Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les Macédoniens boycottent la célébration de l’OTAN

L’ex-République yougoslave de Macédoine devait célébrer, le 14 juillet 2018, l’ouverture de sa négociation d’adhésion à l’OTAN. Pour l’Alliance, cette adhésion est d’autant plus importante que, comme les Grecs, la majorité des Macédoniens sont orthodoxes et donc culturellement proches des Russes.

 

15 concerts « We love NATO » (« Nous aimons l’OTAN ») avaient été organisés par le Parti socialiste du Premier ministre, Zoran Zaev, et devaient être retransmis par la télévision publique. Cependant, en l’absence de public, les concerts et l’émission ont été annulés au dernier moment.

Les Macédoniens se souviennent de la guerre conduite par l’OTAN contre leur voisin serbe dans sa province kosovare et de la vague migratoire, organisée par l’Alliance, qui précéda l’intervention et servit à la justifier.

De manière à prévenir la construction d’un gazoduc russe alimentant l’Union européenne, la CIA avait tenté d’organiser un coup d’État en 2015 au profit de Zoran Zaev [1]. Cette opération échoua, mais Zaev parvint cependant au pouvoir en mai 2017, à la faveur de l’incapacité des nationalistes de constituer un gouvernement majoritaire.

Pour faire adhérer son pays à l’OTAN et à l’Union européenne, Zoran Zaev a obtenu le soutien de son homologue grec, Aléxis Tsípras, en promettant le 17 juin 2018 de changer le nom de son pays en « Macédoine du Nord » (mais la province grecque de Macédoine ne s’appellera pas « Macédoine du Sud ») et en éliminant toute référence officielle à Alexandre le Grand (par exemple en changeant le nom de l’aéroport de Skopje et en détruisant ses statues). Une cérémonie fut alors organisée en Grèce par les Nations Unies (photo).

Les nationalistes du VMRO-DPMNE (coalition ayant soutenu l’élection du président de la République Gjorge Ivanov (indépendant), avaient dénoncé une « capitulation ».

Notes

[1] « Échec du coup d’État US en Macédoine », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 13 mai 2015.

Voir aussi, sur E&R :

Mettre l’actualité en perspective avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2005347
    le 15/07/2018 par хабаровск
    Les Macédoniens boycottent la célébration de l’OTAN

    enfin une bonne nouvelle de la Macédoine


  • Les macédoniens ont bigrement raison de boycotter les célébrations de l’OTAN.

    Excepté les oligarques ou les naïfs, qui a envie de fêter l’outil militaire d’une puissance étrangère, qui domine les nations européennes depuis 73 ans ?


  • #2005437

    la Macédoine à la sauce mayonnaise OTAN ne prend pas ! ça tourne au vinaigre balsamique de Grèce !


  • Je retiendrai surtout le parcours sinueux de Tsipras, le grec insoumis... à qui ?

     

  • #2005512

    Quel honneur et courage des macédoniens. Ici en France les concerts auraient été bondés...


  • Croire que l’opinion publique grecque laissera une nation voisine s’approprier une référence historique et fondatrice de sa culture telle que le nom Macédoine est une vaste supercherie de l’empire, qui tente encore une fois d’accentuer son contrôle sur les Balkans, probablement l’une des zones les plus stratégique pour le contrôle du continent européen.
    Le parti Syriza (gauche mondialiste) ayant eu besoin de se ralier au parti ΑΝΕΛ (droite souverainiste) dans le but d’obtenir cette majorité parlementaire qui se détricote tout doucement devant le refus de son président et ministre de la défense Panos Kamenos qui ne votera pas le texte à la Vouli (parlement à Athènes ) au risque de retourner vers des élections législatives dont il serait probablement celui qui a le plus à gagner.
    Le peuple grec à compris la soumission de Tsipras depuis le déni du référendum contre l’austérité et ne compte pas le suivre jusqu’àu point de changer les textes dans les livres d’histoire ou en resculptant les recits en bas reliefs sur les frises du parthenon à la demande de l’OTAN.
    Apres tout, Alexandre le grand qui parlait le grec et reçu les enseignement d’Aristote à "Stagyre" est né à "Pella" se recueillait au temple de "Dion" et enterrait sa famille à "Vergina",Tout ces lieux se trouvant en Grèce plus précisément en Macédoine ,cela peut importe les revendications d’une nation multiethnique née dans les décombres de la guerre de Yougoslavie et cruellement en manque d’identité et de belles histoires à enseigner aux futures générations en vue de créer une cohésion nationale...

     

    • #2005646
      le 15/07/2018 par Ça devient Chaud
      Les Macédoniens boycottent la célébration de l’OTAN

      Tout à fait la Macédoine actuelle n’à rien à voir avec la Macédoine du temps d’Alexandre et Pella qui était situé justement sur les territoires de la Thessalonique actuelle c’est à dire dans la Grèce d’aujourd’hui.
      http://www.histoireeurope.fr/img/Ro...


    • #2005712
      le 16/07/2018 par александр
      Les Macédoniens boycottent la célébration de l’OTAN

      si l’on mettait la vaste supercherie de l’empire de côté, je serais curieux de savoir ce que la jeune nation née dans les décombres de l’ex Yougoslavie devrait faire selon vous ? ne pensez-vous pas qu’il faudrait que les grecs acceptent la réalité qu’à leur frontière nord il y a un peuple qui ne s’identifie ni comme serbes ni comme bulgares ? qu’ils pourrant, en tant qu’une nation plus ancienne, leur tendre la main et essayer de les aider, au lieu de les traiter comme des déchets ? après tout, ils sont majoritairement orthodoxes, comme les grecs, et partagent la même mentalité, comme c’est le cas des autres peuples balkaniques qui ont subi entre 4 et 5 siècles de domination ottomane. croyez-vous que les grecs sont plus proches des occidentaux que de leurs voisins ? je trouve vos arguments répétés sur la marque “macédoine” étant une sorte de marque de fabrique de propriété grecque, un peu lassants. la grèce a suffisamment de problèmes économiques sur lequels elle devrait focaliser ses énergies


    • @александр

      La Grèce n’a pas a faire cadeau de son histoire millénaire à un peuple à 2/3 bulgares et 1/3 albanais.

      La Macédoine est en Grèce et nulle part ailleurs même la Macédoine antique est sur le territoire grec à 90%.Un petit bout de la Macédoine Antique se trouve sur l’ancienne république yougoslave de Macédoine et ne couvre même pas 20% de cette ancienne république yougoslave.

      Les revendications propagandistes de Skopje sont ridicules.D’abord ils prétendent que Alexandre le Grand est slave alors que les slaves sont venus dans la région au 7 eme siecle. Ensuite comme je l’ai dit plus haut la Macédoine Antique est en Grèce a plus de 90 % et ils n’ont pas le droit de revendiquer même le nom de la région géographique car à ce rythme le Pakistan qui a fait partie de l’Empire Macédonien ou l’Iran pourraient aussi revendiquer le nom de Macédoine. Le fait que le traitre Tsipras et Kotzias ont trahi la Grèce ne représentent en aucun cas les grecs.

      Ce qui est effrayant dans cette histoire c’est la force de la propagande d’abord les bolchos de Tito qui ont créé le problème car ils avaient des vues sur la méditerrannée et Thessalonique et ensuite les open borders de Soros et certaines factions de la CIA mais aussi de l’Europe des régions que décrit Hillard.

      Tous ces gens sont ennemis des nations et favorisent l’internationnalisme mondial sauf bien sur pour un seul pays dont Attali reve d’y voir la capitale mondiale.

      Pour répondre donc à александр la Grèce n’a pas l’envie ni l’obligation ni même à faire des concessions sur son identité afin de donner une identité à un peuple qui visiblement n’en a pas ou qui se sent mal avec son identité précedente, à savoir bulgare dans sa majorité !

      Les Macédoniens (les grecs bien sur !) savent lire les lettres et comprendre les pièces de monnaies d’Alexandre le Grand ceux de Skopje ne savent pas !

      Lorsque les "prétendus" macédoniens de Skopje ont des réunions balkaniques avec les Bulgares les officiels bulgares refusent d’avoir des interprètes car ils comprennent ce que disent les prétendus Macédoniens de Skopje.

      Ce qui est effrayant ici c’est la force de la propagande et du mensonge pour un problème tellement simple à comprendre et à regler sauf si on est de très très mauvaise fois...


    • Aleksandar,
      Il n’est pas question ici de marque deposé comme vous le dites mais d’un patrimoine culturel de tradition écrite et orale vieux de près de 3000 ans.
      Il peut-être difficile pour un non-grec de comprendre la fierté et le sentiment d’appartenance que peut procurer la lecture et la compréhension de textes anciens sur de vieilles pierres qui jallonent le pays pour le grec lambda et ce biensur sans faire 5 ans d’archéologie hellénistique à la Sorbonne.
      La Grèce mal entourée lorsqu’il est question de géopolitique strictes,les revendications albanaises en Epire et celle de la Turquie en Thrace et dans la mer Egée n’en sont que la preuve irréfutable, tendre la main à son voisin qui veut lui voler un petit bout d’histoire après 500 de domination ottomane, plusieurs conflits avec ces voisins,un nettoyage ethnique, deux guerres mondiale, une guerre civile, plusieurs dictatures et la perte de Chypre serait une erreur historique majeure dont la Grèce doit se passer au risque de voir son intégrité territoriale menacée
      A la question que devrait faire la "Macédoine du nord" ?
      Simplement s’appeler "république de Skopje" car malgré la volonté de vouloir s’appeler macédonien pour les plus nantis au pouvoir la population ne se désigne pas ainsi mais par le terme "skopjani" comme ce le fut deja au temps de mon arriere grand père.
      Les revendications historique concernant le nom Macédoine ne sont que pure fantaisies,comme j’aime le rappeler lorsqu’il est question de débattre a ce sujet,
      pourquoi ne pas se ranger derrière l’avis très intéressant de Kiro Grigorov le président fondateur de la jeune Fyrom qui déclara que sa population n’avait aucun rapport historique avec la Macédoine d’Alexandre mais qu’elle était le fruit d’invasions slaves au début du premier millénaire après Jesus-Christ.

      https://youtu.be/RsMvSX3EufM


    • #2007334
      le 18/07/2018 par александр
      Les Macédoniens boycottent la célébration de l’OTAN

      @mixalis @strato
      merci pour vos réponses. il me semble qu’il faut faire la différence entre les revendications de continuité historique depuis Alexandre (lesquels sont fantaisistes, je vous l’accorde) et le choix du peuple de s’identifier en tant que macédoniens, en tant qu’habitants d’une région géographique portant ce nom. il faut noter qu’au moment du partage de la région ottomane de macédoine à la fin de la première guerre des balkans (1912), c’est la totalité du territoire de la république de macédoine d’aujourd’hui qui était compris dedans


  • Les Français devraient s’inspirer du destin de l’ex-Yougoslavie et de son morcellement en Etat-confettis, comme la Macédoine ou la Croatie, pour deviner ce que Macron veut faire avec la France.


  • #2011516

    C’est bien, les yougos ont la mémoire longue c’est pas comme les polonais.