Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les États-Unis préparent un contre-projet aux nouvelles routes de la soie

Les États-Unis ont reformé le Quadrilateral Security Dialogue (QSD), dit les « Quads », un groupe anti-chinois composé avec le Japon, l’Australie et l’Inde de 2007 à 2010. C’est Canberra qui, après un changement de gouvernement, avait fait échouer cette stratégie.

 

L’administration Trump prépare un contre-projet à l’initiative chinoise de création de nouvelles voies de communication sur le modèle de l’antique route de la soie.

En 2009, le Parti communiste chinois avait choisi le général Xi Jinping pour élaborer un système de communication marchand couvrant l’ensemble de la planète. Devenu président, Xi révéla progressivement ce projet passant par près de 70 pays pour un coût de 124 milliards de dollars.

Les Quads se sont réunis en novembre 2017, en marge du sommet de l’ASEAN. Les grandes lignes de leur contre-projet seront discutées à la Maison-Blanche, le 23 février 2018, par le Premier ministre australien Malcolm Turnboll et le président Donald Trump.

En décembre, le gouvernement australien avait publié son 2017 Foreign Policy White Paper dans lequel il préconisait d’engager les États-Unis contre la Chine.

Le 15 février 2018, l’amiral Kurt Tidd, patron du SouthCom, avait violemment dénoncé le risque que la route de la soie faisait courir à l’influence des États-Unis.

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Évidement les USA sont une puissance mondiale, ils ne vont quand même pas laisser la Chine l’emporter sans se battre...

    Étant une thalassocratie ils vont donc user de leurs avantage stratégique principal( le contrôle des mers) pour contrer les projet chinois, entre le contrôle de l’Eurasie par la maitrise de "l’Hinterland"( les côtes eurasiennes, Europe de l’Ouest, Moyen Orient, Inde, ainsi que la Mer de Chine par l’intermédiaire du Japon et de Taiwan) et le contrôle des voies maritimes ils partent avec une longueur d’avance.

     

    • Evidemment les USA sont les seuls à qui sa profitera.
      Poutine arrive avec des contrats : "Il y a là-dedans de quoi vous faire gagner des milliards".
      Oncle Sam arrive avec des contrats : "il y a là-dedans de quoi vous faire.... dépenser des milliards".

      Bonne chance avec leur TAFTA, gaz de schiste, pétrole de schiste et Monsanto.
      Evidemment !


    • Je suis littéralement "mort de rire" quant à la naïveté et l’ingénuité de votre analyse.

      Les États-unis, une "thalassocratie" , on en découvre des idées folles quotidiennement...

      Et vos connaissances géopolitiques sont pour le moins, imparfaites. Les États-unis ont déjà perdu leur hégémonie et que pèsent l’Australie ou Taïwan dans ce jeu : peanuts !

      L’Australie est juste un petit toutou froussard et Taïwan vit très bien le statu quo avec son grand frère.

      Quant à l’Inde, elle saura se ranger du bon côté le moment venu, quitte à éliminer quelques politiciens véreux et corrompus (tout comme le Japon d’Abe).

      Par conséquent, les amères loques de Trump peuvent toujours prendre leurs rêves pour la réalité mais ils ont perdu, définitivement perdu.

      Ce qui explique aussi leur agressivité et leurs manœuvres tous azimuts pour déstabiliser des états souverains et déclencher des conflits voire une autre guerre mondiale.


    • @Albator

      Vous avez l’air de ne pas connaitre l’emplacement des nombreuses flottes américaines aux quatre coins du monde... C’est pourtant une chose que l’on apprend en terminal en cours d’histoire-géographie... Rien que de part cette présence international on peut conclure que les USA contrôlent la mer et donc la plupart des voies maritimes de cette planète, les USA étant plutôt une puissance maritime que terrestre (plus proche du Royaume Uni ou d’Athènes que de l’Allemagne ou la Russie ou l’empire romain) leurs hégémonie est plus proche de la thalassocratie que de l’empire continentale

      D’autre part Taïwan ou l’Australie ont beau être de petit pays presque insignifiant au premier abord mais il s’agit d’iles possédant une certaine importance stratégique, l’Australie sert de poste avance américain situé entre l’Océan indien et l’Océan Pacifique Sud, et Taïwan sert de poste contrôle US en Mer de Chine ( avec la Corée du Sud), sur le papier c’est peanuts mais stratégiquement ce n’est pas vraiment le cas

      De plus il faut ajouter le fait que votre critique au sujet de la fiabilité des alliés américain peut très bien être retourné aux chinois... La Russie de Poutine n’est pas réellement un allié naturel pour l’Empire du Milieu, la Russie possède déjà sa propre stratégie eurasienne qui n’est pas exactement celle de la Chine, ces deux pays pourraient même entrer en conflit au sujet du contrôle de l’Asie centrale, de même que les ambitions chinoises en Sibérie ne sont pas non plus vue d’un bon œil par la Kremlin qui préférera probablement conserver cette région du monde dans son giron. Et c’est sans dire les affinité naturelle qui existent entre la Russie et le reste de l’Europe, Poutine lui même avait exprimé à de nombreuses reprises par le passé son souhait de se rapprocher de l’UE voir même d’y adhérer un jour

      La géopolitique n’est pas une chose aussi simple que vous ne le pensez, vous oubliez de nombreuses variables dans votre raisonnement, ce n’est pas parce que vous êtes un anti américain compulsif qu’il faut à tout prix nier les poids forts des États Unis et surestimer la position chinoise

      Par ailleurs je ne vois pas réellement ce qu’une Hégémonie chinoise pourrait apporter de positif dans le monde...certes la fin du règne décadent dans USA pourrait être une chose salutaire par nature ( fin des délires LGBT, métissôlatrie et autre gender) mais si vous pensez que la Chine sera une puissance plus "douce" que les USA et bien vous faites un rêve éveillé


    • Maintenant on comprends mieux la phrase Make America Great Again. Bon enfin, on était plusieurs à le savoir déjà...


    • A Alba"tort" :
      Je n’interviens plus que très très rarement sur ER (et pour cause), mais je lis.
      Je suis nostalgique des échanges d’antan. Courtoisie, humour...
      Vous dites :
      "Je suis littéralement "mort de rire" quant à la naïveté et l’ingénuité de votre analyse.
      Les États-unis, une "thalassocratie" , on en découvre des idées folles quotidiennement... Et vos connaissances géopolitiques sont pour le moins, imparfaites".

      Jadis, ça aurait été :
      Mon Cher MorrtDeRire, Permettez moi de vous proposer une autre approche concernant votre analyse. Le mot Thalassocratie est peut-être discutable. Alors sans remettre en question vos connaissances géopolitiques, je dirais que...

      Résultat identique mais sans froisser...
      Mais ici, désormais, n’importe quel pseudo-intello distribue les bons et mauvais points.
      Triste constat


  • Japon et Australie, les larbins officiels des U.S depuis pas mal de temps déjà. Pour L’Inde c’est plus par rivalité avec la Chine (qui, il faut le dire, les enmerde pas mal de manière sournoise notamment en soutenant systématiquement le Pakistan). Rien de nouveau sous le soleil, les autres laquais habituels (Canada...) devraient suivre.


  • Ah ces libéraux !

    Dès qu’ils sont en concurrence, ils sortent leurs révolvers !


  • Ce contre-projet américain est quelque peu rikiki.

    D’après un papier du fameux Pepe Escobar paru il y a une semaine dans le Asia Times "China’s ‘New Silk Roads’ reach Latin America", l’Amérique Latine est en train d’être intégrée aux routes de la Soie.
    Sachant que celles-ci touchent déjà l’Europe et l’Afrique, en plus d’inclure l’essentiel de l’Asie et de l’Eurasie, il s’agit d’un système réellement global.

    Il se forme un mini club regroupant ces quelques États qui en sont exclus (et encore, l’Australie, c’est une plaisanterie, que deviendrait-elle sans exportations vers la Chine ?). Grand bien leur fasse. Ce n’est pas ce genre d’actions qui empêchera le déclin US face à la Chine.