Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Les États-Unis demandent le retrait immédiat des forces russes et turques de Libye

Non, rien.

 

 

– La Rédaction d’E&R –

 


 

Les États-Unis ont demandé jeudi « à la Turquie et à la Russie de commencer immédiatement le retrait de leurs forces » de Libye, incluant militaires et mercenaires, dans une déclaration ferme de la nouvelle administration démocrate de Joe Biden qui tranche avec la politique précédente du républicain Donald Trump.

« Conformément à l’accord de cessez-le-feu d’octobre, nous demandons à la Turquie et à la Russie d’entamer immédiatement le retrait de leurs forces du pays et le retrait des mercenaires étrangers et des substituts militaires, qu’ils ont recrutés, financés, déployés et soutenus en Libye », a déclaré l’ambassadeur américain par intérim à l’ONU, Richard Mills.
« Nous demandons à toutes les parties extérieures, incluant la Russie, la Turquie et les Émirats arabes unis, de respecter la souveraineté libyenne et de cesser immédiatement toutes les interventions militaires en Libye », a insisté le diplomate américain lors d’une visioconférence du Conseil de sécurité consacrée à ce pays.

Cette prise de position claire tranche avec le flou qui a entouré ces dernières années la politique américaine à l’égard de la Libye, liée aussi, selon des diplomates, à un désengagement de Washington dans la région. Donald Trump avait ainsi semblé à un moment soutenir l’homme fort de l’est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, aux dépens du Gouvernement d’union nationale (GNA), reconnu par l’ONU et basé à Tripoli.

En décembre, les Nations Unies avaient estimé à environ 20 000 le nombre de mercenaires et militaires étrangers déployés auprès des deux camps rivaux et recensé 10 bases militaires totalement ou partiellement occupées par des forces étrangères dans le pays. En vertu d’un accord de cessez-le-feu conclu entre les belligérants le 23 octobre, les troupes étrangères et mercenaires devaient avoir quitté la Libye dans les trois mois. L’échéance, le 23 janvier, est cependant passée sans signe de retrait des mercenaires de Libye.

Le maréchal Haftar est soutenu par les Émirats arabes unis, l’Égypte et la Russie, notamment via des mercenaires issus du groupe privé Wagner réputé proche de Vladimir Poutine, alors que le GNA est appuyé militairement par la Turquie et des rebelles syriens transférés en Libye, selon l’ONU. Selon un diplomate s’exprimant sous couvert d’anonymat, il y aurait en Libye plusieurs milliers de mercenaires syriens, environ un millier de mercenaires tchadiens et plusieurs milliers de mercenaires soudanais.

[...]

Mais la mission diplomatique russe a par la suite affirmé à l’AFP que la Russie n’avait « ni militaires ni personnes en uniforme sur le sol libyen ». « Il n’y a donc pas d’intervention militaire russe en Libye. S’il y a des ressortissants russes comme mercenaires, ce que nous ne pouvons pas totalement exclure, ceux qui les ont embauchés devraient être invités à les retirer », a ajouté le porte-parole de la mission.

Lire l’article entier sur 24heures.ch

 

 

Comme prévu, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

45 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants