Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Piétonisation" des voies sur berges : la justice désavoue Hidalgo

Le tribunal administratif de Paris a jugé que la décision de « piétonniser » les berges de la rive droite de la Seine a été prise sur le fondement d’une « procédure irrégulière ».

 

Coup dur pour Anne Hidalgo. Le tribunal administratif a annulé ce mercredi la fermeture à la circulation des voies sur berge sur la rive droite de Paris.

Dans sa décision, la juridiction juge que l’étude d’impact préalable à cette mesure « comportait des inexactitudes, des omissions et des insuffisances concernant les effets du projet sur la circulation automobile, les émissions de polluants atmosphériques et les nuisances sonores, éléments majeurs d’appréciation de l’intérêt général du projet ».

Cette étude d’impact avait servi de fondement à la délibération du 26 septembre 2016 du Conseil de Paris, qui déclarait l’opération d’intérêt général.

Lire la suite de l’article sur lexpress.fr

 

Il y a douze ans, l’analyse d’Alain Soral sur Paris :

 

Voir aussi, sur E&R :

La mairie de Paris ou le mépris des travailleurs,
lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Dommage. Les voitures, c’est un tel fléau pour la santé générale. Cette piétonisation n’était évidemment qu’un pis-aller.
    Pas de voitures dans Paris autres que les urgences, quelques taxis, les pompiers, les ambulances, la police.
    Pour le reste transports publics, trottoirs roulants, véhicules légers non motorisés.
    Voilà une solution.

     

    • Et ton ciment ... il vient en velib ...

      Et les artisans (pour dépanner ton évier , ta télé ,ta machine à laver etc .... ), ils prennent le RER ... avec les bouteilles d oxygène et d acétylène .. les barres de cuivre de 4m ... et ton écran tv de 160 en panne, il le mettent dans la boloré car !!!

      les belles théories de bobos ..

      chiche on arrête toutes les voitures ,camions , avions sur les départements limitrophes de Paris .. Et on regarde comment duchnoc s’en sort ..

      Idem pas de péniche , car elles fonctionnnent au fuel pour approvisonner Paris ,et elle passent sur nos voies fluviales départementales.

      Et pas de chauffage çà pollue également (que ce soit au bois ou bien électrique ,car là c’est nucléaire , les centrales sont là encore hors de Paris ... )

      je propose de faire comme dans banlieu 13 , des murs tout autour .. et pas d approvisionnement polluant passant par les départements de banlieues .. idem pas de vacances en Avion ,car les aéroports, des avions polluants sont sur nos départements .. pas de voitures sortant de Paris roulant sur nos routes pour partir en vacances , au boulot etc ...

      Et dernier point les déchetteries de ta ville de Merde , elles sont situées dans les villes de banlieues .. Donc là encore remigration vers Paris

      Moi çà me va ..


    • #1905125
      le 21/02/2018 par Palm Beach Post : "Cult !"
      "Piétonisation" des voies sur berges : la justice désavoue Hidalgo

      "Pas de voitures dans Paris autres que les urgences, quelques taxis, les pompiers, les ambulances, la police."

      Et les camions de livraison/ approvisionnement des commerces ?
      En deltaplane bio ?


    • "Pas de voitures dans Paris autres que les urgences, quelques taxis, les pompiers, les ambulances, la police". J’en déduis donc, par ex., que les denrées alimentaires doivent venir en tapis volants et non plus en fourgonnettes chez le primeur. Ou que les parisiens iront faire leurs courses au-delà du périph’, et pas en voiture, bien sûr, non, transports en commun obligatoires. Et pour les prolos qui travaillent à Paris, la bétaillère, surtout le soir, quand sort la faune bigarrée qui n’en rame pas une de la journée et vient pourrir lesdits transports...


    • Les livraisons la nuit, les poubelles aussi. Les parkings pourraient être transformés en entrepôts. Pour les particuliers (petites livraisons), des véhicules électriques légers pourraient se substituer aux gros camions. Le particulier pourrait aller chercher lui-même sa petite commande (de jour) ou se la faire livrer à domicile (de nuit).
      Paris est une ville, pas un réservoir de gaz tueurs. En période froide (en ce moment) le smog est visible à l’horizon : jaunâtre.
      Ah et aussi : Merkel muss weg, et ses usines de charbon avec, qui envahissent la France de particules fines.
      Les maladies respiratoires explosent dans la capitale.
      Tout cela nécessite évidemment un changement total de direction.
      Des professionnels auraient droit à des voitures électriques : médecins, livreurs, etc.


  • Qui obligera la foldingo a rouvrir cette voie ?
    Elle refera le coup des travaux interminables (sans toucher à la voie cycliste du 16e) avant de représenter un autre projet similaire....la force d’inertie socialiste est une constante politique à Paris !


  • c est comme la limitation à 80 km/h sur les routes ..

    pas de rapport , pas d etude , .... et au final on travestie des chiffres pour en faire dire ce que l’on souhaites ..

    un peu comme les chiffres du chomage , ( alors on compte pas les blonds , les chauves , les unijambistes ... et on ne calcule que les chômeurs avec 4 bras , 8 têtes et 9 couilles ... et selon l INSEE , cette catégorie est en net recule .. )

    Vous la sentez la merguez qu’on vous enfonce dans le Fiiiiion .. avec l aide des journaux subventionnés ..tout ce petit monde alliés dans les fakes news gouvernemental..


  • Paris la plus belle ville du monde et la plus visitée, est devenu "un garage en folie" (Céline) invivable, très bruyant, puant, où les gens sont devenus très agressifs . Nous vivons tous sous une cloche à gaz, il suffit de voir nos mines pâles comparées à celle des gens qui vivent en province . Paris ne redeviendra vivable que lorsqu’il n’y circulera plus que des voitures électriques c’est à dire non polluantes et silencieuses, et en nombre raisonnable . Le tribunal administratif de Paris est un tribunal de beaufs, soudés dans leurs bagnoles où ils polluent pour 5 .

     

    • Commencez par rouler au sans plomb comme ça vous économiserez la suie et l’odeur.


    • Paris redeviendra une ville saine quand il n’y aura plus de parisiens...
      Et la France s’en portera elle aussi beaucoup mieux...


    • Peut être, mais en attendant l’histoire des voies sur berge c’était une connerie monumentale, la circulation était devenu un enfer et c’était contre productif.
      Les voitures électriques c’est bien mais il va falloir des investissements important pour équiper la capital en bornes de recharge rapide.


    • Paris redeviendra Paris quan les parisiens auront les moyens d’y vivre.
      Signé : un parisien.


    • Pour pouvoir recharger le parc automobile de la région parisienne en électrique, il va falloir combien de centrales nucléaires en plus ? On les installe dans Paris ?
      Pourquoi ce devrait être les gens de province qui devraient en supporter les risques pour que les bobos parisiens puissent avoir du bon air ?
      C’est marrant un bobo, ça veut vivre à Paris dans une maison avec un hectare de terrain à disposition. et son petit verger bio.

      Déménagez à la campagne si vous rêvez de cette vie.


    • #1905429

      Vous pensez vraiment que seules les voitures sont responsables de la pollution atmosphérique ?
      C’est plus complexe que cela déjà l’activité humaine y est très présente, c’est déjà indirectement une forme de pollution, de plus c’est un élément important mais dont personne ne parle, l’architecture urbaine ce n’est pas New-York , en effet beaucoup de rues et de ruelles sur Paris sont circulaires ou fermées, elles débouchent sur d’autres rues qui obstruent le passage du vent, ce qui fait en sorte que le vent ou l’air ne circulent pas comme dans les longues avenues horizontales et verticales de New-York.
      L’autre problème Parisien et il ne faut pas se cacher mais Paris est une ville surpeuplée, la présence humaine est beaucoup trop importante, aujourd’hui on le voit de plus en plus, les tensions humaines sont apparentes, les masses commencent à se marcher sur les pieds.
      D’ailleurs ce n’est pas fini car le monde ne cesse d’affluer dans cette direction, entre les gens du Nord qui perdent leur boulot pour en chercher sur Paris, les Migrants, et les travailleurs détachées, les flux ne faiblissent jamais.


  • À noter qu’il a quand même fallut que la Seine déborde pour qu’ils constatent que cette mesure était totalement débile, sans quoi ils auraient persisté dans leur connerie.


  • « Sur l’ensemble de son cycle de vie, la consommation énergétique d’un VE [vehicule électrique] est globalement proche de celle d’un véhicule diesel »
    « Voiture électrique, zéro émission » est devenu un argument de promotion de ces véhicules. Or quand elles roulent, les voitures électriques émettent bien du CO2, même si les rejets sont beaucoup moins importants que pour le diesel ou l’essence (environ 9 tonnes de CO2-eq contre 22 tonnes de CO2-eq en France sur l’ensemble du cycle de vie selon l’Ademe). Comment une voiture sans carburant fossile peut-elle émettre du CO2 ? La pollution est en fait indirecte. Elle est causée par la production de l’électricité utilisée pour recharger les véhicules. En Chine, où l’électricité provient de centrales à charbon, l’impact écologique est par exemple beaucoup plus important."
    « Si l’énergie utilisée est renouvelable, qu’elle provient d’éoliennes ou du photovoltaïque, cela a un avantage énorme et la pollution est vraiment diminuée »
    Contrairement aux diesels et essence, les véhicules électriques ne dégagent pas de polluants (COV et NOx) favorisant la formation d’ozone, qui est responsable de la dégradation de la qualité de l’air. Mais ils émettent quand même des particules fines. Et pour ça, pas besoin de pot d’échappement. Une étude de l’Observatoire de la qualité de l’air en Ile-de-France a démontré que 41% des particules fines en suspension émises en 2012 par le trafic routier dans la région parisienne étaient issues de l’abrasion des pneus, du revêtement routier et des freins.
    L’enjeu des batteries
    Toujours selon l’Ademe, le potentiel d’épuisement des ressources fossiles pour la fabrication d’un véhicule électrique et plus important que pour les véhicules thermiques. En cause, l’extraction des matériaux rares (cobalt, lithium, graphite…) qui composent les batteries lithium-ion utilisées sur le marché. « La filière nécessaire à la fabrication des batteries a des effets dramatiques, ce qui a été démontré de manière édifiante par deux documentaires.
    « Le cobalt provient de RDC, là-bas les exploitations sont d’un point de vue éthique totalement anormales, c’est pourquoi nous essayons de nous en affranchir. Aujourd’hui beaucoup de compagnies essaient de recycler ces matériaux à partir de batteries usagées pour les réutiliser dans les nouvelles. Cela a aussi un coût moins important que d’aller extraire du nouveau cobalt »
    Source : M. Lacroux 16/09/2017, Liberation.


  • Je ne sais pas vous mais je ressens toujours une très forte nostalgie et un peu de colère à la vue des images du Paris ancien, dans la vidéo de Soral. En une génération "ils" ont tout détruit à tous les niveaux...

     

  • Faut bien le dire, à Paris et dans la plupart de nos mégalopoles l’automobile est en train de devenir plus une contrainte qu’une solution (bruit, pollution, embouteillages non-stop… sans compter les autocars et les camions).
    Il faut donc mettre en place des solutions alternatives et pragmatiques (fluidification du trafic, bidules électriques, taxis, deux-roues motorisés, vélo, transports en commun, nouvelles voies, parkings, sécurité etc.) et réorganiser la politique de transports et déplacement. C’est là qu’interviennent nos ELUS en principe. Rappel : étymologiquement, la politique c’est l’organisation de la vie de la cité.
    Or, qu’avons-nous à Paris ? Une « politique » polluée par les considérations personnelles, par l’idéologie, le fantasmatique, l’incompétence, la naïveté et la veulerie… Et cela depuis 2003 (Delanoé, Baupin, Contassot et aujourd’hui Najdowski et Hidalgo). Bref, les pires bolosses de notre classe politicienne. Et ces gens-là agissent en fonction de leur niveau de compétence, c’est à dire qu’ils "organisent" le boxon tout en multipliant les contraintes et interdictions dans l’espoir de dégoûter les "motorisés individuels". C’est le degré zéro de la "politique" et c’est grave pour une capitale européenne, mais il faut rappeler que ces gens-là sont élus par les "Parisiens" depuis 15 ans.
    Et c’est à petite échelle ce qui se passe pour tout le pays...


  • Mais quel délire dans les commentaires...

    La pollution ne vient pas que des autos (chauffages individuel et collectif)
    Le tout électrique pose la question de la production et de l’approvisionnement.

    La voiture électrique c’est externaliser le problème, le mettre hors de vue... Surtout que la France est loin de maîtriser cette technologie...

    Le creusement entre les classes s’accentue et est aussi une part du problème. Les classes moyennes et prolétaires causes majeurs parties des migrations pendulaires journalieres.

    Il faudrait pragmatiquement stopper le renchérissement du fonciers pour permettre le retour des classes laborieuses et rendre la place de la RATP, un service PUBLIC, donc d’utilité publique, pas un service de racket qui ramène des bénéfices (la vocation d’un service publique n’est pas le bénéfice, sinon il n’y aurait pas besoin d’impôts pour les faire fonctionner... CQFD)

    Cette conception bénéficiaire des services publiques causes selon moi leurs privatisations​ et notre perte de qualité de vie...