais ce ne sont que des crédits à la consommation, ce qui me fait environ 600€ à rembourser par mois. Je suis perpétuellement à découvert ce qui me coute, entre les frais pour rejets de prélèvements et les dépassements de durée de découvert, environ 80€ par mois.
      Je suis au RSA soit 850€ ( couple 1 enfant ) par mois. Mon loyer est payé par les APL : 350€ pour une maison qui me coute, entre le chauffage, l’assurance, l’électricité, environ 120€ par mois .Je passe sur l’assurance voiture et les petits frais annexes.
      Je suis bien content de ne plus être salarié et de bosser pour pouvoir produire pour moi et vendre le surplus au black ce qui me permet de réinvestir dans ma production .
      Deux monde différents quoi ...

       
    • #1872646
      Le 3 janvier à 12:35 par Franzouille
      Les États-Unis d’Amérique endettée

      Fred, on attend tous que tu nous donnes le nom de ta banque. En 2018, placer 20 000€ sur 10-15 ans et en récupérer le double ? Comme déjà dit, c’était possible encore jusqu’à la fin des années 80-début 90.

      J’ai des potes dont les parents avaient placé l’équivalent de 10 000€ début des années 90, sur un compte bloqué 20 ans, à du 12%, capitalisé. C’était beau, mais c’est du passé.

      A l’heure actuelle, le meilleur moyen de gagner de l’argent est de ne pas en dépenser. Ou du moins, en revoyant ses dépenses à la baisse. Puis, ce besoin de "faire" de l’argent me dépasse. J’ai jamais eu de salaire de ministre ni de médecin, j’ai pourtant toujours vécu dans un confort matériel très correct. A tel point que certains me prenaient pour quelqu’un qui "avait du pognon".

      J’ai juste des priorités et une éducation différentes, voilà la clé. Mes parents m’ont éduqué dans une logique "chrétienne", pas de gaspillage, quand on n’a pas ce qu’on aime on aime ce qu’on a, jamais de surenchère dans le paraître, etc. Résultat, je suis effaré de voir les dépenses de ceux qui me traitent de bourge. Toutes les semaines, ils achètent des fringues ou des godasses (et pas des trucs à deux balles), plusieurs fois par semaine ils font des "snacks" (dürüm, asiatique, pizza, etc), tous les six mois un smartphone, tous les weekends ils se torchent la gueule (facile 50€ d’alcool par semaine), tous les hivers ils partent au ski parce que c’est trop cool, tous les étés il faut trouver une destination plus exotique que la précédente ou un all-in dégueulasse où ils se torchent également la gueule pour oublier qu’ils se font chier.

      Moi je garde mes fringues 10 ans (voire plus, tant que ça tient), jamais je mettrais 40€ dans un t-shirt SuperDry à la con, je me torche pas la gueule (ça m’empêche pas d’apprécier un petit vin blanc avec un bon repas que j’aurais préparé), je change pas de téléphone (tant que ça tient), etc.

      Au final, je vis dans un bel appartement, je mange très bien, j’ai une bagnole, etc. Et j’ai aucun soucis quand il s’agit d’acheter de l’électroménager, ou je ne sais quelle dépense imprévue. Car ce qui est effarant aussi chez beaucoup de gens, c’est l’absence totale de réserve d’argent. Logique ultra-libérale imposée, Carpe-Diem déviant quoi. Je crâme ma thune, parce que si je le fais pas, ça veut dire que je profite pas de ma vie. Bande de mougeons.

       
    • #1872872
      Le 3 janvier à 21:45 par homme de l’ombre
      Les États-Unis d’Amérique endettée

      Détendez-vous...devant un bon cigare et un cognac par exemple.

       
    • #1874442
      Le 6 janvier à 13:24 par Jean-jacky
      Les États-Unis d’Amérique endettée

      Je trouve le commentaire de Fred intéressant.

      Par exemple vers chez moi on trouve des appartements à rénover pour environ 20000€. Certes à la revente le bénéfice n’est pas mirobolant non plus, mais en répétant ce genre d’opérations sur 10-15 ans on peut effectivement largement doubler sa mise. Et ce n’est pas du parasitisme.

      En tout cas c’est l’interprétation que je fais de ton message Fred, mais peut-être pourrais-tu nous en dire plus si tu repasses par là ?

       
  • #1872510
    Le 3 janvier à 04:01 par Tarik
    Les États-Unis d’Amérique endettée

    Le peuuuuuple américain ne m’inspire pas la moindre pitié personnellement. Aux États-Unis et contrairement à la France par exemple, tout est explicite il n’y a pas de mauvaise surprise : tout le monde sait que le pouvoir est détenu par l’AIPAC qui ne se cache pas sans parler des groupes de pression liés à l’armement (700 Mds de $ quand-même) ou à la santé (ou plutôt la destruction de la santé) etc. Les États-Unis se sont battis dès le départ sur la spoliation des terres d’autrui (les races inférieures dixit Jules Ferry), puis sont devenus un véritable empire brutal à l’extérieur au cours de la fin du 19e siècle pour aboutir à la situation que l’on connaît tous aujourd’hui. Où était le gentil peuple américain lorsqu’il fallait dénoncer cela ? Qu’à t-il fait lors de l’annonce de la destruction de l’Irak et du Vietnam ? Il a applaudit des deux mains ! Rien à foutre de ces gens-là, ils peuvent crever la bouche ouverte ça m’en touche une sans faire bouger l’autre. On a déjà pas mal à faire pour nos paysans, nos ouvriers et notre classe moyenne dans sa globalité pour penser à ces hamburgers sur pattes qui ont applaudis l’empire étasunien à maintes reprises. Ça n’est que mon avis.

     

    Répondre à ce message

  • #1872571
    Le 3 janvier à 09:17 par obs
    Les États-Unis d’Amérique endettée

    Les Français qui se sont endettés en 1995 pour acheter une maison ont fait une excellente affaire : elle vaut aujourd’hui 4 fois plus qu’en 1995 .

     

    Répondre à ce message

    • #1872836
      Le 3 janvier à 20:41 par kmax
      Les États-Unis d’Amérique endettée

      si ils vendent leur maison ?
      il en rachète une 4 fois plus chère qu’en 95
      tous ça c’est rien. juste pour te faire croire que tu es devenu quelqu’un
      De toute façon dans quelques années ou quelque mois... l’état fera payer les propriétaire qui n’ont plus d’emprunts.il faut la payer la dette !!
      Propriétaire et en plus il faudra payer un loyer hihihihi ont va bien rigoler ont y est bientôt.
      Propriétaire d’un bien ou deux c’est pas si facile il faut en payer des choses je parle des taxes
      plus les travaux réguliers qu’il faut réaliser pour que le bien ne perde pas de valeur.Et il faut aussi payer l’emprunt. Pas perdre son boulot, le divorce,pffffffff pas mal de choses quoi !Sinon pour la vendre 4 fois plus dans ton fion.
      enfin bon....

       
  • #1872652
    Le 3 janvier à 12:49 par Juju
    Les États-Unis d’Amérique endettée

    Intéressant d’un point de vue économique, mais pourquoi diable tout racialiser ? Les gens "de couleur" contre les blancs. Purée c’est agaçant, qu’ils arrêtent de monter les citoyens les uns contre les autres.

     

    Répondre à ce message

  • #1872662
    Le 3 janvier à 13:23 par Bételgeuse
    Les États-Unis d’Amérique endettée

    La pauvreté est immense aux USA ,les jeunes s’endettent pour faire des études qui coutent des centaines de milliers de dollars ,et se retrouvent à rembourser des sommes incroyables et sans job au bout du compte.
    La santé là bas c’est uniquement pour la gentry et les mégapoles ,les autres attendent 2 ans le passage des équipes médicales itinérantes .Ils attendent à 200 dans une salle d’attente le tirage au sort qui leur permettra de se faire arracher la dernière dent qui leur reste
    .De nombreuses villes sont à l’abandon avec absence de transports en commun ,pas de trains ,bus ou autres ,sans voiture tu deviens vite obèse car les grands centres commerciaux sont à des dizaines de kms , dans les bleds il n’y a aucune épicerie du coin sauf des Mac DO mortifères .
    Des centaines de villes ouvrières et minières sont devenues fantômes et les routes
    laissées à la nature .Des milliers de gens vivent dans des city tents ,des camps à vans et dans leur voiture .Les parkings Walmart servent de parking dortoirs .
    Dans la Silicon valley ,à NY et à Vegas des milliers de gens vivent dans les bois ;les égouts et les sous sols du métro .
    Los Angeles détient le record des SDF ,des quartiers entiers sont squattés par des SDF sous tentes .
    L’Amérique d’Hollywood , elle l’est pas pour tous !

     

    Répondre à ce message

    • #1872694
      Le 3 janvier à 14:42 par Daggets
      Les États-Unis d’Amérique endettée

      Heureusement, en France, il n’existe pas de villes sinistrées par la fermeture d’entreprise, les SDF que l’on peut voir dans le métro sont des figurants pour le cinéma, les bancs publics et les plaques d’aération des égouts hérissées de blocs de béton pointus sont là pour décorer, l’école publique, notamment dans les quartiers chauds, sont un vivier de jeunes talents, les mutuelles n’existent que pour payer le superflu aux malades, le chômage est très bas, et l’accès à une formation garantit un emploi.

      bref, on a bien de la chance !!

       
  • #1873086
    Le 4 janvier à 12:12 par Damocles
    Les États-Unis d’Amérique endettée

    American dream qu’ils disent ! American nightmare serait plus judicieux.

     

    Répondre à ce message

  • #1873125
    Le 4 janvier à 13:15 par Marde
    Les États-Unis d’Amérique endettée

    L’amérique ?

    1/3 dans la CIA, le FBI, la NSA ;
    1/3 dans l’armée ;
    1/3 de chômeurs (camés et vendeurs de came et d’armes) !

     

    Répondre à ce message

  • #1873741
    Le 5 janvier à 11:40 par Difre
    Les États-Unis d’Amérique endettée

    600 milliards de dépenses militaires. Pour se la jouer grosses burnes face à Poutine. Et on laisse sur le carreau beaucoup de citoyens américains et même les vétérans c’est un comble. C’est ça le rêve américain

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents